Navigation – Plan du site

Le gouvernement des Bourbons de Naples en exil et la mobilisation européenne contre le Risorgimento entre 1861 et 1866

Thèse de doctorat Mention « Histoire, textes et documents » Histoire moderne et contemporaine soutenue à l’Ecole pratique des Hautes Études le 13 novembre 2010 devant un jury composé de M. Gilles Pécout (E.P.H.E et E.N.S.), directeur ; M. Luigi Mascilli Migliorini (Université de Naples « L’Orientale »), directeur ; Mme Renata De Lorenzo (Université de Naples « Federico II »), rapporteur ; M. Jordi Canal (E.H.E.S.S.), rapporteur ; M. Jean-Clément Martin (Université de Paris I ; M. Jean-Claude Waquet (E.P.H.E.)
Simon Sarlin

Entrées d’index

Thèses et HDR dix-neuvièmistes :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Après la chute de Gaète (février 1861), dernier acte de l’effondrement du royaume des Deux-Siciles et prélude à la proclamation du royaume d’Italie, les Bourbons de Naples ont trouvé un refuge à Rome, où ils ont été accompagnés par le dernier gouvernement napolitain, par une partie de la cour et par une émigration composite formée d’anciens serviteurs civils et militaires de la monarchie, d’aristocrates, de prélats et de toutes sortes de réfugiés. La capitale des papes offrait assurément un cadre très favorable à la prétention de François II de continuer à revendiquer la légitimité politique propre à un souverain chassé de son trône par une occupation militaire mais convaincu qu’il serait rappelé tôt au tard à la tête de son royaume. Un des premiers soins du monarque exilé a donc été la formation d’un nouveau gouvernement, tandis que l’action internationale de la monarchie pouvait s’appuyer encore sur un corps diplomatique resté dans sa grande majorité fidèle au souverain déchu. À Rome, François II pouvait également maintenir un véritable cérémonial courtisan, avec la complicité du pouvoir pontifical, dans le cadre prestigieux de palais construits pour exprimer la souveraineté et la puissance, le palais du Quirinal jusqu’en novembre 1862 (en tant qu’hôte de Pie IX), puis le palais Farnèse. La proximité entre la capitale pontificale et l’ancien royaume méridional facilitait par ailleurs les échanges et les rapports entre le gouvernement napolitain en exil et les forces de l’opposition intérieure, sur le continent et en Sicile, en particulier avec les bandes armées qui menaient une action de guérilla dans les zones de confins avec l’État romain. À Rome, la cause bourbonienne se plaçait également au cœur de l’intense circulation de militants que la mobilisation européenne contre le Risorgimento attirait en Italie pour prendre la défense de la papauté menacée et des souverains dépossédés.

2Notre travail a pour ambition de décrire et d’évaluer l’ensemble des efforts accomplis par le gouvernement napolitain en exil et par l’émigration légitimiste, en Italie et à l’étranger, afin de hâter l’effondrement selon eux inévitable de l’Italie unifiée et la restauration des Bourbons de Naples. En s’inspirant des travaux d’historiens et de politistes sur les politiques d’exil, notamment ceux de Yossi Shain et de Stéphane Dufoix, l’étude aborde la mobilisation antiunitaire comme une compétition entre la monarchie exilée et le gouvernement italien qui a pour double enjeu l’entretien de la « loyauté », soit le soutien de la communauté nationale à leur revendication de la légitimité, et la « reconnaissance », à un niveau international, des puissances et des opinions publiques étrangères. Il existe en réalité un lien étroit entre ces deux objectifs, car l’appui prêté par la communauté internationale est un argument déterminant pour alimenter la flamme des partisans dans le pays d’origine, tandis que pour convaincre les forces étrangères d’appuyer leur cause, les exilés doivent fournir en permanence des preuves concrètes de leur aptitude à entretenir la fidélité de vastes secteurs de leur population. L’activité du gouvernement napolitain en exil, jusqu’à la guerre de 1866 et la reconnaissance de l’Italie par les Habsbourg, témoigne en dernier ressort de la profonde conviction des Bourbons de Naples non seulement de représenter la seule alternative possible au régime unitaire, mais également de bénéficier de larges soutiens dans l’ancien royaume et à l’étranger. Parmi ces derniers, une place particulière a été accordée à la mobilisation armée internationale en faveur de la monarchie napolitaine et à la question de l’existence et des modalités d’une « internationale blanche », légitimiste et contre-révolutionnaire.

