Navigation – Plan du site

Enfants violés. Une histoire des sensibilités, XIXe-XXesiècles

Dossier présenté en vue de l’obtention d’une habilitation à diriger les recherches, soutenu le 13 avril 2010 à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, devant un jury composé de M. Christian Delporte (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines, tuteur), M. Jean-Claude Caron (Université Blaise-Pascal, rapporteur), M. Frédéric Chauvaud (Université de Poitiers, rapporteur), Mme Nicole Edelman (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense), M. Jean-Claude Farcy (CNRS, Centre Georges Chevrier, Université de Bourgogne, rapporteur) et Monsieur Dominique Kalifa, (Université Paris I Panthéon Sorbonne, président).
Anne-Claude Ambroise-Rendu

Entrées d’index

Thèses et HDR dix-neuvièmistes :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui largement éclairée par les feux des médias, saturant l’espace public, la pédophilie, devenue l’objet de tous, occupe le cœur des préoccupations anxieuses de la société du XXIe siècle. Cette activité criminelle, que le Code pénal de 1810 définit sans la nommer explicitement mais assez précisément à partir de 1832, n’est pas née au cours des vingt dernières années, elle a une histoire, longue secrète et sombre.

2L’omniprésence de la figure du pédophile dans le panorama des physionomies criminelles construites jour après jour par les médias, la place éminente désormais occupée par les victimes au sein du discours social et de la pratique judiciaire, la dénonciation de cette criminalité supposée en pleine expansion, tous ces éléments des pratiques et des discours actuels invitent l’historien à se tourner vers le passé. Interroger d’une part la réalité statistique du traitement judiciaire de cette criminalité, d’autre part les discours judiciaires, scientifiques, littéraires et médiatiques produits depuis deux siècles sur cette question, c’est tenter de faire une histoire des sensibilités, sensibilités à la rupture des bonnes mœurs puis progressivement aux dommages causés à l’enfance. La prise en compte croissante de cette criminalité se fait dans un cadre de mutations profondes des sensibilités qui font bouger le seuil des violences tolérées. Elle met en lumière la difficulté inhérente aux sexualités « hors-la-loi » dès lors qu’elles concernent la jeunesse. Infraction majoritairement exempte de violence visible, le crime sexuel – c’est-à-dire essentiellement l’attentat à la pudeur – est, au XIXe siècle, perçu et représenté comme un crime ou un délit sans victime. Cette absence de victime est tout à fait révélatrice de la place qu’occupe alors l’enfant non seulement dans les représentations de la sexualité, mais plus généralement dans l’imaginaire social.

3Pour rendre justice des atteintes sexuelles sur mineurs, la loi de 1832 crée l’attentat à la pudeur sans violence, ni contrainte, ni surprise, pour les moins de 11 ans, âge qui sera relevé à 13 ans en 1863 et 15 en 1945. L’âge de la victime, bien avant la psychanalyse, l’exclut donc en droit des pratiques sexuelles et marque sa dépendance juridique et matérielle à l’endroit du monde des adultes. La question du consentement de l’enfant ne rentre théoriquement pas en ligne de compte lorsqu’il s’agit de définir le crime, puisque son âge, et rien d’autre, fait de lui une victime. Or, la pratique judicaire est tout autre qui, jusque dans le dernier tiers du XXe siècle, semble se dégager difficilement de considérations ayant trait aux notions de consentement ou même de séduction. Concrètement le statut de la victime mineure de crime sexuel, reste en discussion permanente au sein de l’appareil judicaire, révélant les ambiguïtés et les paradoxes de toute la réflexion qui s’amorce à la fin du XIXe sur la jeunesse et sa sexualité.

  • 1  Tout, n° 12, 23 avril 1971.
  • 2  Libération, 26 avril 1977.

