Navigation – Plan du site
Lectures

Christine HAYNES, Lost Illusions. The Politics of Publishing in Nineteenth-Century France, Cambridge (Mass.)/London, Harvard University Press, 2010, 328 p. ISBN: 978-0-674-03576-8. 45 dollars.

Viera Rebolledo-Dhuin
p. 156-157

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le .

  • 1 . William H. Sewell, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848(...)

1Fruit d’un travail de thèse soutenue à l’université de Chicago en 2001, l’ouvrage de Christine Haynes analyse, dans la lignée des recherches de William Sewell1, l’avènement concomitant de la figure de l’éditeur et du marché du livre par le biais de l’idiome des acteurs.

  • 2 . Christine Haynes emprunte l’expression à Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolut (...)

2À travers cette étude située au carrefour de l’histoire des entreprises et de l’histoire du travail, Christine Haynes contribue de manière originale au renouvellement de l’histoire du livre et de la librairie. Pour l’auteure, qui s’appuie notamment sur la Chronique de la Bibliographie de la France et sur les procès-verbaux d’assemblées générales du Cercle de la librairie, l’évolution du marché du livre au XIXe siècle relève d’une rupture politique et culturelle héritée de la Révolution, divisant profondément la communauté du livre. Le « mariage »2 napoléonien entre l’État et le marché, symbolisé par l’instauration du régime de brevet en 1810, mécontente à la fois les libraires « traditionalistes » et les éditeurs « libéraux », représentants de deux cultures en conflit. Cette ligne de fracture explique l’évolution de la Librairie parisienne, sinon française, de 1810 à 1881.

  • 3 . Alain Caillé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte/MAUSS, 2005, p. 1 (...)

3Comme l’indique la référence aux Illusions perdues de Balzac, l’ouvrage prend pour point de départ la crise du livre ou sa supposée décadence qui résulterait de l’entrée des éditeurs sur le « marché du livre »3. La littérature de la monarchie constitutionnelle consacre l’émergence de la figure de l’éditeur, assimilé au dandy-spéculateur type, entrepreneur extravagant et frauduleux. Cette dénonciation romanesque des éditeurs rejoint la critique formulée par les libraires corporatistes. Derrière celle-ci se jouent deux, voire trois, disputes majeures : l’une porte sur le régime du brevet que les traditionalistes voudraient voir renforcé ; l’autre concerne la propriété littéraire que les libéraux désirent étendre au maximum ; toutes deux étant liées à la question de la contrefaçon belge dont s’inquiètent éditeurs et auteurs. Les corporatistes s’attaquent en outre aux pratiques commerciales des éditeurs parce qu’ils se sentent – paradoxalement – menacés par les associations commerciales ou financières qu’ils mettent en place. Néanmoins, c’est à travers le conflit que les éditeurs s’imposent dès la fin de la monarchie de Juillet : la recréation en 1847 du Cercle de la librairie s’opère en maniant l’idiome corporatiste, l’idiome bourgeois et l’idiome proto-syndical. Tournant le dos aux mesures gouvernementales contre les assocations professionnelles, les éditeurs du Cercle acquièrent, sous le Second Empire, une influence favorable à la libéralisation du marché du livre. Grâce aux victoires d’Hachette sur Chaix dans la bataille des kiosques de gare et des expositions universelles, les éditeurs obtiennent, en tant que concepteurs, un statut privilégié au sein des producteurs de livres. Pourtant, très rapidement, tous s’interrogent sur les bénéfices de cette libéralisation. Aux imprimeurs et libraires traditionalistes déjà sceptiques, se joignent d’abord les auteurs fin-de-siècle puis, avec la crise du livre des années 1890, les éditeurs qui développent des politiques d’uniformisation du prix des livres et des contrats d’édition. Au début du XXe siècle, la conciliation interprofessionnelle ne suffit plus ; les éditeurs, usant du langage corporatiste, en appellent à une réglementation gouvernementale. La persistance de ce langage permet à Christine Haynes de conclure sur la puissance de l’exception culturelle française : en définitive, tous ont perdu leurs illusions.

  • 4 . Steven L. Kaplan et Philippe Minard [dir.], La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècle (...)
  • 5 . Rejoignant sur ce point l’étude fondamentale de Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. E (...)

4L’analyse des conflits met au jour les tensions et contradictions qui parcourent la communauté du livre. Cet ouvrage enrichit l’historiographie du livre pauvre en études d’ensemble et conforte l’historiographie récente des corporations en nuançant la vision unifiante de William Sewell4. En outre, l’historienne souligne l’importance des réseaux d’alliances, entre professionnels et au sein des institutions, mais également le poids du modèle associatif dans la conception, sinon l’action, des entrepreneurs de l’édition. Elle bat finalement en brèche le modèle schumpétérien de l’entrepreneur et l’idée d’une incompatibilité entre corporatisme et pratiques commerciales libérales5. Néanmoins, l’idiome corporatiste relève parfois d’une vision fixiste. Si Christine Haynes évoque la complexité de la position des « traditionalistes », l’équation traditionaliste-corporatiste-protectionniste domine l’analyse du discours des opposants aux entrepreneurs de l’édition. On regrette donc que l’auteure ne soit pas plus explicite quant aux diverses appropriations de l’« idiome corporatiste ». Cette lacune s’explique aisément dans le cadre d’une thèse centrée sur les membres du Cercle de la librairie de la monarchie de Juillet et des premières années du Second Empire. La pertinence de l’analyse de la naissance et de l’affirmation de cette institution reste intacte.

Haut de page

Notes

1 . William H. Sewell, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier-Montaigne, 1983 (édition originale en anglais 1980).

2 . Christine Haynes emprunte l’expression à Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley (Calif.), University of California Press, 1991.

3 . Alain Caillé, Dé-penser l’économique. Contre le fatalisme, Paris, La Découverte/MAUSS, 2005, p. 113, remarque qu’il n’y a « pas de marché tant que l’offre et la demande ne parviennent pas à une certaine massification ». En ce sens, le marché du livre est encore un marché de luxe, ou plus précisément à cette époque, à mi-chemin entre le marché « administré » décrit par Karl Polanyi et l’économie de bazar de Clifford Gertz.

4 . Steven L. Kaplan et Philippe Minard [dir.], La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004, en particulier la contribution de Jacqueline Lalouette ; Philippe Minard, « Corporations », in Alessandro Stanziani [dir.], Dictionnaire historique de l’économie-droit. XVIIIe-XXe siècles, Paris, Maisons des Sciences de l’Homme/Réseau Européen Droit et Société, 2007.

5 . Rejoignant sur ce point l’étude fondamentale de Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860),Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viera Rebolledo-Dhuin, « Christine HAYNES, Lost Illusions. The Politics of Publishing in Nineteenth-Century France, Cambridge (Mass.)/London, Harvard University Press, 2010, 328 p. ISBN: 978-0-674-03576-8. 45 dollars. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 41 | 2010, 156-157.

Référence électronique

Viera Rebolledo-Dhuin, « Christine HAYNES, Lost Illusions. The Politics of Publishing in Nineteenth-Century France, Cambridge (Mass.)/London, Harvard University Press, 2010, 328 p. ISBN: 978-0-674-03576-8. 45 dollars. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 41 | 2010, mis en ligne le , consulté le 23 novembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4070

Haut de page

Auteur

Viera Rebolledo-Dhuin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page