Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Frances Finnegan,Do Penance or Perish. Magdalen Asylums in Ireland

Oxford/New York, First Oxford University Press, 2004 (première édition Congrave Press, 2001), 256 p. ISBN : 978-0195174601. 24,95 dollars
Nicole Edelman
p. 170-172

Texte intégral

1En 2002, le film de Peter Mullan, The Magdalene Sisters, fit connaître au grand public l’horreur de l’un de ces établissements religieux irlandais et catholique de Marie-Madeleine, dont le dernier ne ferma qu’en 1996, alors qu’il comptait encore une cinquantaine de pensionnaires. C’est en historienne que Frances Finnegan nous fait connaître ces Magdalen Asylums de la deuxième moitié du xixe siècle. Au moment où son livre Do Penance or Perish. Magdalen Asylums in Ireland paraît, elle est lecturer en histoire sociale au Waterford Institute of Technology en Irlande. Depuis plus de vingt ans, elle travaille sur les questions de pauvreté et de prostitution au xixe siècle dans les îles Britanniques, ce qui l’a conduite à étudier ces lieux irlandais d’enfermement de prostituées, ou du moins de femmes jugées telles par la société victorienne. Ces institutions religieuses de Marie-Madeleine, véritables pénitenciers féminins, encore largement ignorées des historien.ne.s, avaient pour tâche de redresser les âmes et les corps, ce qu’elles pratiquaient avec une extrême dureté : l’essentiel du travail effectué par ces « prisonnières » encadrées par des religieuses consistait en effet en lavage de linge. Ces Magdalen asylums, anglais comme irlandais, s’inscrivent dans le cadre des réponses données à la peur de la prostitution, peur liée à la fois à la crainte de l’immoralité et des maladies contagieuses (cette dernière donnant lieu à des lois votées à partir des années 1860, lois si discriminatoires qu’elles furent abolies en 1886). Les femmes enfermées dans ces « asiles » sont d’ailleurs bien rarement des prostituées : il s’agit plus généralement de mères célibataires, de victimes de viols, bien souvent incestueux, de femmes séduites, enlevées puis abandonnées. Envoyées dans ces maisons par leur famille ou y entrant « de leur plein gré », elles y séjournent officiellement pour des courts séjours de réhabilitation. Frances Finnegan montre pourtant qu’elles y passent beaucoup plus de temps : des années voire leur vie entière. Or ces institutions ont été largement tolérées, et fort longtemps, par la société britannique et les pouvoirs politiques.

2Le premier lieu d’asile anglais, l’hôpital Sainte-Madeleine (Magdalen Hospital) pour les prostituées fut ouvert en 1758 à Londres et son succès conduisit à en ouvrir en Irlande pour les « pénitentes » soit protestantes, soit catholiques : d’abord à Cork en 1809 pour les secondes et en 1810 pour les premières puis dans de nombreuses autres villes irlandaises. L’ordre de tutelle de ces lieux d’enfermement – les Magdalen Asylums – est français : il s’agit des sœurs de Notre-Dame de la Charité du bon Pasteur d’Angers qui essaiment donc en Irlande, y forment des religieuses qui vont encadrer ces pénitentes particulières et y dominent les institutions pénitentiaires féminines de Sainte-Madeleine. Dans son livre, Frances Finnegan s’attache à ces lieux asilaires irlandais du Bon pasteur, si mal nommés. Elle étudie particulièrement ceux de Limerick, de Waterford, de New Ross et de Cork fondés respectivement de 1848 à 1869. Elle nous donne à lire une description très fouillée des institutions, de leurs règles, de leur encadrement religieux, des âges de ces femmes, de la durée de leur internement, des conditions de leurs admissions et de leur vie quotidienne. Observées en permanence par ces religieuses du Bon Pasteur (elles-mêmes courbées sous les ordres rigoureux de la mère supérieure), soumises à des règles très strictes, séparées de leur enfant dès sa naissance lorsqu’elles arrivent enceintes, ces femmes, souvent de très jeunes filles, travaillent au moins dix heures par jour à la blanchisserie, dans des conditions extrêmes de chaleur et d’humidité, lavant le linge qui doit être battu, tordu, frotté avec force, un linge confié par les familles les plus riches des régions environnant l’institution. À Limerick entre 1848 et 1877, on entre et on sort cependant pour environ un tiers des cas ou plus, de son plein accord après un temps qui varie d’une semaine (10,6 % des cas), à deux à six mois (15,3 % des cas) ; mais certaines restent des années : 9 % de 2 à 5 ans ; 3,7 % de 5 à 10 ans, 1,6 %, 50 ans et plus… Les âges d’admission s’échelonnent entre 12 et 57 ans, mais la majorité des femmes est admise entre 12 et 30 ans. À New Ross entre 1860 et 1900, 32 % des entrantes ont entre 12 et 19 ans au moment de leur admission dans l’établissement, 49 % entre 20 et 29 ans ; 13 % entre 30 et 39 ans. Ces femmes s’engagent à faire pénitence et, au labeur de la blanchisserie, ne s’ajoutent que… la prière et le silence. Levées vers 6 heures, parfois 5, couchées vers 20 heures ou 21 heures, cheveux coupés (comme les religieuses), mal vêtues, elles sont également peu et mal nourries. La peur de toute sexualité est obsessionnelle, la crainte du péché est permanente. Chaque jour doit apporter sa part de repentance et ces femmes sont sans cesse, soit récompensées, soit punies selon des normes bien établies où le « mauvais esprit », la « mauvaise conduite » sont des critères essentiels de jugement.

3Les développements et l’argumentation du livre sont donc appuyés sur une solide documentation, ce qui autorise Frances Finnegan à déployer dans son ouvrage une forte mise en accusation de ces institutions. Le livre dénonce en effet résolument ce système de détention original dont la France n’a pas eu d’équivalent (sans pour autant mieux traiter les femmes qui ne se pliaient pas aux normes morales exigées par la société chrétienne). Do Penance or Perish. Magdalen Asylums in Ireland ne laisse donc pas indifférent.e.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Frances Finnegan,Do Penance or Perish. Magdalen Asylums in Ireland », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 170-172.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Frances Finnegan,Do Penance or Perish. Magdalen Asylums in Ireland », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 04 juillet 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/2802

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page