Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Eloi Valat, Le Journal de la Commune

Préface de Jean-Marie Borzeix, Saint-Pourçain-sur-Sioule/Paris, Bleu autour/Paris bibliothèques, 2007, 151 p. ISBN : 978-2912019677. 24 euros
Jean-Claude Caron
p. 187-189

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 03 septembre 2008.

1Cet ouvrage rend compte de l’exposition des dessins inédits d’Éloi Valat, qui s’est tenue à la Bibliothèque historique de la ville de Paris en mars 2007. La même institution avait déjà, peu de temps auparavant, célébré la Commune de Paris par une remarquable exposition consacrée au Regard d’un Parisien sur la Commune 1, qui avait révélé les étonnants clichés d’Hippolyte Blancard, dont certains constituent des documents exceptionnels sur les incendies de la Semaine sanglante. Le projet d’Éloi Valat est autre. Par le trait et par la couleur, il entend illustrer certains épisodes des 73 jours de la Commune en s’appuyant sur la lecture du Journal officiel de la République française publié par la Commune de Paris entre le 20 mars et le 24 mai 1871 2. Cet organe offre à la fois des informations communiquées par la Commune, essentiellement les délibérations et décisions prises par cette dernière (partie officielle), et des informations variées touchant à toutes sortes de domaines, mais de plus en plus relatives au déroulement de la guerre contre les troupes de Versailles (partie non officielle). L’ouvrage se compose donc de 69 planches illustrant chacune un extrait du Journal officiel, donné en regard. « Des images d’Epinal modernes », commente Jean-Marie Borzeix dans sa préface. Certes, mais la dimension des images qui occupent une pleine page est tout autre (à cet égard, il est dommage qu’aucune fiche technique n’accompagne ces illustrations), tout comme diffère l’intention de l’artiste : il ne s’agit pas ici d’une dimension pédagogique, moralisatrice, voire ludique, à l’instar des séries éditées par Pellerin à Epinal, mais d’une lecture engagée de l’événement et de ses protagonistes, vus du côté des communards. Il ne s’agit pas non plus d’une bande dessinée à la manière des quatre tomes du Cri du peuple de Tardi et Vautrin, récit mis en image d’une histoire au ressort à la fois politique et policier se déroulant sur fond de Commune. Ce qui est convoqué par Éloi Valat, c’est l’événement-Commune, via le prisme de la « grande » comme la « petite » histoire. Ce ne sont pas nécessairement les épisodes les plus célèbres de la Commune qui ont été choisis par l’auteur. Remarquons en particulier le dessin consacré à la tentative de conciliation menée par les francs-maçons parisiens à l’initiative du frère Térifocq (30 avril) ou celui illustrant la séance d’un club féminin (5 mai).

2L’événement est perçu et représenté dans toute sa violence, ce dont témoignent à la fois le trait propre à Eloi Valat et le choix d’une palette de couleurs plutôt sombres, sans dégradés, avec des juxtapositions franches. Elles étonnent en confrontant toute la gamme des verts et des bleus à celle des jaunes et des rouges. Le trait de Valat est souvent rétif à la ligne régulière, que ce soit pour le contour des personnages ou pour les lignes de fuite dans les scènes de rue. La netteté de la séparation des masses colorées n’est pas sans rappeler l’art du vitrail. Symboliquement, le dessin illustrant le dernier extrait du dernier numéro du Journal officiel de la Commune ne comporte, outre le trait au noir, que des parements de couleur rouge. Dans les scènes de groupe, les visages sont à peine ébauchés ; d’autre signes, nombreux, permettent d’identifier les protagonistes. Influence de l’école allemande faisant la chronique de l’après-Première Guerre mondiale dans un pays en ruine ? La composition, le trait, l’intention font à l’occasion penser à Dix, Beckmann ou Grosz (par exemple, le 19 mai). Ici, la profondeur de champ est fournie par un élément urbain (édicule, 22 mars 1871) ; là, le mouvement est donné par la gestuelle des acteurs, y compris un chien (épisode de Thomas et Lecomte) ou une chaise renversée (idem). Les maisons tanguent parfois comme dans les tableaux de Soutine (25 mars 1871). On remarque la place donnée aux femmes et aux enfants, dont certains évoquent des personnages de Hugo, mais aussi des « poulbots » fin-de-siècle. Certaines scènes donnent à voir plusieurs dizaines de personnages, d’autres sont fondées sur la seule présence d’un bâtiment (Hôtel de Ville) ou d’un drapeau rouge derrière une barricade (31 mars), ou encore sur la perspective en surplomb d’une artère vide (26 mars) ; d’autres donnent dans la scène de genre, dans le portrait d’inconnus ou, au contraire, de chefs de la Commune (individuellement : Beslay, Courbet, Cluseret, Delescluze, etc., ou en groupe : 7 avril, 6 mai). La présence de la guerre civile est constante, par ses objets – fusils, canons, obusiers et autres armes, passives ou actives – et ses conséquences – ambulances, blessés et mutilés, cadavres de fédérés morts, représentés dans leur cercueil de fortune (10 avril) ou, dans ce qui pourrait former un diptyque, par une série de pieds nus alignés verticalement (23 mai). Image particulièrement étonnante aussi dans sa composition que ce cadavre sans tête (21 avril).

3Il convient de saluer la force de cette œuvre. L’histoire, quelle que soit la période considérée, a rarement été « sentie » avec une telle acuité. À sa manière, et même si la démarche est très différente, ce volume évoque le projet cinématographique consacré par Peter Watkins à la Commune 3. Et illustre qu’histoire et arts ont tout à gagner à se confronter.

Haut de page

Notes

1. Jean Baronnet, Regard dun Parisien sur la Commune. Photographies inédites de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, Paris, Gallimard/Paris bibliothèques, 2006.
2. Rappelons la réédition en trois volumes du Journal officiel de la Commune de Paris, Coeuvres-et-Valsery, Éditions Ressouvenances, 1996.
3. Peter Watkins, La Commune (Paris, 1871). Première version : 1999, 5 h 45 ; deuxième version : 2007, 3 h 30.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Eloi Valat, Le Journal de la Commune », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 187-189.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Eloi Valat, Le Journal de la Commune », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 03 septembre 2008, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/2912

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page