Navigation – Plan du site
Articles

Une souveraineté populaire masquée : le cas de l’Italie sous la Restauration

A hidden popular sovereignty: the case of Italy under the Restoration
Eine verschleierte Volkssouveränität : der Fall Italiens in der Restauration
Marco Meriggi
p. 41-52

Résumés

Cet article analyse en premier lieu les usages discursifs de l’énoncé « souveraineté populaire » dans le langage politique italien du premier XIXe siècle. Il montre comment le discours public légal est monopolisé, au moins jusqu’en 1848, par des auteurs qui soit l’assimilent à un crime, soit la configurent sur un mode oligarchique. Seuls des groupes minoritaires, d’essence démocratique, la revendiquent explicitement. Cependant, une modalité singulière de souveraineté populaire, cachée ou masquée, émerge dans le monde secret de la conspiration politique, à travers des formes d’expression symbolique. Pour autant, même les partisans de la souveraineté populaire – Mazzini compris – la soumettent à un certain nombre de limitations. Ils la considéraient comme un horizon à atteindre, à l’issue d’un mouvement d’éducation politique des masses. Paradoxalement, une souveraineté socialement plus inclusive est parfois mise en acte dans des moments insurrectionnels qui renvoient à un ordre corporatif traditionnel, singulièrement dans le Mezziogiorno.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Une souveraineté déniée : les discours contre-révolutionnaire et libéral
Une souveraineté masquée :
discours et pratiques contestataires

Aperçu du début du texte

Entre 1815 et 1860, l’histoire de l’Italie est dominée par des institutions où les libertés modernes, tout comme la souveraineté populaire, sont absentes. En dehors de brèves parenthèses révolutionnaires, les États italiens sont alors gouvernés par des régimes monarchiques – ou théocratiques, pour les États de l’Église – qui excluent l’exercice du pouvoir législatif par des parlements élus, à l’exception du royaume de Piémont-Sardaigne après le Statuto de 1848. Par ailleurs, les institutions réduisent pour l’essentiel à une fiction juridique les anciennes constitutions par ordres qui, sous diverses formes, avaient été en vigueur jusqu’au début de l’époque révolutionnaire et napoléonienne, et que les élites aristocratiques traditionnelles auraient souhaité reproduire dans le nouvel ordre dynastique. Ni les libertés modernes ni les libertés anciennes ne sont donc reconnues. Un tel cadre juridique favorise notamment, avant 1848, l’institution de la censure préventive, qui, entre autres...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Meriggi, « Une souveraineté populaire masquée : le cas de l’Italie sous la Restauration », Revue d'histoire du XIXe siècle, 42 | 2011, 41-52.

Référence électronique

Marco Meriggi, « Une souveraineté populaire masquée : le cas de l’Italie sous la Restauration », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 42 | 2011, mis en ligne le 31 juillet 2011, consulté le 24 avril 2014. URL : http://rh19.revues.org/4103 ; DOI : 10.4000/rh19.4103

Haut de page

Auteur

Marco Meriggi

Professeur à l’Université de Naples Federico II

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page