Navigation – Plan du site
Articles

Monarchie, État et nation en Italie durant le Risorgimento (1831-1870)

Monarchy, State and Nation in Italy during the Risorgimento (1831-1870)
Monarchie, Staat und Nation in Italien während des Risorgimento (1831-1870)
Catherine Brice
p. 85-100

Résumés

Dans cet article, l’auteur présente les travaux les plus récents portant sur la monarchie de Piémont-Sardaigne qui devint la dynastie italienne après 1861. L’étude de la Maison de Savoie et de ses représentants (Charles-Albert, Victor-Emmanuel II puis Humbert Ier après 1878) fut longtemps marquée soit par une approche quasiment hagiographique, soit, au contraire par une dénonciation systématique. Pour essayer de sortir de ce débat, l’auteur reprend un certain nombre de pistes qui ont été largement débattues (la nature du Statuto, la « conquête » de l’Italie par les Piémontais, le caractère non-italien de la dynastie sarde, etc.) pour essayer de faire le point. Elle montre aussi que l’évolution de l’histoire politique a permis d’ouvrir de nouveaux chantiers (autour de la sociabilité politique, des rituels du pouvoir, de la mise en scène de la monarchie) permettant d’éclairer d’un jour nouveau les relations entre monarchie et nation de la fin de la Restauration jusqu’à la prise de Rome, en 1870. Elle montre ainsi la centralité de l’institution monarchique dans l’histoire italienne du XIXe siècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

La « gloriosa casa Savoia »
Une fonction de médiation
« À défaut de mieux, nous choisîmes les Savoie » (Francesco Crispi)

Aperçu du début du texte

Il y a encore quelques années, inclure la monarchie dans un volume sur l’historiographie récente du Risorgimento eût sans doute suscité l’étonnement. En effet, les travaux sur les monarchies des anciens États italiens, comme ceux sur la monarchie italienne après 1861, semblaient balisés et dominés par deux grandes lignes interprétatives. La première, héritée de l’historiographie du Risorgimento, plutôt hagiographique quant à la « glorieuse » Maison de Savoie, diffusait une légende noire sur les autres dynasties (Royaume de Naples, Habsbourg de Vienne, Grand-duché de Toscane, principautés de Parme, États pontificaux, etc.). La seconde, jugeant de manière tout aussi négative les maisons régnantes de la réaction, proposait une vision très sombre de la dynastie de Savoie, coupable d’avoir mené une unification/annexion, placé l’ensemble du pays sous sa férule autoritaire et accompli une révolution d’où le peuple était totalement absent. Enfin, tout un pan de l’historiographie italienne e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Brice, « Monarchie, État et nation en Italie durant le Risorgimento (1831-1870) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 85-100.

Référence électronique

Catherine Brice, « Monarchie, État et nation en Italie durant le Risorgimento (1831-1870) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4237 ; DOI : 10.4000/rh19.4237

Haut de page

Auteur

Catherine Brice

Professeure à l’Université Paris-Est Créteil, membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC), et responsable de l’ANR Fraternité (08-BLAN-0156)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page