4Il faut néanmoins attendre les années 70 du XXe siècle, pour que cette discussion investisse véritablement l’espace public à la faveur du déploiement dans les colonnes de Libération et dans les ouvrages de certains écrivains de ce que l’on peut appeler la plaidoirie pédophile. Ces années de la décennie 70 témoignent quotidiennement de la volonté d’une partie active de la jeunesse de réexaminer toutes les questions relatives à la sexualité et au droit qui régit ces questions sous un angle politique. Parmi les thèmes abordés au sein du vaste périmètre qu’ouvre la contestation de toutes les formes de domination et de répression, celui de l’abus sexuel sur mineur trouve rapidement une place importante parce qu’il est abordé sous forme de question et non plus dans les termes univoques d’une condamnation. En l’inscrivant dans une remise en question globale et radicale de l’ordre social et moral, les défenseurs d’une pratique pédophile fondée disent-ils sur le consentement de l’enfant tentent de lui attribuer une légitimité à la fois morale, sociale et politique. Les arguments chocs des défenseurs de la pédophilie dépassent, et très largement, les adeptes de cette sexualité et sont repris bien au-delà. Ils tiennent en deux mots : « les mineurs ont droit au désir »1 et c’est à leur désir que répondent les pédophiles. Il est « temps de décriminaliser l’amour »2. La discussion très animée à laquelle donnent lieu ces prises de positions, rebondit à chaque affaire judiciaire nouvelle révélant des pratiques pédophiles. Mais elle ne survit pas à l’effacement qui, à l’orée des années 1980, caractérise « l’esprit de mai ».

5Les années 1980 et 1990 sont le temps d’une nouvelle offensive médiatique et judiciaire contre l’abus sexuel sur enfant. On parle alors de la fin d’un tabou et les mots de « violences sexuelles » ou d’abus, qui évacuent radicalement toute idée de consentement, occupent le centre de cette dénonciation. Ce nouveau discours, qu’accompagne l’essor remarqué des associations de protection de l’enfance, témoigne de la place nouvelle faite à l’enfant et à la jeunesse au sein d’un dispositif de surveillance et de contrôle qui conjugue sexualité et insécurité. Cette modification des pratiques est certes le signe d’un changement dans l’appréciation des violences sexuelles, mais il indique aussi à quel point l’enfance et la jeunesse sont devenus des enjeux fondamentaux.

6En questionnant l’intérêt porté par une société à l’enfant, c’est-à-dire à son corps, à sa sexualité, à ses droits, à sa parole, cette histoire longue de l’abus sexuel sur enfant entrecroise les figures de l’intime et du public, du dicible et de l’indicible, et des seuils de tolérance qui, via les médias, assurent le passage de l’un à l’autre. Elle met aussi et peut-être surtout en lumière que l’une des principales mutations culturelles et sensibles des deux siècles écoulés concerne le statut de l’enfant, dont la représentation sociale a été radicalement renouvelée par le triomphe conjugué de la psychologie et des médias audiovisuels.

Le Cadre judicaire

7Sur le plan législatif, et pour ce qui concerne la prévention et la répression des crimes sexuels sur mineurs, les deux siècles écoulés suivent deux directions : celle qui concerne strictement les crimes sexuels prévus par le code, et celle, plus vaste, qui se préoccupe de protection de l’enfance en général. Ces deux préoccupations se sont rejointes au cours des années 1990-2010, montrant ainsi clairement qu’aujourd’hui, protéger l’enfant, c’est le protéger d’une sexualité définitivement perçue comme violence en soi. On est passé d’un moment où le crime sexuel, assimilé aux mauvais traitements et traité comme tel, demeurait largement tributaire d’une violence physique à prouver, à un autre moment où la notion même de violence a envahi et recouvert la définition du crime sexuel sur enfant.

8Cette évolution législative s’est adossée, en même temps qu’elle l’informait, à une recrudescence statistique de cette criminalité. L’amélioration conjuguée des outils de quantification du phénomène et des moyens de lutte (campagnes d’information, circulaires sur les signalements, personnels supplémentaires et spécialisés) ont eu comme premier effet d’augmenter le nombre des signalements et par conséquent de donner le sentiment d’une intensification du mal. En ayant recours aux statistiques comme à autant de preuves incontestables des réalités qu’ils présentent et dénoncent, les médias ont contribué à alimenter la hantise et à déployer un horizon de menaces. Il est rare, on y reviendra, que les journalistes prennent soin de préciser que les chiffres qu’ils évoquent et particulièrement les « augmentations » dont ils témoignent ne traduisent pas forcément une réalité vécue…

  • 3  Le texte voté donne ainsi un cadre juridique à l’inceste, défini désormais comme « toute atteinte (...)

