Navigation – Plan du site
Articles

La célébration du coup d’État de 1851 : symbolique politique et politique des symboles

Rémi Dalisson
p. 77-95

Résumés

Si le coup d'État de 1851 réussit, ce fut aussi grâce à une préparation allégorique méticuleuse, véritable mise en scène de la politique et de ses symboles. Il fut immédiatement instrumentalisé par le pouvoir, qui parvint à l'inscrire dans le paysage culturel Français par sa célébration emblématique de janvier 1852. Cette cérémonie devait clore l'aventure entamée en décembre 1848 et symboliser la continuité entre le nouveau régime et l'Empire. Dès 1849, le Prince-Président entreprit donc de bâtir symboliquement son coup de force, en instrumentalisant sa politique des symboles et fêtes allégoriques. Il provoqua alors, avant même décembre 1851, des résistances tout aussi allégoriques. Partout, les autorités furent sommées, par de nombreux textes, de célébrer les 1er-11 janvier pour imposer de nouveaux symboles, inspirés du passé impérial. Ainsi se bâtit un mythe et des images populaires. Mais la rupture de décembre avait été telle que les réactions se multiplièrent, notamment dans ce domaine allusif. Face à l'adhésion née de la légende napoléonienne, les célébrations de janvier 1852 traduisirent bien l'importance légitimante de la construction culturelle et symbolique du coup d'État. Elles illustrèrent à l'inverse la vitalité d'une "sociabilité protestataire" qui ouvrit une brèche dans le conditionnement des masses et l'unicité des politiques symboliques autoritaires

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maurice AGULHON, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris (...)
  • 2 Voir Rémi DALISSON, De la Saint-Louis au cent-cinquantenaire de la Révolution, fêtes et cérémonies (...)
  • 3 Voir Les procès-verbaux du gouvernement provisoire et de la commission exécutive, Paris, Imprimerie (...)
  • 4 Voir les travaux de Maurice AGULHON, Les quarante-huitards, Paris, Éditions Julliard, 1975, 254 p.  (...)

1Si l’on part du postulat que la politique est affaire de symboles autant que d’actes concrets, la période 1849-1852 qui encadra le coup d’État fut exemplaire. En effet la Seconde République fut, dès le 24 février 1848, le régime qui, le plus vigoureusement de tout le xixe siècle, entreprit « de révolutionner les symboles [...] en suivant les exemples de 1789 et 1830 [...] pour faire la République quant au fond, mais aussi quant aux formes, dans les lois, mais aussi les rites et les signes »1. Dans une France bourgeoise, rurale et inquiète face aux ambitions sociales des « rouges » de février, ces deux références historiques, pleinement assumées par les dirigeants parisiens et les élites urbaines républicaines, poussèrent le gouvernement à très vite trouver des symboles et allégories militants lisibles par tous. C’est pourquoi les textes législatifs décrétant des fêtes publiques civiques et des images didactiques sur le modèle de celles de la période 1790-1792 se multiplièrent en un laps de temps très court2, tout comme les décisions gouvernementales sur les nouveaux symboles du pouvoir3. On sait ce qu’il advint et l’importance qu’eurent les allégories et images retenues en février pour incarner la synthèse entre héritage républicain, christianisme social et novations économiques nées de la révolution industrielle4.

  • 5 L’article 4 de la constitution encadrait ainsi prudemment le nouveau principe « Liberté, Égalité, F (...)

2Dès son élection en décembre 1848, le nouveau président, peu suspect de républicanisme social malgré ses velléités de lutte contre le paupérisme, entreprit donc de gommer progressivement les références, par trop civiques et démocratiques, des symboles choisis par le gouvernement provisoire. Il est vrai que la nouvelle assemblée, élue en avril et traumatisée par les événements de juin, avait déjà entamé ce processus que la sage constitution de novembre avait entériné5.

  • 6 Voir Luc WILLETE, Le coup d’État du 2 décembre : la résistance au coup d’État, Paris, Éditions Aubi (...)

3Au fil des mois, le problème se posa avec une acuité grandissante au point de devenir crucial en 1851, quand le prince-président décida d’en terminer radicalement avec la forme légale de la République et de ses symboles. Le choix même de la date du 2 décembre confirma, selon un point de vue diamétralement opposé à celui quarante-huitards deux ans plus tôt, l’importance des symboles et de la mémoire en politique. Le coup de décembre, préparé dans les moindres détails, formidablement mis en scène par le rétablissement du suffrage universel et une habile campagne populaire6, devait trouver des relais les plus nombreux et lisibles possibles pour confirmer la prégnance de la légende napoléonienne et faire disparaître les ultimes traces de la République. Or, dans les domaines symboliques, culturels et allégoriques, la Seconde République avait été prolixe en multipliant les fêtes, les inscriptions, les monuments, les images et les références à la période 1789-1792 tant honnie par le prince-président. Si l’après juin 1848 avait vu une progressive mise en veilleuse de ces symboles, tout restait à faire, plus particulièrement dans les campagnes et surtout les villes réputées plus frondeuses.

4Nous montrerons comment le nouveau pouvoir de décembre, réussit, après avoir progressivement construit une nouvelle politique des symboles de 1849 à 1851, à inscrire son coup de force dans les mentalités et les coutumes par une politique allégorique volontariste et didactique. Mais la construction de cette nouvelle symbolique politique et festive fut en grande partie fondée sur un cérémonial ambigu. On ne savait guère, dans les préfectures, si l’on célébrait un coup d’État ou un plébiscite, ce qui favorisa les contestations politiques et sociales. Elles prirent alors une forme nouvelle qui annonça les mutations idéologiques et sociétales de la fin du xixe siècle, faisant de la célébration du coup d’État de 1851 un acte fondateur dans le domaine des représentations politiques comme dans celui des politiques de contrôle social par une véritable politique des symboles.

La construction mythologique et culturelle d’un coup d’État

  • 7 Pierre de Castellane, octobre 1851, cité par Louis GIRARD, la Seconde République, 1848-1851, Paris, (...)

5Dès son élection, Louis-Napoléon Bonaparte tenta d’infléchir le paysage politique républicain et ses référents culturels, pour accoutumer les populations à son maintien au pouvoir. Pour cela, en pleine agonie républicaine, il prit des décisions fermes sur le fond et consensuelles sur la forme. Parmi elles, à côté de la progressive mise en place, au gré des échecs de la réforme constitutionnelle, d’une véritable stratégie de la tension à propos de la fameuse « impasse de 1852 »7, souvent appelée « échéance épouvantable », la politique des symboles et des fêtes emblématiques tint une place de choix pour bâtir dans les imaginaires populaires la légitime nécessité d’un coup de force.

Une construction prudente et insidieuse

6Après la répression de juin, voire même les élections d’avril 1848, le pouvoir entama une remise à plat de sa politique symbolique et donc de son orientation idéologique. Après bien des débats, et en attendant l’élection présidentielle, l’Assemblée et le gouvernement Cavaignac s’employèrent à gommer les aspects et les images les plus engagés du régime né en février. Puis, une fois les élections gagnées par le prince-président et l’assemblée élue en mai 1849, les décisions politiques et symboliques, ou souvent l’absence de décision en ce domaine, prirent un tour nouveau, accélérant la marche vers une République conservatrice et un possible coup de force présidentiel. Au gré des tensions entre les deux pôles du pouvoir, les textes votés semblèrent retarder l’heure d’un choix décisif en matière allégorique, tout en introduisant quelques images précieuses pour le futur coup d’Etat.

  • 8 Voir Maurice AGULHON « Fêtes spontanées... », art. cité.
  • 9 Voir Maurice AGULHON, Marianne au combat..., ouv. cité.

