Navigation – Plan du site
Articles

Entretien avec Catherine Brice

Alberto Banti
Traduction de Vincent Jolivet
p. 17-27

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Vincent Jolivet.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Alberto Mario Banti, professeur d’histoire à l’Università degli studi di Pisa, a commencé sa carrière comme historien de la société italienne. Ses premiers travaux s’intéressent à la bourgeoisie de la région de Plaisance, suivis par une synthèse portant sur la bourgeoisie italienne de la période libérale. Banti a montré la difficulté (voire l’impossibilité) à considérer les bourgeoisies de la péninsule (entrepreneurs, aristocratie terrienne, haute administration, etc.) comme une bourgeoisie nationale. La persistance des logiques familiales, locales et provinciales empêcha ces groupes sociaux de se constituer en véritable élite nationale. Poursuivant ses travaux autour de la « question nationale » italienne, il a proposé en 2000 une lecture plus « culturaliste » du Risorgimento insistant, non plus sur les trajectoires sociales, mais sur la constitution de ce qu’il a appelé le « canon du Risorgimento » soit un ensemble de thèmes (la famille, l’honneur et la sainteté) qui, déjà profond...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alberto Banti, « Entretien avec Catherine Brice », Revue d'histoire du XIXe siècle, 44 | 2012, 17-27.

Référence électronique

Alberto Banti, « Entretien avec Catherine Brice », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 44 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 29 août 2014. URL : http://rh19.revues.org/4230 ; DOI : 10.4000/rh19.4230

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page