9Au cours du dernier quart de siècle, les incriminations et pénalités relatives aux infractions sexuelles, traduisant dans les textes une pratique judiciaire en plein essor, font l’objet d’une réélaboration constante, confirmée par le nouveau Code pénal de 1994 et par les lois spéciales postérieures à son entrée en vigueur. Par la multiplication des incriminations (l’inceste, dernier arrivé dans la liste des crimes le 29 avril 20093) mais également grâce à l’ajout de multiples circonstances aggravantes modulant les sanctions pénales applicables, le législateur a cherché à apporter une réponse répressive de plus en plus précise à ce type d’infractions.

  • 4  Jean-François Chassaing, « Les trois codes français et l’évolution des principes fondateurs du dro (...)
  • 5  Antoine Garapon, Denis Salas, La République pénalisée, suivi d’un débat avec Olivier Mongin, Paris (...)

10Certes, « le droit se fait ailleurs que dans le code »4. Mais le code nous dit ce qu’est le cadre et selon quelle philosophie générale le droit entend régler les conduites humaines. S’inscrivant dans un mouvement général de pénalisation de la société5, la répression accrue de certaines conduites humaines intervient dans un contexte où l’extension du champ des comportements sanctionnés est générale. En témoignent la multiplication des incriminations du nouveau code pénal – pour une incrimination supprimée, neuf ont été créées - et l’aggravation des pénalités applicables aux incriminations modifiées : dans les trois quarts des cas, c’est un renforcement de la répression qui a été choisi.

11 Conjointement à cette évolution législative, les modalités de la dénonciation et de l’aveu, de la qualification du crime et de sa pénalisation, de son expertise médicale puis psychiatrique et aujourd’hui sociale, de son exposition dans l’espace public enfin par les médias ont considérablement changé. Pour n’aborder ici que trois questions, celle de la parole des accusés et des plaignant-e-s dans le cadre de l’instruction, celle de la pratique expertale, celle enfin de l’entrée en scène de l’attentat à la pudeur dans les médias, résumons ce que contiennent les dossiers de procédure des cours d’assises et ce que furent sur ce point l’évolution de l’expertise psychiatrique au cours du siècle écoulé, puis le discours des médias dans les décennies 1970 et 1980.

Plaignant-e-s et accusés face à la justice

12Un des mérites, et non le moindre, des dossiers de procédure est de donner la parole aux acteurs du drame, dénonciateurs et auteurs du crime, même si cette parole est filtrée, encadrée, normée par toute une série de dispositifs de contrôle.Au-delà de la difficulté qu’il y a à saisir précisément le contenu des propos décousus et maladroits d’un tout petit, la prévention des adultes à l’égard des mots des enfants est immense et il faudra attendre le dernier tiers du XXe siècle pour qu’elle cède, en même temps que l’allongement des délais de prescription donne davantage de latitude aux victimes devenues adultes de porter leur plainte devant la justice.

  • 6  Jean-Claude Caron, A l’école de la violence, Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au (...)

13Que l’incompréhension domine du côté d’accusés soumis brutalement aux codes d’un langage qui n’est pas le leur est évident.On peut, en outre, penser que la parole des auteurs est largement soumise au désir de se soustraire autant que faire se peut au châtiment et donc vise à minimiser ce qui leur est reproché. Mais la réalité de l’aveu est sans doute plus complexe. Entre ceux qui nient pour ne pas admettre la réalité criminelle de leur acte et ceux qui se livrent, comme soulagés de pouvoir enfin mettre des mots sur des gestes qui les embarrassent, on aperçoit toutes les figures d’une parole qui, sans être libre, n’est pas non plus entièrement soumise au cadre judiciaire.Ce qui est intéressant et parlant dans le témoignage des inculpés, c’est tout ce par quoi il déroge à la règle adoptée par l’institution judicaire (et par la presse), qui toujours s’essaie à décrire les actes en usant de « mots qui soient socialement recevables »6. C’est dans ce rapport au socialement recevable et/ou à l’acceptable discursif, qu’entretient la parole des infracteurs, que l’on peut espérer trouver quelque chose. C’est pourquoi les rares témoignages de cynisme, les mots exceptionnels qui désignent la jouissance et le plaisir, tout ce par quoi le fauteur semble vouloir s’affranchir de sa faute en la niant comme telle sont à archiver avec soin. Plusieurs éléments sont à retenir : premièrement les manifestations d’inconscience se font plus rares quand on franchit la frontière du siècle ; deuxièmement les mots du plaisir font alors irruption, ainsi que ceux du désir qui se substituent à l’instinct génésique, comme si l’oreille attentive du psychiatre expert autorisait désormais cette confidence, voire cette licence. Comme si, aussi, le cadre de référence de l’appréciation de l’attentat à la pudeur avait subi une mutation radicale, dont témoigne la parole des accusés et à laquelle la médecine mentale n’est sans doute pas étrangère.

