Navigation – Plan du site
Lectures

Émilien CONSTANT, Le département du Var sous le Second Empire et au début de la Troisième République, préface de Jean-Marie Guillon

Les Mées, Association 1851 pour la mémoire des résistances républicaines, 2009, tome 1 : 570 p., tome II : 632 p., plus un volume d’index et bibliographie (préparé par Évelyne Maushart), 60 p., ISBN : 978-2-9535478-0-1 et 978-2-9535478-1-8. 45 euros.
Raymond Huard
p. 221-222
Référence(s) :

Émilien CONSTANT, Le département du Var sous le Second Empire et au début de la Troisième République, préface de Jean-Marie Guillon, Les Mées, Association 1851 pour la mémoire des résistances républicaines, 2009, tome 1 : 570 p., tome II : 632 p., plus un volume d’index et bibliographie (préparé par Évelyne Maushart), 60 p., ISBN : 978-2-9535478-0-1 et 978-2-9535478-1-8. 45 euros.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 30 septembre 2015.

1Qu’une simple association édite une thèse de plus de 1 200 pages est une chose assez rare pour être signalée. La thèse d’Émilien Constant méritait cet effort exceptionnel. Soutenue en 1977 sous la direction de Pierre Guiral, ce travail considérable assure en effet la jonction entre la thèse magistrale de Maurice Agulhon et les travaux ultérieurs de Yves Rinaudo, Jacques Girault et Jean-Marie Guillon auxquels il faut ajouter la thèse de Jocelyne George sur les maires du Var et les travaux de René Merle sur la langue, qui font du Var « un des départements les mieux étudiés de France » (Jean-Marie Guillon).

2La thèse d’Émilien Constant se signale tout d’abord par son extraordinaire apport documentaire. L’auteur a puisé à toutes les sources disponibles (archives publiques et privées de toutes sortes, journaux, brochures, mémoires, correspondances privées, etc.). C’est une véritable encyclopédie du Var pendant cette période qui nous est fournie pour tous les domaines qu’il est possible d’étudier, population, vie économique sous ses différents aspects, instruction et culture, vie politique et religieuse… Pour chacun de ces secteurs, les acteurs à tous les niveaux sont en outre présentés de manière très complète. L’ouvrage sera donc un instrument de travail incontournable pour tout chercheur sur la période. Cet aspect ne doit pas occulter la contribution de l’ouvrage à la connaissance de l’évolution d’une région française dans un moment décisif du XIXe siècle. Département principalement rural, partiellement montagneux, le Var a aussi une façade maritime, où se trouve notamment Toulon, cité la plus peuplée (45 510 habitants en 1851), arsenal et port militaire où se trouve le groupe ouvrier le plus important du département. Comme dans d’autres régions françaises, la population du Var augmente jusqu’en 1861, puis commence à diminuer, malgré un apport de travailleurs piémontais. Mais c’est l’intérieur surtout qui tend à se dépeupler alors que la côte, mieux desservie par le chemin de fer, progresse lentement, et commence à attirer des touristes à Hyères, Cannes ou Saint-Raphaël. L’espoir en une voie ferrée qui irait d’Aix à Draguignan est pour le moment déçu. Zone frontière avec le Piémont jusqu’en 1860, le Var est en outre fortement affecté par l’histoire nationale. S’il perd en 1860 l’arrondissement de Grasse, les guerres de Crimée, d’Italie et même celle de 1870 dynamisent l’activité de Toulon et de son voisinage. On attend beaucoup du canal de Suez alors en construction. L’économie varoise ne connaît pas à l’époque de véritable bouleversement. Les progrès très sensibles de la vigne enrichissent la campagne. De petites industries traditionnelles (filatures, savonneries) parviennent à survivre, d’autres progressent en se concentrant (carrelages, tanneries). La création des Forges et ateliers de la Méditerranée à La Seyne en 1855 est beaucoup plus novatrice, mais la construction des navires reste assez traditionnelle. Le lent progrès se traduit aussi sur le plan culturel, avec les progrès de l’instruction, la création de sociétés savantes, la construction de théâtres (à Toulon en 1862).

3Maurice Agulhon a fait l’histoire du Var rouge sous la Seconde République. La population, rurale surtout, s’est opposée au coup d’État louis-napoléonien et l’insurrection a été durement réprimée. Émilien Constant en retrace les lendemains. La résistance des autorités a été appuyée avec vigueur par les notables conservateurs. À la fin de 1851 et en 1852, le mouvement républicain est à peu près démantelé, non seulement par des arrestations et des condamnations massives et par l’exil en Piémont de plus de 400 militants, mais aussi par l’interdiction des chambrées et de toutes les formes de réunion, la ruine des espérances placées en 1852 ou les ralliements opportunistes. Au plébiscite de 1851, il y a en proportion moins de « non » dans le Var (6,5 %) que dans le reste de la France, mais l’abstention est considérable, et elle le restera en 1852 pour les législatives et pour le plébiscite sur le passage à l’Empire, même si le « oui » fera ici un meilleur score que dans l’ensemble du pays. « Pays de vaincus », le Var rouge se sent en marge de la communauté nationale. Malgré tout, il persiste une opposition sourde, enracinée dans des îlots municipaux et manifestée par des cris, des placards ou des chansons, la diffusion de brochures. On assiste à une « autoségrégation » des républicains, tandis que du côté du pouvoir, la surveillance et la hantise des complots tourne à l’obsession. Signe de malaise, la participation électorale reste souvent inférieure à 50 %.

4Émilien Constant étudie minutieusement la remontée de l’opposition. Les initiatives du Second Empire (la guerre d’Italie, le traité de commerce de 1860 et encore moins l’expédition du Mexique) ne parviennent pas à rallier vraiment l’opinion. La crainte de la guerre marque les dernières années du régime. Mais l’opposition, si elle se maintient au niveau municipal, peine à conquérir d’autres positions. Un ancien représentant quarante-huitard, Fulcran Suchet, est élu conseiller général à Toulon-Est en 1863. En 1865, tournant décisif, de nombreuses mairies passent à l’opposition, dont le chef-lieu Draguignan. Mais la poussée républicaine est limitée par le ralliement progressif au régime d’Émile Ollivier et de ses amis, dont la gauche doit se démarquer vigoureusement. Ollivier sera élu au Corps législatif en 1869, désormais comme candidat quasi officiel. Cependant, au plébiscite de 1870, le « oui » n’obtient ici que 60 % des votants et Toulon a voté « non ». La République est bien accueillie dans le département, dont le nouveau préfet, Paul Cotte, est un ancien condamné de 1851. Le Var ne participe qu’avec prudence à la Ligue du Midi. Le 8 février 1871, cinq élus sur huit sont républicains, fait assez rare en France. Les sympathies manifestes pour la Commune ne vont pas au-delà d’une demande de conciliation ; mais en juillet 1871, les électeurs élisent à une nette majorité les cinq candidats républicains. Le Var s’ancre à nouveau dans les « pays rouges ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Huard, « Émilien CONSTANT, Le département du Var sous le Second Empire et au début de la Troisième République, préface de Jean-Marie Guillon », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 221-222.

Référence électronique

Raymond Huard, « Émilien CONSTANT, Le département du Var sous le Second Empire et au début de la Troisième République, préface de Jean-Marie Guillon », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4286

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page