Navigation – Plan du site
Lectures

Bettina BRADBURY, Wife to Widow: Lives, Laws, and Politics in Nineteenth-Century Montreal

Vancouver, University of British Columbia Press, 2011, 520 p. ISBN : 978-0-7748-1952-7. 39,95 dollars.
Tangi Villerbu
p. 228-229
Référence(s) :

Bettina BRADBURY, Wife to Widow: Lives, Laws, and Politics in Nineteenth-Century Montreal, Vancouver, University of British Columbia Press, 2011, 520 p. ISBN : 978-0-7748-1952-7. 39,95 dollars.

Texte intégral

  • 1 Sherry H. Olson et Patricia Thornton, Peopling the North American City. Montreal 1840-1900, Montrea (...)
  • 2 Peter Baskerville, A Silent Revolution? Gender and Wealth in English Canada, 1860-1930, Montreal/Ki (...)

1Bettina Bradbury livre ici le résultat attendu de recherches entamées dans les années 1990 et menées souvent de manière collective (beaucoup d’étudiants furent mobilisés et auraient sans doute mérités d’être cités individuellement plutôt que remerciés anonymement en groupe). Il s’agissait d’opérer une reconstitution de vies de femmes montréalaises – et de leurs foyers – mariées lors de deux séquences courtes, entre 1823 et 1826 d’une part, 1842 et 1845 d’autre part, et devenues veuves. Cet exercice de biographies et de généalogies collectives permet d’étudier au plus près deux générations : la première, avant les Rébellions de 1837-1838, connaît une ville modeste, encore marquée par le commerce de fourrure, alors que la deuxième, après le choc des Rébellions, vit dans une métropole en gestation, bouleversée par l’exode rural et l’immigration britannique (et notamment irlandaise). Bettina Bradbury enrichit considérablement notre connaissance de la société montréalaise, en parallèle exact avec les travaux de Sherry H. Olson et Patricia Thornton1, en mettant l’accent sur le sort familial, social, juridique, des femmes de toutes les conditions et de toutes les origines – de toutes les « solitudes » pour reprendre un concept canadien – en s’inscrivant là aussi dans une dynamique historiographique forte2.

2Ce très bel ouvrage, d’une grande clarté d’écriture, se distingue par l’imposante maîtrise tant des archives que de la bibliographie – tous les aspects abordés, du droit conjugal à l’histoire de la robe de deuil, du vote des femmes à l’engagement social catholique, sont traités au prisme des meilleures recherches – et par sa méthode. Bettina Bradbury parvient en effet avec art à mêler l’analyse sérielle, l’usage classique des statistiques en histoire sociale, et une approche au plus près des individus, des vingt femmes de tous milieux qu’elle a choisi de singulariser au milieu des centaines de son échantillon. Le résultat est impressionnant, construisant des ponts entre différentes manières d’écrire l’histoire et pouvant aisément faire figure de modèle.

3De ce fait, il serait vain de vouloir ici tout retenir, tout résumer. Nous avons choisi de privilégier quelques points forts, de manière subjective. Tout au fil de l’ouvrage court une réflexion plus ou moins affirmée sur les fameuses « solitudes », ou plus exactement sur l’extrême segmentation de la société canadienne à l’époque coloniale (mais le thème garde sa pertinence en début du XXIe siècle) : les mariages répondent en effet à des classifications nationales, religieuses, sociales. Canadiens, Irlandais, ou Anglais d’un côté, Catholiques, Protestants, Juifs de l’autre, élites, classes moyennes émergentes et classes populaires enfin, il faut croiser toutes ces manières de fragmenter le social pour en retracer le portrait. Ce qui n’empêche nullement des recoupements : globalement, l’auteure observe la formation d’un modèle commun, même s’il est parfois lâche, de « companionate patriarchy », de même que certains rapprochements des régimes juridiques chez des élites qui peu à peu construisent un ordre libéral bourgeois qui peut transcender les différences initiales.

4Fondamentale aussi apparaît l’étude du destin social et culturel des veuves, entre maintien post-mortem d’une dépendance à l’égard du statut et de la richesse du mari défunt et réinvention de soi sous des formes les plus variées. Le travail relève souvent de l’évidence pour les veuves et modifie leurs trajectoires de vie. La participation électorale vient à certaines comme une évidence identique, mais difficilement acceptée par la société politique mâle qui finit en 1849 par supprimer le droit de vote des femmes – depuis 1791 l’ambigüité régnait puisque la loi ne mentionnait que des « personnes » sans les genrer et que donc des centaines de femmes ont effectivement voté, et dans la grande majorité des cas des veuves auxquelles ce « droit » était plus facilement reconnu, sur le terrain et dans la négociation permanente. La philanthropie, de même, devient un champ d’action des veuves dès les années 1830 – et Bettina Bradbury note à raison qu’il faut enfin penser ensemble les renouveaux évangélique et catholique, ce que le contexte bas-canadien devrait aider à faire – jusqu’au choix spécifiquement catholique de la congrégation féminine : c’est ici le cas fameux d’Émilie Tavernier Gamelin fondant les Sœurs de la Providence. Ce ne sont évidemment là que quelques-unes des réflexions ouvertes par l’auteure au fil d’un ouvrage appelé à devenir un classique.

Haut de page

Notes

1 Sherry H. Olson et Patricia Thornton, Peopling the North American City. Montreal 1840-1900, Montreal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2011.

2 Peter Baskerville, A Silent Revolution? Gender and Wealth in English Canada, 1860-1930, Montreal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2008 et Melanie Buddle, The Business of Women. Marriage, Family and Entrepreneurship in British Columbia, 1901-1951, Vancouver, University of British Columbia Press, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tangi Villerbu, « Bettina BRADBURY, Wife to Widow: Lives, Laws, and Politics in Nineteenth-Century Montreal », Revue d'histoire du XIXe siècle, 45 | 2012, 228-229.

Référence électronique

Tangi Villerbu, « Bettina BRADBURY, Wife to Widow: Lives, Laws, and Politics in Nineteenth-Century Montreal », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 45 | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/4416

Haut de page

Auteur

Tangi Villerbu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page