Sources

3Qui veut étudier les activités des Bourbons de Naples en exil et de leur gouvernement dispose d’une source aussi riche que sous-exploitée avec le fonds dénommé « Archivio Borbone », actuellement conservé aux archives d’État de Naples (Archivio di Stato di Napoli), qui contient notamment tous les documents émis par François II et son gouvernement pendant le siège de Gaète puis à Rome. Divisé pour la période qui intéresse notre sujet en deux sections, ce fonds comprend l’ensemble de la correspondance du souverain avec ses ministres, certains de ses diplomates, des militaires, des nobles et diverses personnalités italiennes et étrangères, ainsi que les archives des différents ministères ou organes de la monarchie qui ont continué de fonctionner pendant l’exil. Cette source principale a été confrontée aux témoignages laissés par les autres institutions qui ont coopéré avec la monarchie exilée et ses partisans, ou ont dû combattre leurs activités : institutions politiques et policières (Ministères de l’Intérieur et de la Justice italiens et l’Archivio Centrale dello Stato, Rome ; Ministère de l’Intérieur et de la police napolitain (jusqu’en 1861), préfecture et préfecture de police de Naples, à l’Archivio di Stato de Naples ; rapports d’agents secrets compris dans le fonds « Risorgimento » de la Biblioteca Civica de Bergame ; séries de rapports politiques et policiers à l’Archivio di Stato de Rome ; préfecture de Marseille aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône) ; correspondances diplomatiques, éditées ou manuscrites (Archivio storico-diplomatico, Rome ; Archivo general del Ministerio de asuntos exteriores y de cooperación et Archivo Histórico Nacional, Madrid ; Archives du Ministère des affaires étrangères, Paris ; Archivio Segreto Vaticano, Cité du Vatican) ; archives militaires (Archivio dell’Ufficio Storico dello Stato Maggiore dell’Esercito, Rome, fonds « Brigantaggio » ; Service historique de l’armée de terre, Vincennes, pour le Corps d’occupation français à Rome) ; fonds de particuliers (Archivio Centrale dello Stato, Rome ; Società napoletana di Storia Patria, Naples ; Museo Centrale del Risorgimento, Rome). Les débats européens sur les événements d’Italie méridionale ont été étudiés à travers de nombreux essais publiés en Europe dans les années 1860 sur la question italienne, ainsi qu’à travers une vingtaine de titres de la presse périodique européenne.

4*

5Un chapitre préliminaire offre un tableau d’ensemble des Bourbons de Naples en exil et de l’émigration légitimiste, en s’attardant sur les problèmes de politique interne et internationale que posait leur présence à Rome. Annoncé comme provisoire, le séjour romain des Bourbons est devenu définitif sous l’effet de l’évolution de la situation intérieure de l’ancien royaume et des pressions indirectes de la papauté, attentive aux effets que la présence de l’ancien roi de Naples n’aurait pas manqué de produire sur la stabilité des provinces méridionales. C’est au début de l’année 1861 qu’a été décidé le transfert de la famille royale du Quirinal, où elle était l’hôte de Pie IX, au palais Farnèse dont elle était propriétaire. Rapidement, la prolongation du séjour de François II à Rome est devenue l’enjeu d’une bataille médiatique et diplomatique, en Italie et dans toute l’Europe. Face à l’inutilité des pressions officielles, les dirigeants italiens ont eu recours, par l’intermédiaire des milieux patriotiques romains, à une stratégie d’intimidation et de déstabilisation qui atteint son pic entre le printemps 1863 et le printemps 1864.

