Navigation – Plan du site
Articles

Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique

Public remembrances of the Risorgimento in Liberal Italy. A historiographic survey.
Öffentliche Erinnerungen an das Risorgimento im liberalen Italien. Eine historiographische Bestandsaufnahme
Massimo Baioni
Traduction de Marie-Amélie Bardinet
p. 151-161

Résumés

Cet article propose un panorama des études récentes qui, en dialogue étroit avec l’historiographie européenne, ont interrogé les rapports entre la construction de la mémoire publique du Risorgimento et les parcours de la nationalisation politique et culturelle des Italiens. Notre examen porte sur la production concernant le premier demi-siècle post-unitaire (1861-1911), période décisive de fondation et d’intégration des mythes du Risorgimento dans le discours public et les diverses stratégies de pédagogie patriotique. Nous avons privilégié l’analyse de la dialectique entre mémoire officielle et mémoires anragonistes, la variété des canaux symboliques utilisés pour véhiculer les mythes et les rituels patriotiques, les acteurs (institutions nationales et locales, associations, etc.) du discours national et de la mise en scène du Risorgimento, de même que les divers niveaux de réception de la pédagogie patriotique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Marie-Amélie Bardinet

Texte intégral

  • 1 Leone Ginzburg, « La tradizione del Risorgimento », in Leone Ginzburg, Scritti, Torino, Einaudi, 19 (...)

1« Pour les Italiens, l’attitude adoptée à propos du Risorgimento comporte toujours – et peut-être encore pour longtemps – un choix sans équivoque qui précède toute évaluation historiographique »1. C’est ce qu’écrivait en 1943 Leone Ginzburg, en référence à l’importance, pour les fascistes comme pour les antifascistes, du rapport au Risorgimento. En réalité, ces paroles prolongeaient un débat beaucoup plus ancien, remontant aux années qui suivirent la naissance du royaume d’Italie (1861), relatif au processus de formation de l’État unitaire, opposant les institutions, les mouvements politiques et les intellectuels.

  • 2 Cf. Walter Maturi, Interpretazioni del Risorgimento. Lezioni di storia della storiografia, Torino, (...)
  • 3 Massimo L. Salvadori, L’Italia e i suoi tre stati. Il cammino di una nazione, Roma-Bari, Laterza, 2 (...)
  • 4 Pour un aperçu général cf. Massimo Baioni, Risorgimento conteso. Memorie e usi pubblici nell’Italia (...)

2La portée du Risorgimento a longtemps été considérée à travers le prisme unique de ses interprétations historiographiques2. En revanche, la recherche s’est peu intéressée aux efforts entrepris par les régimes successifs pour faire du Risorgimento le pivot des commémorations et de la conscience nationale. Depuis une vingtaine d’années, le terrain de la mémoire publique du Risorgimento a toutefois commencé d’être exploré dans des travaux qui ont analysé les images, les représentations et les rituels mobilisés par les « trois états » successifs de l’Italie contemporaine (la monarchie libérale, la dictature fasciste et la démocratie républicaine)3 pour asseoir leur légitimité et affermir le sentiment national4.

  • 5 Il mito del Risorgimento nell’Italia unita, Atti del convegno (Milano, 9-12 novembre 1993), Il Riso (...)
  • 6 Cf. Simonetta Soldani et Gabriele Turi [dir.], Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italia cont (...)
  • 7 Fabrizio Dolci [dir.], Effemeridi patriottiche. Editoria d’occasione e mito del Risorgimento nell’I (...)
  • 8 Pour d’autres indications bibliographiques, cf. Massimo Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi (...)

3La mémoire du Risorgimento est au cœur de quelques ouvrages qui couvrent l’ensemble de l’histoire contemporaine de l’Italie5; elle est aussi présente dans plusieurs grandes fresques collectives consacrées à d’autres aspects cruciaux de l’histoire nationale6. Cependant, la plupart des études ont concentré leur attention sur la période qui s’étend de la proclamation du royaume d’Italie (1861) au cinquantenaire de l’Unité (1911), et ce choix n’est pas surprenant. Cette séquence chronologique correspond en effet à celle de la fondation et de l’intégration des mythes du Risorgimento dans la mémoire publique de la nation et dans les stratégies de pédagogie patriotique7. Certes, la référence au Risorgimento n’a pas disparu au lendemain de la Première Guerre mondiale. Elle a même constitué un élément fondamental de la politique mémorielle, tant pour l’État fasciste que pour l’État républicain. Mais après 1918, la mémoire du Risorgimento a été concurrencée dans le discours public sur le passé par d’autres références – la Grande Guerre, le fascisme, la Résistance – qui elles-mêmes ont d’ailleurs contribué à façonner de nouvelles lectures du Risorgimento8.

Institutions et pédagogie patriotique du Risorgimento dans l’Italie libérale

  • 9 Silvio Lanaro, L’ Italia nuova. Identità e sviluppo, 1861-1988, Torino, Einaudi, 1989, p. 149.
  • 10 Simonetta Soldani et Gabriele Turi, « Introduzione », in Simonetta Soldani et Gabriele Turi [dir.], (...)
  • 11 Bruno Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’Italia unita (1870-1900)(...)
  • 12 Ilaria Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello Stato e spazi sociali nell’Italia u (...)
  • 13 Catherine Brice, Monarchie et identité nationale en Italie (1861-1900), Paris, Éditions de l’EHESS, (...)
  • 14 Catherine Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française d (...)
  • 15 Cf. Simonetta Soldani, « Il Risorgimento a scuola : incertezze dello Stato e lenta formazione di un (...)