7Nous ne reviendrons pas sur les symboliques festives de l’année 1848 qui avaient vu, surtout avant juin, le retour en grâce des thématiques de 1789-1792, incarnées par les plantations d’arbres de la liberté, les fêtes parisiennes8 et le sacre de Marianne9. Le gouvernement édita cette année-là treize décrets sur les symboliques festives, textes qui reprenaient des éléments déjà votés sur l’image de la République. Ces représentations furent parfaitement incarnées par le concours de « Figure symbolique de l’image de la République française » de mars 1848 ou les décisions sur les monnaies et le sceau de la République. Nous retiendrons seulement que, pendant cette année, le gouvernement provisoire, puis la Constituante avaient hésité sur le choix des symboles, passant du militantisme républicain le plus orthodoxe au début de l’année au modérantisme de la sage « Fête de la promulgation de la Constitution » des 12 et 19 novembre. Une chose était cependant claire, c’en était fini, à l’orée de l’année 1849, des espoirs de février et de leurs images trop avancées.

  • 10 Un sondage aux Archives nationales de la série BB 358 à 366 et 391 à 425, montre une augmentation r (...)

8C’est pourquoi le pouvoir prit de moins en moins de décisions dans ce domaine, préférant laisser les initiatives fleurir sur le terrain, au gré des rapports de force locaux, pour mieux laisser se déliter le souvenir de février. En même temps, il accréditait l’idée de la multiplication des complots qui rendait inévitable une rupture forte avant l’échéance de 185210.

  • 11 Arch. dép. Seine-Inférieure (Archives départementales de la Seine-Inférieure), 1M 350, Préfet aux m (...)

9En 1849, le pouvoir de plus en plus conservateur, ne publia que quatre textes sur les symboliques festives sur fond d’hésitations quant au choix de la figure de Marianne. Parmi eux, la loi du 15 février, « qui renferme d’abord une pensée de bienfaisance »11, choisit pour fêtes nationales, « l'Anniversaire de la Révolution de février », chaque 24 du mois, et la « Fête anniversaire de la proclamation de la République par l'Assemblée » chaque 4 mai.

  • 12 Contrairement à la célébration de 1848, le point de départ des cortèges fut, dans les deux tiers de (...)
  • 13 Arch. dép. Seine-et-Mame (Archives départementales de Seine-et-Mame), série K, nº 3, Instructions d (...)
  • 14 Arch. dép. Seine-et-Mame, série K, Instructions ministérielles, 12 février 1849.

10Le premier se résuma vite à des services funèbres et Te Deum, en présence des autorités, sans aucune réjouissance et symbole républicain12, mais avec « des pensées de bienfaisance et actes de secours aux indigents les plus nécessiteux »13. Il était manifestement plus important d’éviter « les banquets et manifestations politiques destinées à agiter les esprits ce jour »14 que de célébrer une République si discutée. Seuls les textes sur le retour des cendres de Camot à Paris et l’érection d’un monument à sa gloire maintenaient le souvenir de la période 1789-1792 et de ses coutumes allégoriques et culturelles.

  • 15 Arch. dép. Seine-et-Inférieure, 1M 350, Instructions du préfet de Seine-Inférieure, reprenant le mi (...)
  • 16 Arch. dép. Eure (Archives départementales de l’Eure), 1M 352, Lettre du ministre de l’Intérieur au (...)

11Quant à l’anniversaire du 4 mai, son ambiguïté fut plus grande encore puisqu’il « ne répondrait pas aux vœux du gouvernement si la religion n’y intervenait pas pour placer sous protection divine les destinées de la France »15. Il devait aussi, selon le ministre de l’Intérieur, rappeler le triomphe de « l’ordre et de la République ». La primauté donnée à la notion d’ordre sur la nature du régime, tout comme les nombreux rappels aux préfets sur la nécessité, selon la loi du 19 juin 1849, de « prendre toutes les mesures nécessaires, y compris la force armée »16 pour interdire les banquets et réunions lors des fêtes indiquaient les préoccupations du moment. On s’éloignait des élans initiaux de la République et des symboliques civiques des six premiers mois comme le prouvait la baisse régulière des commandes de bustes de la République par les municipalités.

  • 17 Voir à ce sujet la disparition de la statue de la République de Grootaers place de la Concorde entr (...)

12L’année 1850 fut donc vierge de toute création allégorique et symbolique, comme si le pouvoir hésitait à s’engager dans des choix iconographiques et politiques irréversibles. Mais en même temps, la multiplication des crédits votés pour le tombeau de Napoléon Ier (deux textes en mars et juin) confirmait le tournant du régime et l’influence de la symbolique impériale pour la mise en scène des choix présidentiels. Il n’était alors plus question de prendre des nouvelles mesures sur les symboliques républicaines. Au contraire le bonnet phrygien se faisait plus discret dans les allégories quand ce n’était pas la République elle-même qui disparaissait des places et monuments commémoratifs17.

13L’attente ne dura que quelques mois et, dès le début 1851, le pouvoir fit disparaître, dans ses textes parisiens, toute mention de la célébration de février qui du coup s’effondra des deux tiers sur le terrain. Un seul texte financier mentionna l’anniversaire de mai, devenu un rituel désincarné et compassé, concernant plus les autorités que le peuple. Mais, au mois de décembre, le choix de jumeler l’annonce officielle des résultats du plébiscite et celle de l’organisation des fêtes des 1er-11 janvier pour célébrer la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte acheva le processus entamé en juin 1848. La célébration d’un sauveur incarnant à lui seul un régime politique enterrait bien, de manière symbolique, les derniers espoirs de la démocratie dans un décor parfaitement « dé-républicanisé » — d’après l’expression de Maurice Agulhon. Si l’on retrouvait là les tendances assez connues de la politique allégorique parisienne, la réalité du terrain fut plus nuancée.

Les résistances populaires à la mue symbolique de la République

  • 18 Voir annexe 1.

14Nous avons étudié 611 fêtes de 1848 à 1851 dans quatre départements de la France du nord (Eure, Seine-Inférieure, Seine-et-Mame et Seine-et-Oise)18 tous ruraux avec des noyaux urbains et industriels, tous placés en état de siège au moment du coup Etat, même si certains comme la Seine-et-Oise étaient plus conservateurs que d’autres. Dans tous ces cas, les célébrations s’effondrèrent entre les élans civiques de 1848 et la normalisation de 1849. Certes, les fêtes locales de plantations d’arbres de la liberté et de la constitution de novembre 1848 avaient disparu, mais il y avait bien une tendance générale. Même en tenant compte des variations locales, (la baisse fut comprise entre 25 % dans l’Eure et 75 % en Seine-et-Marne), il est sûr que la répression de juin (avril pour ce qui concernait la Normandie) et la peur des rouges furent décisives, d’autant que ce furent les départements (Seine-Inférieure et Seine-et-Marne) les plus éloignés de la capitale qui connurent les plus fortes baisses.

15Après l’effondrement de 1848 et 1849, la baisse continua régulièrement, avec quelques variations qui ne masquèrent pas l’unité des années 1850-1851, période où pourtant les fêtes nationales avaient été codifiées. Le souffle de 1848 était retombé, grâce au zèle des préfets, à la répression, à la déception des populations ouvrières des vallées de la Seine et de la Marne et aux craintes des paysans briards et normands, à celles des petits propriétaires industriels isolés de l’Eure, sans parler de celles des élites versaillaises. La vie festive et l’instrumentalisation des symboles politiques restèrent donc partout atones jusqu’en 1852.

  • 19 Nous avons des tendances qui semblent homogènes dans la France du nord. Il est sûr que dans le sud, (...)
  • 20 Par incidents nous entendons des événements imprévus et qui interrompirent ou modifièrent le cours (...)

16Mais cette passivité sociétale ne fut qu’apparente, prouvant que les choix parisiens n’avaient pas l’assentiment de tous et que le débat politique entamé en février n’était pas clos. Dans les quatre départements19, la tendance fut partout identique : les incidents20 à l’occasion des fêtes augmentèrent régulièrement et nettement entre 1848 et 1851. Si leur nombre avait été particulièrement faible en 1848 (dans 1 à 4 % des cérémonies) à cause de l’enthousiasme initial et de la crainte des opposants, ils se multiplièrent dès le début 1849. Entre 1848 et 1851, ils furent multipliés par des valeurs comprises entre 9 pour la Seine-et-Mame et 23 pour l’Eure.

