Navigation – Plan du site
Lectures

Jennifer E. SESSIONS, By Sword and Plow. France and the Conquest of Algeria

Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 2011, 365 p. ISBN : 978-0-8014-4975-8. 49,95 dollars.
Stéphane Gacon
p. 223-226
Référence(s) :

Jennifer E. SESSIONS, By Sword and Plow. France and the Conquest of Algeria, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 2011, 365 p. ISBN : 978-0-8014-4975-8. 49,95 dollars.

Texte intégral

1Le livre de Jennifer Sessions est un bon exemple de la vitalité du pôle de recherche américain sur l’histoire de l’Algérie au XIXe siècle qu’un récent numéro de la Revue d’histoire du XIXe siècle (n° 41-2010/2) avait signalée. L’auteure nous propose de relire la période allant de l’expédition d’Alger à la chute de Louis-Philippe, bien étudiée par ailleurs, à l’aune d’une histoire de la culture politique française. Elle entend montrer que la colonisation de l’Algérie est au cœur des représentations qui structurent l’ensemble de la vie politique française. Sa démonstration, dans l’esprit des nombreuses études qui décrivent, à la suite de John MacKenzie, Catherine Hall et Andrew Thomson, la culture des puissances européennes à l’époque contemporaine comme impériale, est stimulante. Elle développe la thèse suivant laquelle la France post-révolutionnaire vit, comme d’autres puissances coloniales, une transition majeure entre les colonies des « Anciens » et celles des « Modernes », la situation étant compliquée en France par le souvenir de l’Empire napoléonien. Nous assistons à la concrétisation du projet des Lumières qui avaient condamné la colonisation reposant sur l’esclavage, l’Exclusif et la dépendance politique directe pour faire la promotion du libre-échange, d’une agriculture « moderne » menée par des colons européens et de l’administration directe dans le cadre d’une association à la métropole.

2Le livre n’entend pas refaire l’histoire militaire et politique de la conquête ni l’histoire économique et sociale de la colonisation. Le colonisé n’est d’ailleurs jamais au cœur du propos. Les faits nécessaires à la compréhension du raisonnement sont présents, et l’auteure rappelle que, par ses crimes et ses spoliations, la conquête de l’Algérie occupe une place de choix « parmi les génocides coloniaux », mais elle entend surtout montrer que les représentations conduisent la plupart du temps à légitimer les violences. Elle se place du point de vue du colonisateur, dirigeants politiques, élites intellectuelles, responsables militaires, mais aussi simples soldats et gens du peuple, pour traquer l’émergence d’une nouvelle culture politique, soulignant les décalages qui existent entre les représentations et les intentions, mais concluant à l’existence d’un « désir » (will) d’Empire assez partagé. C’est ce qui explique que l’opération de diversion lancée par Charles X dans les premières heures du naufrage de son règne débouche sur une colonisation durable qui va faire de ce territoire un laboratoire du nouvel empire colonial français et le lieu privilégié du débat sur la nature de la souveraineté et la citoyenneté qui en sortent profondément marquées.

3Avec un certain sens du titre, reprenant la fameuse devise du général Bugeaud, « par la charrue et par l’épée », dont elle inverse les termes, Jennifer Sessions propose une étude en deux temps, le premier étant l’occasion de mener une réflexion sur le rapport entretenu par les rois et leur peuple avec la conquête et la seconde s’intéressant aux modalités de la colonisation.

4On savait que la Restauration mourait de ne pas avoir été en mesure de résoudre ses contradictions, mais le livre montre combien les justifications de l’expédition d’Alger sont révélatrices de l’impasse dans laquelle s’est trouvé le régime, Charles X justifiant sa lutte contre le fanatisme religieux et le despotisme politique par sa mission divine. L’épisode est aussi l’occasion de vérifier la rapide conversion des libéraux à l’idée d’une colonisation synonyme de civilisation et de prospérité, les deux « despotes » étant renvoyés dos-à-dos. De son côté, Louis-Philippe cherche à légitimer sa dynastie par la conquête. Ses fils, étroitement associés aux opérations militaires, sont présentés par la propagande comme des princes-soldats-citoyens dévoués, conquérant sur le terrain, par leur modestie et leur sens du sacrifice, l’estime de leur peuple. À ce titre, le livre propose une analyse intéressante de la place qu’occupe la conquête de l’Algérie dans le grand projet du règne, le musée historique du château de Versailles. Dans ce lieu dédié « à toutes les gloires nationales », où le souverain entend écrire l’histoire de la rencontre de la dynastie et de « la nation » en retissant le fil de l’histoire par-delà la Révolution, la conquête de l’Algérie occupe une place centrale. Louis-Philippe attache beaucoup d’importance à l’aménagement de la salle de Constantine, qui présente la bataille de 1837 à laquelle a participé le duc de Nemours, et à celle de la Smala qui évoque le rôle du duc d’Aumale dans la chute d’Abd-el-Kader en 1843. Il fait de la colonisation de l’Algérie l’un des principaux moyens de légitimation de son pouvoir cherchant à marier de manière un peu pathétique monarchie libérale et souveraineté populaire, s’acharnant à installer son musée – l’un des derniers actes de son règne est une visite à Horace Vernet à Versailles – alors que le peuple vit la conquête comme un prolongement de l’aventure napoléonienne. On a là une belle illustration du divorce qui conduit aux journées de février.

