Navigation – Plan du site
Articles

Décembre 1851 : faibles réactions en pays « rouge ». Le cas de la Saône-et-Loire

Pierre Lévêque
p. 65-75

Résumés

La carte de la résistance au coup d'État ne coïncide pas exactement avec celle du vote démocrate-socialiste en mai 1849. Ainsi la Saône-et-Loire (66 % des voix pour les « rouges » à cette date) n'a guère connu qu'une petite insurrection en Mâconnais. Cette relative inertie s'explique par des causes générales, — mais surtout, semble-t-il, par l'absence de sociétés secrètes capables d'encadrer et de mobiliser les ruraux. Les dirigeants montagnards en ont déconseillé l'organisation et ont été généralement suivis par une population peu encline à l'organisation clandestine et à la violence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir les cartes publiées par Maurice AGULHON, 1848 ou l’apprentissage de la République, Nouvelle hi (...)

1Un rapprochement entre la carte des suffrages démocrates-socialistes le 13 mai 1849 et celles des mouvements de protestation contre le coup d’État du 2 décembre 1851 et de la répression qui les a suivis fait apparaître bien des discordances1

  • 2 Allier, Basses-Alpes, Bouches-du-Rhône, Cher, Drôme, Lot-et-Garonne, Nièvre, Pyrénées-Orientales, V (...)
  • 3 38 % des voix aux Montagnards dans le département en mai 1849, mais une petite majorité (avec l’app (...)
  • 4 Ain, Ariège, Cantal, Corrèze, Corse, Creuse, Dordogne, Indre, Haute-Loire, Nord, Bas-Rhin, Haut-Rhi (...)

235 départements sur 86 avaient accordé aux Montagnards, seuls ou unis à quelques républicains modérés, plus de 40 % des voix lors de l’élection de la Législative. Dans 10 seulement d’entre eux2, les commissions mixtes ont eu à examiner les dossiers de plus de 500 prévenus, ce qui laisse supposer des troubles graves. Cette répression massive a frappé aussi, en dehors du cas particulier de la Seine3, l’Hérault, le Loiret et l’Yonne, qui n’avaient pas été des hauts lieux du vote « rouge », mais où avaient éclaté d’importantes insurrections locales. Inversement, 14 des 35 départements envisagés (et parmi eux cinq qui avaient donné la majorité absolue aux « rouges »)4 ont été relativement épargnés en février 1852 avec moins de 100 personnes arrêtées ou poursuivies, ce qui implique qu’ils n’ont réagi que mollement ou de façon très localisée et peu spectaculaire au coup de force présidentiel.

3On voudrait ici s’interroger, à travers l’exemple de la Saône-et-Loire, sur les raisons d’une pareille distorsion entre une large adhésion électorale à la République démocratique et sociale au printemps 1849 et une faible propension à la défendre par les armes deux ans et demi plus tard.

4Comme bien d’autres départements, la Saône-et-Loire ne présente pas d’unité géographique et humaine. De part et d’autre d’un axe principal nord-sud marqué par la présence d’un grand vignoble bordant des plaines fertiles, l’intensité de la circulation sur la Saône et la route Paris-Lyon, l’activité commerciale des villes (Chalon-sur-Saône, Mâcon), se trouvent disposées deux régions très rurales, bocagères, à l’habitat dispersé : la Bresse à l’est, et surtout, à l’ouest, le vaste ensemble des hauteurs et des bassins de l’Autunois et du Charolais, pays d’isolement et d’archaïsme, où se situent cependant les centres industriels du Creusot et de Blanzy, bien reliés à Chalon et à la Loire par le canal du Centre.

  • 5 Arch. nat. (archives nationales), BB30 377 ; nous avons étudié le département de Saône-et-Loire dan (...)

5Patriote pendant la période révolutionnaire et impériale, libéral sous la Restauration, acquis au Mouvement à la fin de la monarchie de Juillet sous le patronage de Lamartine, le département plébiscite en avril 1848 le poète et les républicains modérés qui le suivent. Toutefois, sur les quatorze élus à la Constituante, on compte cinq radicaux qui, avec plus de 59 % des voix, ont facilement battu les anciens monarchistes fraîchement convertis à la République. Si, le 10 décembre, la vague bonapartiste déferle ici comme ailleurs (72,1 % des suffrages exprimés), Ledru-Rollin précède alors légèrement Cavaignac. Surtout, le 13 mai 1849, les douze candidats montagnards sont triomphalement élus avec 66 % des voix : proportion qui n’est dépassée, de très peu, que par les Pyrénées-Orientales, grâce à l’union sur une même liste des démocrates-socialistes et du modéré François Arago. Après quelques vicissitudes dans l’été 1849, cette prépondérance de l’extrême gauche se confirme lors des scrutins complémentaires destinés à remplacer six représentants déchus de leur mandat à la suite de l’affaire du 13 juin : tous étrangers au département et activement combattus par l’administration, les Montagnards atteignent 58 % en mars 1850 et, après invalidation, 61 % en avril. Certes, sous le régime de la loi du 31 mai, le parti de l’ordre obtient quelques bons résultats à des scrutins municipaux ou cantonaux, mais ils sont dus en partie à l’abstention des démocrates, privés au surplus de tout journal local depuis septembre 1850. Tout en se félicitant des succès ainsi remportés et du calme qui règne dans les villes comme dans les campagnes, les autorités ne se font guère d’illusions. Le procureur général de Dijon écrit ainsi le 15 avril 1851 que « les espérances données par les socialistes sont profondément ancrées dans le cœur des populations rurales » ; le 9 août, il ajoute que celles-ci « ne renonceront définitivement aux idées perverses dont elles sont imbues que le jour où elles verront que le triomphe du socialisme est impossible »5.

