Navigation – Plan du site
Lectures

Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle

Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, 1762 p. ISBN : 978-2-84736-543-6. 39 euros
Sébastien Soulier
p. 237-239
Référence(s) :

Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, 1762 p. ISBN : 978-2-84736-543-6. 39 euros

Texte intégral

  • 1 Dominique Kalifa et Alain Vaillant, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse franç (...)

1Les huit journées d’études consacrées à « La civilisation du journal », organisées entre 2003 et 2007, constituent à ce jour le plus vaste projet entrepris sur la presse du xixe siècle. Il avait pour but de questionner « l’impact du journal sur la marche de la civilisation ». Pour cela, ajoutent les initiateurs du projet, il fallait réfléchir sur « les divers usages de l’écriture périodique au xixe siècle » et sur la façon dont le journal a contribué à « façonner, à modeler et à instituer les différents groupes sociaux et professionnels, les différents genres et classes d’âges, les différentes appartenances religieuses ou régionales »1. Cette nouvelle approche se voulait également littéraire et posait la question de la rencontre entre les auteurs et les journaux, ainsi que celle des pratiques d’écriture liées à la publication périodique.

  • 2 Cf. le colloque international « Pour une approche interdisciplinaire de la presse de province (1830 (...)

2Le volume issu de ce projet est à la hauteur de ses ambitions : 116 articles, 60 collaborateurs, 1762 pages. Le contenu se divise en quatre parties intitulées sobrement L’exercice de la presse, Le mouvement de la presse, L’écriture de la presse et La culture de la presse au xixe siècle. L’articulation de ces parties est pertinente, puisqu’elle invite d’abord à découvrir, ou à redécouvrir, les usages de la lecture des journaux, la confrontation avec le pouvoir politique, les évolutions techniques, technologiques et économiques de la presse et de sa diffusion. Cette première partie joue parfaitement son rôle de transition entre l’historiographie des décennies précédentes, brièvement évoquée en introduction, et celle dans laquelle les auteurs de l’ouvrage souhaitent s’inscrire. La deuxième partie évoque la périodicité et la typologie de la presse du xixe siècle, insistant cette fois-ci sur la diversité et la multiplicité des formes du périodique dans sa définition la plus large. L’inventaire, exhaustif, a de quoi séduire, car si la naissance et le développement de certains types de périodiques, comme la presse régionale ou la presse illustrée, sont désormais bien connus des historiens, ou commencent à l’être, c’est beaucoup moins vrai pour d’autres, comme la presse professionnelle ou la presse théâtrale. De ce fait, les articles constituent d’excellents points de départ pour combler les lacunes historiographiques. D’un panorama descriptif de la production périodique, nous passons ensuite, dans une troisième partie, à une étude de la pratique journalistique qui repose principalement sur un double questionnement : pourquoi écrit-on (la poétique de l’écriture) et comment écrit-on (formes et matières journalistiques) dans le journal du xixe siècle ? Un double questionnement accompagné de 36 notices biographiques qui viennent clore, de fort belle manière, cette méticuleuse autopsie du périodique. Peut-être aurait-on pu offrir, à ce stade du projet, une attention un peu plus poussée aux journalistes-écrivains de province dont les parcours, les carrières et la production littéraire demeurent bien souvent dans l’ombre des grandes figures du journalisme parisien2 ? Reste que ces deux parties centrales de l’ouvrage, les plus volumineuses avec respectivement 401 et 640 pages, affichent nettement leurs prétentions encyclopédiques, ne serait-ce que par la succession d’articles-définitions et de biographies qu’elles proposent. Les index de noms de personnes et de titres de périodiques ainsi que la bibliographie, qui forment un imposant ensemble de 138 pages, confirment et valident ces prétentions. La dernière partie appréhende enfin le rôle joué par le journal dans les mœurs et les pratiques culturelles, artistiques, sociales, politiques et scientifiques de la société française du xixe siècle. Définir cette « culture de la presse » en 300 pages et 45 articles était un pari risqué tant le concept même de « culture de la presse » est complexe à cerner. L’idée est donc, ici, de démontrer l’existence de liens entre le périodique et le rythme de vie des lecteurs, d’appréhender l’impact du réel fantasmé produit par les journaux, de soulever la question de la perception d’une histoire lue et vécue au quotidien, ou encore de s’interroger, une nouvelle fois, sur la notion d’opinion et d’événement. Entre homogénéisation et fragmentation du lectorat, le périodique participe à l’affirmation d’identités nationales, sociales, culturelles, mais aussi de classe et de genre, et c’est en devenant le principal vecteur de diffusion des discours et des débats philosophiques et scientifiques et des productions littéraires et artistiques que le journal modifie, tant en surface qu’en profondeur, les pratiques et les normes de la société française. Les deux articles qui terminent l’ouvrage proposent d’interroger brièvement, en guise de conclusion, le regard de la presse sur elle-même. Et si cette presse se dénonce ou se célèbre, pour reprendre les mots des auteurs, c’est avant tout parce que sa fonction sociale, son rôle de relais et de médiation avec l’espace public et, surtout, son pouvoir d’influencer la « marche de la civilisation » génèrent, depuis sa création, attentes, inquiétudes et espoirs.

