Navigation – Plan du site
Articles

L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du cas finistérien

The election in the village in France of the 19th century. Reflexions from the finistérien case
Die Wahl im Dorf im Frankreich des 19. Jahrhunderts. Beobachtungen ausgehend vom Fall Finistère
Laurent Le Gall
p. 17-39

Résumés

Qu’elle serve de déclinaison à ce que des décennies d’accumulation scientifique des matériaux ont produit ou de confirmation à quelques grands modèles d’interprétation du vote dont la socio-histoire a renouvelé les approches depuis deux décennies, l’élection au village s’écrit toujours, bon gré mal gré, au risque de la répétition. L’on ne se proposera pas ici de compiler une bibliographie pléthorique pour esquisser une synthèse sur ce que voter au village put vouloir dire. L’on se bornera plus modestement, à partir d’une étude des électeurs du Finistère sous la monarchie de Juillet et de la Seconde République – et de leurs pratiques –, à esquisser quelques pistes de réflexion dans le sillage de certaines analyses qui font de l’élection avant toute chose un espace de relations sociales.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Le village et l’élection  : quelle pertinence pour quel objet ?
L’élection et le village  : un produit scalaire
L’élection au village  : chercher à percer « les mystères du ministère » ?
Lectures en cours
Deux pistes
La territorialisation de l’élection
Une extrême plasticité des espaces électoraux

Aperçu du début du texte

À en croire certaines publications, village et élection font toujours bon ménage. Consacré à la politisation des paysans au XIXsiècle, l’article synthétique que fit paraître Gilles Pécout en 1994 soulignait combien de nouvelles interrogations sur le vote alimentaient la « réouverture d’un vieux dossier ». Vieux dossier, en effet, que celui qui, depuis les grandes thèses d’inspiration labroussienne, n’avait cessé de s’épaissir après que les mondes ruraux eurent été transformés en des espaces historiographiques d’observation intensive  : « Longtemps, l’élection constitua pour les historiens des campagnes le seul élément d’appréciation de la vie politique et, partant, le suffrage universel fut considéré comme l’indice cardinal de la politisation paysanne ». On ne saurait mieux résumer la situation. La convergence éditoriale du début des années 1990 qui vit Raymond Huard, Alain Garrigou, Pierre Rosanvallon et Michel Offerlé, chacun dans son champ disciplinaire, aborder ce que déposer ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Le Gall, « L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du cas finistérien », Revue d'histoire du XIXe siècle, 43 | 2011, 17-39.

Référence électronique

Laurent Le Gall, « L’élection au village dans la France du XIXe siècle. Réflexions à partir du cas finistérien », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 13 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4150 ; DOI : 10.4000/rh19.4150

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Université de Bretagne Occidentale (CRBC EA 4451)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page