6Solidement implanté dans la petite bourgeoisie, parmi les boutiquiers et les artisans des principales villes (71,3 % des voix à Chalon le 28 avril 1850), le parti montagnard est en effet devenu et demeure la force politique dominante dans le monde rural (à l’exception de quelques cantons très religieux du Brionnais et d’une partie de l’Autunois bien tenu en main par les notables) : il y dépasse 65 % des suffrages exprimés en mai 1849, 60 % un an plus tard. Il a su s’y appuyer, en période de mévente et de bas prix, sur le ressentiment des métayers et des journaliers des bocages de l’ouest, contre les fermiers généraux comme sur celui des vignerons à part de fruits contre les propriétaires, et s’attirer un peu partout, par ses projets de crédit agricole à bon marché, la sympathie des petits paysans endettés.

7A en juger par les résultats électoraux et par l’accord implicite dont ils témoignent entre les militants démocrates socialistes et la majorité des classes populaires, la Saône-et-Loire apparaît comme le type même du département « rouge ».

8Le coup d’État n’y a provoqué cependant que des réactions faibles et aisément réprimées. L’événement est connu dans la journée du 3 décembre. À Chalon, citadelle démocrate socialiste, l’apposition des affiches officielles, rapidement suivie par la suspension du journal républicain modéré la Révolution de 1848 et par la dissolution du conseil municipal qui se préparait à protester, n’entraîne que quelques rassemblements bruyants vite dissipés par la troupe. Le lendemain, les principaux chefs montagnards qu’avaient rejoints les émissaires des campagnes sont tous arrêtés dans le café où ils avaient coutume de se rencontrer. A Tournus, les démocrates qui s’étaient emparés de la mairie et des armes de la garde nationale dans la soirée du 3 se dispersent dès le lendemain matin à l’arrivée des nouvelles de Paris. À Louhans, le 4, une manifestation devant la sous-préfecture tourne court. Quelques tentatives de marche sur les chefs-lieux (de Fontaines et de Chagny sur Chalon le 3, de Poisson sur Paray-le-Monial le 4, du haut Morvan sur Autun le 5, de Mont-Saint-Vincent sur Givry et de Martigny-le-Comte sur Charolles le 6) ne réunissent que des effectifs dérisoires (quelques dizaines d’hommes) : aucune d’entre elles n’atteint son but. C’est en Maçonnais que se produisent les événements les plus graves : partie le 5 au matin du bourg de Saint-Gengoux-le-National, une troupe d’environ 200 insurgés atteint Cluny où les républicains se rendent maîtres du pouvoir local. Renforcée d’environ 300 habitants de la petite ville et des environs, la colonne, dirigée par l’huissier révoqué Stanislas Dismier, passe la nuit à Saint-Sorlin (aujourd’hui La Roche-Vineuse) à environ dix kilomètres de Mâcon, et, le 6 au petit matin, s’avance vers le chef-lieu (où tous les « chefs socialistes » ont été appréhendés la veille au soir). À Chamay, elle se heurte à l’avant-garde d’un bataillon du 1er régiment du génie : un échange de coups de feu fait plusieurs morts parmi les insurgés, qui s’enfuient. L’ordre est alors partout rétabli.

9Cette faible ampleur et cet échec rapide de la mobilisation républicaine tiennent évidemment en premier lieu à des causes générales que l’on retrouve dans la plupart des régions insurgées.

  • 6 Arch. dép. Saône-et-Loire (archives départementales de Saône-et-Loire), 51 M 40, les documents de c (...)