La médecine mentale face aux auteurs d’infractions sexuelles

14Après le temps d’une approche esquirolienne du crime et de la folie au début du XIXe siècle – avec la monomanie, la folie instinctive, considérée comme la manifestation chez l’individu d’un excès de l’instinct qui brusquement se boursoufle – vient celui des aliénistes jusque dans les années 1860. Puis avec Magnan, c’est le pervers pathologisé qui triomphe. Enfin, sous l’influence progressive du freudisme, on assiste à un transfert de la pathologie à l’anormalité. Mais les thèses constitutionnalistes étendent leur domination sur les deux siècles.

  • 7  J. Picat, Violences meurtrières et sexuelles. Essai d’approche psycho pathologique, Paris, PUF, 19 (...)

15C’est donc la figure du pervers, sorte d’avatar modernisé et concurrent du dégénéré, qui domine le XXe siècle et ce malgré les nuances apportées par Freud et Toulouse. C’est que le pervers a, comme anormal, le mérite de réconcilier l’état et l’impulsion, le regard scientifique et celui de la morale. Comme le fait le pédophile à partir des années 1950, qui sera, dans les années qui suivent, considéré comme un sujet arriéré, affectivement immature, caractérisé par une « fixation perverse à l’enfant »7.

16La pratique expertale, bien plus tardive que ne l’indiquait Michel Foucault, évolue au gré d’une formalisation progressive. Rétifs à la mise en œuvre des innovations théoriques, les experts psychiatres se partagent entre défenseurs et ennemis des théories de la « défense sociale », mais se consacrent presque unanimement à fonder la pleine responsabilité pénale des accusés, la circulaire Chaumié de 1905 et le nouveau code de procédure pénale de 1958 demeurant longtemps sans effets judiciaires. La multiplication des questions posées aux experts favorise néanmoins l’installation d’un dialogue entre l’expert et l’auteur du crime. Qu’ils produisent une libération de la parole ou contribuent au contraire à l’encadrer et à la codifier en l’insérant dans une grille d’interprétation médicale et psychiatrique et à fonder une sorte de religion de l’aveu, il est certain que l’approfondissement et la systématisation des expertises contribuent à construire la figure médicale de l’agresseur sexuel de mineur. Le paradoxe théorique de cette fabrication c’est qu’elle surgit d’une sorte de mouvement contradictoire entre un effort pour développer et approfondir l’approche théorique du criminel sexuel et asseoir ainsi la validité du travail des experts et la réalité des expertises judiciaires qui au fond répugnent à entrer dans la logique d’une réponse pénale.

  • 8  Dr Georges Lanteri-Laura, « Psychiatrie, justice et déviances sexuelles. Perspective historique », (...)
  • 9  Daniel Zagury, « Place et évolution de la fonction de l’expertise psychiatrique », 5ème Conférence (...)

17Reste que l’expertise répond bien aux préoccupations décrites par Michel Foucault : il s’agit de connaître le criminel, de qualifier un individu. À la toute fin du XXe siècle, la médecine mentale voit se réaliser les deux aspirations qu’elle formule depuis le XIXe siècle : expliquer ce que la pratique pénale ne peut appréhender qu’à titre de monstruosités inintelligibles et obtenir la charge des sujets qu’elle a identifiés. Ces exigences sont vite dénoncées comme étant porteuses « de confusion entre criminogenèse et étiologie, [et] entre mesures punitives et entreprises thérapeutiques »8. À l’orée du XXIe siècle, cette préoccupation s’est plutôt intensifiée : reprenant les mots de Michel Foucault, Daniel Zagury fait remarquer en 2001 que la psychiatrisation du traitement pénal construit une sorte d’isolat, « qui n’est plus homogène au droit et qui n’est pas non plus homogène à la clinique, dont la fonction est celle de la couture, de l’ajustement »9.