5La rémanence du mythe napoléonien n’est pas une surprise, mais Jennifer Sessions l’illustre remarquablement par une étude scrupuleuse de la presse populaire, du vaudeville et de l’imagerie d’Épinal. Elle montre comment le rêve perdu de grandeur de la France cherche à se réincarner dans l’aventure africaine et que l’Algérie est le lieu où peuvent s’exprimer les « vertus viriles du courage » et la « fraternité patriotique » qui se trouvent au cœur d’une conception de la citoyenneté qui va triompher au fil du siècle. Avec la multiplication des violences, le héros populaire ne pouvait plus être le prince-soldat, ou le général victorieux, mais l’héroïque soldat-citoyen qui, bien que confronté à la « sale guerre », se sacrifie pour la nation au nom de la civilisation et de la réalisation du projet impérial.

  • 1 Diana K. Davis, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ (...)

6Jennifer Sessions montre d’ailleurs que la figure du soldat-laboureur tend à s’imposer au fil des années, de Bugeaud rêvant à des colonies agricoles aux responsables gouvernementaux pensant que le meilleur colon est le petit paysan propriétaire. Elle montre que cet idéal repose sur le double mythe du déclin environnemental de l’Afrique du Nord et de la petite propriété paysanne comme gage de stabilité sociale. Ils permettent de légitimer et d’orienter la colonisation, en particulier l’expropriation et le déplacement des populations indigènes, réglant par là même la question ouverte par le rejet des principes sur lesquels repose la première colonisation : esclavage et grande propriété. La théorie « décliniste », remarquablement analysée par ailleurs par Diana K. Davis dans Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb1, est extrêmement importante pour comprendre l’arrogance culturelle occidentale qui entend, par le peuplement, renouer avec l’Afrique du Nord fertile, grenier à blé de la Rome antique, malmenée pendant des siècles par des populations incapables de la mettre en valeur. La multiplication des plans de colonisation envoyés aux autorités et publiés dans la presse, ou sous forme d’essais – création de fermes modèles, installation des orphelins, des vétérans de l’armée, des chômeurs ou des condamnés – sont pour la plupart à mettre en relation avec cette idée que l’Algérie est une terre vierge, un front pionnier sur lequel pourra se développer une civilisation modèle destinée à régénérer le pays tout entier. Partant de là, l’idée commence à courir que la nouvelle colonie ne pourra pas être une simple colonie, mais deviendra « l’une des plus belles provinces de France ».

7Le travail attentif de Jennifer Sessions permet de comprendre que les vifs débats sur la nature de la colonisation mettent à l’épreuve les théories libérales dominantes, en particulier en matière de propriété et de peuplement. À l’usage, le pouvoir fait la promotion d’une colonisation de petits propriétaires ruraux et multiplie les textes réglementaires pour limiter la spéculation et orienter une colonisation « vertueuse » faite de volontaires disposant d’un minimum de ressources. Se met alors en place une politique d’émigration « assistée » visant à faire venir en Algérie le « bon colon », un système révélateur d’une volonté de contrôle qui rencontre bien évidemment de nombreuses limites, mais qui pose pour l’avenir la question de la place de l’État en matière coloniale et plus largement dans la vie économique, politique et sociale du pays.

Haut de page

Notes

1 Diana K. Davis, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Gacon, « Jennifer E. SESSIONS, By Sword and Plow. France and the Conquest of Algeria », Revue d'histoire du XIXe siècle, 45 | 2012, 223-226.

Référence électronique

Stéphane Gacon, « Jennifer E. SESSIONS, By Sword and Plow. France and the Conquest of Algeria », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 45 | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/4409

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page