17La variété des situations départementales et des opinions conduisant à ces incidents prouvait la force de la vie politique et l’intérêt porté au débat à l’occasion des célébrations et exhibitions de symboles. C’était toutes les tendances politiques, habituées à se manifester lors des représentations festives ou allégoriques, qui intervenaient en une véritable « sociabilité revendicative ». Ces contestations étaient aussi une réponse aux choix ou hésitations allégoriques du pouvoir. En voulant dé-républicaniser le décor et les pratiques commémoratives, il avait provoqué une réponse, sous forme d’incidents, de la part de citoyens rompus aux pratiques symboliques et didactiques impériales, monarchiques ou républicaines. De tels problèmes, leur permanence et leur symbolique virulente rendaient encore plus impérieuse, pour le pouvoir né du coup d’État, la nécessité d’un rapide bouleversement des repères symboliques et festifs permettant l’acceptation de son coup de force.

  • 21 Voir Arch. dép. Seine-et-Mame, M 10179 ; Arch. dép. Seine-et-Oise (Archives départementales de Sein (...)
  • 22 Arch. dép. Seine-et-Oise, 4M 144, Maire au préfet, 25 février 1849.
  • 23 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 350, Maire au préfet, 26 février 1849 et 1850.
  • 24 Arch. dép. Eure, 1M 352, Maire au préfet, 23 novembre 1848.

18On trouvait toutes sortes de contestations, rarement de nostalgiques de l’Ancien Régime, comme les légitimistes du conseil municipal de Bièvres qui refusèrent d’assister à la fête du 4 mai 1851, bien plus souvent de républicains (65 % des auteurs d’incidents de la période 1849-1851) inquiets de la politique présidentielle et de l’évolution du régime. Ils étaient partout qualifiés de « démagogues » qui troublaient les cérémonies officielles par des cris séditieux, le plus souvent « vive la République sociale, vive la Montagne, vive les rouges et vive le suffrage universel »21. On trouvait même des socialistes comme ceux de Houdan, qualifiés de « meneurs intelligents, fondateurs de phalanstère »22 qui provoquèrent des violences à Bonnières, lors de l’anniversaire de février en 1849, ou ceux du Havre qui « placèrent des crêpes noirs et des cravates rouges sur les drapeaux tricolores des arbres de la liberté »23 lors des anniversaires de février en 1849 et 1850. Il y eut bien sûr des incidents créés par les prêtres, hostiles à la République, même conservatrice, comme le curé de Fleury-sur-Andelle dans l’Eure qui, lors de la fête de novembre 1848, « à peine les premiers sons de la Marseillaise joués, sortit courroucé et exaspéré de son Eglise »24 au grand désespoir des ouailles.

19Le pays, du moins au nord, s’était emparé des symboles politiques (arbres, hymnes, drapeaux, statues) pour protester essentiellement contre l’évolution autoritaire du régime et le dévoiement de ses allégories civiques et festives. Les conservateurs et les religieux, bien moins nombreux à utiliser ces vecteurs, furent peu virulents contre le régime, malgré les craintes d’un clergé qui n’avait pas oublié le Concordat. Le président fut donc rassuré sur la fidélité de ses soutiens paysans, conservateurs voire religieux et put entamer, dès décembre, une réforme de sa politique des symboles pour valider son coup de force. Dans le même temps, il encourageait une féroce répression des opposants démocrates pour imposer un peu plus ses nouveaux référents culturels. En cinq mois, de décembre 1851 à avril 1852, tout fut alors dit dans le domaine des symboliques festives et politiques.

La célébration du coup d’État ou la construction d'un mythe

20Pour Louis-Napoléon Bonaparte, les choses étaient claires : pour accompagner son coup d’État, il fallait sortir au plus vite de la léthargie législative sur les symboles et emblèmes de l’État, tout en tenant compte de la diversité des réactions à sa politique. La multiplication des incidents festifs et symboliques renforçait la nécessité d’achever la construction, entamée dès décembre 1848, d’un mythe populiste basé sur la légende impériale et une utilisation judicieuse de ses allégories.

21Cependant, la célébration du Deux décembre n’allait pas de soi. La tradition était de célébrer des événements précis, émeutes symboliques (les journées de 1830, le 24 février 1848), décisions politiques (la constitution, la proclamation de la République) ou dates emblématiques (la Saint-Philippe sous la Monarchie de Juillet). Or il était ici difficile de célébrer officiellement le renversement de la légalité qu’était le Deux décembre, même si cette légalité était subversive ou illégitime pour certains. On ne pouvait célébrer non plus uniquement le plébiscite puisqu’il procédait du coup d’État. Mais on commémorait cependant une victoire, sur le « désordre », « l’anarchie » voire le « socialisme », ce qui imposait de rester dans le domaine de la fête, comme les textes allaient le confirmer. On campa donc dans l’ambiguïté assumée en évoquant, au ministère, la « Célébration de la proclamation du président de la République », formulation reprise par les préfets. Les maires choisirent plutôt l’intitulé plus neutre de « fête des 1-11 janvier », voire « Te Deum du 11 janvier » et pratiquement jamais la « fête du Deux décembre » que les événements de la fin 1851 laissaient pourtant présager.

Les fondements d'un nouveau culte

  • 25 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 380, Circulaire du ministre au préfet, 24 novembre 1851.
  • 26 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 380, Comité de sûreté au préfet, 28 novembre 1851.

22Dès l’été 1851, la présidence avait manifesté sa volonté propagandiste, bien relayée par les préfets. Ceux-ci avaient fait placer sur toutes les mairies pour des fêtes locales, comme dans l’Eure le 3 juillet 1851, le discours de Louis-Napoléon Bonaparte prononcé à Poitiers lors de l’inauguration du chemin de fer. Puis à partir de l’automne, les circulaires du ministère de l’Intérieur préparèrent le terrain en rappelant régulièrement que « les anarchistes préparent un prochain mouvement insurrectionnel »25. Le rythme s’accéléra fin novembre avec les rumeurs savamment entretenues sur « le parti démagogique dont l’agitation semble résulter d’un signal donné par les chefs »26 formant de véritables « symptômes d’agitation révolutionnaire » comme disait le sous-préfet du Havre à la même époque. Puis, dès le 2 décembre, des formulaires étaient envoyés aux préfets pour recenser les adhésions au coup d’État, tandis que les instructions ministérielles renforçaient la surveillance des réactions séditieuses au coup de force, avant que le décret du 8 décembre 1851 n’impose des mesures exceptionnelles de sûreté générale.

23Dans le même temps, les trois textes affichés le matin du 2 décembre reprenaient à l’envi la thématique chère au président en mêlant les références à 1789, au suffrage universel, à l’armée et au Premier Empire, notamment dans la proclamation au peuple où Louis-Napoléon se réclamait de « la France régénérée par la Révolution de 1789 et organisée par l’Empereur ». Quant à la proclamation à l’armée, avec les si connotés mots de « Nation », « Patrie » et « souveraineté populaire », elle jetait les bases du mythe à construire, mythe qui nécessitait une nouvelle politique des symboles.

  • 27 Arch. dép. Seine-et-Oise, 4M 1/50, Circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets, 2 décembre 18 (...)
  • 28 Arch. dép. Seine-et-Oise, 4M 1/50, Rapport du commissaire de police d’Enghein au préfet, 5 décembre (...)

24Pendant les trois semaines des préparatifs du scrutin, au rythme des rapports des préfets qui avaient, depuis le 2 décembre, le droit de « révoquer tous les membres de l’administration et les fonctionnaires dont le concours ne [leur] paraît pas assuré »27, de ceux des commissaires de police qui avouaient souvent que « les terreurs de 1848 sont à présent passées, l’espoir des honnêtes gens renaît, les démagogues sont consternés »28 et des remises d’adresses et de proclamations de soutien au nouveau pouvoir, tout se mit en place pour « re-impérialiser » le décor.

  • 29 Voir annexe 2.

