Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Jacqueline Carroy et Nathalie Richard [dir.], Alfred Maury, érudit et rêveur. Les sciences de l’homme au milieu du xixe siècle

Collection Carnot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, 18 euros
Nicole Edelman
p. 176-178

Texte intégral

1Alfred Maury (1817-1892) fut un homme de science très connu, respecté et influent en son temps dont pourtant la mémoire a depuis été largement fragmentée. Ainsi, les historiens de l’archéologie connaissent le rapport qu’il rédigea sur cette science en 1867, ceux des archives savent qu’il fut directeur des Archives nationales, ceux enfin de la psychologie et de la psychiatrie retiennent ses contributions à l’histoire de la découverte de l’inconscient. Quant à ses travaux sur la géographie et l’ethnologie, ils sont généralement oubliés. L’ouvrage coordonné par Jacqueline Carroy, directrice d’étude à l’École des hautes études en sciences sociales et Nathalie Richard, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris I a pour ambition de rendre la cohérence intellectuelle de cette apparente dispersion, de comprendre le parcours d’un dilettante qui finit sa carrière comme professeur au Collège de France, de saisir une personnalité plus représentative de son temps qu’on ne pourrait le penser a priori. « On pourrait dire que de même que ses amis Ernest Renan et Gustave Flaubert, Maury se vit comme appartenant à une génération que la révolution de 1848 a désenchantée ou achevé de désenchanter de la politique et de façon générale, des idéologies et des croyances grandioses » (p. 13). Alfred Maury est cependant proche de l’empereur Napoléon III, même si en privé il se dit toujours républicain et laïc et s’exprime de manière critique sur l’influence de l’Église et de la religion en matière intellectuelle. Pourtant, s’il obtient son poste au collège de France, c’est aussi grâce aux places laissées vides par la répression faite par l’empereur.

2Mireille Pastoureau, conservateur général et directeur de la Bibliothèque de l’Institut de France, éclaire l’« Alfred Maury, bibliothécaire, professeur et membre de l’Institut » en s’appuyant largement sur les Souvenirs d’un homme de lettres – sept volumes qui s’interrompent après la Commune. Françoise Hildesheimer, conservateur en chef aux Archives nationales et professeur associé à l’université Paris I, complète ce profil en s’attachant à un « Alfred Maury au Palais Soubise », directeur des Archives de l’Empire puis nationales de 1868 à 1888. L’article d’Hélène Blais, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X, nous découvre l’exceptionnelle érudition de l’homme en s’attachant à sa production écrite en matière de géographie, qui ouvre sur l’ethnologie. Maury considère en effet la géographie comme la base d’un savoir universel sur l’homme. Il étudie aussi cet être humain sous son aspect mental et débat des questions que se posent les aliénistes, en particulier entre 1840 et 1870, autour des hallucinations, du déterminisme héréditaire et des rapports entre criminalité et pathologie mentale. Jean-Christophe Coffin, maître de conférences à l’université Paris V, étudie cette « analyse profane de la médecine mentale » que trace Alfred Maury dans différents articles, notamment ceux de la Revue des Deux Mondes et des Annales médico-psychologiques. Avec les mêmes approches laïques et positives, Alfred Maury s’est aussi intéressé aux rêves et au sommeil. Jacqueline Carroy, dans « Ecrire et analyser les rêves avec Maury et Freud », montre l’importance de la réflexion de cet homme en ce domaine et la manière dont il « a élaboré une psychologie qui se voulait physiologique en même temps qu’il a constitué à partir de ses souvenirs et de ses notes une anthologie de rêves, essentiellement les siens, qui est devenu classique. » (p. 105). Son livre, publié en 1861, intitulé Le Sommeil et les Rêves. Etudes psychologiques sur ces phénomènes et les divers états qui s’y rattachent est en effet un classique, dont Sigmund Freud, comme beaucoup de ses contemporains, fut un lecteur attentif. Maury a su épurer tous ces rêves du merveilleux et c’est au « merveilleux réel et à l’histoire des aberrations de l’esprit humain » que Nathalie Richard nous initie à travers un autre ouvrage de Maury : La magie et l’astrologie dans l’Antiquité et au Moyen âge, ou Étude sur les superstitions païennes qui se sont perpétuées jusqu’à nos jours publié en 1860 avec trois éditions successives l’année même de sa parution et en 1861. L’ouvrage prend place dans un débat particulièrement animé après les publications des Vie de Jésus de David-Friedrich Strauss (en 1853) et d’Ernest Renan (en 1863) et les polémiques autour des apparitions mariales. Il s’intègre aussi pleinement à la réflexion de Maury sur le sommeil et les rêves d’une part et les questions médico-psychologiques que posent les phénomènes de stigmates et d’extase d’autre part. Il permet par ailleurs de bien comprendre la cohérence de son travail. L’étude de Nathalie Richard montre ainsi combien la pensée de Maury vise à construire une « science de l’humanité », débordant largement le cadre de disciplines qui sont loin encore d’être figées. Elle dessine également le portrait d’un homme pris entre les tensions du rationalisme triomphant et de l’impossible abandon des croyances du passé. Alfred Maury s’inscrit ainsi dans ce temps précis du xixe siècle pris « dans les contradictions d’un optimisme du progrès qui se confronte aux échecs successifs de la démocratie et aux apories du libéralisme économique » (p. 88). Nathalie Richard nous fait mieux comprendre pourquoi Maury a eu une si grande influence en son temps et pourquoi il la perdit au fur et à mesure que la figure scientifique et politique de l’Homme qu’il dessinait se transformait. Ces six articles sont enfin suivis d’une bibliographie raisonnée établie par Florent Palluault, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, qui permet de prendre toute la mesure de l’érudition de Maury, dont on comprend donc à la lecture de l’ensemble de l’ouvrage la cohérence intellectuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Jacqueline Carroy et Nathalie Richard [dir.], Alfred Maury, érudit et rêveur. Les sciences de l’homme au milieu du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 176-178.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Jacqueline Carroy et Nathalie Richard [dir.], Alfred Maury, érudit et rêveur. Les sciences de l’homme au milieu du xixe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 04 juillet 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/2832

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page