Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Miles Taylor et Michael Wolff [dir.],The Victorians since 1901. Histories, Representations and Revisions

Manchester, Manchester University Press, 2004, 295 p. ISBN : 978-0719067259. 14,99 livres sterling
Julien Vincent
p. 185-187

Texte intégral

1« Nous autres, Victoriens » : en ouvrant ainsi son Histoire de la sexualité en 1976, Michel Foucault résume l’image ambivalente de la Grande-Bretagne à l’époque de la reine Victoria (1837-1901). Laboratoire de la répression sexuelle qui sert de repoussoir pour les partisans d’une libération des mœurs, elle est aussi l’initiatrice d’une modernité qui, loin de se confinée aux îles Britanniques, fut propagée à travers le monde, y compris en France. Cette image est en partie l’invention des « Victoriens » eux-mêmes (qui se désignaient déjà par ce terme) mais elle a été constamment adaptée et reformulée au cours du dernier siècle. C’est pourquoi l’ouvrage dirigé par Miles Taylor et Michael Wolff s’intéresse non pas à l’époque victorienne elle-même, mais à l’histoire de ses différentes constructions et déconstructions depuis 1901. Remarquable outil pédagogique, le livre est enrichi d’une chronologie détaillée où sont recensés, décennie par décennie, les principaux ouvrages ou événements portant sur la période victorienne : expositions, films, documentaires, ouvrages commémoratifs ou savants (p. 260-284) qui fournissent la base documentaire des différents chapitres du livre.

2Les contributions se répartissent en trois parties. La première, intitulée « Histoires », propose des études de cas centrées sur des historiens ou sur des thèmes : Lytton Strachey et l’aristocratie intellectuelle, le couple Hammond et la Révolution industrielle, George Malcolm Young et la culture victorienne, la représentation des premiers ministres victoriens dans l’historiographie du xxe siècle, Arthur Quiller-Couch et l’enseignement de la littérature victorienne, ou encore la revue Victorian Studies aux États-Unis en 1957. La deuxième partie, « Représentations », considère la place de l’époque victorienne dans le documentaire télévisé, dans les reconstitutions en costumes et autres événements à destination du grand public, dans la muséologie ou dans les programmes scolaires. La troisième partie, « Révisions », dresse un tableau de la place des études victoriennes en Grande-Bretagne, en Amérique du Nord, en Australie et Nouvelle-Zélande, et enfin sur Internet.

3S’il ne propose pas de vision synthétique sur les usages du « victorianisme » au xxe siècle, le livre offre des pistes intéressantes. Comme le souligne Miles Taylor dans son introduction, l’époque victorienne devient un enjeu de luttes multiformes dès 1901. Symbole par excellence d’un passé honni, pour les nouveaux libéraux du début du xxe siècle comme pour les « modernistes » en littérature ou en art, elle est une référence positive pour les conservateurs nostalgiques de la grandeur économique, impériale ou morale dans les années 1980. Mais la signification du « victorianisme » change profondément en fonction des univers. Si les romans de Charles Dickens sont transformés en biens de consommation culturelle pour toute la famille, et si la culture matérielle et les monuments de la fin du xixe siècle sont au centre de batailles patrimoniales complexes, dans le champ universitaire les « études victoriennes » sont quant à elles un enjeu interdisciplinaire essentiel dans l’émergence des Cultural Studies. Les années 1960 et 1970 sont peut-être l’apogée de cet imaginaire victorien qui devient alors un lieu de rencontre entre la culture des élites et la culture de masse. Depuis cette époque, il a su s’adapter aux nouveaux enjeux suivant un processus de retraduction qui est très bien décrit, par exemple, dans l’article de James Thompson sur la BBC. Dans les études spécialisées comme dans les séries télévisées, l’époque victorienne n’est plus une affaire d’hommes blancs éduqués à Oxford. Il y est aujourd’hui question de sexualités masculines et féminines, d’identités culturelles hybrides et de rencontre entre les « races ».

4Malgré l’intégration partielle de la Grande-Bretagne aux institutions européennes depuis 1973, toutefois, la notion de « Victoriens » est restée fermée à un point de vue plus européen sur les phénomènes du xixe siècle. L’ouvrage dirigé par Miles Taylor et Michael Wolff en est l’illustration. Si les apports de l’histoire comparée ou croisée entre la Grande-Bretagne et ses voisins non anglophones n’y sont presque jamais évoqués, c’est peut-être que ces travaux utilisent peu la référence à une époque « victorienne ». C’est peut-être aussi que cette catégorie issue de la Grande-Bretagne impériale du xixe siècle conserve jusqu’à nos jours une connotation anglo-saxonne. Impossible à définir autrement qu’en référence au règne de Victoria, elle dessine les contours d’une communauté culturelle sur laquelle le soleil ne se couche jamais, et offre un cadre de réflexion commun entre universitaires de plusieurs disciplines de Santa Barbara à Wellington. Mais on peut se demander dans quelle mesure la catégorisation du xixe siècle comme « victorien » n’est pas un frein à une relecture de l’histoire britannique qui articulerait sa dimension anglo-saxonne à sa dimension continentale. Nous autres, Victoriens, sommes aussi des Européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vincent, « Miles Taylor et Michael Wolff [dir.],The Victorians since 1901. Histories, Representations and Revisions », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 185-187.

Référence électronique

Julien Vincent, « Miles Taylor et Michael Wolff [dir.],The Victorians since 1901. Histories, Representations and Revisions », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 05 juillet 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/2892

Haut de page

Auteur

Julien Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page