Navigation – Plan du site
Varia

Les représentations de la reine Marie-Amélie dans une monarchie « bourgeoise »

Jo Burr Margadant
p. 93-117

Résumés

Les historiens travaillant sur l’Ancien Régime et la Révolution ont souvent signalé les dangers qu’il y avait à mêler pouvoir monarchique et amour conjugal. Les documents présentés ici poursuivent l’enquête sur la question difficile de l’association entre l’autorité royale et le bonheur conjugal dans le cadre résolument différent de la France post-révolutionnaire sous la monarchie de Juillet. Sous le règne de Louis-Philippe (1830-1848), son épouse, la reine Marie-Amélie, devient un modèle universellement reconnu d’amour et de devoir familial, au sein d’un couple royal connu pour sa singulière dévotion mutuelle. Paradoxalement, en faisant montre des vertus mêmes qui sont les plus admirées chez une épouse et une mère par l’élite européenne, Marie-Amélie n’a fait que contribuer à ébranler la dynastie qu’elle tentait si assidûment de sauver.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jo Burr Margadant, « Les représentations de la reine Marie-Amélie dans une monarchie « bourgeoise » », Revue d'histoire du XIXe siècle, 36 | 2008, 93-117.

Référence électronique

Jo Burr Margadant, « Les représentations de la reine Marie-Amélie dans une monarchie « bourgeoise » », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 36 | 2008, mis en ligne le 03 juillet 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/2632 ; DOI : 10.4000/rh19.2632

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page