Navigation – Plan du site
Lectures

Cahiers Charles Fourier. Revue de l’Association d’études fouriéristes, n° 20, 2009, 142 p. 15 euros.

Jean-Claude Caron
p. 155-156

Texte intégral

1Célébrant leurs vingt années d’existence, les Cahiers Charles Fourier démontrent qu’une revue (au « format papier ») animée par une petite équipe garde toute sa pertinence dans la production historiographique. Le bilan de ces vingt années est plus qu’honorable : plus de 120 articles publiés, avec, en sus, des rubriques « expérimentations », notes de lecture, informations diverses et à l’occasion de l’iconographie, le tout renforcé par un site (charlesfourier.fr) très dense. Notons que cet anniversaire coïncide avec l’exposition que le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon a consacrée à « Charles Fourier ou l’Attraction passionnée » du 28 janvier au 26 avril 2010. Pour expliquer l’enracinement des Cahiers Charles Fourier dans le paysage des publications savantes, une raison majeure se détache : l’objet même de cette revue, ce fouriérisme irréductible à cette notion d’« utopie » qui lui est généralement accolée, encore de nos jours, comme une épithète quelque peu infamante et, à tout le moins, réductrice, en tout cas passéiste. Dans l’ouverture, Chantal Guillaume donne d’emblée les raisons qui, au contraire, font de l’utopie une actualité.

2Au sein de ce numéro, Jonathan Beecher étudie les premiers lecteurs de Charles Fourier, notamment ceux de la Théorie des quatre mouvements, dont Ballanche et surtout Olinde Rodrigues qui annote le texte, parfois avec ironie ou colère. Jean Fornaserio apporte des « retouches au portrait d’Arthur Young », cet intellectuel écossais qui mit sa fortune au service de la colonie de Cîteaux, après avoir été de la tentative de Condé-sur-Vesgre. Jean-Claude Dubos analyse les commentaires de Victor Considerant – longtemps admirateur enthousiaste de Bugeaud… – sur les enfumades du Dahra (1845) qui provoquèrent un vif débat en France sur les méthodes de la colonisation militaire de l’Algérie. Nicole Edelman retrace les rapports ambigus entre les somnambules et les mediums spirites d’un côté et le fouriérisme de l’autre, ambiguïté due à la quête, par les spirites gravitant dans la mouvance socialiste, d’un spiritualisme alimenté par la pensée de Fourier, quitte à la déformer. Sherill Tippins voit dans le Chelsea Hôtel de New York, lieu de vie ou de passage de nombreux artistes hier comme aujourd’hui, la traduction architecturale du fouriérisme : c’est Philip Gengembre Hubert, fils de Colomb Gengembre, architecte de la colonie de Condé-sur-Vesgre, qui dessina les plans du Chelsea Hôtel. Louis Ucciani revient sur la relation entre Godin, les socialistes et Fourier, ce dernier soumis à une lecture critique de la part de La Revue socialiste et du fondateur du familistère, un nom qui sonne comme un hommage au phalanstère. Quant à Michel Antony, il confronte le fouriérisme et l’éducation libertaire – mais on aimerait parfois que certaines affirmations soient davantage étayées : ainsi de Jean Macé ou de Marie Pape-Carpantier placés un peu vite dans la « mouvance fouriériste ». Enfin, parmi les rubriques habituelles, on lira avec grand intérêt la publication, présentée par Florent Perrier, de chutes et rebuts du Fourier de Barthes : tels quels, ils permettent de saisir une pensée à l’œuvre via la médiation d’une écriture en genèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Cahiers Charles Fourier. Revue de l’Association d’études fouriéristes, n° 20, 2009, 142 p. 15 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 40 | 2010, 155-156.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Cahiers Charles Fourier. Revue de l’Association d’études fouriéristes, n° 20, 2009, 142 p. 15 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 18 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/4007

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page