L’écho médiatique

18La décennie soixante-dix est le moment d’un double retournement au sein du système d’appréhension des rapports sexuels entre enfants et adultes. Ce retournement concerne d’abord la rupture du silence. Le rapport sexuel enfant-adulte cesse d’être confiné aux salles d’audience, aux manuels de médecine ou même aux chroniques de faits divers pour devenir un fait de société et entrer dans les rubriques de débats. Cette entrée du sujet dans l’espace public s’accompagne d’une véritable mutation du vocabulaire. Répondant aux objections des pédophiles qui nient le caractère violent de leurs actes, leurs détracteurs avancent le terme d’abus, tachant de régler une fois pour toute la question que la loi de 1832 n’a pas épuisée : celle du consentement. D’autre part, ce retournement suscite l’apparition de personnages nouveaux : le petit garçon, figure quasi centrale au cours de la décennie du désir pédophile ; le pédophile lui-même, arraché de son territoire psychiatrique et installé dans le domaine public, celui de tout le monde, qu’il s’agisse pour les commentateurs médiatiques de défendre ces goûts ou de les condamner. Et cela aussi est d’importance, car c’est sous les auspices du droit à la différence, d’une relecture hardie des normes, qu’elles soient judiciaires ou psychanalytiques, que la question est désormais examinée, en termes de goûts en somme et non plus comme un « crime », y compris sur les plateaux de télévision. En attendant que la dénonciation des circuits commerciaux exploitant le corps des enfants ne mette à bas cette plaidoirie, défenseurs et contempteurs de la pédophilie produisent une représentation de l’enfant qui « fait système » c’est-à-dire qu’elle implique toute une série de conséquences juridiques et pénales, morales et culturelles et – certainement sur ce point les pédophiles n’ont pas tort – politiques.

19Pour une part, le renversement observé tient au « ravissement » qui s’est emparé des journalistes et des critiques littéraires confrontés aux confidences des écrivains se réclamant de la pédophilie. Seuls les périodiques les plus militants se sont véritablement attachés à défendre une pratique pédophile plus ordinaire et « quotidienne ». En Matzneff ou en Duvert, les critiques ont salué au fond des séducteurs, des dévoreurs, des libertins pleins d’audace que la conquête et l’emprise font exulter, bref des continuateurs littéraires d’un Gide affranchi de cette timidité que lui reprochait Oscar Wilde.

20Mais cette décennie 70 est aussi celle qui voit triompher le combat des féministes pour la reconnaissance du viol, qui prépare le terrain à une approche plus individuelle et plus compassionnelle de la criminalité sexuelle. Quelques voix de femmes s’élèvent pour dénoncer dans le sort fait aux petites filles l’avers moins spectaculaire et plus sournois du viol féminin. En brisant le silence entretenu sur la question, les militants pédophiles ont paradoxalement libéré d’autres voix, celles des victimes, et préparé l’avènement de la plus radicale des condamnations.

21Car avec les années 1980 commence le temps d’une dénonciation unanime et univoque qui emprunte le canal de la télévision. Il semble bien que, sur ce point, le coup d’envoi ait été donné par trois émissions de télévision importantes : en septembre 1986 d’abord, les Dossiers de l’écran, émission au cours de laquelle Alain Gérôme donne directement et conjointement la parole à trois femmes adultes victimes de pères ou de frères incestueux parmi lesquelles Eva Thomas qui vient de publier Le viol du silence. C’est cependant entre 1988 et 1989 que la question prend sa pleine ampleur médiatique à la faveur, si l’on peut dire, de l’été rouge de 1988 au cours duquel plusieurs enfants ont été violés et tués. En mars 1989, l’émission de François de Closets, Médiations, est consacrée aux « abus sexuels sur les enfants ».Ces deux émissions seront suivies par le numéro spécial de Bas les masques de Mireille Dumas intitulé, en avril 1995, « l’enfance violée » et diffusée à une heure de grande écoute.