25Ainsi, à peine le décompte des suffrages achevé, un télégramme du 24 décembre 1851 du ministère de l’Intérieur demanda aux préfets l’envoi de délégations des départements à Paris pour fêter, le 1er janvier 1852, les résultats du vote des 20 et 21, ce qui en disait long sur l’incertitude du scrutin. À partir de cette date, quinze textes furent publiés entre décembre et avril pour impulser une nouvelle politique des symboles et refondre les allégories. Les deux tiers furent publiés dans la seule période comprise entre le 24 décembre et le 22 janvier29, court mois consacré aux emblèmes nationaux et proto-impériaux qui montrait bien le degré de préparation de 1’accompagnement scénographique du coup d’Etat et l’importance des symboles pour le futur Napoléon III.

  • 30 Pour les textes voir aux archives nationales le Bulletin des Lois, Usuels ; et Arch. dép. Seine-Inf (...)

26Parmi les textes de décembre, hormis celui des fêtes parisiennes, le plus important fut sans contexte le décret du 29 décembre qui après avoir annoncé l’affichage général des résultats du plébiscite, déclarait, dans l’article second, une « fête nationale, sera célébrée le 1er janvier 1852 dans tous les chefs-lieux des départements, et le 11 janvier dans toutes les communes de France. Un Te Deum sera chanté dans toutes les églises »30. La célébration ambiguë d’un coup de force, transformé en consécration de l’avis du peuple souverain, renouait avec le passé commémoratif révolutionnaire et impérial. Même la place accordée à l’Église, par le biais du Te Deum, ne devait pas choquer si l’on se réfère aux pratiques festives du Premier Empire. C’est pourquoi la formule utilisée par les préfets pour organiser les cérémonies fut toujours, y compris dans le sud du pays, celle du ministre Fortoul : « organiser une fête et de chanter un Te Deum solennel d’action de grâces [...] pour appeler les bénédictions du ciel sur la grande mission que le peuple français vient de confier à Monsieur le président de la République ». Le même jour, une circulaire demanda donc aux évêques de « se rapprocher le plus possible de l’article 8 du Concordat de 1801 [...] en faisant chanter, selon les vœux du président, après le Domine salvum fac républicam, un Domine salvum fac Ludovicum Napoléonem ». Si la formule plus neutre de la « célébration de la proclamation du Président de la République » s’imposa ensuite, une nouvelle politique des symboles était bien lancée.

27Dès le 31 décembre en effet, le retour de la symbolique impériale et l’effacement du passé républicain s’accéléra avec le décret rétablissant les aigles sur les drapeaux et la croix de la Légion d’honneur. Le préambule du texte était explicite qui considérait que « la République française, avec sa forme nouvelle, sanctionnée par le suffrage universel, peut adopter sans ombrage les souvenirs de l’Empire et les symboles qui en rappellent sa gloire [...]. Le drapeau national ne doit pas être plus longtemps privé de l’emblème renommé qui conduisit dans cent batailles nos soldats à la victoire ». Le 1er janvier, on rétablit la forme « telle qu’elle a été adoptée sous le Ier Empire » de la Légion d’honneur, avant de décider la forme des monnaies, avec la mention « République française » sur le revers, l’effigie du président sur la face, et sur la tranche « Dieu protège la France ».

28Puis, avant les fêtes, deux circulaires des 6 et 7 janvier rappelaient que « les emblèmes les plus respectables perdent ce caractère quand ils ne rappellent que les mauvais jours. Ainsi, ces trois mots, Liberté, Égalité, Fraternité forment, par eux-mêmes une touchante devise. Mais comme on ne les a vus paraître qu’à des époques de troubles et guerre civile, leur inscription grossière sur les édifices publics attriste et inquiète les passants. Veuillez donc les faire effacer ». Le ministre demandait en plus de rendre aux rues et places leurs noms pré-révolutionnaires et, lors de la fête du 11 janvier, « de faire disparaître de la voie publique les arbres dits de la Liberté [...] et d’en distribuer le bois aux pauvres ». À l’enlèvement des anciens emblèmes civiques répondait une action symbolique : détruire les arbres, symboles de fécondité, souvenir de 1789 et 1830 et en nourrir, presque physiquement, les pauvres, comme une révolution dévorant ses propres enfants égarés. Il est inutile de préciser que toutes les instructions préfectorales reprirent au mot près ces ordres pour les fêtes du 11 janvier, c’est-à-dire dans la plupart des communes d’une France rurale, séduite et rassurée par le mythe du sauveur impérial où les enjeux du nouveau mythe populiste étaient les plus importants pour gagner la bataille culturelle du coup d’État.

29Les textes suivants amplifièrent ces tendances, avec des crédits pour les fêtes du 1er janvier, des nouvelles médailles (avec aigle) pour les soldats, de nouveaux uniformes pour les gardes réorganisés, des constructions pour les fêtes parisiennes, une place importante donnée aux nouveaux corps de police lors des fêtes publiques et, surtout, la création du 15 août comme seule fête nationale. Ce décret du 16 février qui « considérait que la célébration des anniversaires politiques rappelle les souvenirs des discordes civiles et que parmi les fêtes, c’est un devoir de choisir celles dont la consécration tend le mieux à réunir tous les esprits dans le sentiment commun de gloire nationale [...] et associe les traditions de piété de nos pères aux souvenirs glorieux de notre grandeur nationale » annulait toutes les autres célébrations nationales et les derniers vestiges symboliques de la République. Enfin, le 25 mars, la ville de Pontivy reprit son nom de Napoléonville, inscrivant durablement dans le paysage breton et l’imaginaire national la nouvelle politique des symboles impériaux passés et à venir.

30Face à cette tornade législative, les célébrations de janvier montrèrent à la fois la réussite de cette nouvelle politique des images et la persistance de résistances symboliques, preuve d’une vitalité sociétale presque intacte.

Images de substitution et pratiques festives nouvelles

31L’étude de 326 célébrations du coup d’État dans les quatre départements dessine un paysage politique plus contrasté qu’on ne le pense, y compris dans les campagnes du nord du pays.

32Ces cérémonies eurent lieu dans un contexte de grande frénésie iconoclaste, notamment dans la capitale qui avait entamé ses arrachages d’arbres de la liberté et ses effacements d’inscriptions dès le 1er janvier. Trois semaines plus tard, précisait Le Moniteur universel, plus de 3 000 inscriptions avaient été enlevées. Le trois du même mois, on avait descendu de son piédestal le modèle en plâtre de la grande statue de la liberté de Clésinger, posé en juin 1848 place de Bourgogne. Quelques jours plus tard, le Génie de la liberté de la colonne de Juillet place de la Bastille, était remplacé par une statue de Charlemagne, retour à l’image d’un homme-symbole que Louis-Napoléon aspirait à être.

  • 31 Arch. dép. Eure, PG 84, Le Nouvelliste de l’Eure, 25 janvier 1852.
  • 32 Arch. dép. Eure, 1M 249-250, Lettre du commandant des gendarmes au préfet, 18 janvier 1852.

33Dans le reste du pays, les enlèvements allaient bon train puisqu’à la fin de janvier le préfet de Haute-Vienne écrivait au ministre que « les arbres de la liberté qui rappellent de fâcheux souvenirs d’agitation et de désordre ont été partout effacés »31. Dans de nombreux cantons, comme à Louviers ou Évreux, les gendarmes, n’ayant toujours pas reçu d’ordres à la mi-janvier, réclamèrent des textes précis pour faire face aux « nombreuses demandes d’abattages d’arbres de la liberté »32. Ailleurs les rues changeaient de nom comme à Evreux, où la place Dupont de l’Eure redevenait place Bonaparte, à Rouen où la rue de la République redevenait rue royale ou à Lyon où la place de la République devint place Louis-Napoléon Bonaparte.

  • 33 Voir tableau annexe 3a.
  • 34 Arch. dép. Seine-et-Mame, série 4, nº 4, Instructions préfectorales aux maires, 30 décembre 1851.