4Dans un essai très dense de 1988, Silvio Lanaro parlait de « défaut de halo religieux » autour de la monarchie de Savoie et de son incapacité à « faire naître la vénération et à occuper une place éminente dans l’imaginaire de masse »9. Simonetta Soldani et Gabriele Turi signalaient aussi « une prudence étonnante dans l’encouragement de formes de participation collective, même de type bonapartiste, au culte de la nation et de la patrie : ces formes qui trouvaient dans les fêtes civiles, dans les programmes scolaires ou dans les monuments leurs points de force pour une intégration nationale fondée sur des moments symboliques de remarquable intensité émotive »10. La nature élitiste de l’État libéral est à l’origine du peu d’implication de larges couches de la société dans le processus de nationalisation. Cependant, depuis les travaux importants de Bruno Tobia et Umberto Levra11, l’historiographie a montré que la période 1861-1911 est plus riche et structurée qu’il n’y paraissait. Les différents acteurs présents sur la scène politique de la nation ont interrogé de façon décisive « l’alphabétisation patriotique » qui nouait ensemble des objectifs de légitimation, d’autoreprésentation et d’éducation politique, in primis la monarchie, dans une phase marquée en Europe par la transformation du souverain « d’une figure magique et sacrale investie de la grâce divine à un organe de l’État pensé comme une personne juridique »12. Catherine Brice et d’autres historiens ont mis en évidence la forte présence de la monarchie dans le circuit des commémorations nationales et dans l’imaginaire plus générique du Risorgimento13. Il suffit de penser aux pèlerinages sur le tombeau de Victor Emmanuel II au Panthéon de Rome, ou au grand monument consacré au roi (le Vittoriano), dont l’histoire longue et contrastée (commencé en 1885, il fut inauguré en 1911 seulement) peut être vue comme une métaphore de la narration du Risorgimento et de son évolution14. Outre l’école et l’armée15, la politique des monuments et des fêtes civiles, les musées historiques, la musique, le théâtre et la rhétorique de célébration contribuent au processus de nationalisation, en bref tout ce qui dans l’Europe du XIXe siècle structure le système rituel d’occupation symbolique des espaces urbains et son insertion dans l’organisation de la mémoire publique.

5Un premier acquis de ces travaux concerne la périodisation. La volonté d’instaurer une religion civile fondée sur le mythe laïque du Risorgimento fut particulièrement affirmée dans les années de l’ascension de la Gauche historique (1876), puis à l’époque de Crispi, qui se termina par la défaite coloniale d’Adoua (1896). La fréquence des références au Risorgimento fut proportionnelle à la crise qui minait les structures encore fragiles du jeune État national, aux prises avec les nombreux problèmes qui suivirent l’unification, des tensions avec l’Église catholique à la question méridionale, de l’analphabétisme à la place de l’Italie sur la scène internationale.

6Dans ce nouveau cadre général, les hommes de la Gauche historique (pour la plupart d’anciens partisans de Mazzini et d’anciens garibaldiens) ont considéré le Risorgimento à la fois comme un vecteur de légitimation des institutions et comme un rempart contre les risques de dislocation du pays. Cependant, pour faire du Risorgimento le mythe fondateur de l’État unitaire, il fallait dépasser la représentation essentiellement dynastique de l’histoire récente, dominante après 1861. La récupération et l’intégration de la tradition démocratique ont donc répondu à la nécessité d’élargir le spectre des références symboliques de la nation, afin d’offrir aux nouveaux électeurs, après la réforme de 1882, une vision du passé au sein de laquelle ils pouvaient se reconnaître.

  • 16 Maurizio Ridolfi, « Mazzini », in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Personaggi e date (...)
  • 17 Michele Finelli, Il monumento di carta. L’Edizione Nazionale degli Scritti di Giuseppe Mazzini, Vil (...)

7L’interprétation consensuelle du Risorgimento qui s’est alors imposée a laissé une empreinte durable dans la mémoire publique. En atténuant les contrastes entre les différents protagonistes du Risorgimento, elle soulignait la convergence « providentielle » entre la monarchie, la diplomatie et la révolution, vers la solution unitaire. Les représentations iconographiques de la rencontre de Teano sont caractéristiques de cette interprétation : Victor-Emmanuel, Garibaldi, Cavour et Mazzini y sont représentés bras dessus, bras dessous ou en train de jouer aux cartes, entre amis, au paradis. Il s’agit là d’une inflexion importante dans le récit national : la monarchie de Savoie n’est plus l’unique objet de célébration, même si elle conserve un rôle central dans cet univers symbolique national, comme le confirme l’ascension difficile de Mazzini dans le panthéon patriotique16, qui ne s’acheva pas avant l’époque de Giolitti et fut aussi utilisée à des fins conservatrices17.

  • 18 Mario Isnenghi, Garibaldi fu ferito. Il mito, le favole, Roma, Donzelli, 2010.
  • 19 Christopher Duggan, Creare la nazione. Vita di Francesco Crispi, Roma-Bari, Laterza, 2000.
  • 20 Lanaro, L’Italia nuova…, op. cit., p. 152-153.
  • 21 Ibidem, p. 153.
  • 22 Umberto Levra, Fare gli italiani…, op. cit., p. 306.
  • 23 Ibidem, p. 353.