6En dehors des problèmes génériques de définition que posent les notions d’exil ou d’émigration politiques, les légitimistes napolitains qui abandonnent l’Italie par vagues successives entre 1860 et la fin de l’année 1861 forment un groupe caractérisé, comme la plupart des diasporas politiques de la première moitié du siècle, par la dispersion géographique, l’hétérogénéité sociale et la fluidité de ses contours. Pour tous cependant, la monarchie exilée occupait une place centrale en tant qu’incarnation des principes qui animaient leur lutte mais aussi comme dispensatrice des ressources nécessaires à leur survie ou au maintien de leurs statuts. Comme toutes les autres émigrations politiques, soumises à un environnement de pénurie et d’incertitude, l’émigration napolitaine était la proie de rivalités radicalisées par l’idéologie ; une véritable guerre interne opposait ainsi le courant « constitutionnel », favorable à une lignée modérée susceptible de se concilier les faveurs la communauté internationale, à un courant « ultra », partisan d’un encouragement direct à la rébellion armée dans l’ancien royaume. La suite de l’étude illustre les conséquences négatives de ce factionnalisme sur l’action du gouvernement napolitain en exil.

I

7La première partie est consacrée à l’activité déployée par le gouvernement napolitain en exil afin de renforcer l’opposition intérieure, lui donner une direction ou au besoin la susciter. Aux yeux de la fraction la plus intransigeante du légitimisme, la reconquête du trône par les armes nationales était en effet l’unique moyen de reconstruire un avenir stable sur le modèle de la restauration absolutiste de 1848, tandis que ceux qui plaçaient leur espoir dans une intervention européenne n’ignoraient pas que la monarchie devait apporter des preuves concrètes du soutien de ses anciens sujets, au risque d’apparaître sinon devant ses alliés internationaux comme des généraux sans troupes.

8L’efficacité de cette action dépendait en partie de la force du légitimisme méridional, que le premier chapitre tente d’évaluer. La liberté réduite ou nulle concédée par les autorités du nouveau régime aux oppositions interdit de recourir à des critères tels que l’appartenance à des structures partisanes, le vote ou la diffusion des organes d’opinion, tandis que les sources répressives renseignent plus sur les peurs des élites dirigeantes face à certains secteurs de la société qu’elles ne donnent une image fidèle du légitimisme. Il est ainsi difficile d’isoler, au sein d’une hostilité diffuse au nouveau régime dans les provinces napolitaines (et dans une moindre part en Sicile), la véritable mesure de l’engagement actif en faveur de la dynastie déchue, notamment dans le cas de la révolte armée. Si le poids du légitimisme napolitain dans le paysage politique et sa géographie s’avèrent imprécis, il est plus facile de déterminer sa composition sociale. Les principaux viviers de la militance légitimiste sont ainsi le clergé, la noblesse, les anciens employés civils et militaires, les notables atteints dans leur statut par la chute de l’ancien régime – catégories déclinantes au sein de la société méridionale mais, pour les deux premières surtout, encore puissantes et influentes.

9Le deuxième chapitre décrit les structures clandestines de l’opposition légitimiste et retrace les activités subversives impulsées par les milieux monarchiques en exil, en complétant les témoignages bourboniens, malheureusement fragmentaires dans ce domaine, avec les sources répressives italiennes. C’est au moment du siège de Gaète que se produisent les premières tentatives des dirigeants bourboniens d’imprimer une direction et des objectifs d’ensemble aux groupes de partisans locaux constitués spontanément à l’automne 1860. La mise en place d’une structure clandestine articulée nationalement, au printemps 1861, échoue rapidement face à la détermination du pouvoir unitaire de réprimer toute tentative de subversion, au besoin par le recours à une stratégie de la « terreur ». La pression constante de la police sur les milieux susceptibles de fournir un appui actif à la monarchie exilée a rendu de plus en plus difficile le recrutement de cadres et de contributeurs financiers pour l’organisation clandestine légitimiste, et a rendu celle-ci plus vulnérable aux infiltrations, aux trahisons et aux rivalités internes. Le tableau est un peu différent en Sicile, où la faiblesse du légitimisme explique des exordes laborieux et l’adoption précoce d’une stratégie d’alliance des milieux bourboniens avec l’aile la plus radicale du républicanisme insulaire qui produit ses effets jusqu’à la révolte palermitaine de septembre 1866.