34Les célébrations furent basées33 sur le Te Deum, chanté selon les normes du Concordat et devant les autorités réunies en corps. Sur l’ensemble de notre échantillon, il fut célébré dans 87 % des cas, le pourcentage les plus bas (79 %) étant celui du département le plus « industrialisé », la Seine-Inférieure. Il fut toujours donné en présence des corps officiels et de tout ou partie des gardes nationaux. L’église devenait alors le nouveau lieu de pouvoir symbolique de la fête nouvelle, en lieu et place d’une mairie jugée encore peu sûre. L’autre pilier des fêtes fut la distribution aux indigents, « meilleur moyen de remplir les nobles intentions du Prince-Président »34. Les bureaux de bienfaisance locaux y offraient du pain et du vin, dans les deux tiers des cas, moins souvent de la viande et des vêtements, avec le fréquent concours des institutions charitables comme les « Sœurs de la charité » à Meaux, autre symbole du retour du religieux. Ces « actes charitables » selon la terminologie officielle furent moins nombreux que les Te Deum car les ressources communales étaient souvent faibles, même si les préfets autorisaient des crédits exceptionnels. On distribua donc dans à peine 70 % des cas, les chiffres les plus bas étant ceux des départements les plus ruraux (Eure, Seine-et-Mame) ou les plus rétifs au coup d’État pour la Seine-Inférieure, 56 %. Le record fut détenu par la Seine-et-Oise, manifestement soulagée du retour à l’ordre.

  • 35 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 350, Maire de Rouen aux habitants, 31 décembre 1851.

35Puis venaient les symboles classiques des pavoisements et illuminations qui devaient montrer l’adhésion politique et populaire puisque partout « les habitants sont invités à manifester en pavoisant et illuminant les façades de leurs maisons »35. Si tous les bâtiments officiels furent illuminés et pavoisés, ce ne fut pas le cas des particuliers qui utilisèrent ce moyen pour protester. La moyenne de ces deux manifestations ne fut donc que de 65 %, et elle descendit même à 40 % pour les maisons particulières, tandis que les petits villages se contentaient d’illuminer les mairies. Entre ces trois temps forts, on organisait quelques défilés et revues (40 % des cas), le plus souvent d’une armée (les deux tiers des défilants) revenue en grâce et choyée par le président. Par contre la garde nationale, jugée suspecte de libéralisme et en pleine réorganisation, fut moins présente qu’à l’accoutumée.

  • 36 Arch .dép. Eure, 1M 352, Discours du maire de Saint-Denis d’Augeron, 11 janvier 1852.
  • 37 Arch. dép. Eure, 1M 352, Discours du maire de Rouen, 1er janvier 1852.
  • 38 Arch. dép. Eure, 1M 352, Lettre du maire au préfet, 12 janvier 1852.
  • 39 Arch. dép. Eure, 1M 352, Lettre du maire au préfet, 12 janvier 1852.

36Le reste de la fête fut plus décousu, selon la richesse des cités et les équipes municipales. On annonça peu la fête (peu de retraites et sonneries de cloches) puisque les proclamations avaient toujours été affichées et que la poudre des salves était donnée, par prudence, avec parcimonie. Seule la Seine-et-Oise, plus riche et fidèle à l’Empereur, tira des salves dans 10 % des cas. De même on banqueta peu, hiver obligeait, hormis dans le même département (15 %) et toujours de manière privée (6 % dans l’Eure). Finalement l’activité la plus fréquente fut politique puis ludique. Politique avec les adresses (15 % des fêtes de Seine-et-Oise) destinées à rassurer les maires sur leur possible maintien au pouvoir tout en donnant des gages aux préfets et ministres. Ces adresses étaient parfois remplacées (ou complétées) par des discours à la gloire du président, présenté comme « notre sauveur bien-aimé »36 et qui tous réaffirmaient la filiation entre le régime, son prince « héritier du plus grand nom des temps modernes [...] qui a hérité de l’ardent amour de l’Empereur pour la France »37 et le Premier Empire. Les autres discours, souvent le fait de prêtres, critiquaient la République d’avant décembre, surtout en 1848. Dans l’Eure, le curé de Courteville « retraça dans son discours les horreurs d’il y a trois ans »38 et celui de Poses « flétrit, en termes énergiques, la hideuse démagogie, la fureur des partis [...] et les féroces démagogues qui ont ensanglanté notre belle Patrie »39. Enfin, l’activité ludique furent les danses des bals organisés dans 17 % des cas, dont 30 % dans le département le plus rural de Seine-et-Marne et 20 % dans la riche et conservatrice Seine-et-Oise. Quant aux feux d’artifices, ils furent réservés aux préfectures de Rouen, ville philo-napoléonienne, Versailles ou autres cités aisées comme Pontoise.

  • 40 Ces envois de bustes furent exemptés de frais de port pour inciter les mairies à les effectuer. Ils (...)

37Pour terminer avec ces symboles festifs, nous mentionnerons les demandes anticipées de bustes présidentiels à l’occasion de la fête (à Fontainebleau, Melun, Rouen, Évreux ou Le Havre) ou même les inaugurations de tels bustes déjà presque impériaux lors de la célébration de janvier (Bray-sur-Seine, Sèvres). Certes, il n’y avait pas de texte officiel rendant ces achats obligatoires, mais ils étaient chaudement recommandés par les préfets depuis janvier 1852, notamment en Seine-et-Marne ou en Seine-Inférieure, au nom du passé philo-napoléonien de ces deux départements. Il s’agissait de l’image du prince-président en uniforme, avec la Légion d’honneur, sur un socle comportant l’aigle impérial et le chiffre du plébiscite, sur le modèle de celui de Madame Le Fevre-Deumier, vendu entre 25 et 50 francs en plâtre, et qui allait être retenu par le ministre de l’Intérieur le 20 janvier pour être placé dans les salles publiques des administrations et les salons du prince-président40. A Sèvres, le buste avait même déjà été acheté pour le 11 janvier et placé sur un drapeau et orné de l’inscription emblématique : « Voxpopuli-Vox Dei ».

  • 41 Archives municipales de Melun, 114 2/2, Lettre du préfet aux maires 3 décembre 1852.
  • 42 Nous avons relevé la trace (dans les budgets, délibérations de conseils municipaux et courrier) de (...)

38Ces bustes furent cependant surtout achetés lors de l’année 1852 comme dans l’Eure où, au mois de mai, le préfet en demandait encore pour les tribunaux. Ces « bustes du prince » selon l’expression du maire d’Elbeuf au mois d’avril, étaient exhibés lors de la fête du 15 août dans les campagnes et surtout à celle de la « Proclamation de l’Empire », les 2 ou 5 décembre 1852, plus particulièrement dans les villes. Cette cérémonie urbaine devint alors une sorte de fête d’inauguration de bustes selon les pressants conseils des préfets. Ainsi celui de Seine-et-Marne conseillait aux maires « pour la grande solennité de décembre [...] des distribution aux indigents [...] et l’utilisation d’aigles impériales et de bustes aux balcons »41 tandis qu’ailleurs les bustes, souvent sur des estrades tricolores (Le Havre, Elbeuf) et surmontés d’aigles, fleurissaient aux célébrations nouvelles42.

  • 43 Arch. dép. Eure, 1M 352, Maire au préfet, 2 janvier 1852.
  • 44 Arch. dép. Seine-Inférieure, JPL 3/124, Circulaire aux maires, 8 janvier 1852.
  • 45 Arch. dép. Eure, 1M 352, Maire de Chafraignier, 12 janvier 1852.