10C’est d’abord l’esprit de décision dont ont fait preuve les autorités et certains « hommes d’ordre ». La vacance de la préfecture (entre le départ le 22 novembre de Pierre Le Roy, muté au ministère de l’Intérieur, et l’arrivée le 15 décembre de Gustave de Romand, retenu à Draguignan par les troubles du Var) et le chassé-croisé des sous-préfets (Chambaron quittant Chalon pour Blois le 5, Heulhard de Montigny Autun pour Chalon, puis Mâcon, Pougy Charolles pour Autun...) n’ont pas vraiment gêné l’action répressive, d’ailleurs prise en main par l’armée à partir du 5 avec la mise en état de siège du département. Les magistrats ont parfois donné de leur personne, tel le procureur de la République de Chalon, Morcrette, allant réprimer les troubles de Chagny le 3 décembre avec une trentaine de cavaliers, et dirigeant lui-même les patrouilles qui parcourent la nuit les rues de la sous-préfecture6. Gendarmes et gardes forestiers, volontiers enclins à assimiler les « rouges » aux malfaiteurs des campagnes, ont montré beaucoup de zèle : le brigadier de Joncy parvient, avec ses quatre hommes, à rétablir dès F après-midi du 5 les autorités « légales » à Saint-Gengoux abandonné par presque tous les démocrates.

  • 7 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, rapport du sous-préfet, 3 décembre au soir ; ibidem, rapport du (...)
  • 8 Ibidem, lettre de Bompar, maire adjoint de Toumus, au préfet, 8 décembre 1851.
  • 9 Ibidem, rapport du sous-préfet de Charolles, 14 décembre 1851 ; dans un autre rapport du 25 décembr (...)
  • 10 Lettre de H. de SORMAIN, 10 décembre 1851, dans La Bourgogne, 16 décembre 1851 (journal légitimiste (...)
  • 11 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, Lettres au préfet, 7, 8 et 13 décembre 1851.

11De leur côté, les notables les plus énergiques, depuis longtemps stimulés par une presse qui ne cessait de dénoncer les sinistres projets des « rouges », sont très vite entrés en lice, spontanément ou à l’appel des autorités. A Chalon, dès le soir du 3, « légitimistes et orléanistes, les anciennes sections du parti de l’ordre se sont immédiatement réorganisées, une séance de tous les chefs a eu lieu » en présence du sous-préfet Chambaron qui a pu disposer immédiatement de 50 hommes armés (ils seront 200 un peu plus tard)7. À Tournus, le 4, « 80 bons citoyens » restent en état d’alerte8. A Charolles, le 3 au soir, le sous-préfet s’est rendu avec le maire « au Cercle [...] où se réunit l’élite de la population », il y a donné lecture aux personnes présentes des décrets et des proclamations : « Je fis appel à leur patriotisme et les invitai à tenir leurs armes prêtes » ; une « garde civique » est ainsi formée qui, trois jours plus tard, à l’annonce des troubles de Cluny, patrouille dans les rues « pour intimider les anarchistes » et disperse sans difficulté la petite troupe républicaine venue de Martigny-le-Comte9. À Paray-le-Monial, ville conservatrice, les notables parviennent même à mobiliser leur clientèle populaire, « des ouvriers de tout état, des charpentiers en bateaux, guidés par leurs courageux contremaîtres »10. Des propriétaires ruraux n’hésitent pas à payer de leur personne : Perrault de Jotemps, maire de Curtil-sous-Burnand, ne se contente pas d’empêcher les hommes de Saint-Gengoux de sonner le tocsin dans sa commune : le 5 décembre au soir, il s’installe à la mairie du chef-lieu, « fait battre le rappel pour réunir la garde nationale » et dirige en fait (sans titre) la répression à ses débuts11.

  • 12 Henri de LACRETELLE, Lamartine et ses amis, Paris, Dreyfous éditeur, 1878, p. 240.
  • 13 Charles ALEXANDRE, Souvenirs sur Lamartine, Paris, G. Charpentier éditeur, 1884, p. 304.
  • 14 À l’exception de Dismier, qui a pu s’enfuir. Arch, nat., BB30 396, rapport d’ensemble du procureur (...)
  • 15 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 39, rapports du commissaire de police, 29 septembre et 4 décembre 1 (...)

