Navigation – Plan du site
Articles

L’historiographie catholique face au Risorgimento

Catholic historiography of the Risorgimento
Die katholische Geschichtsschreibung über das Risorgimento
Daniele Menozzi
Traduction de Marie-Amélie Bardinet
p. 139-150

Résumés

En 1961, à l’occasion du premier centenaire de l’unification italienne, la participation des autorités ecclésiastiques aux célébrations s’est caractérisée par la volonté de dépasser les divisions héritées du Risorgimento. Les commémorations du cent cinquantième anniversaire nous confrontent à un monde catholique marqué par une grande pluralité de positions. Les « traditionalistes », qui, en condamnant l’unification, manifestent leur nostalgie d’une situation politique antérieure, ont désormais acquis des positions académiques qui leur permettent de dissimuler sous un voile universitaire leur idéologie anti-unitaire. La hiérarchie ecclésiastique italienne se rallie à un bilan positif de l’unification. Mais, en présentant le catholicisme comme le trait essentiel de l’identité nationale, l’Église souligne la distance qui sépare l’État italien de cette dimension identitaire. Les catholiques démocrates essaient certes de promouvoir une « histoire réelle » des rapports entre l’Église et l’État, mais sans pouvoir se détacher de la thèse d’une équivalence fondamentale entre catholicisme et nation.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Marie-Amélie Bardinet

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

1. Au début du mois d’avril 1961, le Secrétariat d’État du Vatican demandait à la Présidence du Conseil de l’État italien, assez étonnée, d’organiser une rencontre avec le pape. Celle-ci devait prendre place dans le cadre des célébrations du centenaire de l’unification nationale que le chef du gouvernement italien de l’époque, Amintore Fanfani, avait préparées avec soin, sans cependant penser à prévenir le Saint-Siège. Au cours de la rencontre, Jean XXIII, contre l’avis de plusieurs de ses conseillers plutôt inquiets, prononça un bref discours – dont le premier ministre n’avait pas eu connaissance au préalable, ce qui le contraignit à improviser quelques mots de remerciement. Ce discours est resté célèbre car il manifestait la volonté de rendre, comme on le dit à l’époque, le « Tibre plus large ». Le pape affirmait vouloir ainsi participer à la joie commune des Italiens pour l’anniversaire d’un événement qu’il insérait – sans cependant oublier de rappeler le long différend entre l’É...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniele Menozzi, « L’historiographie catholique face au Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 139-150.

Référence électronique

Daniele Menozzi, « L’historiographie catholique face au Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4243 ; DOI : 10.4000/rh19.4243

Haut de page

Auteur

Daniele Menozzi

Professeur à l’École normale supérieure de Pise

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page