Navigation – Plan du site
Articles

L’actualité : Compagnonnage

Rémi Gossez

Texte intégral

1 Le dernier mois de 1951 ne sera pas écoulé que s’ouvrira dans le cadre du Palais de Chaillot, au Musée National des Arts et Traditions populaires, une importante exposition placée sous le signe du Bimillénaire et intitulée “ Paris et les Compagnons du Tour de France ”.

2 Les spécialistes de l’histoire sociale ne s’intéressent guère comme il conviendrait au compagnonnage, reproche qui vaut pour cette revue. Aussi tiendront-ils à aborder avec l’idée d’y apprendre les quatre ensembles principaux de cette exposition.

3 L’ensemble consacre à la “ Légende ” portera sur les différents “ Devoirs ” comme sur le culte de Marie-Madeleine.

4 L’Histoire du Compagnonnage sera illustrée par une collection de documents présentant par siècle les rixes, les grèves, les “ mères ” et les “ Cayennes ”. Pièce sensationnelle : un manuscrit de 1640.

5 L’ensemble relatif aux divers métiers comportera non seulement des tableaux, des chefs-d’œuvre compagnonniques et des objets de toute espèce comme gourdes, enseignes, ou bouquets de Saint-Éloi, mais en outre une série de dessins naïfs, dus à des compagnons (Leclair, Lemoine) et forts précieux pour l’histoire de l’art.

6 Enfin, cannes et couleurs, topage, guillebrette, cérémonies en Cayenne seront présentés de façon à différencier les rites, objet du dernier ensemble.

7 Sûre garantie de l’intérêt historique de cette manifestation, l’organisation en revient au directeur du Musée National des Arts et Traditions populaires, M. J.‑H. Rivière et au secrétaire général désigné de l’exposition, M. Roger Lecotté.

8 À la tête de la Fédération Folklorique de l’Ile-de-France, comme dans ses fonctions à la Bibliothèque Nationale qui lui ont valu de veiller sur les documents relatifs aux Sociétés secrètes, M. Roger Lecotté s’est révélé le meilleur spécialiste de l’étude du Compagnonnage, qu’il s’agisse du folklore ou de l’histoire. Le démontre amplement son récent “ Essai bibliographique sur les Compagnonnages de tous les devoirs du Tour de France et Associations ouvrières à forme initiatiques ”.

9 Ce travail exhaustif est inclus dans “ Compagnonnage par les Compagnons du Tour de France ”, cahier collectif de la série Présences publiée sons la direction de Daniel Rops, chez Plon 1.

10 Il en constitue la contribution la plus valable.

11 Ce ne sont pas les deux pages de présentation du ministre Raoul Dautry qui intéresseront. Sans doute, les neuf monographies consacrées, par d’authentiques Compagnons, aux “ Métiers de Compagnons ”, pourront être utiles à des éducateurs, heureux de trouver ces petits tableaux pour présenter un métier à leur public.

12 Quant à la thèse qui inspire “ La Fidélité d’Argenteuil ”, compagnon tailleur de pierre de la Cayenne de Lyon, sur l’Histoire du Compagnonnage, une réserve certaine s’impose. L’auteur ne quitte-t-il pas volontairement “ le plan rationnel de l’histoire ” pour placer les origines du Compagnonnage “ aux côtés des moines pionniers, des premiers chevaliers ” ? Et, de fait, la “ nostalgie de l’ordre régulier ” se retrouve dans toutes les pages écrites par Jean Bernard, qu’il s’agisse de cette “ Histoire ”, de l’Organe mensuel de l’Association ouvrière des Compagnons du Tour de France Compagnonnage, qu’il dirige, ou d’autres publications.

13 Ce concept de l’“ ordre régulier ” dont Jean Bernard prétend que le Compagnonnage se réclame est fondé sur la foi religieuse. La vocation ouvrière qui en découle assurerait la pérennité du Compagnonnage.

14 Ni les historiens, ni la plupart des compagnons ne suivront longtemps Jean Bernard sur ce terrain, en dépit des services signalés rendus par lui à une tradition ouvrière. En tout état de cause, ce n’est pas le moindre de ses mérites que d’avoir contribué à la publication de l’“ Essai Bibliographique ” de M. Roger Lecotté. Entreprise sans précédent, puisque Anfos-Martin, le petit-neveu d’A. Perdiguier, n’a pu mener à bien l’étude critique et bibliographique dont il annonçait le plan en 1937 dans Le Compagnonnage. Au point de vue technique, elle constitue une manière de “ chef-d’œuvre ” encore qu’il n’existe pas de “ Devoir ” de compagnons bibliographes.

15 1 352 références — alors qu’on n’en avait jamais pu encore réunir que 14 — sont présentées par l’auteur suivant la formule la plus pratique : liste alphabétique d’auteurs, liste alphabétique d’ouvrages, liste chronologique des Journaux compagnonniques. Documentation complémentaire (Publications non compagnonniques, journaux régionaux). Index géographique, Index chronologique. Index des noms compagnonniques d’auteurs, Index sommaire des matières.

16 Si l’on ajoute que doit paraître le complément bibliographique d’ores et déjà prévu pour combler dans la mesure du possible certaines lacunes inévitables, l’on conclura que personne n’est mieux qualifié que M. Roger Lecotté pour entreprendre sur le Compagnonnage l’ouvrage scientifique ou même la thèse que les historiens attendent, dut-il pour cela effectuer lui aussi son Tour de France.

17 Et puisque 1951 marque le centième anniversaire du coup d’État de 1851, l’occasion s’offre de mettre cet essai bibliographique à l’épreuve.

18 Non sans succès : il signale, de L.‑D. Cœurdacier, dit “ Joli Cœur ” (tailleur de pierre de l’UC), certains Conseils à la classe ouvrière sur l’élection du Président de la République et sur les moyens d’éviter les luttes du Compagnonnage, publiés à Nîmes en 1848, conseils par lesquels l’auteur met en garde la classe ouvrière contre les aventuriers et se prononce en faveur de Ledru-Rollin.

19 Nombre de compagnons prirent en effet place parmi les ennemis les plus irréductibles du Second Empire, dont tous les essais pour entamer le Compagnonnage échouèrent. Tel Henri Chabanne, Nivernais Noble Cœur, C. Tonnelier D. D. de L. qui, victime politique de la répression bonapartiste, raconta en 1862 son évasion de l’Ile du Diable, puis, en 1870, publia encore Les détenus politiques de l’Ile du Diable. On le voit. Compagnonnage et régime autoritaire ont eu historiquement l’un pour l’autre une hostilité qui ni laisse place à aucune équivoque.

Haut de page

Notes

1 Paris, n° 1, 1951, 446 p. in-16, 540 francs.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Gossez, « L’actualité : Compagnonnage », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 22 | 2001, mis en ligne le 27 juin 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rh19.revues.org/260 ; DOI : 10.4000/rh19.260

Haut de page

Auteur

Rémi Gossez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page