12Divisions et hésitations dans le camp républicain contrastent avec cette résolution. Par principe, par crainte des troubles sociaux, par découragement ou par appréciation réaliste du rapport des forces, les leaders modérés déconseillent la résistance armée. Le 5, dans son château de Cormatin, Henri de Lacretelle (ami de Lamartine et futur député radical après 1871), réveillé par le tocsin, est abordé par Stanislas Dismier qui lui propose de prendre la tête de la colonne venue de Saint-Gengoux : « Je lui répondis [...] qu’il fallait sauver la République autrement que par des imprudences généreuses ; que le scrutin allait s’ouvrir, et que, si frelaté qu’il dût être, nous devions avant toute autre, essayer de cette arme pacifique »12. Le lendemain, Lamartine, recevant à Monceau un groupe d’insurgés, « les dissuada de poursuivre [...] Ils étaient dans le droit [...], mais la France indifférente ne résisterait pas »13. Quant aux chefs montagnards les plus déterminés, ils ne paraissent pas toujours s’être préparés à la lutte armée, ni surtout s’être rendu compte que les autorités étaient désormais prêtes à employer tous les moyens pour briser les réactions éventuelles. Ainsi à Chalon, c’est dans un café connu depuis longtemps comme « rendez-vous habituel des démagogues » et à ce titre strictement surveillé par la police, qu’ils se retrouvent le 4 décembre avec les émissaires venus des petites villes voisines : en faisant arrêter tous les présents14, le sous-préfet décapite le mouvement et paralyse la résistance dans la plus grande partie du département. À Mâcon, c’est le 5 décembre seulement que les « chefs du parti socialiste » demandent publiquement la convocation de la garde nationale (il s’agit de neutraliser la garnison) : ils sont alors sans difficulté interpellés et incarcérés. Par ailleurs, aucune directive d’insurrection générale immédiate en cas de coup de force présidentiel n’a été donnée : un peu partout, on attend anxieusement le mot d’ordre ou l’exemple de la capitale et des principales villes, et l’on perd ainsi un temps précieux. A Chalon, on se rassemble le 3 et le 4 au matin près du débarcadère du chemin de fer : on souhaite avoir des nouvelles de Paris avant d’agir. A Cluny, où pourtant avaient été affichés en septembre des placards appelant à répliquer par les armes à toute violation de la Constitution15, les démocrates se bornent à se réunir le 3 au soir au café Mathieu et attendent le 5 décembre et l’arrivée de la colonne de Saint-Gengoux pour occuper l’hôtel de ville. Fausses manœuvres et atermoiements ont fait le jeu des partisans du coup d’État.

  • 16 Arch, nat., BB30 377, rapport du procureur général de Dijon, 9 juin 1851.
  • 17 Ibidem.

13Les consignes d’action, lorsqu’elles ont été néanmoins données, n’ont eu le plus souvent qu’un retentissement limité. À cet égard, le bonapartisme latent des masses a joué un rôle capital. La campagne pour la révision de la Constitution, au printemps 1851, avait montré à quel point il restait vigoureux, non seulement dans les localités acquises au parti de l’ordre, mais dans beaucoup de celles où les « rouges » dominaient. À Cuisery (au sud de la Bresse), à Saint-Cosme (dans la banlieue populaire de Chalon), à Charolles, les adhésions ont dépassé sensiblement le nombre des suffrages conservateurs. Et les pétitions les mieux accueillies ont été celles qui demandaient expressément la possibilité de réélire le président16. Aussi le procureur général avail-il pu écrire fort judicieusement : « Quelque contradictoire que cela puisse paraître, il y a dans les basses classes nombre de gens qui voteraient pour Louis-Napoléon comme président et qui donneraient immédiatement leurs voix à des candidats rouges dans les élections parlementaires. Il céderaient tour à tour avec la même facilité à l’enthousiasme excité par un nom magique, et aux sentiments de cupidité que savent si bien exploiter les habiles de la démagogie »17.

  • 18 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 39, rapport du sous-préfet de Chalon, 27 octobre 1851.
  • 19 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, rapport du sous-préfet de Chalon, 3 décembre 1851 à 10 heures d (...)
  • 20 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, lettre d’Hippolyte Chagot au sous-préfet d’Autun, 4 décembre 18 (...)
  • 21 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, interrogatoires de Joseph Fléty, journalier, et de Jean-Baptist (...)

14Cet état d’esprit s’exprime à travers de multiples réactions immédiates à l’annonce du coup d’Etat, qui se traduit par la dissolution d’une Assemblée « réactionnaire » et s’accompagne du rétablissement du suffrage universel. À une partie du peuple étalonnais qui, quelques semaines avant le 2 décembre, s’écriait en apprenant le projet d’abrogation de la loi du 31 mai : « Le Président passe aux rouges »18, les mesures annoncées apparaissent comme une confirmation de son point de vue. Le sous-préfet rapporte que les affiches apposées au matin du 3 « ont excité une curiosité bienveillante en général, mais peu expansive L’attitude des ouvriers et des commerçants était évidemment bonne »19 : même si l’on fait la part d’un optimisme de commande, ce témoignage ne saurait être totalement récusé. L’opposition, dans la soirée et le lendemain matin, sera celle d’une minorité politisée et consciente, vite déconcertée par l’arrestation de ses chefs. De même, dans le bassin houiller de Blanzy, le gérant, Hippolyte Chagot, a persuadé sans difficulté apparente les ouvriers mineurs que les « graves événements qui venaient de s’accomplir à Paris » avaient pour principal résultat une sorte d’anticipation de l’élection présidentielle prévue pour 1852, et « que ce qu’il y avait de mieux à faire était de réélire l’actuel chef de l’État »20 : des principales cités minières qui, le 28 avril 1850, avaient accordé 863 suffrages (60 % des voix) à la liste démocrate socialiste, une vingtaine d’hommes seulement tentent en vain le 6 décembre de marcher sur Givry (et Chalon), et parmi les 18 condamnés de la commission mixte, on ne compte qu’un seul mineur. Dans le Morvan autunois enfin, le carrier Gauthier, envoyé par les démocrates d’Autun, ne parvient à rassembler que 35 habitants des populeuses communes de Roussillon et La Celle, dont certains comprennent qu’on les entraîne vers la ville « pour soutenir Napoléon et la République qu’on voulait trahir » ; arrivés le 5 au matin à Anost, les paysans apprennent d’un conseiller municipal que le suffrage universel est rétabli : « A cette nouvelle, les membres du rassemblement se sont séparés, contents qu’ils étaient de ce rétablissement »21. Comportement en somme très proche de celui de bien des artisans et ouvriers de Blanzy, de Chalon... ou de Paris. Faisant confiance à « Napoléon » tout autant qu’aux militants démocrates, nombre de citoyens de Saône-et-Loire se montrent incapables de comprendre les implications antirépublicaines et conservatrices du coup d’État, et a fortiori de se lever en armes pour défendre une République qu’ils ne jugent sans doute pas menacée.