8La mort de Garibaldi le 2 juin 1882 constitue le tournant décisif qui a rendu possible l’installation et la diffusion de la nouvelle image du Risorgimento. Avec un sens aigu de l’opportunité, le groupe modéré se hâta de disputer aux démocrates l’héritage politique de la tradition garibaldienne. Le Garibaldi rebelle se trouva dilué dans l’image du « révolutionnaire discipliné »18, héros de la patrie, prêt à s’incliner face aux exigences nationales incarnées par la politique monarchiste. Le Sicilien Francesco Crispi est un acteur essentiel de la fabrique de cette pédagogie patriotique19. Avant de devenir monarchiste, il avait été un fervent partisan de Mazzini et de Garibaldi. Il percevait le Risorgimento avec une sorte d’« intuition infaillible pour la force entraînante des mythes »20. Il visait à « sanctifier une histoire qui remonte tout juste à hier »21 et à fixer « dans l’imaginaire collectif les institutions nées du Risorgimento »22 afin d’instaurer une interprétation nationale et populaire du Risorgimento. La monarchie et le peuple, consacrés par les plébiscites de 1860, devenaient les piliers de l’État-nation et de la nouvelle identité nationale. Dans une phase où les tensions sociales devenaient de plus en plus aiguës, cette lecture du Risorgimento fut aussi conçue comme un instrument « pour légitimer sur le plan des idées une hégémonie et une politique, et pour créer le consensus, en opposant, en plus des états de siège et d’autres moyens, la barrière de l’histoire et des mémoires sacrées et récentes de la patrie à la délégitimation mise en avant par les classes populaires en mouvement et par leurs porte-parole politiques »23.

  • 24 Arianna Arisi Rota, Monica Ferrari, Matteo Morandi [dir.], Patrioti si diventa. Luoghi e linguaggi (...)
  • 25 Alberto M. Banti, La memoria degli eroi, in Alberto M. Banti et Paul Ginsborg [dir.], Storia d’Ital (...)
  • 26 Cf., entre autres, Lucy Riall, Garibaldi. Invention of a Hero, New Haven et London, Yale University (...)
  • 27 Sergio Raffaelli, « I nomi delle vie », in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Simboli e (...)
  • 28 Lars Berggren et Lennart Sjöstedt, L’ombra dei grandi. Monumenti e politica monumentale a Roma (187 (...)
  • 29 Massimo Baioni, La « religione della patria ». Musei e istituti del culto risorgimentale (1884-1918 (...)
  • 30 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, Pr (...)

9Les implications de cette opération furent multiples. La sacralisation laïque de la patrie ne pouvait se passer de symboles et de rituels. Les langages et les liturgies de la nation ont ainsi puisé leur inspiration dans le répertoire des images et des codes de la tradition catholique24. Martyrs et héros, pèlerinages, cultes et vénération de reliques ont été au centre d’« un réseau de discours riche de renvois et d’un nombre infini de jeux de miroirs »25 qui a pu se traduire, dans le cas de Garibaldi, par des accès d’enthousiasme religieux26. Les villes italiennes devinrent le théâtre d’une mise en scène de l’histoire de la patrie centrée sur l’exaltation édifiante d’un Risorgimento conciliateur. Les noms de rues et de places27, les statues de Victor Emmanuel II et de Garibaldi28, les salles des premiers musées du Risorgimento29 exprimaient l’urgence de faire converger imaginaire dynastique et imaginaire démocratique et garibaldien. Dans un présent toujours marqué par de profondes déchirures, cet effort pour édifier un passé commun et partagé où dominent la solidarité patriotique et l’abnégation héroïque était particulièrement visible dans les manuels scolaires, les écrits de Giosuè Carducci et ceux de Edmondo De Amicis (1886) qui, avec Cuore, propose un véritable catéchisme laïque de la nation30.

Conflits de mémoires, jeux d’échelles et associationnisme

  • 31 Franco Della Peruta, « Il mito del Risorgimento e l’estrema sinistra dall’Unità al 1914 », Il Risor (...)

10Tandis que de nombreux travaux ont éclairé les stratégies officielles de commémoration patriotique et de consolidation de la mémoire publique du Risorgimento, celles développées par la gauche de l’éventail politique n’ont pas encore été étudiées d’aussi près. Pourtant, les milieux du radicalisme démocratique qui se reconnaissaient dans la figure de Mazzini ou dans celle de Garibaldi, captée par l’hagiographie officielle, n’ont pas tardé à organiser des cultes patriotiques parallèles31.

  • 32 Simonetta Soldani, « Il silenzio e la memoria divisa. Rispecchiamenti giubilari nel Quarantotto ita (...)
  • 33 Guido Verucci, Il XX settembre, in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Personaggi e date (...)

11Dans le contexte de la crise de la fin du siècle, marquée par de fortes tensions sociales et par des tentations autoritaires, ces manifestations ont été à la fois l’expression d’une opposition frontale et d’une mémoire divisée32. L’Italie monarchique se mettait en scène pendant la fête du Statuto ou à l’occasion de la fête du 20 septembre (fête civile depuis 1895), anniversaire de la prise de Rome et de la fin du pouvoir temporel de l’Église (1870)33. En revanche, dans les zones où les cultures démocratiques étaient fortement enracinées, telle la Romagne républicaine, un calendrier patriotique autonome investissait l’espace public. L’affirmation d’une identité antagoniste à celle de la monarchie libérale passait notamment par la commémoration annuelle de la proclamation de la République romaine de 1849 (9 février), par la célébration laïque de la saint Giuseppe (19 mars), en l’honneur de Mazzini et Garibaldi, ou encore par l’organisation de festivités aux dates anniversaires de la mort de Mazzini (10 mars) et de Garibaldi (2 juin).

  • 34 Marco Fincardi, « Le bandiere del « vecchio scarpone ». Dinamiche socio-politiche e appropriazioni (...)
  • 35 Guido Formigoni, L’Italia dei cattolici. Fede e nazione dal Risorgimento alla Repubblica, Bologna, (...)

