Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Annie Lagarde-Fouquet et Christian Lagarde, Édouard  Charton (1807-1890) et le combat contre l’ignorance

Collection Carnot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 248 p. ISBN : 2-7535-0291-9. 19 euros
Judith Lyon-Caen
p. 179-180

Texte intégral

1Voici une biographie destinée à restaurer la notoriété d’un homme qui joua en son temps un rôle important : Édouard Charton, connu surtout des historiens de la presse pour avoir été le fondateur du Magasin pittoresque en 1832, sur lequel Marie-Laure Aurenche avait consacré une thèse, publiée en 2002 1. Le livre d’Annie et Christian Lagarde veut embrasser l’ensemble de la carrière d’un homme qui s’identifie si bien, selon eux, avec la « pensée » du xixe siècle : « foi dans le progrès et émancipation du peuple par l’éducation » (p. 9).

2Né à Sens dans une famille bourgeoise mais modeste en 1807, Édouard Charton s’installe à Paris en 1824 pour y faire des études de droit ; il y vit de travaux d’écriture pour des périodiques philanthropiques. Il croise le saint-simonisme en 1829, dont il partage l’aventure jusqu’à la fin 1831. Amateur d’estampes depuis sa petite enfance, il lance en 1832 Le Magasin pittoresque, périodique illustré destiné à l’instruction et au divertissement du plus grand nombre, qui connut un succès considérable. Philanthrope, membre de la Société de la Morale Chrétienne, proche d’Hippolyte Carnot, Charton connaît également une carrière politique sous la Seconde, puis sous la Troisième République (il est député, puis sénateur de l’Yonne, de 1871 à 1890), tout en exerçant des responsabilités locales, à Versailles où il demeure, de 1865 à 1874.

3Annie et Christian Lagarde insistent sur son importante activité journalistique et éditoriale au delà du Magasin pittoresque : Charton participe au lancement de l’Illustration en 1843 ; il est surtout le fondateur en 1860, en collaboration avec la maison Hachette, de la revue de géographie Le Tour du Monde, qui parut jusqu’en 1914. Grand succès d’Hachette, ce périodique joua un rôle considérable dans la diffusion d’une culture du voyage, de la curiosité pour les expéditions lointaines et du goût de l’exotisme auprès du public le plus large. Charton lança également, en 1864, une « Bibliothèque des Merveilles », au sein de laquelle il publia, notamment, Les Merveilles célestes de Camille Flammarion.

4Les auteurs voient en Édouard Charton « une âme du xixe siècle » (p. 55) : un homme inquiet et engagé, immensément curieux et travailleur, soucieux d’éducation pour tous, partisan convaincu du progrès. S’appuyant sur les écrits publiés de Charton ainsi que sur les mémoires et les correspondances de ses amis (Émile Souvestre, Hippolyte Carnot, Jean Reynaud), Annie et Christian Lagarde composent ici une biographie classique et érudite. On pourra regretter sa linéarité, qui isole trop l’individu de l’histoire sociale, politique et culturelle de son temps. L’itinéraire de Charton éclaire pourtant, par exemple, le rôle social et politique de l’engagement dans les réseaux philanthropiques. Les journaux d’Édouard Charton ne sont guère replacés dans l’histoire de la presse et de l’édition au xixe siècle. On aurait pu, par exemple, rappeler combien les réalisations d’Émile de Girardin dont le Journal des connaissances utiles (1831) et Le Musée des familles. Lectures du soir (1833) sont si proches du Magasin pittoresque : Charton s’inscrit ici dans un mouvement plus vaste de renouveau de la presse, dont il est l’un des acteurs principaux. L’intérêt remarquable d’Édouard Charton pour la reproduction de l’image et les formes modernes de l’illustration méritait également d’être exploré ainsi que sa contribution majeure à la « fabrication », au sens littéral du terme, et à la diffusion d’une culture scientifique et géographique au xixe siècle, dont la connaissance est aujourd’hui profondément renouvelée 2.

Haut de page

Notes

1. Marie-Laure Aurenche, Edouard Charton et l’invention du Magasin Pittoresque (1833-1870), Paris, Honoré Champion, 2002.
2. Voir par exemple les travaux d’Hélène Blais et d’Isabelle Laboulais sur les savoirs géographiques (récemment, sous leur direction, Géographies plurielles : Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006) ; de Sylvain Venayre sur la culture du voyage : La Gloire de l’aventure. Genèses d’une mystique moderne, 1850-1940, Paris, Aubier, 2002 et [dir.], Le Siècle du Voyage – Sociétés et représentations, n° 21, avril 2006 ; de Fabien Locher sur les sciences du monde physique et l’histoire de la connaissance du « temps qu’il fait » (« Science, Média et Politique au xixe siècle. Les controverses sur la prédiction du Temps sous le Second Empire », Revue d’Histoire du xixe siècle, n° 32, 2006/1, p. 63-79 ; Le Savant et la Tempête. Étudier l’atmosphère et prévoir le temps au xixe siècle, collection Carnot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Lyon-Caen, « Annie Lagarde-Fouquet et Christian Lagarde, Édouard  Charton (1807-1890) et le combat contre l’ignorance », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 179-180.

Référence électronique

Judith Lyon-Caen, « Annie Lagarde-Fouquet et Christian Lagarde, Édouard  Charton (1807-1890) et le combat contre l’ignorance », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 04 juillet 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/2852

Haut de page

Auteur

Judith Lyon-Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page