10Parallèlement à son activité subversive, le légitimisme napolitain a tenté d’explorer des formes d’opposition telles que la propagande par la presse ou l’imprimé, la participation à la compétition politique et électorale ou diverses sortes de manifestations publiques. Bien qu’empruntant théoriquement des voies garanties par la loi, cette opposition peut difficilement être qualifiée de « légale », dans la mesure où le régime unitaire a souvent fait preuve d’une véritable intolérance face à toute forme d’expression publique du légitimisme, reflet à la fois du sentiment de fragilité des élites libérales et d’une difficulté à concilier l’acceptation du pluralisme politique et la conception organiciste de la nation au centre de l’idéologie patriotique du Risorgimento. Les obstacles quasi insurmontables opposés à la formation d’une presse catholique et ultraconservatrice témoignent bien de cette conception restrictive de la compétition politique. Les débats internes au camp légitimiste autour de la participation électorale illustrent quant à eux le dilemme classique posé par la participation au système politique combattu, fût-ce pour le détruire de l’intérieur.

11La monarchie exilée devait également s’efforcer de créer de nouveaux consensus auprès des modérés déçus par les modalités de l’unification, et s’affirmer contre les principaux courants d’opposition au nouveau régime, l’autonomisme et le muratisme, avec lesquels le légitimisme entretenait à la fois des relations d’affinité et de concurrence. C’est l’objet du quatrième et dernier chapitre.

12En conclusion, il semble difficile de parler d’un véritable « parti » légitimiste, en l’absence d’une organisation dotée des moyens et de la capacité de rassembler l’ensemble des partisans de la légitimité derrière une ligne commune d’action et une idéologie cohérente, puis d’en assurer la permanence au fil du temps. En ce sens, la force et l’extension sociales du légitimisme napolitain contrastent fortement avec sa faiblesse politique. C’est sans doute pourquoi, à la différence du carlisme espagnol ou du sécessionnisme dans le Sud américain, tous deux pareillement sortis défaits d’une longue guerre civile, le légitimisme méridional a difficilement survécu à l’éloignement de la famille royale.

II

13La deuxième partie accorde, dans le tableau d’ensemble de la mobilisation armée contre l’unité italienne, une place particulière à la guérilla des bandes qui opéraient à la frontière entre les États pontificaux et l’ancien royaume de Naples. Dès l’hiver 1860-1861, pendant le siège de Gaète, les dirigeants bourboniens s’étaient appuyés sur le territoire romain pour fournir un encouragement matériel à la guérilla des provinces septentrionales. Renouée au printemps 1861, cette stratégie était subordonnée à la fois aux conditions de la guérilla aux frontières, à l’attitude de l’État-hôte et à la réponse des autorités italiennes.

14Le premier chapitre dresse un tableau des acteurs en présence au printemps 1861 : la frontière, d’abord, traversant des régions montagneuses, pauvres, avec une faible densité et un réseau viaire peu développé ; les bandes, qui utilisaient leur mobilité et la frontière pour échapper de part et d’autre aux poursuites, et s’appuyaient sur une tradition locale de banditisme ; le dispositif militaire mis en place côté italien le long de la frontière pour faire face à la menace des bandes sur les villages isolés ; les milieux de l’émigration légitimiste impliqués dans le recrutement de partisans, l’achat et le transport d’effets à destination des bandes ; et enfin les forces chargées du maintien de l’ordre sur le territoire romain, partagées entre l’administration pontificale, dont la complicité avec le brigandage ne faisait pas mystère, et le corps d’occupation française, dont l’action était plus ambiguë.

