Navigation – Plan du site
Lectures

Ernest RENAN, Histoire de l’étude de la langue grecque dans l’Occident de l’Europe depuis la fin du Ve siècle jusqu’à celle du XIVe siècle, texte introduit et édité par Perrine Simon-Nahum, textes latins et grecs revus et traduits par Jean-Christophe de Nadaï, o. p., collection Patrimoines-Histoire des religions, Paris, Le Cerf, 2009, 790 p. ISBN : 978-2-204-08595-3. 69 euros.

Nathalie Richard
p. 155-156

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le .

1Contemporain de la rédaction de L’avenir de la science, ce manuscrit primé par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1848 est édité aujourd’hui pour la première fois, assorti d’un avant-propos de Perrine Simon-Nahum qui met en lumière ses principaux intérêts.

2Renan a quitté le séminaire depuis 1845 et entrepris des études de philologie et de philosophie lorsqu’il rédige ce mémoire qui lui permet de démontrer ses compétences érudites et lui vaut un prix académique, propice à lancer sa carrière. Cette étude a pour mérite de révéler tout l’intérêt du jeune homme, dès cette époque, pour la langue comme porte d’entrée dans l’histoire. L’étude des manuscrits du Moyen Âge fournit ainsi l’occasion à Renan de donner sa propre vision de la période et de nuancer l’image négative de la culture médiévale en suivant la transmission ininterrompue, de même que les réappropriations, de l’héritage philosophique et scientifique grec en Occident avant la Renaissance. À ce titre, le texte prend place parmi les réévaluations historiques et esthétiques du Moyen Âge qu’a fait naître l’âge romantique.

3L’intérêt de ce manuscrit est également de donner une meilleure connaissance de la position de Renan face à l’héritage rationaliste de la Grèce, alors même qu’il a surtout consacré son œuvre à l’étude de la tradition mythologique et religieuse des Sémites. Est ainsi restitué pour partie le « pôle » grec qui fait pendant dans sa pensée au pôle sémitique comme racine de l’identité culturelle de l’Occident moderne. Au fil des pages de ce manuscrit, se dévoilent certaines des composantes de ce « miracle grec », placé « à côté » du « miracle juif », dont Renan évoque la révélation intime, à Athènes en 1865, dans sa « Prière sur l’Acropole ». De même qu’il décrit, dans l’Histoire des origines du christianisme et dans l’Histoire du peuple d’Israël, la fondation et la transmission d’une identité religieuse, de même il suit, dans l’Histoire de l’étude de la langue grecque dans l’Occident de l’Europe, les étapes de la transmission d’un héritage philosophique et scientifique qui est lui aussi fondateur de la culture occidentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Richard, « Ernest RENAN, Histoire de l’étude de la langue grecque dans l’Occident de l’Europe depuis la fin du Ve siècle jusqu’à celle du XIVe siècle, texte introduit et édité par Perrine Simon-Nahum, textes latins et grecs revus et traduits par Jean-Christophe de Nadaï, o. p., collection Patrimoines-Histoire des religions, Paris, Le Cerf, 2009, 790 p. ISBN : 978-2-204-08595-3. 69 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 41 | 2010, 155-156.

Référence électronique

Nathalie Richard, « Ernest RENAN, Histoire de l’étude de la langue grecque dans l’Occident de l’Europe depuis la fin du Ve siècle jusqu’à celle du XIVe siècle, texte introduit et édité par Perrine Simon-Nahum, textes latins et grecs revus et traduits par Jean-Christophe de Nadaï, o. p., collection Patrimoines-Histoire des religions, Paris, Le Cerf, 2009, 790 p. ISBN : 978-2-204-08595-3. 69 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 41 | 2010, mis en ligne le , consulté le 31 octobre 2014. URL : http://rh19.revues.org/4068

Haut de page

Auteur

Nathalie Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page