12De même, les « autres » Italies, la socialiste et la catholique, mériteraient un traitement plus approfondi. Dans le cas des socialistes par exemple, il semble que les points de convergence avec la mémoire « officielle » du Risorgimento aient été plus nombreux que ne le laisserait supposer la dimension internationaliste des journées canoniques du calendrier socialiste (le premier mai ou l’anniversaire de la Commune de Paris)34. Il en est de même pour les catholiques. Certes, l’hostilité prolongée de l’Église à l’égard de l’État libéral se traduisit par une forte aversion face aux rituels patriotiques et à la formation d’une conscience nationale se réclamant du libéralisme laïque. Toutefois, au tournant du siècle et à l’époque de Giolitti, la constitution d’alliances entre cléricaux et modérés dans la gestion du pouvoir municipal a contribué à atténuer les critiques catholiques à propos du Risorgimento, aboutissant à une recomposition significative à l’occasion de la campagne coloniale pour la conquête de la Libye (1911-12)35.

  • 36 Ilaria Porciani, « Identità locale – identità nazionale : la costruzione di una doppia appartenenza (...)
  • 37 Axel Körner, Politics of Culture in Liberal Italy. From Unification to Fascism, New York/London, Ro (...)
  • 38 Erminia Irace, Itale glorie, Bologna, Il Mulino, 2003.
  • 39 Pour quelques exemples, cf. Eva Cecchinato, La rivoluzione restaurata. Il 1848-1849 a Venezia tra m (...)

13Parler d’antagonismes mémoriels à propos du Risorgimento conduit à poser la question du rapport entre l’échelle nationale et l’échelle locale36. En Italie, les manifestations de pédagogie patriotique et les rituels du Risorgimento furent particulièrement décisifs à la périphérie. Les travaux dont ils firent l’objet méritent d’être enrichis par ceux d’Axel Körner et de Simona Troilo qui ont pour leur part travaillé sur les cas de Bologne et de quelques villes de l’Italie centrale37. La dialectique entre centre et périphérie, entre grande et petite patrie fut au cœur de la dynamique de célébration du Risorgimento, élaborée en termes d’intégration/compétition. Vécue pendant longtemps comme voie préférentielle de construction identitaire, l’insistance sur les gloires civiques locales (anciennes et récentes)38 a pu agir comme contrepoids – parfois même comme barrière – face à une vulgate patriotique tendant à homogénéiser l’ensemble du territoire39. Les politiques mémorielles furent profondément conditionnées par la « géographie » du patriotisme et des réseaux d’intérêts à la base de la vie municipale. Un univers composite était mobilisé, formé par des notables, des érudits, des institutions culturelles (sociétés d’histoire de la patrie, etc.) et des réseaux associatifs.

  • 40 Cf. Catherine Brice, « Il 1911 in Italia. Convergenza di poteri, frazionamento di rappresentazioni  (...)

14La focalisation de l’analyse au niveau local et régional est nécessaire pour comprendre comment les diverses cultures politiques et le monde des associations sont entrés en concurrence pour la légitimation du pouvoir, le processus de nationalisation, les modèles d’autoreprésentation et d’usage public de la mémoire du Risorgimento. Dans une Italie toujours traversée par de profondes fractures politiques et sociales, les célébrations du cinquantième anniversaire de l’unité, en 1911, furent significativement réparties entre les trois capitales successives du royaume (Turin, Florence, Rome) et les expositions consacrées aux traditions et aux cultures régionales eurent à cette occasion une grande visibilité40.

  • 41 Claudio Mancuso, « Miti del Risorgimento a Palermo. Spazi urbani e simbologie patriottiche (1861-19 (...)

15Le déficit de travaux historiques portant sur l’Italie du Sud rend pour l’instant impossible l’établissement d’une synthèse nationale sur la pédagogie patriotique et la mémoire du Risorgimento. En effet, les études consacrées à la sociabilité nobiliaire et bourgeoise méridionale n’abordent pas la question des rites, des célébrations et autres manifestations du culte du Risorgimento41.

  • 42 Eva Cecchinato, Camicie rosse. I garibaldini dall’Unità alla Grande Guerra, Roma-Bari, Laterza, 200 (...)
  • 43 Con la guerra nella memoria : Reduci, superstiti, veterani nell’Italia liberale, numéro spécial du (...)
  • 44 Fulvio Conti, Massoneria e religioni civili. Cultura laica e liturgie politiche fra XVIII e XX seco (...)

16Le déplacement de la recherche à l’échelle locale apparaît comme le moyen le plus adapté pour mettre en lumière les protagonistes du discours patriotique et reconstruire les mécanismes d’organisation des manifestations et les niveaux de circulation à l’intérieur de la société. Des indications utiles peuvent être tirées des études sur le tissu multiforme des sociétés d’anciens combattants et de vétérans des guerres pour l’indépendance. L’associationnisme patriotique, à commencer par l’associationnisme garibaldien42, joua en effet un rôle d’entraînement : ses objectifs de solidarité et de secours mutuel s’ajoutèrent aux instances d’éducation laïque et de participation aux rituels de la nation43. Les relations entre pédagogie patriotique et franc-maçonnerie sont également à prendre en considération44. Dans les milieux politiques et les réseaux d’associations locaux, l’affiliation à la maçonnerie apparaît au cœur de nombre d’initiatives utilisant l’héritage du Risorgimento à des fins d’éducation politique.

  • 45 Anna Maria Isastia [dir.], Il progetto liberal democratico di Ettore Ferrari. Un percorso tra polit (...)

17Dans les milieux libéraux, modérés et démocratiques, de nombreux acteurs ont été très actifs sur le terrain de la célébration du Risorgimento, en particulier lors des commémorations du 20 septembre ou de la mort de Mazzini et de Garibaldi. De Paolo Boselli à Luigi Rava, de Tommaso Villa à Ernesto Nathan et à Ettore Ferrari, tous ont été aux prises avec un engagement qui s’est exprimé sur des lignes directrices différentes mais complémentaires45.