39Le symbole festif le plus original de la fête fut l’exécution de l’arrêté demandant les arrachages d’arbres qui eurent lieu dans près d’un tiers des fêtes, chiffre important puisque de nombreux enlèvements eurent lieu après ou ne furent même pas mentionnés. Les effacements d’inscriptions furent plus rares (20 %) car de nombreux villages n’en avaient aucune et ce cérémonial était plus long et moins signifiant que celui des arbres. La plupart de ces pratiques symboliques ne provoquèrent guère de réaction, autant par peur que par lassitude comme à Évreux, ville pourtant très républicaine en 1848, où « il n’y a pas eu un seul mot dit sur cette bonne mesure »43. Il faut dire que les instructions préfectorales avaient été explicites comme en Seine-Inférieure où elles rappelaient la nécessité de ces mesures « par respect pour le pouvoir, dans un sentiment patriotique, dans l’amour de l’ordre et non dans les symboles dont les passions font une cause d’excitation et de danger que sont les vraies garanties de la dignité, de la liberté et de la prospérité nationale »44. Les débris des arbres, « grosse bûche qui vaudra mieux que sa ridicule signification »45 furent tous, soit donnés aux pauvres en présence des autorités officielles, soit plus rarement brûlés en place publique au son de chants et de danses comme à Carrière-sous-Poissy en une cérémonie païenne et expiatoire.

40Les symboles anciens avaient été mis à bas, de nouvelles images « impérialisaient » le décor et relayaient, dans les profondeurs du pays, la nouvelle politique allégorique parisienne. Mais, nous l’avons dit, tout ne se passa pas sans résistances.

Contestation symbolique et politique : la fragilité d'une cérémonie transitoire

  • 46 Voir annexe 3b.
  • 47 Voir annexe 3c.

41Il y eut des incidents utilisant toutes les ressources de la symbolique politique et allégorique dans 13 % des fêtes étudiées, les chiffres variant de 10 à 16 %, ce qui constituait une fourchette assez homogène46. Ce total pour une seule cérémonie fut supérieur à ceux des autres fêtes nationales prises isolément entre 1848 et 1851 et montra les difficultés rencontrées par la didactique du coup d’Etat et l’importance de la symbolique contestataire en des temps de forte répression. Chose surprenante, les incidents furent plus nombreux dans le département le plus rural, la Seine-et-Marne, qui comportait certes des noyaux ouvriers (Marne, Loing), mais aussi en Seine-et-Oise, pourtant conservateur, mais resté inquiet face au populisme parfois jugé trop plébéien du prince-président. Ils témoignaient d’un républicanisme rural, de la persistance des espoirs soulevés en février, mais aussi des réticences, conservatrices ou avancées, d’une large frange des forces politiques du pays aux événements de décembre. La contestation utilisa toute la gamme de la symbolique et de l’allégorie politique que l’on peut regrouper en quelques familles47.

  • 48 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 380, Préfet au ministre, 12 janvier 1852.

42La première fut sonore, avec les cris et slogans séditieux, qui représentèrent un quart des modes d’incidents. Si l’on chanta quelques Marseillaise, l’essentiel des troubles fut provoqué par les cris séditieux, apanage, selon les préfets, des « démagogues », c’est-à-dire uniquement les républicains, socialistes et autres démocrates. Ils perturbèrent la fête en criant « des chansons d’inspiration socialiste »48 à Pont-de-1’Arche, les cris déjà utilisés auparavant de « Vive la République sociale » et autre la « Montagne » dans la vallée de la Seine ou, à Châtou, des cris refusant l’autorité du prince-président qualifiée « d’illégitime ».

  • 49 Arch. dép. Eure, 1M 352, Commissaire au préfet, 12 janvier 1852.

43L’autre grand mode de protestation (27,5 %) fut le refus de participer aux cérémonies, méthode qui fut l’apanage des démocrates, appuyés par la garde nationale (Louvres, Coignières). A Danville dans l’Eure les absents étaient « ceux connus pour avoir des positions avancées [...] notamment les gardes et la fanfare des pompiers »49. On trouva aussi, bien moins souvent, des curés qui refusaient d’aller sonner les cloches (à Saint-Clair d’Arcey par exemple).

44Plus d’un quart des incidents furent créés par des prêtres et desservants qui refusaient de chanter le Te Deum ou troublaient les messes. Ils prouvèrent une certaine réticence de l’Église face au coup d’État, certes bien moins forte que le ralliement général des hommes d’Église à Louis-Napoléon. Cette critique émanait soit de curés adeptes du christianisme social qui avait triomphé en février 1848 (Lagny, Mazerolles dans la Vienne), soit d’ecclésiastiques conservateurs n’ayant ni pardonné le concordat et 1789 ni oublié la constitution civile du clergé sans parler de la laïcité de février (Villedieu-les-Poëles, Étampes, Yvetot).

45Enfin, les plus conservateurs abattaient les arbres avant l’heure prévue (Vigny), les opposants des conseils municipaux boycottaient les cortèges officiels, les légitimistes de Couffé, dans la Loire-Atlantique, criaient « À bas le drapeau tricolore, vive le drapeau blanc et Henri V » avant de rosser les conscrits locaux. Le drapeau restait une symbolique forte puisqu’à Roissy-en-Brie apparut un drapeau rouge et le triangle égalitaire sur une maison particulière. Bien entendu les opposants de tout poil refusaient d’illuminer leurs maisons, qu’ils soient « socialistes » à Rugles (Eure) ou notables « conservateurs » au Tréport. Dans cette ville, les fenêtres des artisans restèrent toutes éclairées, ce qui, d’après le maire, témoignait du soutien populaire au coup d’État.

  • 50 Ces résistances sont difficiles à quantifier et notre échantillon est fragile. Mais il semble que l (...)

46Toutes les allégories furent utilisées pour contester le coup d’État, rompant le mythe de l’unanimité derrière le prince-président, y compris dans les zones rurales du nord (Eure, Seine-et-Mame) et dans le clergé dont une partie avait été favorable à la révolution de 1848. Cette réponse sociale à une politique des images festives bien comprise par les masses utilisa les mêmes armes culturelles que le pouvoir, au point de devenir une véritable « micro­résistance » au coup d’État50. Elle prouva la variété des opinions politiques et, a posteriori, l’importance d’une nouvelle politique des symboles pour préparer le coup d’État. Cérémonie de transition entre deux régimes, préfiguration des fêtes du césarisme, la fête de janvier 1852 laissait un espace de liberté pour contester de manière allégorique une politique qui tentait une audacieuse synthèse idéologique et culturelle. Mais, dès le premier 15 août et surtout la « Fête de la proclamation de l’Empire » des 2 et 5 décembre 1852, la construction du mythe achevé empêcha le débat local et freina, pour dix ans, les contestations les plus virulentes des symboliques festives.

  • 51 Arch. dép. Seine-et-Mame, série K, Actes administratifs, 1852, nº 42, Préfet de Seine-et-Mame aux m (...)

47Cette célébration de l’Empire, le jour même de la publication d’un décret que rétablissait « le sceau de l’Empire [...] avec l’aigle impérial couronné, reposant sur la foudre » achevait la mise en scène du plébiscite. Célébrée le 2 dans les préfectures et le 5 ailleurs, elle différa de celle de janvier où l’essentiel des actes symboliques (les abattages, les images nouvelles) avait été fait. Plus de réjouissances, mais, selon les mots de l’Empereur, « au lieu de fêtes publiques [...] des actes de bienfaisance [...] inaugurant, de la manière la plus digne, avec la Monarchie impériale, l’ère de stabilité, de l’ordre, de la confiance, de la prospérité générale »51. On retrouvait le vocabulaire du soulagement de l’après coup d’État de 1851, mais l’année écoulée ayant permis de conforter la nouvelle politique des symboles, la fête était remise au 15 août, notamment sous son aspect religieux. On se contenta donc de proclamations dites « politiques » de l’Empire avec la lecture publique de la proclamation impériale devant les autorités en corps, les pompiers et troupes en armes (passées en revue dans les préfectures comme Rouen, Evreux ou Melun) et des pavoisements, même si l’on conseillait, nous l’avons dit, d’utiliser les aigles et images ou bustes du souverain pour réta­blir, une dernière fois, la filiation entre les deux empires du siècle.

  • 52 Ainsi à Rouen, on distribua de l’argent, du pain, du vin, de la viande, des vêtements et du « bois (...)

