Navigation – Plan du site
Varia

La danse des corps figés. Catalepsie et imaginaire médical au XIXe siècle

Frozen Beings: Representations of Catalepsy in French 19th-Century Medical Texts
Der Tanz der starren Körper. Repräsentation von Katalepsie in französischen medizinischen Texten des 19. Jahrhunderts
Alexandra Bacopoulos-Viau
p. 164-184

Résumés

En psychiatrie, disait Michel Foucault, le XIXe siècle fut le siècle des convulsions. En effet, depuis les crises mesmériennes de l’époque révolutionnaire jusqu’à l’apogée spectaculaire du théâtre de Charcot à la Belle Époque, le corps, au XIXe siècle, est trop agité. On s’imagine déferler, côte à côte, hystériques, épileptiques et autres névrosés, impuissants à dire leur mal, incapables de cesser leurs déchaînements, exhibant leur irrationalité excessive par le biais de leurs corps gesticulants. Or, cette même période fut aussi marquée par la présence parallèle d’une figure de corps immobile, figure que les historiens semblent généralement avoir mise de côté au profit de cette hystérique convulsive effrénée. C’est à l’évolution de cette curieuse « condition figée » dans l’imaginaire médical du XIXe siècle que nous nous intéresserons ici. Si ces femmes-statues jouèrent un rôle-clé dans ladite « découverte de l’inconscient » vers 1900, les diverses caractéristiques qui leur furent attribuées tout au long du siècle attestent du statut incertain qu’occupa le merveilleux durant une époque de plus en plus positiviste. Est ici examinée l’importance capitale de cette condition aux manifestations et caractéristiques parfois troublantes et mystérieuses dans la mise en place d’un discours savant sur la psyché.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Contexte. Des corps agités, ou « Le siècle des convulsions »
Découverte de la catalepsie expérimentale  : Petetin et la « perversion des sens »
Des statues figées  : catalepsie et orthodoxie médicale
Despine interprète de Petetin
« De véritables statues vivantes ». Catalepsie et inconscient
Des statues sans voix?
Remarques finales. Corps immobiles, corps indociles

Aperçu du début du texte

En psychiatrie, disait Michel Foucault, le XIXe siècle fut le siècle des convulsions. En effet, depuis les crises mesmériennes de l’époque révolutionnaire jusqu’à l’apogée spectaculaire du théâtre de Charcot à la Belle Époque, le corps, au XIXe siècle, est trop agité. On s’imagine déferler, côte à côte, hystériques, épileptiques et autres névrosés, impuissants à dire leur mal, incapables de cesser leurs déchaînements, exhibant leur irrationalité excessive par le biais de leurs corps gesticulants. Montrer pour ne pas dire : telle fut, semble-t-il, la destinée de ces patients tout au long du siècle de la psychiatrie naissante.

Or, cette même période fut aussi marquée par la présence parallèle d’une figure de corps immobile, figure que les historiens semblent généralement avoir mise de côté au profit de cette hystérique convulsive effrénée. À côté de celle-ci, se pose en ombre celle du sujet cataleptique : statique, figé, muet. Ces patientes – car il s’agit surtout de femmes – témoignen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bacopoulos-Viau, « La danse des corps figés. Catalepsie et imaginaire médical au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 164-184.

Référence électronique

Alexandra Bacopoulos-Viau, « La danse des corps figés. Catalepsie et imaginaire médical au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4250 ; DOI : 10.4000/rh19.4250

Haut de page

Auteur

Alexandra Bacopoulos-Viau

Doctorante à l’Université de Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page