Réception

18Les nombreuses recherches disponibles ont permis de reconstituer le réseau, la portée, les niveaux de conscience et l’engagement pédagogique portés par les institutions, les mouvements politiques et les associations. La question de la réception de ce projet dans la société italienne est davantage restée dans l’ombre.

  • 46 Emilio Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Roma (...)
  • 47 Rolf Petri [dir.], Nostalgia. Memoria e passaggi tra le sponde dell’Adriatico, Roma, Edizioni di St (...)

19Emilio Gentile a constaté que les liturgies patriotiques dans l’Italie libérale ont constitué des manifestations « de faiblesse plutôt qu’une démonstration de force ». Il les définit comme des « rites du regret », des « manifestations déchirantes de deuil d’une collectivité qui se sentait abandonnée par ses saints protecteurs dans une époque toujours plus incertaine et agitée »46. La thèse est suggestive, même si elle vise surtout à confirmer le saut qualitatif que le fascisme a ensuite marqué dans les formes de sacralisation politique. En outre, le regret et la nostalgie ne sont pas, en eux-mêmes, des sentiments incompatibles avec la mobilisation et la participation à des rites patriotiques47. Ainsi, il semble plus utile d’assumer le jugement de Gentile comme une invitation à explorer davantage la multiplicité des strates où se sont structurés les rites patriotiques dans l’Italie libérale, en les situant dans une géographie et une temporalité différenciées.

  • 48 Cf. Nicolas Mariot, « Qu’est-ce qu’un « enthousiasme civique » ? Sur l’historiographie des fêtes po (...)

20Il est assez logique que les études pionnières, dans un champ presque inexploré, aient d’abord privilégié le moment du projet et de la mise en place institutionnelle. Il est désormais nécessaire d’explorer le versant de la réception, même si la méthodologie d’une telle approche pose bien des difficultés. La confusion entre participation et adhésion doit être soigneusement évitée : « il n’est pas évident que l’on puisse faire de l’enthousiasme la conséquence d’un militantisme intérieur »48. Sur le plan des sources, il existe par ailleurs un déséquilibre net entre la documentation attestant l’existence d’un projet de pédagogie politique (une manifestation patriotique, un monument, un musée, etc.) et la documentation permettant d’évaluer l’impact de tels projets dans la société. Cependant, quelques pistes existent, en procédant au moins par approximation initiale.

  • 49 Massimo Baioni, La « religione della patria »…, op. cit., p. 145-147.

21Il convient ainsi de ne pas négliger les données quantitatives. L’affluence aux cérémonies patriotiques, de l’inauguration de monuments aux fêtes nationales et locales est enregistrée avec grande attention par la presse, surtout par les magazines à grande diffusion comme l’Illustrazione Italiana. Les registres d’entrée des musées du Risorgimento témoignent quant à eux d’une présence très importante de visiteurs – plus de 100 000 à Milan49 – qu’il faudrait analyser plus finement pour saisir les motivations des acteurs.

  • 50 Cf. Atti del primo congresso per la storia del Risorgimento italiano tenutosi in Milano nel novembr (...)

22Les archives scolaires offrent elles aussi une voie d’accès à la réception mémorielle dans la mesure où l’école fut la destinataire privilégiée de la pédagogie politique associée au mythe du Risorgimento. Les lenteurs et les retards qui limitèrent la présence du Risorgimento dans l’École, du primaire à l’université, nourrirent par exemple des récriminations continuelles dans les chroniques du début du siècle. Des récriminations furent aussi exprimées dans le milieu militaire où la méconnaissance de l’histoire de la patrie parmi les soldats fut souvent dénoncée comme un élément de faiblesse morale50.

  • 51 Stefano Pivato, Il nome e la storia. Onomastica e religioni politiche nell’Italia contemporanea, Bo (...)
  • 52 Arianna Arisi Rota, « Eroi, martiri, concittadini patrioti  : i necrologi come pedagogia del ricord (...)
  • 53 Cf. Antonio Gibelli, « Da contadini a italiani ? Grande Guerra e identità nazionale nelle testimoni (...)

23Le champ de la mémoire privée, au croisement de la mémoire publique, reste encore largement inexploré. Des indications précieuses sur la réception – officielle et protestataire – des mythes du Risorgimento peuvent pourtant être tirées de la diffusion de noms liés à la tradition risorgimentale, surtout démocratique51. Par leur langage et leurs contenus, les nécrologies de soldats tombés au combat, qui dessinent une forme spécifique de pédagogie du souvenir, sont aussi des révélateurs tout à fait significatifs52. Les documents autobiographiques – journaux intimes, recueils de lettres, mémoires – ouvrent de très larges perspectives. Ils sont disponibles en nombre de plus en plus important grâce à l’activité intense de quelques institutions parmi lesquelles l’Archivio diaristico nazionale de Pieve Santo Stefano (Arezzo) et les archives de l’écriture populaire de Trento-Rovereto et de Gênes. Nombreux sont les auteurs de journaux intimes et les mémorialistes qui, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, décrivent l’impact d’expositions nationales, d’inaugurations de monuments, de pèlerinages dans les lieux sacrés de la patrie – du Panthéon à Caprera. L’émigration et les deux guerres mondiales ont aussi provoqué un besoin de plus en plus diffus d’écriture dans les classes populaires. Les écrits privés issus de la Grande Guerre permettent d’étudier plus en profondeur le rapport avec la mémoire du Risorgimento. Ils représentent en effet une documentation d’importance essentielle pour mesurer la sédimentation et les limites de l’opération qui pendant un demi-siècle a accompagné le difficile processus de nationalisation des Italiens53.