  • 22 Le nombre des individus arrêtés n’est, bien sûr, pas directement proportionnel à celui des insurgés (...)

15Toutefois, aucun des facteurs d’échec analysés jusqu’ici (action résolue des autorités civiles et militaires, mobilisation d’une partie des hommes d’ordre, abstention ou hésitations de certains chefs républicains, vigueur persistante du mythe napoléonien en pays « rouge ») n’a vraiment fait défaut dans les départements qui ont été le théâtre de grandes insurrections (seul parmi eux le Var avait été réfractaire en décembre 1848 à la contagion bonapartiste). Même cumulés ils ne rendent donc pas compte de la disproportion des effectifs insurgés (un millier tout au plus en Saône-et-Loire contre une quinzaine de milliers dans la Drôme ou les Basses-Alpes, beaucoup moins peuplées). Indice (relativement fruste il est vrai) de l’intensité de la résistance22, le nombre des individus traduits devant les commissions mixtes, rapporté à celui des électeurs « rouges », fait apparaître le même contraste :

Départements

Votes démoc.-soc. en mai 1849 (moyenne de liste)

Individus traduits devant les commissions mixtes

Proportion

Saône-et-Loire

73 971

391

0,53 %

Basses-Alpes

13 310

1 669

12,5 %

Drôme

42 519

1 614

3,8 %

Var

27 835

3 147

11,3 %

France entière

2 360 000

26 884

1,14 %

16Dans les trois départements méridionaux cités, Philippe Vigier et Maurice Agulhon ont montré que les sociétés secrètes, qui s’étaient multipliées surtout au lendemain de la loi du 31 mai 1850, avaient joué un rôle décisif, dans l’encadrement et le mobilisation des masses et dans l’organisation de la lutte. Or rien de tel ne semble avoir existé en Saône-et-Loire.

  • 23 Qui sera condamné par la commission mixte à la déportation en Algérie. Les autres leaders démocrate (...)
  • 24 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 43, rapport du préfet de Saône-et-Loire, 19 août 1852.
  • 25 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 39, 10 janvier 1851.

17Certes les militants démocrates de la Bourgogne du Sud se connaissaient, se fréquentaient, avaient leurs lieux de réunion et leurs agents de liaison. Ils disposaient aussi de comités électoraux d’arrondissement maintenus en activité après les scrutins de 1850 et en contact avec des correspondants dans les chefs-lieux de canton. Quelques-uns d’entre eux pouvaient se rencontrer dans les loges maçonniques : si celle des Arts réunis, à Mâcon, bien qu’elle comptât parmi ses membres quelques Montagnards comme l’ancien tonnelier Claude Treffier, n’a jamais attiré l’attention des autorités23, Égalité et Progrès, de Chalon, formée de petits bourgeois, de boutiquiers et d’artisans, était considérée comme animée « d’un très mauvais esprit », et il en allait de même pour la Parfaite Égalité de Tournus24. Mais ces sociétés n’ont réuni que quelques dizaines de membres, n’ont existé que dans quelques villes et n’ont pratiquement pas recruté en milieu rural. Leur finalité n’a jamais été directement politique. On peut en dire à peu près autant des ventes, d’ailleurs très rares, des « Bons Cousins Charbonniers » : celle de Chalon (la Concorde)y aurait eu dans ses papiers des listes de candidats portant les mentions de « rouges » et de « blancs », avec « d’autres indices de propagande socialiste » ; le préfet de Saône-et-Loire l’a dissoute, mais les présomptions de menées subversives étaient si inconsistantes que le parquet n’a même pas engagé de poursuites25. Nulle part ailleurs les activités des « Bons Cousins » n’ont paru suffisamment dangereuses pour attirer l’attention des autorités, même après le 2 décembre.

  • 26 Par exemple la liste des membres de celle de Cluny est remise au commissaire de police le 1er novem (...)
  • 27 Ibidem, décision incluse dans les statuts.