22Commence alors un temps qui est à la fois celui de la révélation et celui de la condamnation, toutes deux dépouillées des ambivalences et des réserves qui étaient celles des périodes précédentes. Car l’absolue nouveauté de Médiations puis de Bas les Masques est que pour la première fois on y entend et on y voit les victimes, ces enfants – à Bas les Masques il s’agit de garçons – à qui on n’ose plus demander s’ils étaient consentants ou non, qui disent sans équivoque leur souffrance. 

23La télévision est donc largement à l’origine des transformations accélérées dans l’appréhension et la représentation du crime sexuel sur enfants qui caractérisent les trente années qui marquent le passage du XXe au XXIe siècle. Deux discours se soutiennent et se font concurrence : celui qui, ponctuellement, met l’accent sur les assassins violeurs d’enfants et qui après l’été rouge de 1988 subit un reflux avant de triompher avec l’affaire Dutroux ; celui, plus mesuré, plus permanent moins grevé de considérations sécuritaires aussi, des victimes, qui met au contraire l’accent sur le caractère massif et quotidien des abus « amoureux » et intrafamiliaux. De la fusion de ces deux discours qui se produit dans la deuxième moitié des années 1990 mais est plus sensible encore au cours des années 2000 naît une figure médiatique nouvelle : le pédophile confondu avec l’assassin violeur, un Gilles de Rais réactualisé sous la double forme du prédateur et du déséquilibré, qui tétanise et fascine les médias parce qu’il incarne, via la récidive, la figure de la dangerosité.

24Cette physionomie met à mal un certain nombre de topoï en circulation depuis deux siècles : exit donc les vieillards lubriques, les frères enseignants abuseurs, les vagabonds se ruant sur des bergères de rencontre. Désormais le délinquant sexuel a pris la figure identifiée par tous de monsieur tout le monde, du proche, du voisin, de l’ami de la famille, du père aussi. De la mère parfois.

25Néanmoins, ce monsieur tout le monde ne l’est qu’en apparence. Une des conséquences de l’entrée dans le jeu des médias, dans les dernières décennies du XXe siècle, est précisément d’avoir remodelé la physionomie de l’amateur d’enfant d’abord en insistant sur son potentiel homicide, au cours des années 1980 puis, plus récemment, en donnant la parole aux psychiatres et aux experts en tout genre, d’avoir contribué à l’édification de la physionomie du pervers ordinaire et plus monstrueux encore du fait même de sa banalité. De ce point de vue, Outreau – qui a été si décisif pour le fonctionnement judiciaire – n’a rien changé : il a conduit à interroger et à critiquer le fonctionnement des médias et de la justice mais n’a en rien altéré, au fond, la figure du pédophile ou du pédocriminel.

26*

  • 10  Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1998, p. 13-14.
  • 11  Frédéric Chauvaud, Les criminels du Poitou au XIXe siècle, Les monstres, les désespérés et les vol (...)

27Le cheminement bi-séculaire qui nous amène de 1810 à 2009 est le temps qu’il a fallu pour que le crime sexuel sur enfant s’impose comme un crime, c’est-à-dire comme une violence, quelles qu’en soient les conditions. La montée en puissance de la protestation contre les rapports sexuels imposés aux enfants, le recul de l’importance accordée à la violence physique en ce domaine, l’effacement presque total des questions portant sur le consentement, tout ceci montre que la prise en compte croissante de cette criminalité se fait dans un cadre de mutations profondes des sensibilités qui font bouger le seuil des violences tolérées. Georges Vigarello rappelait que, somme toute, le viol n’introduisait pas au XIXe siècle une discordance majeure dans un environnement quotidien saturé de violence10 et Frédéric Chauvaud précisait cette appréciation : « Celui qui a violé une petite fille n’est pas tout à fait un criminel, semble dire la société du XIXe siècle »11 . A la fin du XXe siècle il en va tout à fait autrement et cette violence, de même que toutes celles qui s’inscrivent dans un cadre quotidien, familier, intime, n’est plus supportée.