*

  • 54 Pour une approche comparée, cf. Maurizio Ridolfi [dir.], Rituali civili. Storie nazionali e memorie (...)
  • 55 Il suffit de rappleler ici les nombreuses pistes de recherches ouvertes, comme par exemple, Alain C (...)
  • 56 Par exemple, Alon Confino, The Nation as a Local Metaphor. Württemberg, Imperial Germany and Nation (...)
  • 57 Nicolas Mariot, « Qu’est-ce qu’un « enthousiasme civique » ?… », loc. cit., p. 123.

24Ritualité, symbolique politique et mémoire publique : sur ces thèmes, les études italiennes ont intensément dialogué au cours des vingt dernières années avec les historiographies des autres pays européens54. S’inspirant des travaux classiques de Mosse, Agulhon, Hobsbawm, Nora, Ozouf, et sensibles aux sollicitations venues de la sociologie ou de l’anthropologie culturelle (de Halbwachs à Geertz, d’Edelman à Turner), de nombreuses recherches ont exploré les fêtes, les rituels, les religions civiles afin de mieux saisir les transformations de la pratique politique et de ses langages55. Dans le cas de l’Italie libérale (1861-1922), l’analyse de la scène rituelle de la nation a constitué un pas important dans le renouvellement des études, en direction d’une histoire sociale et culturelle de la politique. Grâce à ces travaux, le tableau nous apparaît désormais plus dynamique, transformant l’image traditionnelle d’un État qui, quoiqu’élitiste, ne fut pas pour autant incapable de promouvoir une ambitieuse pédagogie nationale. Dans une réalité polycentrique comme celle de l’Italie, une comparaison approfondie semble nécessaire au niveau territorial, insistant sur le rapport local/national – dimension également présente dans des travaux novateurs sur d’autres ensembles nationaux56. Les études détaillées de certaines villes permettent de mettre en évidence de manière plus claire la géographie des rituels patriotiques, les conflits de mémoires, les acteurs impliqués dans les commémorations (municipalités, associations, école, armée, intellectuels etc.), et ainsi de se donner les moyens de déplacer l’attention vers la réception de la mémoire du Risorgimento, de mesurer la fonction « d’intégration » des fêtes et des rituels, le niveau de réponse de ceux qui y participèrent, « l’autonomie de volonté comme la qualité de conscience »57.

Haut de page

Notes

1 Leone Ginzburg, « La tradizione del Risorgimento », in Leone Ginzburg, Scritti, Torino, Einaudi, 1964, p. 114.

2 Cf. Walter Maturi, Interpretazioni del Risorgimento. Lezioni di storia della storiografia, Torino, Einaudi, 1962 ; Lucy Riall, Il Risorgimento. Storia e interpretazioni, Roma, Donzelli, 1997 ; Ester Capuzzo [dir.], Cento anni di storiografia sul Risorgimento, Atti del LX congresso di storia del Risorgimento italiano (Rieti, 18-21 octobre 2000), Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 2002.

3 Massimo L. Salvadori, L’Italia e i suoi tre stati. Il cammino di una nazione, Roma-Bari, Laterza, 2011.

4 Pour un aperçu général cf. Massimo Baioni, Risorgimento conteso. Memorie e usi pubblici nell’Italia contemporanea, Reggio Emilia, Diabasis, 2009 ; Maurizio Ridolfi, « Risorgimento », in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’Italia unita, Roma-Bari, Laterza, 2010 [1996], p. 3-47.

5 Il mito del Risorgimento nell’Italia unita, Atti del convegno (Milano, 9-12 novembre 1993), Il Risorgimento, n°  1-2, 1995 ; Fiorenza Tarozzi et Giorgio Vecchio [dir.], Gli italiani e il tricolore. Patriottismo, identità nazionale e fratture sociali lungo due secoli di storia, Bologna, Il Mulino, 1999 ; Albert Russell Ascoli et Krystyna von Henneberg (ed.), Making and Remaking Italy. The Cultivation of National Identity around the Risorgimento, Oxford-New York, Berg, 2001.

6 Cf. Simonetta Soldani et Gabriele Turi [dir.], Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italia contemporanea, Bologna, Il Mulino, 1993, 2 volumes ; Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria, Roma-Bari, Laterza, 1996-1997, 3 volumes ; Mario Isnenghi [dir.], Gli Italiani in guerra. Conflitti, identità, memorie dal Risorgimento ai nostri giorni, Torino, Utet, 2008-2009, 5 volumes ; Oliver Janz et Lutz Klinkhammer [dir.], La morte per la patria. La celebrazione dei caduti dal Risorgimento alla Repubblica, Roma, Donzelli, 2008.

7 Fabrizio Dolci [dir.], Effemeridi patriottiche. Editoria d’occasione e mito del Risorgimento nell’Italia unita (1860-1900). Saggio di bibliografia, Roma, Biblioteca di storia moderna e contemporanea, 1994.

8 Pour d’autres indications bibliographiques, cf. Massimo Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Torino-Roma, Carocci, 2006 et Massimo Baioni, Risorgimento conteso…, op. cit.

9 Silvio Lanaro, L’ Italia nuova. Identità e sviluppo, 1861-1988, Torino, Einaudi, 1989, p. 149.

10 Simonetta Soldani et Gabriele Turi, « Introduzione », in Simonetta Soldani et Gabriele Turi [dir.], Fare gli italiani…, op. cit., volume 1, p. 19.

11 Bruno Tobia, Una patria per gli italiani. Spazi, itinerari, monumenti nell’Italia unita (1870-1900), Roma-Bari, Laterza, 1991 ; Umberto Levra, Fare gli italiani. Memoria e celebrazione del Risorgimento, Torino, Comitato di Torino dell’Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1992.

12 Ilaria Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello Stato e spazi sociali nell’Italia unita, Bologna, Il Mulino, 1997, p. 155.