18Celles-ci se sont en revanche beaucoup inquiétées de la création ou de la prise en main par les Montagnards de sociétés de secours mutuels. On ne saurait, à proprement parler, les considérer comme secrètes, puisque leurs statuts, les noms de leurs dirigeants, les listes de leurs membres étaient communiqués à l'administration26. Le 28 octobre 1850, la Société fraternelle de Secours mutuels de Cluny a même décidé que ses séances seraient dorénavant publiques27. Mais, au témoignage d’un des adhérents arrêtés après le 2 décembre, elles étaient suivies de réunions secrètes, où l’on cherchait à endoctriner et à enrôler dans les rangs du « parti » les nouveaux venus. Incontestablement, les sociétés mutualistes ont servi de paravent aux activités de propagande et de recrutement des démocrates, et il est symptomatique qu’en aient été pourvues deux des villes les plus agitées, Cluny et Tournus, où leurs dirigeants figurent naturellement parmi les chefs du mouvement. Mais elles n’existaient que dans une minorité de petits centres urbains, et n’étaient pas implantées en milieu rural, où elles n’étaient en rapport qu’avec un ou deux individus par village, tout au plus.

  • 28 Arch, nat., BB18 1488, rapport d’ensemble du 31 mars 1851, pp. 33-50 ; M. Dessal, « Le complot de L (...)

19La rareté et l’extrême faiblesse des « sociétés secrètes » en Bourgogne du Sud sont encore confirmées par une participation très réduite au « complot de Lyon », tentative de coordonner leur action dans les départements du Sud-Est. Au témoignage même du procureur général de Lyon28, on n’est parvenu à retrouver en Saône-et-Loire ni comité départemental, ni comités locaux. On n’a réussi à y inculper que deux militants, Joseph Doin, marchand de meules à Chalon, qui a été acquitté, et Paul Maistre, ex-clerc de notaire à Cluny, correspondant d’Alphonse Gent, condamné à cinq ans de détention : rien ne permet évidemment de leur identifier l’ensemble du parti montagnard.

  • 29 Arch, nat., BB30 396, rapport d’ensemble du 2 février 1852.
  • 30 Le seul « aveu » explicite que nous ayons rencontré est celui de Jean Borde, manouvrier à Poisson, (...)

20Il paraît donc raisonnable de se rallier, quant à l’organisation de celui-ci, aux conclusions tirées par le procureur général de Dijon, Raoul Duval, de l’immense et minutieuse enquête consécutive au coup d’Etat : « Il n’a jamais été constaté qu’il existât de ce côté, comme dans la Nièvre, des sociétés secrètes [...] c’est-à-dire des associations purement politiques, ayant leurs formes mystérieuses, leur initiation dramatique et enfin leur serment »29, et aussi, peut-on ajouter, cherchant à enrégimenter la masse de la population, y compris dans les campagnes. Malgré tous leurs efforts, les magistrats instructeurs n’ont d’ailleurs pratiquement jamais pu obtenir, d’hommes pourtant accablés par la défaite, l’aveu de leur affiliation à de telles sociétés30.

  • 31 Arch. dép. Côte-d’Or, U IV E 5, rapport du procureur de la République de Mâcon, 18 janvier 1852.
  • 32 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte.
  • 33 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte, rapport du maire de Burnand, 8 décembre 1851. (...)

21La conséquence de cette lacune, c’est l’impossibilité d’assurer une large base aux insurrections locales en y faisant participer les ruraux (qui formaient plus de 80 % de la population). « S’il en avait été autrement, on aurait vu des soulèvements dans un plus grand nombre de communes », alors que beaucoup d’entre elles, « visitées même par les bandes armées, ne (leur) ont pas donné un seul homme »31. Ainsi dans le canton de Saint-Gengoux, tandis que le bourg connaît une véritable mobilisation (les 136 insurgés recensés32 représentent 26 % de la population masculine adulte), les villages, malgré les appels des émissaires et le son du tocsin, restent le plus souvent réfractaires. À Burnand, à deux pas du chef-lieu, le 5 à huit heures et demie, le tocsin sonne et on voit arriver « plusieurs gens armés [...] qui se transportaient dans plusieurs maisons, en disant aux hommes, garçons [...] ces mots : aux armes ! aux armes ! il faut marcher avec nous, il faut nous suivre [...] Ces hommes, garçons, leur répondirent avec beaucoup d’épouvante qu’ils n’avaient point d’ordre de marcher... Ces gens nous sont inconnus... Les habitants ont passé le reste de la journée paisiblement »33. L’absence de toute organisation saute aux yeux. La liste d’insurgés déjà citée ne comprend d’ailleurs que 24 villageois : eussent-ils été une soixantaine (pour atteindre le chiffre de 200, effectif communément attribué à la colonne) qu’ils n’auraient formé que 2 à 3 % des hommes adultes du canton (hors du chef-lieu). On est loin des foules presque unanimes des villages-bourgs du Midi.

