Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Régis Bertrand et Anne Carol [dir.], Le « monstre » humain, imaginaire et société

 « Le temps de l’histoire », Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2005, 214 p. ISBN : 2-85399-621-2. 22 euros
Nicole Edelman
p. 172-173

Texte intégral

1Le « monstre » humain n’est devenu que récemment un objet d’histoire et de larges études historiques sont encore rares. La plupart des travaux ont adopté deux types d’approches : certains tentent d’expliquer « scientifiquement » l’existence de figures récurrentes de la monstruosité, qu’elles soient mythiques ou non ; d’autres préfèrent interpréter par la psychologie collective la fascination pour les monstres. Pour la période contemporaine, les travaux de Jean-Jacques Courtine nous ont déjà proposé une première synthèse dans le tome III de l’Histoire du Corps 1. Le recueil coordonné par Anne Carol et Régis Bertrand en offre une autre, avec une ambition différente : l’ouvrage, formé de treize articles, parcourt les siècles de l’Antiquité à nos jours autour de trois grands registres. Le premier concerne les questions de définitions et de mise en visibilité des monstres ; le deuxième met en évidence quelques aspects du traitement social du monstre et des tentatives de le réintégrer dans l’ordre du monde ; la troisième s’intéresse au monstre métaphorique ou instrumentalisé, construit pour les besoins de l’art ou d’une cause. Le xixe siècle trouve une place dans chacune des parties.

2Anne-Emmanuelle Demartini s’inscrit dans le premier registre et trace le portrait d’un « monstre moral » à travers celui du criminel Pierre François Lacenaire. Définie par son écart à la norme, par sa rupture avec elle, cette nouvelle figure du monstre moral se trouve promue au xixe siècle, tandis qu’au contraire, les monstres biologiques sont réintégrés dans l’ordre naturel par le savant Étienne Geoffroy Saint Hilaire et sa tératogenèse, première approche scientifique de la monstruosité. Dorénavant, le monstre naturel appartient donc à la science. Anne Carol étudie ainsi « les monstres doubles, ou monstres composés » dans les théories et les pratiques médicales, en particulier celles du xixe siècle. Ces frères ou sœurs siamois demeurent rares, le plus souvent non viables lorsqu’ils parviennent au terme de la gestation, parfois tués à leur naissance mais aussi exhibés dans les foires et les cirques. Barnum en fit une de ses attractions favorites. Cependant, à la suite d’Étienne Geoffroy Saint Hilaire, les médecins du xixe (après des querelles nombreuses lors des deux siècles précédents) cherchent à les examiner et guettent donc leurs naissances, leur survie ou leur passage ici ou là. Car leur formation est toujours irrésolue et questionne ces savants, même si cette genèse se résume à une alternative simple : résultent-ils de la fusion de deux germes ou de la division d’un germe unique ? Ces médecins se demandent cependant également comment la communauté forcée de ces siamois, leur « inséparabilité » est vécue. Est-ce l’harmonie psychologique qui domine entre eux ? Une certaine autonomie est-elle concevable ? Comment une telle proximité est-elle possible ? Qu’est-ce que vivre ensemble dans de telles conditions ? Aussi, lorsque l’anesthésie progresse et permet de longues interventions chirurgicales, la question de la séparation des siamois se pose-t-elle. Geste terrible car souvent mortel au moins pour l’un des deux êtres, mais par ailleurs non dénué du souci égotique du chirurgien de « faire une première ». Cette intervention remet cependant en lumière l’idée de la monstruosité de ces êtres doubles, puisqu’il semble nécessaire de mettre fin à cette cohabitation. Dans la troisième partie enfin qui porte sur le monstre métaphorique, Martine Lapied décrit les représentations de la monstruosité morale ou physique dans l’opéra romantique italien. Elle rappelle qu’il n’y a qu’un seul exemple de monstre au sens physique du terme dans cet opéra : Rigoletto, bouffon difforme de l’opéra éponyme de Verdi. En revanche, elle revient sur de bien plus nombreux personnages « monstrueux » par leur noirceur et leur méchanceté : Iago dans Othello de Verdi, le baron Scarpia dans la Tosca de Puccini.

3Dans ce recueil sur le monstre humain, trois articles concernent donc spécifiquement le xixe siècle qui bénéficie ainsi de la mise en perspective temporelle de l’ensemble de l’ouvrage tout comme d’un avant-propos synthétique d’Anne Carol.

Haut de page

Notes

1. Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello [dir.], Histoire du corps, tome III, Les mutations du regard. Le xxe siècle, Paris, Le Seuil, 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Régis Bertrand et Anne Carol [dir.], Le « monstre » humain, imaginaire et société », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 172-173.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Régis Bertrand et Anne Carol [dir.], Le « monstre » humain, imaginaire et société », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 04 juillet 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/2792

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page