Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre SINGARAVÉLOU [dir.], L’empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation, XIXe-XXe siècle, collection Mappemonde, Paris, Belin, 2008, 288 p. ISBN : 978-2-7011-4677-5. 24 euros.

Roman Stadnicki
p. 169-170

Texte intégral

  • 1 . Un seul article, remarquable, est consacré au passé impérial de la géographie anglophone (Daniel (...)
  • 2 . Il est pourtant rappelé, dès l’introduction, que la géographie coloniale ne peut être comprise qu (...)

1Le titre de l’ouvrage dirigé par Pierre Singaravélou sous-tend d’emblée l’existence de liens d’interdépendance puissants, indissociables même, entre l’expansion coloniale et l’évolution de la discipline géographique. L’empire des géographes, ouvrage issu d’un colloque qui s’est tenu à Bordeaux en 2005, s’attache à revisiter ces liens, en mettant l’accent sur l’émergence de savoirs géographiques « en situation coloniale », le cadre spatio-temporel se limitant ici – on pourra éventuellement le regretter – à l’empire colonial français1 pris dans une période allant de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle2. L’hypothèse de la réciprocité de ces liens est faite en filigrane, ce qui permet aux auteurs d’assumer leur détachement vis-à-vis des critiques postcoloniales formulées à l’égard d’une discipline longtemps accusée d’avoir uniquement servi l’empire. En effet, les géographes ont joué un rôle important dans le processus de colonisation, lequel, en retour, a marqué profondément la géographie. Si la géographie sert à faire la guerre, selon la formule consacrée d’Yves Lacoste, la guerre sert aussi à faire de la géographie, écrit Claude Blanckaert.

2L’ouvrage s’organise en quatre parties comprenant chacune trois ou quatre contributions de chercheurs appartenant essentiellement à l’histoire et à la géographie. S’ajoutent à cela une préface, deux introductions et une postface, respectivement confiées à Paul Claval, Claude Blanckaert, Pierre Singaravélou et Yves Lacoste. Si la participation de spécialistes reconnus des deux disciplines susmentionnées à cette aventure éditoriale se justifie aisément, ce lourd – près du quart du volume total de l’ouvrage – cadrage théorique, épistémologique et historiographique ne se donne pas facilement à lire, tant le nombre de questions majeures soulevées par les auteurs, ici sur les rapports entre la science et la colonisation française, là sur la construction identitaire de la géographie, est élevé. Ces textes apportent cependant de précieuses analyses sur la pluralité et la complexité de la géographie coloniale et sur l’évolution des savoirs géographiques au cours de la période traitée. Ils rappellent notamment à quel point la fin du XIXe siècle fut capitale en termes d’innovation scientifique. On assiste non seulement à la naissance de la géographie académique, sous l’autorité de Paul Vidal de la Blache, mais surtout à sa constitution en véritable « laboratoire de la modernité » (Pierre Singaravélou), comme en témoignent les progrès techniques réalisés dans la collecte d’informations (topographiques, géologiques, statistiques, etc.), le développement de la cartographie thématique, l’importance accrue donnée au terrain, l’intérêt porté à l’étude des réseaux pour comprendre les relations entre l’homme et son milieu, etc. Sans oublier l’explosion des sociétés de géographie et la création de chaires universitaires spécifiques dans les grandes villes de France et de ses colonies.

  • 3 . Cf. l’ouvrage que Florence Deprest vient de consacrer au cas de l’Algérie : Florence Deprest, Géo (...)

3La première partie est consacrée précisément à l’étude de ces lieux de production d’une géographie coloniale, cumulative et descriptive, mettant en exergue les interactions entre éducation et propagande, entre exigences scientifiques, intérêts économiques et milieux politico-religieux, bref, entre savoir et pouvoir (Emmanuelle Sibeud ; Jean-François Klein). La meilleure illustration de ces interactions ne réside-t-elle pas dans la naissance de la géographie militaire après la défaite de 1870, discipline distincte de la géographie coloniale mais qui considère les espaces coloniaux comme de véritables « théâtres d’opération » (Philippe Boulanger) ? La deuxième partie de l’ouvrage revient ainsi largement sur les différents usages politiques et militaires de la géographie en situation coloniale, tout en accordant une large place à l’Afrique du Nord3. La délicate question de l’imaginaire colonial est abordée dans une troisième partie, par le triple prisme de la correspondance de Gauguin, obnubilé par Tahiti et, plus largement, des représentations géographiques des métropolitains à la fin du XIXe siècle (Jean-François Staszak), de la construction de la connaissance géographique de l’Océanie par les explorateurs, les missionnaires et les colonisateurs (Claire Laux) et, enfin, du roman d’aventure (Matthieu Letourneux). À la lecture de la quatrième partie et de la postface, on a la confirmation que la géographie tropicale, dont l’épanouissement remonte au milieu du XXe siècle, serait en quelque sorte l’héritière de la géographie coloniale (Colette Zytnicki). Plus encore, s’inscrivant dans le (faux) débat sur les « effets positifs » de la colonisation, Yves Lacoste évalue l’immense apport de la géographie coloniale à « l’école géographique française ». Les auteurs font mention des nombreux éléments de continuité repérables entre ces différentes « géographies », qui partagent toutes un intérêt essentiel pour l’altérité et le contact (Paul Claval). La géographie du développement, qui se met en place en France à partir des années 1960, n’est-elle pas elle-même l’héritière des géographies coloniale et tropicale ? Cette hypothèse, qui montre l’obligation qu’a une discipline scientifique à se tourner vers son passé, n’est toutefois qu’à peine envisagée dans le présent ouvrage.

4L’empire des géographes, en plus de venir combler un manque, constitue un apport non négligeable à l’épistémologie des sciences en général et à l’histoire de la géographie en situation coloniale en particulier, mais aussi à la géographie historique, laquelle connaît aujourd’hui un nouvel essor au sein de la recherche française.

Haut de page

Notes

1 . Un seul article, remarquable, est consacré au passé impérial de la géographie anglophone (Daniel Clayton).

2 . Il est pourtant rappelé, dès l’introduction, que la géographie coloniale ne peut être comprise que dans son contexte historique, en tant que discipline ayant succédé à la géographie des explorations et des grands voyages et ayant précédé la géographie tropicale.

3 . Cf. l’ouvrage que Florence Deprest vient de consacrer au cas de l’Algérie : Florence Deprest, Géographes en Algérie, 1880-1950, Paris, Belin, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roman Stadnicki, « Pierre SINGARAVÉLOU [dir.], L’empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation, XIXe-XXe siècle, collection Mappemonde, Paris, Belin, 2008, 288 p. ISBN : 978-2-7011-4677-5. 24 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 40 | 2010, 169-170.

Référence électronique

Roman Stadnicki, « Pierre SINGARAVÉLOU [dir.], L’empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation, XIXe-XXe siècle, collection Mappemonde, Paris, Belin, 2008, 288 p. ISBN : 978-2-7011-4677-5. 24 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 18 décembre 2010, consulté le 28 juin 2016. URL : http://rh19.revues.org/4020

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page