15Le second chapitre retrace les différentes campagnes lancées par l’émigration légitimiste depuis Rome vers la frontière, entre l’été 1861 et l’été 1862, sous le commandement d’officiers volontaires étrangers, l’Autrichien Zimmermann, le Français Rivière puis l’Espagnol Tristany. Le problème analysé, au-delà du récit, est l’incapacité de la monarchie exilée et de ses agents à imposer une organisation militaire à la guérilla, face à la résistance de chefs de bandes réticents à abandonner leur commandement et leur mode de combat pour entreprendre une véritable campagne sous la direction des généraux étrangers nommés par François II. Cette incapacité est un des éléments qui explique pourquoi la guérilla légitimiste n’a jamais représenté une réelle menace pour les autorités militaires italiennes.

16Le troisième et dernier chapitre décrit le moment où le durcissement de la répression des bandes sur le territoire romain, cause et conséquence à la fois de l’impuissance des partisans bourboniens, entraîne la dégradation rapide de la guérilla aux frontières en brigandage pur et simple. Au printemps 1863, l’échec de l’offensive tentée par le légitimisme armé le long de toute la frontière est immédiatement suivi par la dispersion définitive des officiers encore au service de la monarchie, sans mettre fin cependant au brigandage.

17En guise de conclusion, une analyse des témoignages laissés par des volontaires (Borges et Tristany) permet de nuancer le bilan négatif de la guérilla légitimiste. S’il est indéniable qu’une grande distance et parfois l’incompréhension sépare les volontaires et les partisans locaux, à aucun moment les premiers ne tirent la conclusion d’une incompatibilité entre leur combat et les aspirations de la plèbe méridionale. Ces témoignages nous renseignent à l’inverse sur la force d’un mythe, celui de la paysannerie insurgée inspiré par des précédents historiques mythifiés, qui anime le militantisme contre-révolutionnaire du XIXe siècle.

III

18Après avoir exposé dans la première partie l’engagement de volontaires étrangers sur le terrain de la guérilla méridionale, l’étude s’intéresse aux mécanismes matériels de la mobilisation internationale en faveur des Bourbons de Naples. La présence de ces volontaires reflète selon nous, au-delà de l’enthousiasme que la cause bourbonienne et antiunitaire a suscité auprès de certains secteurs de l’opinion publique européenne, l’idéal d’une solidarité internationale capable de pousser des individus ou des groupes à se mobiliser suivant des modes et des degrés divers, en offrant leur voix, leur plume, leur bourse ou leur bras. La prise d’armes est l’expression la plus spectaculaire de cette solidarité, mais elle ne peut être isolée d’une mobilisation plus large, intellectuelle, financière, politique et même diplomatique. Pour saisir le phénomène du volontariat armé international, l’enquête doit envisager à la fois les modalités et les vecteurs matériels de l’engagement, les mécanismes idéologiques de la mobilisation antiunitaire, et la place de la mobilisation pro-bourbonienne dans le temps long d’une solidarité européenne de la contre-révolution au XIXe siècle.

19Le premier chapitre propose une géographie des lieux de recrutement des volontaires et de la mobilisation armée en Europe, en décrivant la mise en place d’une organisation clandestine internationale dont le noyau se composait d’agents diplomatiques bourboniens, d’anciens officiers de l’armée royale, d’aristocrates méridionaux émigrés et de sympathisants locaux, chargée de recruter des volontaires, de récolter des fonds et de préparer une grande expédition. Les principaux terrains de cette action de collecte d’hommes et de moyens ont été la France, l’aire adriatique et l’Espagne, ainsi que dans une moindre mesure la Suisse à travers un projet de « légion helvétique » en 1861. L’étude permet également d’identifier les limites de cette mobilisation dans les dysfonctionnements internes du camp bourbonien (rivalités, manque de moyens financiers) et dans la réticence des États à héberger les activités des agents de François II, y compris en Espagne et en Autriche.