48La nouvelle orientation « sociale » et doloriste du régime des « Napoléon du peuple » (d’après l’expresssion de Bernard Ménager) s’incarnait alors dans les distributions aux indigents, partout décrites comme particulièrement abondantes et variées52. Nous étions alors déjà dans la mise en scène symbolique d’un régime solidement établi qui fit de cette propagande l’une des clés de son succès, du moins jusqu’en 1860.

49La célébration du coup d’État les 1er et 11 janvier 1852 fut bien un élément essentiel de la légende du « Napoléon du peuple », de la construction de son mythe et de la réussite du coup de force lui-même. Lancée dès décembre 1848, la « dé-républicanisation » du décor et des fêtes n’empêcha pas les contestations symboliques qui témoignaient d’une véritable sociabilité contestataire locale, facilitée, il est vrai, par les hésitations du pouvoir. Après trois ans de balancement, le coup de force ne réussit qu’avec le renfort d’un arsenal législatif, dense et extrêmement clair, qui accéléra brutalement la mutation des référents culturels et allégoriques des Français, couronnement d’une politique des symboles syncrétique et didactique. Le retour aux éléments impériaux, avant même la proclamation du Second Empire, l’usage de mots de 1789 les plus signifiants, comme la souveraineté populaire, le maintien d’emblèmes républicains comme les trois couleurs conjugués à la répression politique ne pouvaient que faciliter l’acceptation populaire du coup d’État.

50Malgré l’ambiguïté initiale du projet commémoratif de janvier, le déroulement des fêtes organisées autour de l’Église et de l’armée, partout symbolisées par l’arrachage des arbres de la liberté, les effacements d’images ou devises civiques et quelques demandes de bustes, fut emblématique. Il couronnait la lente montée vers le pouvoir solitaire du prince-président et la dramaturgie savamment organisée autour de « l’échéance de 1852 » en une saisissante mise en scène du politique, héritière des pratiques de la révolution comme de la monarchie absolue.

  • 53 Voir Bernard MÉNAGER, Les Napoléon du peuple..., ouv. cité, et Rémi DALISSON, De la Saint-Louis..., (...)

51Mais la contestation des cérémonies a été forte, immédiate et variée, exprimée par des moyens aussi symboliques que ceux utilisés par le pouvoir. Elle permet assurément de nuancer l’impact des soutiens populaires, certes restés très majoritaires dans les urnes, au coup d’État. Le régime né du coup d’État ne réussit pas à bâillonner le pays et, même pendant « l’Empire autoritaire », les contestations subsistèrent, utilisant les mêmes modalités et images que celles des fêtes de janvier 185253. Plus remarquable encore, si la politique des symboles du nouveau pouvoir fut une incontestable réussite, si elle fut bien résumée par les célébrations de janvier, si elle fut une préfiguration des politiques culturelles des régimes autoritaires nationaux et étrangers, elle sécréta dans le même temps une réponse civique tout aussi forte, réponse que tout l’échiquier social et politique reprit, du moins dans la France du nord.

52C’est pourquoi, même si les novations culturelles de la symbolique préimpériale furent claires et capitales, nos conclusions ne peuvent qu’être partielles, avant d’être confirmées ou infirmées par une étude similaire organisée dans le sud du pays, à la sociabilité si originale. Seul un tel élargissement permettrait d’avoir une vue plus complète de la féconde politique de symboles du prince-président et de son rôle clé dans l’histoire culturelle du coup d’État du 2 décembre.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Fêtes emblématiques et incidents symboliques (1848-1851)

Annexe 2 : Textes officiels organisant la mise en scène symbolique du coup d'État (24 décembre 1851-15 avril 1852)

24 décembre 1851 : Circulaire du ministre de r Intérieur sur la fête parisienne de janvier.

29 décembre 1851 : Décret annonçant la fête des 1er-11 janvier.

29 décembre 1851 : Circulaire du ministère des cultes sur les chants au Te Deum. 29 décembre 1851 : Crédits exceptionnels pour le 1er janvier.

31 décembre 1851 : Rétablissement des aigles impériales sur les drapeaux.

3 janvier 1852 : Modèle de monnaies à la nouvelle effigie du prince-président.

6 janvier 1852 : Instructions pour les arrachages des « arbres dits de la liberté » ; effaçage des inscriptions révolutionnaires et normalisation des noms de rues.

7 janvier 1852 : Mêmes instructions pour la seule ville de Paris.

22 janvier 1852 : Nouvelle médaille, avec aigle, pour l’armée de terre.

1er février 1852 : Rétablissement de la forme impériale de la Légion d’honneur.

13 février 1852 : Préséances aux fêtes pour les nouveaux corps de police.

16 février 1852 : Instauration du 15 août comme seule fête nationale, annulation de toutes les autres.

27 mars 1852 : Construction du grand carré des Champs-Elysées pour les fêtes.

16 mars 1852 : Habillement de la garde nationale rénovée : présence d’aigles.

15 avril 1852 : Rétablissement officiel du nom de Napoléonville.

Annexe 3 : Contestations symboliques et sociabilité aux fêtes de janvier 1852

Haut de page

Notes

1 Maurice AGULHON, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaine de 1789 à 1880, Paris, Éditions Flammarion, 1979, pp. 85-86.

2 Voir Rémi DALISSON, De la Saint-Louis au cent-cinquantenaire de la Révolution, fêtes et cérémonies publi­ques en Seine-et-Mame, 1815-1939, Thèse sous la direction d’Alain Corbin, Université Paris 1, 1997 ; Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1999, tome 1, pp. 239-242 et annexes. La Seconde République édita six textes par an en moyenne pour organiser des fêtes symboliques, soit deux fois plus que la Monarchie de Juillet et que la didactique Troisième République. Il s’agit du record de publications de 1815 à 1939.

3 Voir Les procès-verbaux du gouvernement provisoire et de la commission exécutive, Paris, Imprimerie nationale, 1950.

4 Voir les travaux de Maurice AGULHON, Les quarante-huitards, Paris, Éditions Julliard, 1975, 254 p. ; et 1848 ou l’apprentissage de la République (1848-1852), Paris, Éditions du Seuil, 1973, 250 p. ; et du même auteur « Fête spontanées et fêtes organisées à Paris en 1848 », dans Jean EHRARD et Raoul VIALLANEX [dir.], Les fêtes de la Révolution, Paris, Société des études robespierristes, 1977, pp. 243-271. Voir également Rémi DALISSON, « 1848, une tentative de régénération civique par la fête », dans Revue d’histoire du XIXe siècle, nº 18, 1999, pp. 49-72 ; et le numéro spécial, 1848, un modèle politique à l’épreuve —Revue d’histoire du XIXe siècle, nº 16, 1998, notamment la recension des travaux sur le sujet pp. 161-168 et dans le nº 14, 1997, pp. 129-199 ; avec un article de Maurice AGULHON, « La représentation de la République en 1848 », dans Revue du XIXe siècle, nº 14, 1997, pp. 107-112.

5 L’article 4 de la constitution encadrait ainsi prudemment le nouveau principe « Liberté, Égalité, Fraternité » par un sage « Famille, Travail, Propriété, Ordre public ».

6 Voir Luc WILLETE, Le coup d’État du 2 décembre : la résistance au coup d’État, Paris, Éditions Aubier, 1982, 223 p. ; et Bernard MÉNAGER, Les Napoléon du peuple, Paris, Éditions Aubier, 1988, 446 p., notamment le chapitre 4, « De l’oncle au neveu », pp. 85-117. Sur l’impact populaire du rétablissement du suffrage universel, voir Alain CORBIN, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, Paris, Éditions Flammarion, 1999, 342 p.

7 Pierre de Castellane, octobre 1851, cité par Louis GIRARD, la Seconde République, 1848-1851, Paris, Éditions Calmann Lévy, 1970, p. 271.

