Navigation – Plan du site
Articles

Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique

Public remembrances of the Risorgimento in Liberal Italy. A historiographic survey.
Öffentliche Erinnerungen an das Risorgimento im liberalen Italien. Eine historiographische Bestandsaufnahme
Massimo Baioni
Traduction de Marie-Amélie Bardinet
p. 151-161

Résumés

Cet article propose un panorama des études récentes qui, en dialogue étroit avec l’historiographie européenne, ont interrogé les rapports entre la construction de la mémoire publique du Risorgimento et les parcours de la nationalisation politique et culturelle des Italiens. Notre examen porte sur la production concernant le premier demi-siècle post-unitaire (1861-1911), période décisive de fondation et d’intégration des mythes du Risorgimento dans le discours public et les diverses stratégies de pédagogie patriotique. Nous avons privilégié l’analyse de la dialectique entre mémoire officielle et mémoires anragonistes, la variété des canaux symboliques utilisés pour véhiculer les mythes et les rituels patriotiques, les acteurs (institutions nationales et locales, associations, etc.) du discours national et de la mise en scène du Risorgimento, de même que les divers niveaux de réception de la pédagogie patriotique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Marie-Amélie Bardinet

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Institutions et pédagogie patriotique du Risorgimento dans l’Italie libérale
Conflits de mémoires, jeux d’échelles et associationnisme
Réception

Aperçu du début du texte

« Pour les Italiens, l’attitude adoptée à propos du Risorgimento comporte toujours – et peut-être encore pour longtemps – un choix sans équivoque qui précède toute évaluation historiographique ». C’est ce qu’écrivait en 1943 Leone Ginzburg, en référence à l’importance, pour les fascistes comme pour les antifascistes, du rapport au Risorgimento. En réalité, ces paroles prolongeaient un débat beaucoup plus ancien, remontant aux années qui suivirent la naissance du royaume d’Italie (1861), relatif au processus de formation de l’État unitaire, opposant les institutions, les mouvements politiques et les intellectuels.

La portée du Risorgimento a longtemps été considérée à travers le prisme unique de ses interprétations historiographiques. En revanche, la recherche s’est peu intéressée aux efforts entrepris par les régimes successifs pour faire du Risorgimento le pivot des commémorations et de la conscience nationale. Depuis une vingtaine d’années, le terrain de la mémoire publique du Riso...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Massimo Baioni, « Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 151-161.

Référence électronique

Massimo Baioni, « Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4245 ; DOI : 10.4000/rh19.4245

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page