20L’objet du deuxième chapitre est de mieux comprendre l’identité et les motivations des volontaires. Contre une interprétation traditionnelle qui invoque l’esprit d’aventure ou l’opportunisme, notre thèse est que ces éléments ne sont pas suffisants ni primordiaux. Il convient de prendre en compte la force des oppositions que le mouvement nationaliste italien a rencontrées en Europe, ainsi que la perception des événements politiques et militaires de 1860 et son intégration dans un « romantisme légitimiste », à partir de l’héroïsation du couple royal napolitain et la mythification du « brigandage » méridional. Un autre élément fondamental est l’affirmation d’un idéal de solidarité contre-révolutionnaire, déjà manifestée à l’occasion des conflits civils de la première moitié du siècle, et l’existence de réseaux d’entraide unissant les différentes familles du légitimisme européen. Dans cette perspective, l’étude accorde une place particulière à la situation des carlistes espagnols après 1860.

21Le troisième et dernier chapitre retrace les différents projets d’expédition armée depuis l’étranger vers l’Italie méridionale qui se sont succédé à partir de 1861, en revenant sur les facteurs qui devaient nécessairement en limiter les résultats et en mettant l’accent sur la réponse du gouvernement italien dont l’activité de surveillance et de répression constitue souvent l’unique source disponible sur cet aspect de la mobilisation bourbonienne. Face à l’ampleur de ces obstacles, les projets conçus par les partisans de François II entre 1861 et 1863 ne débouchent jamais sur leur objectif de grande expédition armée. À partir de 1863, et jusqu’en 1866, les bruits d’expéditions bourboniennes ne font plus en réalité que refléter les angoisses des dirigeants italiens.

22En conclusion, il existe un décalage flagrant entre l’ampleur du réservoir d’énergies volontaires prêtes à s’engager militairement pour la cause de François II, et les résultats effectifs de cette mobilisation. Au-delà de cette impuissance, celle-ci peut être considérée comme la manifestation d’une « internationale blanche » aux contours encore mal connus, et plus largement d’une conception de l’engagement politique à travers la mobilité des petits groupes, propre à l’époque romantique, qui fait de l’exil et de la pérégrination des combattants des éléments fondamentaux de la culture et de la pratique politiques européennes du XIXe siècle, avec pour théâtre privilégié, pour plusieurs générations, l’Europe méditerranéenne.

IV

23La quatrième et dernière partie est consacrée aux stratégies mises en œuvre par le gouvernement bourbonien en exil et ses agents pour inciter la communauté internationale à réprouver le régime « d’occupation » des provinces méridionales et pour se faire reconnaître par les gouvernements européens et l’opinion publique comme la seule alternative souhaitable ou possible. Une étape préalable pour cela est la présentation des principaux acteurs de l’action internationale de la monarchie napolitaine en exil, à travers un tableau du corps diplomatique bourbonien après 1861.

24Dans un premier temps, l’étude s’intéresse à l’action du gouvernement bourbonien en exil sur le terrain de la communication auprès de l’opinion publique étrangère, en commençant par décrire les rapports établis avec les faiseurs d’opinion (médias, élus politiques, « intellectuels »). Le but de la propagande légitimiste était d’attirer l’attention de ces derniers sur les diverses manifestations de la résistance intérieure napolitaine ainsi que sur la répression mise en œuvre par l’État italien. Pour analyser l’impact de cette entreprise de communication, il importe cependant de considérer l’ensemble des facteurs culturels et médiatiques qui ont contribué à faire émerger une « question » napolitaine dans la première moitié des années 1860. Il s’agit enfin d’examiner la façon dont les dirigeants italiens, ne pouvant se soustraire au jugement de l’opinion publique européenne, ont répondu au défi lancé par leur adversaire.

25Les deux chapitres suivants abordent l’action diplomatique du gouvernement napolitain en exil dans le double but de persuader les puissances étrangères de lui accorder une reconnaissance internationale et de convertir cette reconnaissance en soutien actif. Le problème fondamental de cette négociation résidait dans la relation fortement asymétrique que les dirigeants bourboniens, comme tous les gouvernants en exil, entretenait avec leurs interlocuteurs internationaux. En s’inspirant d’une riche littérature sociologique et politiste sur la négociation internationale, l’étude s’efforce de dépasser la vision d’un simple rapport de forces guidé par la poursuite égoïste et calculatrice des intérêts particuliers, pour prendre en compte la part des cultures politiques, les groupes de pression et les structures institutionnelles influençant la prise de décision politique.