  • 34 Rapport d’ensemble du procureur général.

22En milieu urbain, Digoin, ville de 3 635 habitants, port sur la Loire et le canal du Centre, en relations courantes avec Chalon, et qui votait à 70 ou 80 % pour les « rouges », offre un exemple tout aussi instructif. Le 4 décembre dans l’après-midi, quatre ou cinq jeunes gens, dirigés par le commis de banque Claude Goin, demandent au maire l’autorisation de publier, avec l’assistance du tambour de ville, « un appel qu’ils faisaient à leurs camarades de marcher sur Charolles pour la défense de la Constitution ». Le maire, républicain modéré, ayant accepté, la proclamation se fait dans les rues aux cris de « Vive la République ». Elle tombe littéralement dans le vide : ni rassemblement, ni départ pour le chef-lieu d’arrondissement. La méthode employée révèle les illusions spontanéistes de ces jeunes démocrates (il suffira de faire appel au peuple pour qu’il se lève), mais surtout l’inexistence d’une société secrète à Digoin : dans le cas contraire, des démarches discrètes auraient permis la mobilisation des militants avant la réunion et l’encadrement des sympathisants. Le même échec, certainement imputable en partie aux mêmes causes, s’est produit au Creusot (793 électeurs « rouges » en avril 1850) où un émissaire d’Autun n’a pu recruter qu’une dizaine d’hommes, et dans le bassin de Blanzy, avec quelque vingt « insurgés », dont six seulement tentent en vain de marcher sur Givry pour gagner Chalon34.

  • 35 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte, procès-verbal d’interrogatoire.
  • 36 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte, rapport du premier suppléant de la justice de (...)

23Bien entendu, l’absence de structures solides, tout comme l’échec rapide du soulèvement, a contribué à empêcher les classes populaires de prendre conscience du lien que celui-ci pouvait avoir avec leurs intérêts fondamentaux. Les chefs montagnards lui ont le plus souvent donné une finalité purement légaliste. A Digoin, on se borne à lire l’article 110 de la Constitution. À Poisson, en Charolais, l’ouvrier tisserand Sarrazin déclare au sujet de Pézerat et d’Emery Burtin, les deux jeunes bourgeois qui ont tenté d’entraîner une petite troupe sur Paray-le-Monial : « Je ne leur ai entendu parler que de Constitution, je n’ai pas compris ce qu’ils entendaient par là »35. A Saint-Gengoux en revanche, les insurgés seraient partis « après avoir prêté le serment de mourir ou de rapporter la République démocratique et sociale »36 : indice d’un effort, dont le mérite revient sans doute à Dismier et à ses amis, pour donner à l’insurrection le contenu positif d’une anticipation de 1852, comme dans les départements du Sud-Est. Mais il est très improbable que cette perspective, dans les conditions d’improvisation dont on a vu l’exemple à Burnand, ait été développée devant les paysans, qui seuls auraient pu assurer une base de masse au mouvement. Pris au dépourvu, les démocrates n’ont pas eu le loisir, comme lors des campagnes électorales, de reprendre en main une population qui, accaparée par ses préoccupations quotidiennes, tendait à échapper à leur emprise en période de basse tension politique, et que ne guidait aucune organisation permanente.

  • 37 Alain CORBIN, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880, Paris, Éditions Marcel (...)
  • 38 Rapport cité.
  • 39 Arch, nat., BB18 1488, cour de Dijon, lettres à Sinaï-Combet, de Chalon, 14 et 20 mai 1850, saisies (...)
  • 40 La Feuille du village, mai 1851.

24Facteur décisif de l’échec d’une large mobilisation en décembre 1851, l’absence ou l’extrême rareté des sociétés secrètes sont signalées par Alain Corbin en Limousin, autre région « rouge » à n’avoir elle aussi que très faiblement réagi au coup d’Etat37. Elles posent à leur tour un vrai problème. Il est à peu près sûr que les représentants montagnards bourguignons n’ont pas été favorables à la stratégie conspirative et insurrectionnelle de la « Nouvelle Montagne » : contrairement à la thèse avancée par le procureur général de Lyon, on peut douter qu’à la réunion tenue à Mâcon le 30 septembre 1850, Alphonse Gent ait obtenu le ralliement de Pierre Joigneaux (de la Côte-d’Or), d’Amédée Bruys, Charles Boysset, Charles Dain, Jean-Claude Colfavru et Jean-Paul Racouchot (de Saône-et-Loire) à ses projets de soulèvement populaire38. Charles Dain avait écrit les 14 et 20 mai 1850 qu’il ne croyait pas à une victoire de celui-ci39. Quant à Pierre Joigneaux, dont la Feuille du Village est, à défaut de journal montagnard local, largement diffusée en Saône-et-Loire en 1851, il ne cesse de mettre en garde ses lecteurs contre ces gens « qui s’en vont de porte en porte dans nos campagnes, se disant démocrates à tout crin, vous engageant à former des sociétés secrètes, vous donnant la recette de la poudre blanche [...] ; ce sont des mouchards »40. Il faut bien plutôt se préparer, par la propagande, à gagner en toute légalité les élections présidentielles et législatives de 1852.