8 Voir Maurice AGULHON « Fêtes spontanées... », art. cité.

9 Voir Maurice AGULHON, Marianne au combat..., ouv. cité.

10 Un sondage aux Archives nationales de la série BB 358 à 366 et 391 à 425, montre une augmentation régulière (près d’un tiers chaque année) des rapports de préfets pour cris séditieux et offenses au pouvoir de 1849 à 1851, dans tous les départements. Les circulaires précisant les modalités d’application des textes sur les réunions et associations connurent la même augmentation.

11 Arch. dép. Seine-Inférieure (Archives départementales de la Seine-Inférieure), 1M 350, Préfet aux maires, 20 février 1849.

12 Contrairement à la célébration de 1848, le point de départ des cortèges fut, dans les deux tiers des cas, l’église et non plus la mairie.

13 Arch. dép. Seine-et-Mame (Archives départementales de Seine-et-Mame), série K, nº 3, Instructions du préfet de Seine-et-Marne aux maires, 15 février 1849.

14 Arch. dép. Seine-et-Mame, série K, Instructions ministérielles, 12 février 1849.

15 Arch. dép. Seine-et-Inférieure, 1M 350, Instructions du préfet de Seine-Inférieure, reprenant le ministère, 20 avril 1850.

16 Arch. dép. Eure (Archives départementales de l’Eure), 1M 352, Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de l’Eure, 30 avril 1849.

17 Voir à ce sujet la disparition de la statue de la République de Grootaers place de la Concorde entre le 4 mai 1849 et le 4 mai 1850 et son remplacement par des allégories classiques et peu républicaines dans Maurice AGULHON, Marianne au combat..., ouv. cité, p. 130.

18 Voir annexe 1.

19 Nous avons des tendances qui semblent homogènes dans la France du nord. Il est sûr que dans le sud, notam­ment le sud-est « rouge » et le sud-ouest radical, les tendances furent différentes et les incidents plus nombreux, encore que la surveillance ait pu les limiter. Nous sommes en train d’effectuer des sondages dans différents départements tels que le Var, la Drôme, le Tarn, les Bouches-du-Rhône, les Hautes-Alpes et la Gironde.

20 Par incidents nous entendons des événements imprévus et qui interrompirent ou modifièrent le cours des fêtes, tout en remontant au moins au niveau préfectoral, voire ministériel.

21 Voir Arch. dép. Seine-et-Mame, M 10179 ; Arch. dép. Seine-et-Oise (Archives départementales de Seine-et- Oise), 4M 144 ; Arch. dép. Eure, 1M 352 et Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 350 et 1M 369.

22 Arch. dép. Seine-et-Oise, 4M 144, Maire au préfet, 25 février 1849.

23 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 350, Maire au préfet, 26 février 1849 et 1850.

24 Arch. dép. Eure, 1M 352, Maire au préfet, 23 novembre 1848.

25 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 380, Circulaire du ministre au préfet, 24 novembre 1851.

26 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 380, Comité de sûreté au préfet, 28 novembre 1851.

27 Arch. dép. Seine-et-Oise, 4M 1/50, Circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets, 2 décembre 1851.

28 Arch. dép. Seine-et-Oise, 4M 1/50, Rapport du commissaire de police d’Enghein au préfet, 5 décembre 1851.

29 Voir annexe 2.

30 Pour les textes voir aux archives nationales le Bulletin des Lois, Usuels ; et Arch. dép. Seine-Inférieure, JPL, Le Moniteur universel.

31 Arch. dép. Eure, PG 84, Le Nouvelliste de l’Eure, 25 janvier 1852.

32 Arch. dép. Eure, 1M 249-250, Lettre du commandant des gendarmes au préfet, 18 janvier 1852.

33 Voir tableau annexe 3a.

34 Arch. dép. Seine-et-Mame, série 4, nº 4, Instructions préfectorales aux maires, 30 décembre 1851.

35 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 350, Maire de Rouen aux habitants, 31 décembre 1851.

36 Arch .dép. Eure, 1M 352, Discours du maire de Saint-Denis d’Augeron, 11 janvier 1852.

37 Arch. dép. Eure, 1M 352, Discours du maire de Rouen, 1er janvier 1852.

38 Arch. dép. Eure, 1M 352, Lettre du maire au préfet, 12 janvier 1852.

39 Arch. dép. Eure, 1M 352, Lettre du maire au préfet, 12 janvier 1852.

40 Ces envois de bustes furent exemptés de frais de port pour inciter les mairies à les effectuer. Ils avaient été rete­nus par le gouvernement pour les ministères, corps législatif, conseil d’État, chancellerie de la légion d’honneur et mairies de Paris. Dès le 23 janvier 1852, Le Journal de Rouen se fit l’écho d’un nombre élevé de commandes aux fondeurs parisiens pour des « aigles et bustes impériaux en bronze » (Arch. dép. Seine-Inférieure, JPL 3 120-121).

41 Archives municipales de Melun, 114 2/2, Lettre du préfet aux maires 3 décembre 1852.

42 Nous avons relevé la trace (dans les budgets, délibérations de conseils municipaux et courrier) de 11 bustes impériaux pour les fêtes du 15 août 1852 et surtout des 2 et 5 décembre 1852 à Melun, Meaux, Fontainebleau, Nemours, Bonsecour, Rouen (au musée, en marbre et à la demande du préfet), le Havre, Elbeuf, Bray-sur-Seine, Évreux et Sèvres. On construisit, le 2 décembre 1852, un arc de triomphe à Rouen, surmonté d’aigles, avec des images (ou bustes) du prince-président, en transparent ou au-dessus de l’arc. La ville avait d’ailleurs débloqué un crédit de 20 000 francs pour ces fêtes, soit 30 % de plus que l’année précédente. Nous avons trouvé aussi des mentions de bustes (à Toulouse et Lyon notamment) pour la fête du 10 mai 1852, date de la fin théorique de la législature de Louis-Napoléon.

43 Arch. dép. Eure, 1M 352, Maire au préfet, 2 janvier 1852.

44 Arch. dép. Seine-Inférieure, JPL 3/124, Circulaire aux maires, 8 janvier 1852.

45 Arch. dép. Eure, 1M 352, Maire de Chafraignier, 12 janvier 1852.

46 Voir annexe 3b.

47 Voir annexe 3c.

48 Arch. dép. Seine-Inférieure, 1M 380, Préfet au ministre, 12 janvier 1852.

49 Arch. dép. Eure, 1M 352, Commissaire au préfet, 12 janvier 1852.

50 Ces résistances sont difficiles à quantifier et notre échantillon est fragile. Mais il semble que les résistances les plus farouches, dans les zones ouvrières péri-urbaines (Roissy) ou urbaines du Havre utilisèrent plus les drapeaux (le rouge ou le rouge sur le tricolore) et les crêpes noirs pour protester. Les campagnes utilisèrent plus l’absence au conseil municipal et le refus d’illuminer.

51 Arch. dép. Seine-et-Mame, série K, Actes administratifs, 1852, nº 42, Préfet de Seine-et-Mame aux maires, reprenant une partie des instructions ministérielles des 28 et 29 novembre 1852.

52 Ainsi à Rouen, on distribua de l’argent, du pain, du vin, de la viande, des vêtements et du « bois de chauffage », curieuse prolongation symbolique des distributions aux pauvres des arbres « dits de la liberté » coupés les 1er et 11 janvier 1852. Voir aussi note 42.

53 Voir Bernard MÉNAGER, Les Napoléon du peuple..., ouv. cité, et Rémi DALISSON, De la Saint-Louis..., ouv. cité.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://rh19.revues.org/docannexe/image/250/img-1.png
Fichier image/png, 60k
URL http://rh19.revues.org/docannexe/image/250/img-2.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Dalisson, « La célébration du coup d’État de 1851 : symbolique politique et politique des symboles », Revue d'histoire du XIXe siècle, 22 | 2001, 77-95.

Référence électronique

Rémi Dalisson, « La célébration du coup d’État de 1851 : symbolique politique et politique des symboles », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 22 | 2001, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/250 ; DOI : 10.4000/rh19.250

Haut de page

Auteur

Rémi Dalisson

Maître de conférences à l'Institut universitaire de formation des maîtres de Rouen.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page