13 Catherine Brice, Monarchie et identité nationale en Italie (1861-1900), Paris, Éditions de l’EHESS, 2010 ; Francesco Luciani, « La « monarchia popolare ». Immagine del re e nazionalizzazione delle masse negli anni della Sinistra al potere (1876-1891) », Cheiron, n°  25-26, 1996, p. 141-188.

14 Catherine Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, École française de Rome, 1998 ; Bruno Tobia, L’altare della patria, Bologna, Il Mulino, 1998.

15 Cf. Simonetta Soldani, « Il Risorgimento a scuola : incertezze dello Stato e lenta formazione di un pubblico di lettori », in Ennio Dirani [dir.], Alfredo Oriani e la cultura del suo tempo, Ravenna, Longo, 1985, p. 133-172 ; Marco Mondini, « La nazione di Marte. Esercito e nation building nell’Italia unita », Storica, n°  20-21, 2001, p. 209-245.

16 Maurizio Ridolfi, « Mazzini », in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Personaggi e date dell’Italia unita, Roma-Bari, Laterza, 1997, p. 3-23.

17 Michele Finelli, Il monumento di carta. L’Edizione Nazionale degli Scritti di Giuseppe Mazzini, Villa Verrucchio (Rimini), Pazzini, 2004 ; Pietro Finelli, « ”È divenuto un Dio”. Santità, Patria e Rivoluzione nel “culto di Mazzini” », in Alberto M. Banti et Paul Ginsborg [dir.], Storia d’Italia, Annali 22. Il Risorgimento, Torino, Einaudi, 2007, p. 665-695 ; Simon Levis Sullam, L’apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Roma-Bari, Laterza, 2010.

18 Mario Isnenghi, Garibaldi fu ferito. Il mito, le favole, Roma, Donzelli, 2010.

19 Christopher Duggan, Creare la nazione. Vita di Francesco Crispi, Roma-Bari, Laterza, 2000.

20 Lanaro, L’Italia nuova…, op. cit., p. 152-153.

21 Ibidem, p. 153.

22 Umberto Levra, Fare gli italiani…, op. cit., p. 306.

23 Ibidem, p. 353.

24 Arianna Arisi Rota, Monica Ferrari, Matteo Morandi [dir.], Patrioti si diventa. Luoghi e linguaggi di pedagogia patriottica nell’Italia unita, Milano, Angeli, 2009.

25 Alberto M. Banti, La memoria degli eroi, in Alberto M. Banti et Paul Ginsborg [dir.], Storia d’Italia, Annali 22. Il Risorgimento…, op. cit., p. 663. Cf. aussi le volume Pédagogie et liturgie nationale dans l’Italie post unitaire, Mélanges de l’École Française de Rome. Italie et Mediterranée, tome 109, n°  1, 1997.

26 Cf., entre autres, Lucy Riall, Garibaldi. Invention of a Hero, New Haven et London, Yale University Press, 2007 ; Dino Mengozzi, Garibaldi taumaturgo. Reliquie laiche e politica nell’Ottocento, Manduria-Bari-Roma, Lacaita, 2008.

27 Sergio Raffaelli, « I nomi delle vie », in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Simboli e miti dell’Italia unita…, op. cit., p. 219-223.

28 Lars Berggren et Lennart Sjöstedt, L’ombra dei grandi. Monumenti e politica monumentale a Roma (1870-1895), Roma, Artemide, 1996 ; Ilaria Porciani, « Stato, statue, simboli  : i monumenti nazionali a Garibaldi e a Minghetti del 1895 », Annale ISAP, n°  1, 1993, p. 211-242. Sur Turin cf. Cristina Lanfranco, « L’uso politico dei monumenti. Il caso torinese fra 1849 e 1915 », Il Risorgimento, n°  2, 1996, p. 207-273.

29 Massimo Baioni, La « religione della patria ». Musei e istituti del culto risorgimentale (1884-1918), Treviso, Pagus, 1994.

30 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, Presses universitaires de Caen, 2006 ; Gilles Pécout, « Le livre Cœur  : éducation, culture et nation dans l’Italie libérale », in Edmondo De Amicis, Le livre Cœur, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’École normale supérieure, 2001, p. 357-483.

31 Franco Della Peruta, « Il mito del Risorgimento e l’estrema sinistra dall’Unità al 1914 », Il Risorgimento, n°  1-2, 1995, p. 32-70 ; Fulvio Conti, L’Italia dei democratici. Sinistra risorgimentale, massoneria e associazionismo fra Otto e Novecento, Milano, Angeli, 2000.

32 Simonetta Soldani, « Il silenzio e la memoria divisa. Rispecchiamenti giubilari nel Quarantotto italiano », in Renato Camurri [dir.], Memoria, rappresentazioni e protagonisti del 1848 italiano, Sommacampagna (Verona), Cierre, 2006, p. 97-126.

33 Guido Verucci, Il XX settembre, in Mario Isnenghi [dir.], I luoghi della memoria. Personaggi e date dell’Italia unita…, op. cit., p. 87-100.

34 Marco Fincardi, « Le bandiere del « vecchio scarpone ». Dinamiche socio-politiche e appropriazioni di simboli, dallo Stato liberale al fascismo », in Tarozzi et Vecchio [dir.], Gli italiani e il Tricolore… op. cit., p. 201-262.

35 Guido Formigoni, L’Italia dei cattolici. Fede e nazione dal Risorgimento alla Repubblica, Bologna, Il Mulino, 1998 ; Francesco Traniello, Religione cattolica e stato nazionale. Dal Risorgimento al secondo dopoguerra, Bologna, Il Mulino, 2007.

