Navigation – Plan du site

Introduction

Louis Hincker et François Jarrige

Texte intégral

  • 1 Michel Foucault, L’ordre du discours, leçon inaugurale au Collège de France donnée le 2 décembre 19 (...)
  • 2 Idem, p. 12.

1D’un certain côté, rechercher (ou pas) le principe de cohérence d’un numéro Varia est la part, sans doute la plus belle, réservée au lecteur. À celui-ci le privilège de naviguer à sa guise entre adhésion et critique, réflexions et interrogations. D’un autre côté, organiser une livraison de ce type c’est témoigner de certaines orientations actuelles de la recherche, c’est se faire l’écho de la sensibilité des chercheurs, c’est donner à lire des cheminements intellectuels autant individuels que collectifs. Mais pas de thématique préalable, pas de thèse à démontrer. Pourquoi titrer de manière quelque peu péremptoire un numéro de revue qui n’a pas été organisé selon une ligne directrice ? Voudrait-on faire croire à une convergence non préméditée de ces huit articles alors que nos auteurs ne peuvent être tenus pour les responsables d’une trame ou d’un motif qu’ils n’étaient pas même invités à penser par les « organisateurs » – c’est presque abuser – de ce numéro de la Revue d’histoire du XIXe siècle ? Vérification faite, on ne trouvera pas un usage systématique du mot « discours » sous la plume des uns et des autres, le terme n’est même pas présent dans deux des articles. Presque incidemment, « discours » pourra être compris au détour de certaines des pages que l’on va lire comme une parole ou un ensemble de paroles prononcées, un texte publié, une pensée, une opinion, l’expression de représentations particulières ou plus largement partagées, plus rarement comme le langage propre à un groupe ou à un individu. Ici pas de discours anonyme, mais l’identification toujours précise d’un auteur, même collectif. Alors si les objets se recoupent, si les préoccupations communes sont celles d’un temps où l’Imaginaire, la Science, et la Révolution se mêlent singulièrement, pourquoi ne pas les faire tenir ensemble si ce n’est précisément par le mot de « discours », ce que la métaphore imagée d’un jeu de société placée en couverture, avec l’artifice de ses règles, signifie à sa façon. Que veut-on dire par-là ? On ne trouvera pas dans ce numéro une explicitation des conditions de possibilité du discours qu’appelait de ses vœux il y a quarante ans (déjà !) Michel Foucault1. Ce dernier n’apparaîtra que dans un seul article en note de bas de page, comme historien de l’enfermement… Ni décortiquées ni analysées, les procédures de contrôle, de sélection, d’organisation, de redistribution tendant à exclure ou à limiter les enjeux de significations ne nous seront pas révélées. On repérera cependant la toute puissance de la volonté de savoir, le jeu restrictif de règles de police discursive, différentes localisations du discours dans le domaine savant ou politique par exemple – le discours, ce par quoi et ce pour quoi on lutte disait Michel Foucault2. On invitera donc le lecteur à lire ce numéro Varia de la Revue d’histoire du XIXe siècle de deux manières différentes : soit sous le signe du manque, soit sous celui du trop plein d’enjeux de délimitation qui établissent le vrai et qui font violence aux choses ; soit le masque, soit la manifestation d’un « ordre du discours » qui réduit la multiplicité des énoncés, leur prolifération, leur dispersion par trop dangereuse. Mais ce n’était ni notre intention ni celle des auteurs. Disons que la recherche en est là (acquis non formulés ? lesquels ? prise de distance ? laquelle ?), et qu’il y a matière à réfléchir.

2Quoi qu’il en soit, et c’est là l’essentiel, que tous ceux qui ont contribué à ce numéro soient ici remerciés de leur générosité et de leurs efforts à répondre à nos sollicitations si peu éclairantes, plus intuitives que maîtrisées, bien imprécises mais toujours à l’écoute de la spécificité et de l’intérêt des démonstrations ainsi que de la qualité de l’enquête scientifique.

3Ce numéro est aussi l’aboutissement d’une aventure éditoriale commencée depuis les années 1990 : les Varia de la Revue d’histoire du XIXe siècle deviendront désormais une rubrique récurrente venant équilibrer des numéros thématiques dorénavant plus nombreux mais aussi plus resserrés. Il s’agira d’offrir une plus grande diversité de contenu, par des notes critiques ou des entretiens par exemple, tout en rendant compte des nouveautés de la recherche, tout en continuant à offrir un espace d’expression et de représentation des travaux portant sur le XIXe siècle, – ce qui demeure l’une des fonctions essentielles d’une revue comme la nôtre.

Haut de page

Notes

1 Michel Foucault, L’ordre du discours, leçon inaugurale au Collège de France donnée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971.

2 Idem, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Hincker et François Jarrige, « Introduction », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 40 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/3982

Haut de page

Auteurs

Louis Hincker

Articles du même auteur

François Jarrige

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page