Navigation – Plan du site
Articles

Une émotion patriotique : la honte et le Risorgimento

A patriotic emotion: Shame and the Risorgimento
Ein patriotisches Gefühl: die Scham und das Risorgimento
Silvana Patriarca
Traduction de Vincent Jolivet
p. 65-83

Résumés

Les références à la honte abondent dans les écrits politiques de patriotes du Risorgimento, quelle que soit leur sensibilité politique. Comprise comme le symétrique de l’honneur, la honte est généralement perçue en termes sexués, signifiant l’impuissance de l’homme à protéger (et contrôler) « ses » femmes face aux prédations extérieures. Bien que cette connotation sexuelle soit importante, la figure de la honte ne se réduit pas à la question du contrôle de la sexualité des femmes. En s’appuyant sur des constructions théoriques qui font de la honte une émotion relationnelle ou interactionnelle, cet article montre comment des écrits patriotiques (tant publics que privés, fictionnels que non fictionnels) révèlent une sensibilité aiguë au regard et à l’opinion des étrangers, et le désir de renverser une condition humiliante de sujétion politique. Dans le contexte d’une sensibilité romantique, le sentiment de honte joua un rôle fondamental dans l’incitation à l’action politique des jeunes. Ces émotions ont été consciemment stimulées par des patriotes romantiques tels que Mazzini, qui réfléchirent aux motivations conduisant les individus à embrasser la cause nationale, et éveillèrent les passions nécessaires à leurs fins. Dans le contexte du nationalisme agressif de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, la honte fut cependant mobilisée à des fins autrement discutables.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Vincent Jolivet.

Notes de l’auteur

Une version légèrement modifiée de cet article a été publiée dans Silvana Patriarca et Lucy Riall (eds), The Risorgimento Revisited. Nationalism and Culture in Nineteenth-Century Italy, London, Palgrave MacMillan, 2012. Je souhaite remercier ici mes auditeurs de l’University of Louisiana à Baton Rouge, de l’École Pratique des Hautes Études, de l’Institute of Historical Research à London et de la New York University, et notamment William V. Harris, Lucy Riall, Margherita Zanasi, Catherine Brice, Gilles Pécout, John Foot, et Karl Appuhn, auxquels j’ai présenté différentes versions de cet essai.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Le pouvoir d’une émotion sociale
Sous le regard de l’étranger
L’individu et la nation  : mobiliser la honte dans l’Italie du début du XIXe siècle

Aperçu du début du texte

Au cours de ces dix dernières années, les historiens du Risorgimento ont prêté une attention croissante aux émotions liées au patriotisme national. Cette tendance peut être considérée comme un développement positif de l’histoire du nationalisme  : bien que celle-ci s’intéresse à un type de politique qui repose très largement sur la sollicitation des émotions – voire même à un type achevé de « politique passionnée », s’il en fut –, ce domaine de recherche n’avait pas été particulièrement étendu, jusqu’à présent, à l’analyse des passions. Dans ce secteur, comme dans d’autres, les émotions ou, pour être plus précis, certaines d’entre elles ont pris aujourd’hui progressivement une place centrale  : en particulier l’amour et, à un moindre degré, son opposé, la haine. Plusieurs études récentes ont mis en évidence le parallèle alors établi entre l’amour pour la famille et les enfants et celui de la patria, représentée comme une femme, ou imaginée comme une famille élargie  : les sentiments...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvana Patriarca, « Une émotion patriotique : la honte et le Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 65-83.

Référence électronique

Silvana Patriarca, « Une émotion patriotique : la honte et le Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4235 ; DOI : 10.4000/rh19.4235

Haut de page

Auteur

Silvana Patriarca

Professeure à l’Université Fordham de New York

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page