36 Ilaria Porciani, « Identità locale – identità nazionale : la costruzione di una doppia appartenenza », in Oliver Janz, Pierangelo Schiera, Hannes Siegrist [dir.], Centralismo e federalismo tra Otto e Novecento, Italia e Germania a confronto, Bologna, Il Mulino, 1998, p. 141-182 ; Carlotta Sorba, « Identità locali », Contemporanea, n°  1, 1998, p. 157-180.

37 Axel Körner, Politics of Culture in Liberal Italy. From Unification to Fascism, New York/London, Routledge, 2009 ; Simona Troilo, La patria e la memoria. Tutela e patrimonio culturale nell’Italia unita, Milano, Electa, 2005.

38 Erminia Irace, Itale glorie, Bologna, Il Mulino, 2003.

39 Pour quelques exemples, cf. Eva Cecchinato, La rivoluzione restaurata. Il 1848-1849 a Venezia tra memoria e oblio, Padova, Il Poligrafo, 2003 ; Claudia Burzagli, « Tra piccola e grande patria. La costruzione della memoria di Curtatone e Montanara in Toscana (1849-1876) », Rassegna storica toscana, n°  2, 2006, p. 267-299 ; Matteo Morandi, Garibaldi, Virgilio e il violino. La costruzione dell’identità locale a Cremona e Mantova dall’Unità al primo Novecento, Milano, Angeli, 2009 ; Massimo Baioni, Rituali in provincia. Commemorazioni e feste civili a Ravenna (1861-1975), Ravenna, Longo, 2010.

40 Cf. Catherine Brice, « Il 1911 in Italia. Convergenza di poteri, frazionamento di rappresentazioni », Memoria e Ricerca, n°  34, mai-août 2010, p. 47-62.

41 Claudio Mancuso, « Miti del Risorgimento a Palermo. Spazi urbani e simbologie patriottiche (1861-1911) », Mediterranea, n°  11, dicembre 2007, p. 545-576.

42 Eva Cecchinato, Camicie rosse. I garibaldini dall’Unità alla Grande Guerra, Roma-Bari, Laterza, 2007.

43 Con la guerra nella memoria : Reduci, superstiti, veterani nell’Italia liberale, numéro spécial du Bollettino del Museo del Risorgimento de Bologna, 1994. Sur les societés de tir cf. Gilles Pécout, « Les societés de tir dans l’Italie unifièe de la seconde moitié du XIXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, tome 102, n°  2, 1990, p. 533-676.

44 Fulvio Conti, Massoneria e religioni civili. Cultura laica e liturgie politiche fra XVIII e XX secolo, Bologna, Il Mulino, 2008.

45 Anna Maria Isastia [dir.], Il progetto liberal democratico di Ettore Ferrari. Un percorso tra politica e arte, Milano, Angeli, 1997 ; Silvano Montaldo, Patria e affari. Tommaso Villa e la costruzione del consenso tra Unità e Grande Guerra, Torino, Comitato di Torino dell’Istituto per la Storia del Risorgimento Italiano, 1999.

46 Emilio Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Roma-Bari, Laterza, 1993, p. 22.

47 Rolf Petri [dir.], Nostalgia. Memoria e passaggi tra le sponde dell’Adriatico, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2010.

48 Cf. Nicolas Mariot, « Qu’est-ce qu’un « enthousiasme civique » ? Sur l’historiographie des fêtes politiques en France après 1789 », Annales. Histoire, sciences sociales, volume 63, n°  1, 2008, p. 120.

49 Massimo Baioni, La « religione della patria »…, op. cit., p. 145-147.

50 Cf. Atti del primo congresso per la storia del Risorgimento italiano tenutosi in Milano nel novembre 1906, Milano, Lanzani, 1907.

51 Stefano Pivato, Il nome e la storia. Onomastica e religioni politiche nell’Italia contemporanea, Bologna, Il Mulino, 1999.

52 Arianna Arisi Rota, « Eroi, martiri, concittadini patrioti  : i necrologi come pedagogia del ricordo », in Arisi Rota, Ferrari, Morandi [dir.], Patrioti si diventa… op. cit., p. 143-156 ; Fabrizio Dolci et Oliver Janz [dir.], Non omnis moriar. Gli opuscoli di necrologio per i caduti italiani nella Grande guerra. Bibliografia analitica, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2003.

53 Cf. Antonio Gibelli, « Da contadini a italiani ? Grande Guerra e identità nazionale nelle testimonianze dei combattenti », Ricerche storiche, n°  3, 1997, p. 617-634.

54 Pour une approche comparée, cf. Maurizio Ridolfi [dir.], Rituali civili. Storie nazionali e memorie pubbliche nell’Europa contemporanea, Roma, Gangemi, 2006.

55 Il suffit de rappleler ici les nombreuses pistes de recherches ouvertes, comme par exemple, Alain Corbin, Noëlle Gérôme, Danielle Tartakowsky [dir.], Les usages politiques des fêtes aux XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Jean Davallon, Philippe Dujardin, Gérard Sabatier [dir.], Le Geste commémoratif, Lyon, Ceriep, 1994 ; John R. Gillis (ed.), Commemorations. The Politics of National Identity, Princeton, Princeton University Press, 1994.

56 Par exemple, Alon Confino, The Nation as a Local Metaphor. Württemberg, Imperial Germany and National Memory 1871-1918, Chapel Hill (N.C.), University of North Carolina Press, 1997 ; Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

57 Nicolas Mariot, « Qu’est-ce qu’un « enthousiasme civique » ?… », loc. cit., p. 123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Massimo Baioni, « Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 151-161.

Référence électronique

Massimo Baioni, « Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 03 mai 2016. URL : http://rh19.revues.org/4245 ; DOI : 10.4000/rh19.4245

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page