Navigation – Plan du site
Lectures

Arnaud BAUBÉROT et Florence BOURILLON [dir.], Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, Pompignac, Éditions Bière, 2009, 352 p. ISBN : 978-2-85276-099-8. 33 euros.

Thibault Tellier
p. 156-157

Texte intégral

1Alors même que le XIXe siècle est marqué par l’affirmation sans partage de la ville sur les campagnes en terme de développement, un autre mouvement, certes plus diffus, mais tout aussi réel, tend à s’imposer : celui de l’urbaphobie. Le propos de Rousseau dans les premières pages de L’Émile selon lequel « les villes sont le gouffre de l’espèce humaine » connaît une nouvelle actualité au fur et à mesure de l’industrialisation du pays. Comme le relèvent les organisateurs du colloque qui s’est tenu à l’université Paris 12 en juin 2007, et dont la présente publication rassemble les contributions, c’est à partir du XIXe siècle et de l’avènement de la ville industrielle que la critique de cette dernière s’intensifie et prend des formes nouvelles. L’ambition de ce colloque n’est toutefois pas de s’en tenir à une approche générique de la question. Ce n’est pas la ville en tant que système de pensée qui est ici visée, mais la ville manufacturière, à la fois moderne et populeuse. Il ne s’agit pas de la part de ses détracteurs d’en rester à une vision nihiliste. Plutôt que de condamner un modèle de développement urbain, ils proposent des solutions censées guérir la ville moderne de ses maux. De ce point de vue, un certain nombre de contributions met l’accent sur les remèdes proposés, qu’il s’agisse par exemple de réformer la ville par le biais d’un maillage paroissial inédit, de remèdes hygiénistes, mais également par une sortie temporaire de l’univers urbain sous la forme notamment de colonies de vacances. La variété des thèmes traités, ainsi que celle des lieux étudiés montre qu’en réalité, ce n’est pas tant la destruction de la ville qui est visée, mais plutôt sa régénération, comme le souligne Arnaud Baubérot dans son introduction intitulée « Pour une histoire de l’urbaphobie ». C’est bien l’idée de « compromis » qui tend à s’imposer à la lecture des différents textes proposés. Il en résulte donc un rapport extrêmement complexe entre les villes et leurs détracteurs. La cité-jardin en vogue à la fin du XIXe siècle et encore dans l’Entre-deux-guerres apparaît par exemple moins comme une remise en cause radicale du fait urbain en tant que tel, que comme la proposition d’une solution alternative au développement urbain non maitrisé.

2L’étude de l’urbaphobie ne peut donc être considérée comme un élément marginal de notre histoire urbaine contemporaine. Elle est, bien au contraire, un élément explicatif majeur. Florence Bourillon le souligne dans un bilan qui ne peut qu’être temporaire à ce stade, l’étude de l’urbaphobie apparaît belle et bien comme une histoire « en creux » de l’évolution urbaine qui tend à s’affirmer au sein de l’historiographie française depuis plusieurs années. Le fait qu’une rencontre consacrée à la « ville mal aimée » ait eu lieu à Cerisy au même moment que le présent colloque montre qu’il s’agit là d’un champ de recherches innovant, appelé à se développer. D’ailleurs, le fait que, sur la vingtaine de communications proposées, une seule ait franchi le cap de 1945, appelle à poursuivre les recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibault Tellier, « Arnaud BAUBÉROT et Florence BOURILLON [dir.], Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, Pompignac, Éditions Bière, 2009, 352 p. ISBN : 978-2-85276-099-8. 33 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 40 | 2010, 156-157.

Référence électronique

Thibault Tellier, « Arnaud BAUBÉROT et Florence BOURILLON [dir.], Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, Pompignac, Éditions Bière, 2009, 352 p. ISBN : 978-2-85276-099-8. 33 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 18 décembre 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4008

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page