26Le deuxième chapitre envisage la négociation diplomatique bourbonienne dans un contexte défavorable marqué, en Grande-Bretagne et en France, par une politique extérieure hostile à la cause des Bourbons et une opinion publique majoritairement favorable à l’unité italienne, et où la position des diplomates bourboniens se caractérise par une marginalisation officielle précoce. Dans ce contexte, les agents de François II ont donc eu recours à une diplomatie parallèle fondée sur les contacts officieux avec les dirigeants et l’établissement de liens avec les faiseurs d’opinions et les groupes de l’opposition disposés à prendre la défense de leur cause. Le maigre bilan de cette activité doit être rapporté à la forte impopularité des Bourbons de Naples ancrée dans la culture libérale européenne au cours des années 1850.

27Le chapitre suivant montre que les puissances conservatrices, malgré leur refus initial de reconnaître le changement politique accompli en Italie, n’en ont pas moins représenté le terrain d’une négociation permanente et difficile pour le gouvernement bourbonien en exil. L’étude examine ainsi le refus des gouvernements « alliés » de transformer leur soutien symbolique à la cause de François II en aide financière et matérielle, puis leur vulnérabilité croissante face aux diverses pressions intérieures et internationales en faveur d’une reconnaissance de l’Italie. Une place particulière, dans l’exposé, est accordée à l’attitude de la papauté face à la cause des souverains italiens dépossédés, caractérisée par une prise de distance progressive. Même dans leurs rapports avec leurs « alliés », les Bourbons de Naples ont donc fait la douloureuse expérience du fait, constaté par un ambassadeur britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, que les « gouvernements en exil sont des cartes, et non des joueurs ».

28La guerre de 1866 et le règlement du conflit austro-italien marquent la fin de l’activité diplomatique bourbonienne en même temps que la dissolution du gouvernement en exil. Au-delà de sa faiblesse, la persistance de cette activité jette une lumière particulière sur le contexte international européen des années 1850 et 1860, caractérisé par une recomposition des systèmes de solidarités et d’alliances définis en 1815. Le légitimisme bourbonien apparaît doublement victime de ce processus de transition, en raison d’une part de l’abandon de sa cause par les puissances de l’ancienne Sainte-Alliance, mais aussi de l’incertitude qui pesait sur l’irréversibilité du changement et des positions incertaines voire ambiguës des milieux conservateurs européens.

29*

30La conclusion générale expose dans un premier temps les activités politiques qu’ont continué de mener les Bourbons de Naples et leur entourage après 1866 jusqu’à la mort de la reine de Marie-Sophie en 1925. Elle se penche ensuite sur l’héritage laissé par la mobilisation antiunitaire dans la culture politique, faible en Italie du Sud mais plus consistant dans la mémoire du légitimisme européen. Elle dégage enfin quatre considérations d’ordre analytique : l’examen de la mobilisation antiunitaire permet d’insister sur la dimension conflictuelle des constructions nationales, particulièrement dans le cas italien, sans verser dans une entreprise de disqualification de l’unité italienne ; la phase de transition d’un ordre politique et international à l’autre mérite un intérêt propre, car il permet de mettre à nu les disparités et les dysfonctionnements qui caractérisent aussi bien l’ancien régime finissant que le nouveau émergeant ; ce processus a été le cadre d’une intense mobilisation politique et intellectuelle dans laquelle le volontariat armé international doit occuper une place privilégiée, car il permet de faire le lien, à un moment donné, entre les cultures politiques et les contextes d’expérience ; les conceptions concurrentes de la « nation » mises en jeu dans les engagements et les débats suscités par l’unification italienne incitent enfin à réévaluer les usages et les contenus d’une notion encore polysémique au milieu du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Sarlin, « Le gouvernement des Bourbons de Naples en exil et la mobilisation européenne contre le Risorgimento entre 1861 et 1866 », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], Thèses et HDR soutenues, mis en ligne le 29 décembre 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/4088

Haut de page

Auteur

Simon Sarlin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page