Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Marieke Stein, « Un homme parlait au monde ». Victor Hugo orateur politique (1846-1880)

Paris, Honoré Champion, 2007, 771 p. ISBN : 978-2-74531448. 130 euros
Jean-Claude Caron
p. 165-167

Texte intégral

1La question de l’art de la rhétorique croisée avec celle de l’éloquence politique ne cesse de hanter le xixe siècle. Avec l’avènement du parlementarisme, la tribune devient le lieu privilégié où, à partir de la Révolution française, se font et se défont les hiérarchies d’orateurs politiques, sommés de remettre constamment, pour les plus célébrés d’entre eux, leur titre en jeu. Cormenin en fit un véritable fonds de commerce avec le Livre des orateurs. L’harmonie recherchée, telle la pierre philosophale, entre le fond et la forme obéit à des normes qu’il est pour le moins imprudent de transgresser. La presse, par la plume et par le trait, a tôt fait d’exécuter proprement l’orateur maladroit. Hugo en sait quelque chose, lui dont la gloire accordée de son vivant comme à titre posthume au poète, au romancier, au dramaturge, ne toucha guère ses performances oratoires : il a pourtant prononcé, rappelle Marieke Stein, plus d’une centaine de discours dans les cinq assemblées au sein desquelles il a siégé. De plus, il s’est attaché à une réflexion continue sur l’art oratoire, entamée dès 1834 avec Sur Mirabeau. Ce dernier constitue bien, et hors les modèles de l’éloquence antique, l’un des maîtres absolus en la matière. Pour Marieke Stein, Hugo orateur politique entend s’inscrire, comme l’écrivain qu’il est, dans une autre temporalité que le présent de la politique et s’adresser à un public plus large que celui de ses collègues.

2Reste que, comme Thomas Bouchet l’analyse dans un ouvrage consacré à la parole politique à l’Assemblée constituante de 18481, le chercheur doit au préalable réfléchir à la source (les discours) et notamment à ses formes multiples avant qu’une version canonique, le plus souvent « littérarisée » et publiée en volume, ne s’impose avec l’imprimatur de l’auteur. Mais cette version définitive ne donne le plus souvent, en passant du « dire » au « lire », qu’une version remaniée, parfois fortement, des propos qui ont réellement été tenus à la tribune… Hugo n’échappe pas à la règle, soucieux d’intégrer ses discours à son œuvre littéraire, quitte à les récrire pour la postérité. Fondé sur un corpus de textes hugoliens large et quelque peu élastique, l’ouvrage se compose de quatre grandes parties. La première propose des « Réflexions hugoliennes sur l’orateur, son langage et sa fonction ». Marieke Stein y démontre toute la pertinence du croisement de la littérature de fiction et de la littérature politique. Elle aborde également la question de la Révolution française comme passage de la rhétorique traditionnelle à l’éloquence politique. L’écrivain Hugo, à l’instar d’un Lamartine ou d’un Chateaubriand, entend bien se faire entendre à toutes les tribunes qui l’accueilleront, de l’Académie française à la Chambre des députés, en passant par la Chambre des pairs.

3La deuxième partie est consacrée à la pratique oratoire de Hugo devant les cinq assemblées auxquelles il a participé, de la monarchie de Juillet à la Troisième République. Cette étude offre à l’historien du politique une réflexion de premier ordre croisant des approches diverses de l’éloquence et de la représentation politiques (d’où parle-t-on ? au nom de qui ? de quels sujets ? avec quel but ?) dans un pays abordant peu à peu les rives de la démocratie parlementaire. Les quelque 200 pages de cette partie témoignent de l’évolution politique de Hugo, mais aussi sa volonté d’imposer une nouvelle forme d’éloquence. Marieke Stein suit pas à pas, ou plutôt mot à mot, la conversion républicaine de l’écrivain, avec la rupture de juin 1849, son refus de choix partisans au profit d’une indépendance d’esprit – et donc d’expression – hautement revendiquée. Face à cette radicalisation, qui culmine en décembre 1851, le poids de ses adversaires ne cesse de se renforcer, sans, pour autant, que celui de ses amis politiques ne se renforce de même. Hugo porte longtemps une image de monarchiste dont il ne se défera que lentement. À suivre Marieke Stein, du reste, c’est l’évolution conservatrice et réactionnaire des républicains de gouvernement qui explique la radicalisation démocratique d’un Hugo devenu le défenseur des causes perdues. Privé de tribune parlementaire durant son long exil, Hugo n’en garde pas moins une activité d’orateur en toutes occasions (en particulier lors des funérailles d’exilés ou de proscrits). Marieke Stein s’interroge sur la question du degré de captation du discours hugolien par les personnes – individus ou collectifs : voir notamment ce « peuple » qui est le destinataire premier de son éloquence, mais vis-à-vis duquel il est parfois en porte-à-faux. C’est en particulier le cas lors de « l’Année terrible » où, si l’avenir a donné raison à Hugo, le présent témoigne pour le moins de l’incompréhension, voire du rejet avéré d’une majorité de l’opinion publique, même chez les « républicains ».

4On ne pourra, dans les limites de ce compte rendu, que résumer brièvement les troisième et quatrième parties de l’ouvrage. « Formes et fonctions du discours hugolien » constitue une analyse indispensable de la construction du discours hugolien, et pas seulement à usage des littéraires. Elle pose les questions jumelées du « comment écrire » et du « comment dire » (matériaux, brouillons, architecture, style, gestuelle, ton, etc.) dans ce théâtre qu’est toute assemblée parlementaire, où c’est bien de joutes, voire de duels oratoires (Hugo versus Montalembert) dont il est question. « Entre norme et subversion », résume Marieke Stein, qui insiste une fois encore et à juste titre sur le souci de Hugo d’être entendu, au delà de l’enceinte parlementaire, par le « peuple », son véritable auditoire, pour lequel il entreprend de se plier à une pédagogie discursive. La dernière partie, « Jugements sur Victor Hugo orateur », offre en particulier une analyse statistique (indicative) des réactions des auditoires devant lesquels Hugo s’est exprimé, fondée sur les didascalies accompagnant le texte fourni par le Moniteur universel. Près de soixante journaux ont été dépouillés pour nourrir l’analyse émanant des contemporains de l’éloquence hugolienne. On sait la permanence de certaines images péjoratives (Hugo décrit comme « un poète en politique ») que la postérité n’abolira pas complètement.

5Au total, malgré quelques scories éditoriales, une bibliographie un peu succincte et pas toujours à jour pour sa partie historique ainsi que quelques analyses par trop hypothétiques (« Si l’exil avait encore duré, il est possible qu’Hugo n’aurait plus cherché d’occasions de parler », etc., cette remarquable analyse d’Hugo orateur politique apporte une précieuse contribution à l’histoire politique et parlementaire, grâce à une étude serrée, continue et fine du discours comme contenu et comme pratique, comme héritage et comme projection dans l’avenir.

Haut de page

Notes

1. Thomas Bouchet, Un Jeudi à lAssemblée. Politiques du discours et droit au travail dans la France de 1848, Québec, Éditions Nota bene, 2007 (voir le compte-rendu suivant, par Dinah Ribard).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Caron, « Marieke Stein, « Un homme parlait au monde ». Victor Hugo orateur politique (1846-1880) », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 165-167.

Référence électronique

Jean-Claude Caron, « Marieke Stein, « Un homme parlait au monde ». Victor Hugo orateur politique (1846-1880) », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 05 juillet 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/2742 ; DOI : 10.4000/rh19.2742

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Caron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page