Navigation – Plan du site

Atelier-rencontre le vendredi 5 juin 2009 : "Le 13 juin 1849 : une journée révolutionnaire ?"

Atelier-Rencontre organisé par la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle le Vendredi 5 juin 2009 à la Maison de la Recherche Université Paris Sorbonne: 28 rue Serpente, salle D 040.

Nous nous proposons de créer un nouveau rendez-vous entre historiens XIXeistes destiné à réunir des spécialistes et discutants désireux de faire une mise au point et de donner de possibles nouveaux éclairages autour d’une thématique précise ou d’un moment particulier. Ni séminaire ni colloque, ouverte à la réflexion de tous en amont et en aval du XIXe siècle, aux approches interdisciplinaires, cette rencontre entend permettre, à terme, à ceux qui le désirent de construire une journée de réflexion sur les sources et les interprétations, les connexions et les échos ou les débats historiographiques qu’ils aimeraient voir traiter.

Nous avons choisi pour cette première année de revenir sur « 1848 », mais à travers un moment méconnu et qui pourtant autant que juin 48 est souvent qualifié de tournant pour la Seconde République : le 13 juin 1849.

Le 13 juin 1849 : une journée révolutionnaire ?

Notre projet a plusieurs ambitions, il s’agit tout d’abord de rappeler sans céder à la commémoration l’importance de cette journée qui appartient à la geste insurrectionnelle du XIXe siècle aux côtés des journées de 1830, de 1832 et 1834, les journées de février, du 15 mai et de juin 1848. Qu’est ce qu’une journée révolutionnaire « manquée », comment prend-t-elle sens ? Pourquoi certaines journées sont-elles oubliées hormis leur bilan victimaire ? Le 17 mars 1848 (manifestation pour le report des élections), le 16 avril 1848 (manifestation des clubs et des corporations), le 29 janvier 1849 (troubles autour de l’Assemblée constituante au moment de sa dissolution) sont aussi des journées devenues peu lisibles, ou au contraire prévisibles.

En d’autres termes, pourquoi et comment s’est fait l’effacement progressif du 13 juin 1849, peu et mal connu ? Quelles sont alors les traces mémorielles et surtout les sources qui peuvent en permettre aujourd’hui une relecture ? Les procès qui ont suivi cette journée sont un témoignage mais aussi une source archivistique sur la période. C’est à une remise au jour de la bibliographie et des sources que cette journée doit nous conduire.

Le 13 juin est une journée parisienne, mais le 14 et le 15 beaucoup de villes et villages se sont aussi soulevés notamment Lyon. Pourquoi et comment ? L’historiographie est peu prolixe, pourtant de nombreux travaux monographiques classiques, d’analyses « micro » et de travaux récents qui portent sur les régions de faible résonance ont analysé « ce presque rien » à travers notamment la figure de l’électeur ou du révolutionnaire en campagne. Comment peut-on revenir sur la lisibilité des évènements parisiens durant ces mois qui ont vu notamment se développer des processus spécifiques de la politisation des campagnes ? Bref, un retour sur la question autrefois très controversée de l’acculturation est ici envisageable tout comme une définition des transferts politiques encore peu élaborée.

Reste aussi que cette journée a conduit à des pratiques répressives qui s’inscrivent dans un cadre républicain nouvellement établi, celles-ci varient-elles ? Quelles pratiques contre-révolutionnaires sont mises en œuvre sur tout le territoire. L’impact de cette journée est donc fondamental pour comprendre la désorganisation et les attentes d’un mouvement politique multiforme.

Les acteurs principaux en sont bien connus ; Ledru-Rollin, Arago chefs de cette journée ont justifié leurs actions qui a conduit en prison et en exil de nombreux républicains désormais absents jusqu’en 1870 de la scène politique française. Leurs discours méritent d’être relus à l’aune d’une analyse renouvelée des pratiques et idées politiques, du rôle de la foule et de l’armée.

Un jeu de comparaisons, de réflexions menées en amont et en aval avec des spécialistes de la Révolution, des journées de la monarchie de Juillet, de la Commune est un moyen de discuter cet état des lieux. D’autres éclats, d’autres évènements sont-ils comparables : enterrements ou autres formes protestataires ? Le cadre largement urbain et parisien, l’usage de la rue, le siège et l’assaut des bâtiments publics, la répression et surtout la présence de la foule sont-ils, des éléments toujours présents et comparables ? Quelle part revient ici à la défense de la constitution et plus largement de la loi ?

C’est à toutes ces questions – et d’autres qui ne manqueront pas de surgir – que nous souhaitons non répondre mais réfléchir, en élaborant dès aujourd’hui un programme de recherche, dont la rencontre de juin prochain sera le premier bilan de ce fragment d’une histoire sociale du politique.

Programme de la journée

9h : accueil des participants

Matin : 9h15 –12h Travaux

-Sylvie Aprile  : Le 13 Juin : une journée manquée ? Historiographie et axes de recherches

-Louis Hincker : Archives du 13 juin 1849

-Laurent Le Gall : Une journée illisible ? la province en juin 1849.

-Pierre Levêque : Juin 1849 en Saône-et-Loire

- Débats

Après midi : 14h -17 h -Regards

-Emmanuel Fureix et Gilles Malandain : Protester avant 1848. Réflexions sur les répertoires d’action politique (1815-1840)

-Pierre Serna et Jacques Rougerie : Les journées manquées de la Révolution Française à la Commune

- Débats