Navigation – Plan du site
Articles

Pour une lecture méditerranéenne et transnationale du Risorgimento

Calling for a Mediterranean and Transnational approach of the Italian Risorgimento
Für einen mediterranen und transnationalen Zugang zum Risorgimento
Gilles Pecout
p. 29-47

Résumés

L’unité italienne est d’abord une aventure européenne. Le Risorgimento est ici envisagé à partir d’une réflexion sur l’historiographie internationale de l’Unité et à travers des pistes de recherche qui privilégient le premier XIXe siècle jusqu’aux années 1860, dans une optique transnationale différente de l’histoire traditionnelle des influences intellectuelles, de la diplomatie et des interventions militaires officielles. Dès lors, le cadre méditerranéen est conçu dans une double acception  : d’une part, la « mer domestique » (Mare nostrum) comme réservoir potentiel de figures de l’identité géographique, culturelle et politique ; de l’autre, un espace de déploiement et de rapports avec les autres nations méditerranéennes (Mare aliorum). Notre hypothèse est que, contrairement à une lecture nationale culturaliste et précocement « méditerranéiste », et surtout à l’opposé d’une interprétation centrée sur l’impérialisme, le Risorgimento méditerranéen est espace de pérégrination, de solidarité et d’amitié politique transnationale comme l’illustre l’omniprésence pour les Italiens d’un volontariat armé et politique international et anti-impérialiste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Retrouver la Méditerranée dans l’historiographie politique de l’Italie du XIXe siècle
La Méditerranée du Risorgimento  : de l’impossible « mare di casa » à la « piazza dei popoli civili »
La Méditerranée espace d’amitié politique transnationale
Vers la Méditerranée, territoire des nouveaux Italiens

Aperçu du début du texte

Le constat qui fait de la naissance de l’Italie dans l’Europe du XIXe siècle une grande aventure internationale n’est évidemment pas une découverte récente. La cause est entendue de longue date et bien plaidée même par les acteurs et les publicistes du XIXe siècle comme par les historiens du siècle suivant. Ce qui reste à éclairer concerne la périodisation et le périmètre de déploiement transnational du mouvement. En effet, l’international a surtout été perçu à travers la chronologie diplomatique et militaire de l’accomplissement du Risorgimento territorial qui part des lendemains de 1848, comprend la « décennie de préparation » des années 1850 et prend fin avec l’entrée des Italiens à Rome par la brèche de Porta Pia le 20 septembre 1870, après avoir fait de la transition unitaire de 1859-1861 son sommet. Durant ces vingt années, l’internationalisation du Risorgimento trouve ainsi ses acteurs étrangers de prédilection dans le trio constitué des Français, des Britanniques et des Autr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Pecout, « Pour une lecture méditerranéenne et transnationale du Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 29-47.

Référence électronique

Gilles Pecout, « Pour une lecture méditerranéenne et transnationale du Risorgimento », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4232 ; DOI : 10.4000/rh19.4232

Haut de page

Auteur

Gilles Pecout

Professeur à l’Ecole normale supérieure (Ulm), et directeur d’études à l’EPHE (chaire « Italie et Méditerranée au XIXe siècle »)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page