  • 12  Cf. Louis Denis, Justice et familles, le travail social de protection judiciaire de l’enfance et d (...)

28Mais à travers cette histoire on assiste donc à la progressive et hasardeuse construction d’une figure criminelle : le délinquant sexuel « ordinaire », le violeur homicide ensuite, le pédophile enfin. A celle aussi de la figure de la victime, embrayeur moral et idéologique à partir duquel le discours social a pris en charge la criminalité sexuelle sur enfant. A celle enfin de l’enfant, figure à moraliser d’abord, puis devenue objet de toute l’attention compassionnelle d’une société qui voit en lui « l’ultime valeur ». Cependant, ne grossissons pas le trait quant aux conditions et aux effets de cette construction de la figure de l’enfant, construction aboutissant à sa naturalisation. Certes, l’intervention du savoir scientifique et singulièrement de la psychiatrie a puissamment concouru à édifier l’enfant en référent normatif, en lieu d’affleurement des légitimités, à partir duquel s’ordonnent les catégories du bien et du mal, du normal et de l’anormal12. Point n’était besoin, au fond, des psychiatres pour lancer ce mouvement, même si, en termes de prise en charge de ses conséquences, ils sont évidemment aux premières loges. Les magistrats du premier XIXe siècle, les témoins, les victimes, les accusés eux-mêmes témoignent déjà de cette sensibilité faisant malgré tout de l’enfance un territoire à part, préservé de la sexualité.

Haut de page

Notes

1  Tout, n° 12, 23 avril 1971.

2  Libération, 26 avril 1977.

3  Le texte voté donne ainsi un cadre juridique à l’inceste, défini désormais comme « toute atteinte sexuelle commis sur un mineur par son ascendant, son oncle ou sa tante, son frère ou sa sœur, sa nièce ou son neveu, le conjoint ou le concubin de ces derniers » ainsi que « le partenaire lié par un Pacs avec l’une de ces personnes ». Les députés ont également décidé de relever de 2 à 5 ans les peines de prison encourues par les personnes coupables « d’atteinte sexuelle incestueuse » commise sur un mineur de plus de 15 ans. Le Sénat examinera le texte courant juin.

4  Jean-François Chassaing, « Les trois codes français et l’évolution des principes fondateurs du droit pénal contemporain », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, n° 3, 1993.

5  Antoine Garapon, Denis Salas, La République pénalisée, suivi d’un débat avec Olivier Mongin, Paris, Hachette-Littérature, coll. « Questions de société », 1996.

6  Jean-Claude Caron, A l’école de la violence, Châtiments et sévices dans l’institution scolaire au XIXe siècle, Paris, Aubier, Collection historique, 1999, p. 216. Ce qui n’est pas le cas du discours médical qui, scientifique et non destiné au profane, ne s’embarrasse pas des mêmes précautions. Ceci ne signifie pas qu’il est un discours libre mais que ces règles d’usage se situent ailleurs.

7  J. Picat, Violences meurtrières et sexuelles. Essai d’approche psycho pathologique, Paris, PUF, 1982, p. 104.

8  Dr Georges Lanteri-Laura, « Psychiatrie, justice et déviances sexuelles. Perspective historique », art. cit., p. 4.

9  Daniel Zagury, « Place et évolution de la fonction de l’expertise psychiatrique », 5ème Conférence de consensus de la Fédération Française de Psychiatrie. Psychopathologies et traitements actuels des auteurs d’agressions sexuelles, 22/11/2001, http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/conf&rm/conf/confagrsex/RapportsExperts/ Zagury.htlm

10  Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe-XXe siècles, Paris, Seuil, 1998, p. 13-14.

11  Frédéric Chauvaud, Les criminels du Poitou au XIXe siècle, Les monstres, les désespérés et les voleurs, Collection Pays d’histoire, La Crèche, Geste éditions, 1999, p. 306.

12  Cf. Louis Denis, Justice et familles, le travail social de protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse : composantes institutionnelles, évolution et contradiction, Paris, Erès, 1989, p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Enfants violés. Une histoire des sensibilités, XIXe-XXesiècles », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], Thèses et HDR soutenues, mis en ligne le 05 janvier 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4094

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page