Navigation – Plan du site
Articles

Guerre et nation dans l’Italie du Risorgimento

War and Nation in Risorgimento Italy
Krieg und Nation im Italien des risorgimento
Lucy Riall
Traduction de Vincent Jolivet
p. 49-64

Résumés

L’identité nationale italienne est rarement associée à la guerre, et parmi les stéréotypes relatifs au peuple italien, dominent ceux qui le présentent comme pacifique, féminin et rétif au combat armé. Cet article propose une réflexion sur les tentatives destinées à renverser ce système de représentations durant le Risorgimento. Il s’efforce de montrer que, dans cette perspective, la guerre devint un acte individuel de rébellion virile et de réfutation du déclin national. Ainsi, plutôt qu’un instrument d’obéissance politique, cette image devint un appel à la révolution. Centré sur les volontaires et sur l’image de Giuseppe Garibaldi, qui incarna le mieux ce rêve de régénération par le combat militaire, l’article montre comment un idéal militaire se mit au service d’idéaux démocratiques. Ainsi Garibaldi en vint-il à refléter une culture romantique affective et dissidente, non conforme à la virilité sévère des armées traditionnelles. Mais cet idéal ne convint pas à tous les Italiens ; ceux qui combattirent en faveur du pape dans les années 1860 s’opposèrent à ce système de représentations démocratiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’anglais par Vincent Jolivet.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Images de guerre
Rebelles romantiques
Une nation divisée

Aperçu du début du texte

À la différence de l’unification allemande, dont on sait qu’elle s’est construite « par le sang et par le fer », l’unification italienne n’est pas associée, en général, à des succès militaires. La seule armée italienne qui ait eu un tant soit peu d’envergure internationale au cours de cette période fut l’armée piémontaise. Mais cette armée montra à différentes occasions qu’elle n’était pas à la hauteur de son seul véritable adversaire, l’Autriche. Le Piémont, vaincu par l’Autriche de manière humiliante à deux reprises au cours des mouvements révolutionnaires de 1848-1849, fut à peine en mesure – et encore avec l’aide de la France – d’arracher une victoire dix ans plus tard, en 1859. L’unification nationale ne paraît guère avoir changé les choses. En 1866, l’armée italienne, constituée d’un noyau piémontais, fut vaincue sur terre et sur mer par les forces autrichiennes – défaite d’autant plus cuisante qu’elle se produisit alors que l’Autriche, au cours de cette même guerre, se montra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucy Riall, « Guerre et nation dans l’Italie du Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 49-64.

Référence électronique

Lucy Riall, « Guerre et nation dans l’Italie du Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4233 ; DOI : 10.4000/rh19.4233

Haut de page

Auteur

Lucy Riall

Professeure à l’Université de Londres (Birkbeck College)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page