  • 3 Colloque organisé à Bruxelles les 26 et 27 mai 2011, dont les actes ont été publiés dans la revue C (...)
  • 4 Claude Bellanger [dir.], Histoire générale de la presse française, Paris, Presses universitaires de (...)

3La civilisation du journal s’impose comme une nouvelle référence pour les chercheurs, les étudiants mais également tous ceux qui souhaitent découvrir l’histoire culturelle et littéraire du périodique au xixe siècle. Innovant, cet ouvrage l’est indéniablement : les perspectives de recherches sont nombreuses et révèlent très nettement les ambitions scientifiques et historiographiques de la recherche actuelle sur la presse. D’ailleurs, le récent colloque « Journalisme et littérature : problématiques de la longue durée et recherches en cours » ne témoigne-t-il pas de la pertinence et du dynamisme de cette articulation possible entre les approches culturelle, sociologique et littéraire de la presse3 ? La civilisation du journal tend en tout cas à le confirmer. La participation de chercheurs issus de domaines aussi variés que l’histoire, l’histoire de l’art, la littérature, la science politique et les sciences de la communication trouve là toute sa légitimité, son sens et son efficacité. Bien sûr, tous les articles ne proposent pas systématiquement un éclairage nouveau, l’objet d’étude et l’immense production historiographique qui en découle ne le permettraient pas, mais ils ont le mérite de constituer, ensemble, un recueil cohérent dans sa construction, inédit par son envergure depuis la publication, il y a maintenant quarante ans, des cinq volumes de l’Histoire générale de la presse française4, et par ses approches de la pratique du journalisme et de l’influence du périodique sur la société française au xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 Dominique Kalifa et Alain Vaillant, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle », Le Temps des médias, n°  2, printemps 2004, p. 197-214.

2 Cf. le colloque international « Pour une approche interdisciplinaire de la presse de province (1830-1950) », organisé à l’université de Franche-Comté, Besançon, les 10 et 11 mai 2012, dont les actes sont attendus.

3 Colloque organisé à Bruxelles les 26 et 27 mai 2011, dont les actes ont été publiés dans la revue COnTEXTES, « Le littéraire en régime journalistique », n°  11-2012, mis en ligne le 16 mai 2012. URL : http://contextes.revues.org/5387.

4 Claude Bellanger [dir.], Histoire générale de la presse française, Paris, Presses universitaires de France, 1969-1976, 5 volumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Soulier, « Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 46 | 2013, 237-239.

Référence électronique

Sébastien Soulier, « Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 46 | 2013, mis en ligne le 13 janvier 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4522

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page