Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Jules Vallès, Dictionnaire d’argot et des principales locutions populaires, avant-propos de Maxime Jourdan

Paris, Berg international éditeurs, 2007, 207 p. ISBN : 978-2-917191-00-2. 14 euros
Jean-Claude Caron
p. 189-191

Texte intégral

1La langue verte constitue un terrain d’observation particulièrement intéressant quant aux mutations du social, du culturel, voire du politique. Dans son bref, trop bref avant-propos, Maxime Jourdan retrace la généalogie de cet ouvrage qui, rappelle-t-il, est ici publié pour la première fois avec son nom d’auteur : Jules Vallès. Celui-ci avait préféré user d’un de ses habituels pseudonymes, Jean La Rue, lorsqu’il rédigea ce dictionnaire dont la première édition fut publiée en 1894, soit neuf ans après sa mort. Maxime Jourdan donne un argumentaire qui, s’il conclut sur l’attribution de l’œuvre à Vallès, conserve toutefois une part de doute. Pourquoi, du reste, ne pas avoir réédité l’ouvrage sous son titre originel – La Langue verte, dictionnaire d’argot et des principales locutions populaires – et l’avoir amputé du texte liminaire intitulé Histoire de l’argot, par Clément Casciani ? Le fait que Vallès ait abhorré la nature même du dictionnaire en général (à la fois comme conservatoire d’une langue figée ou morte qu’il n’a eu de cesse de combattre et de dénoncer et comme représentation par excellence de la rigidité et de la discipline de l’école) ne suffit pas à infirmer la thèse. On sait que Vallès a fait, entre autres métiers alimentaires, celui de « pisse-copie » de notices encyclopédiques pour survivre (voir en particulier la thèse de Maurice Gaudin sur les entreprises lexicographiques de Maurice Lachâtre)1. Quant à l’argot, s’il ne l’utilise pas si souvent dans son œuvre (et n’en fait pas un usage qui se veut scientifique à la manière d’un Hugo dans Les Misérables, ni un procédé d’identification à la manière d’Eugène Sue), il en connaît pourtant les subtilités.

2Cet ouvrage s’inscrit dans une entreprise littéraire révélatrice d’un sentiment de perte prochaine, sentiment partagé par d’autres que Vallès, sensibles comme lui à l’idée de conserver, à la manière d’un instantané photographique d’Atget, un Paris populaire qui disparaît. Les années 1880-1890, rappelle Maxime Jourdan, sont l’époque de la butte Montmartre naissante, de la quête de sensations fortes par les classes moyennes fascinées par les marlous, les apaches et autres truands. Aristide Bruand vend ces stéréotypes à qui vient l’écouter et publie même en 1901 chez Flammarion un ouvrage intitulé L’Argot au xxe siècle. Dictionnaire français-argot. Cette publication s’inscrit dans la mode déjà ancienne des ouvrages prétendant « révéler » au beau monde l’argot des filous et des voleurs 2. Parallèlement, la mode des romans de crime et de sang ne cesse de se développer, alors que la presse bon marché et à fort tirage s’emploie, comme l’ont montré les travaux de Dominique Kalifa ou de Anne-Claude Ambroise-Rendu, à marier l’encre et le sang, à son plus grand profit 3.

3Le Dictionnaire de Vallès se distingue à la fois par sa brièveté (notices très courtes, très peu d’exemples donnés) et par la variété des champs couverts, relevant à la fois du parler populaire (ou français non conventionnel, comme aurait dit Jacques Cellard), de l’argot de métier (qui donne lieu à des publications spécialisées comme le Dictionnaire de l’argot des typographes d’Eugène Boutmy4) et de l’argot érotique (domaine où excelle Alfred Delvau qui, par ailleurs, produit, un Dictionnaire de la langue verte 5). Le sexe, l’argent, la police sont au cœur de l’ouvrage. En revanche, la religion est assez peu abordée. On est à la fois dans le registre des « excentricités du langage français » (Lorédan Larchey), dans celui d’une littérature s’adressant à un public lettré et dans un ouvrage qui, au plan de l’argot érotique, reste assez édulcoré. Ce Dictionnaire offre un regard sur le Paris populaire qui fait pendant aux travaux d’un Privat d’Anglemont ou d’un Charles Monselet. N’ayant aucune ambition historique ou étymologique, sauf rares exceptions, l’ouvrage reproduit à l’identique les préjugés et les stéréotypes sur les prostituées, sur les juifs, sur « l’ignoble » troisième sexe. Y trouve-t-on la marque de Vallès ? Peut-être dans certaines définitions qui paraissent renvoyer à la trilogie de Jacques Vingtras : ainsi de collège et de lycée, tous deux qualifiés de « prison ». Un thème que Vallès a également traité dans des chroniques regroupées au sein du volume intitulé Le Tableau de Paris, que réédite également l’éditeur de ce Dictionnaire, avec des annotations de Maxime Jourdan. Deux ouvrages complémentaires, donc, et qui donnent à voir toute la palette littéraire de Vallès.

Haut de page

Notes

1. Voir François Gaudin [dir.], Le monde perdu de Maurice Lachâtre (1814-1900), Paris, Honoré Champion, 2006 et notre compte-rendu dans la Revue d’histoire du xixe siècle, n° 33, 2006/2, p. 214-216.
2. Voir par exemple, Jules Lermina et Henri Lévêque, Dictionnaire thématique français-argot, suivi dun index argot-français à l’usage des gens du monde qui veulent parler correctement la langue verte, Paris, Chacornac, 1897.
3. Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995 ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, Petits récits des désordres ordinaires. Les faits divers dans la presse française, de la Troisième République à la Grande guerre, Paris, Séli Arslan, 2004.
4. Eugène Boutmy, Dictionnaire de la langue verte typographique, précédé d’une monographie des typographes, et suivi de chants dus à la muse typographique, Paris, I. Liseux, 1878.
5. Alfred Delvau, Dictionnaire de la langue verte ; argots parisiens comparés, Paris, E. Dentu, 1866.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Jules Vallès, Dictionnaire d’argot et des principales locutions populaires, avant-propos de Maxime Jourdan », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 189-191.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Jules Vallès, Dictionnaire d’argot et des principales locutions populaires, avant-propos de Maxime Jourdan », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 05 juillet 2008, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://rh19.revues.org/2932

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page