Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yves LEMOINE et Pierre LENOEL, Les avenues de la République. Souvenirs de F.-V. Raspail

Paris, Éditions Hachette, 1984, in-8°, 379 p.
Henri Dubief

Texte intégral

Rien n'est plus trompeur que le sous-titre de cet ouvrage l'authenticité de ces Souvenirs vaut celle des Mémoires de d'Artagnan. Il s'agit d'une fausse autobiographie faite, au moins pour la jeunesse, avec des textes et des notes de Raspail, qu'il eût été intéressant d'éditer de façon critique. C'est pourquoi le pastiche est réussi dans la première partie, moins par la suite. Un tel livre peut peut-être séduire un large public ; il ne peut que rebuter les historiens auxquels il n'apporte rien.

Et pourtant les auteurs connaissaient leur sujet. Ils apportaient un regard neuf de juristes sur les procès de Raspail. Ils ont travaillé sur les meilleures sources et une bonne bibliographie. Ils auraient pu écrire enfin la bonne bibliographie qui nous manque d'un des socialistes français les plus influents, moins par la richesse de sa pensée que par son rayonnement de grand savant, de médecin des pauvres, bienfaiteur de l'humanité aux yeux de tout un monde paysan. Il eût été bon de signaler (p. 63) que Tissot, professeur de poésie latine au Collège de France et académicien, était dévoué à la mémoire de son beau-frère, le Martyr de prairial Goujon, ce qui explique son militantisme républicain. Le prénom usuel de Carnot (p. 235) est Hippolyte et non Lazare.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Dubief, « Yves LEMOINE et Pierre LENOEL, Les avenues de la République. Souvenirs de F.-V. Raspail », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 1 | 1985, mis en ligne le 28 octobre 2002, consulté le 18 août 2017. URL : http://rh19.revues.org/352

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page