  • 41 Arch, nat., F7 6771, rapport du préfet de Saône-et-Loire, 29 décembre 1828 ; voir d’autres rapports (...)
  • 42 Peter MAC PHEE, The seed-time of the Republic : society and politics in the Pyrénées-Orientales, 18 (...)

25Cette prudence, ce refus de l’action clandestine et de la violence sur laquelle elle peut déboucher paraissent bien avoir été généralement acceptés. Peut-être correspondent-ils à une constante du « tempérament » régional (notion vague que l’on doit bien sûr employer avec beaucoup de précautions, et qu’il faudrait à son tour éclairer par toute une histoire socio-culturelle). On peut rappeler ici que la Révolution, dans une province pourtant marquée par le poids de la domination seigneuriale et aristocratique, a fait peu de victimes, et que les préfets de la Restauration, aux prises avec une opposition libérale puissante dont les idées-forces trouvaient un écho dans le peuple, se rassuraient en constatant que celui-ci était « paisible, laborieux, ennemi du trouble et des séditions »41. Sous la Deuxième République, une comparaison avec les Pyrénées-Orientales, où l’intensité du vote « rouge » a été équivalente, permettrait d’opposer à l’agitation très vive et parfois sanglante qui caractérise ce département, le calme qui a prévalu en Saône-et-Loire42. Faute d’une étude plus approfondie, ces quelques remarques sont cependant du domaine de l’hypothèse.

26S’ils avaient réussi, en 1848-1850, à persuader des dizaines de milliers d’hommes du peuple que la République démocratique et sociale saurait porter remède à leur pauvreté et parfois à leur misère qu’aggravait la crise du milieu du siècle, les Montagnards de Saône-et-Loire n’étaient pas parvenus à dissocier les espérances qu’ils avaient éveillées du mythe d’un bonapartisme à la fois national, égalitaire et salvateur. Et ils n’avaient pas mis leurs partisans les plus convaincus en mesure de défendre par tous les moyens la Constitution qui leur ouvrait, théoriquement, une voie d’accès vers ce régime nouveau. C’est pourquoi la riposte au coup d’État de Louis-Napoléon n’a pas été, il s’en faut de beaucoup, à la mesure des succès électoraux précédemment obtenus.

Haut de page

Notes

1 Voir les cartes publiées par Maurice AGULHON, 1848 ou l’apprentissage de la République, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome 8, Paris, Éditions du Seuil, 1992, pp. 206-209.

2 Allier, Basses-Alpes, Bouches-du-Rhône, Cher, Drôme, Lot-et-Garonne, Nièvre, Pyrénées-Orientales, Var, Vaucluse.

3 38 % des voix aux Montagnards dans le département en mai 1849, mais une petite majorité (avec l’appoint des modérés) en mars et avril 1850.

4 Ain, Ariège, Cantal, Corrèze, Corse, Creuse, Dordogne, Indre, Haute-Loire, Nord, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Haute- Saône, Tarn.

5 Arch. nat. (archives nationales), BB30 377 ; nous avons étudié le département de Saône-et-Loire dans la première moitié du XIX° siècle, dans Pierre LÉVÊQUE, Une société provinciale : la Bourgogne sous la monarchie de Juillet, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales/Jean Touzot, 1983, 800 p. ; et Pierre LÉVÊQUE, Une société en crise : la Bourgogne au milieu du XIX0 siècle (1846-1852), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1983.

6 Arch. dép. Saône-et-Loire (archives départementales de Saône-et-Loire), 51 M 40, les documents de ce dépôt sont tous cités avec leurs anciennes cotes, modifiées depuis quelques années, rapport du sous-préfet Chambaron, 3 décembre 1851 à 11 heures du soir ; arch, nat., BB6 II 307, lettre du procureur général Duval proposant Morcrette pour la Légion d’honneur, 30 décembre 1851.

7 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, rapport du sous-préfet, 3 décembre au soir ; ibidem, rapport du sous-préfet par intérim, 22 décembre 1851.

8 Ibidem, lettre de Bompar, maire adjoint de Toumus, au préfet, 8 décembre 1851.

9 Ibidem, rapport du sous-préfet de Charolles, 14 décembre 1851 ; dans un autre rapport du 25 décembre, il évalue à 200 le nombre des « hommes d’ordre » volontaires.

10 Lettre de H. de SORMAIN, 10 décembre 1851, dans La Bourgogne, 16 décembre 1851 (journal légitimiste de Mâcon).

11 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, Lettres au préfet, 7, 8 et 13 décembre 1851.

12 Henri de LACRETELLE, Lamartine et ses amis, Paris, Dreyfous éditeur, 1878, p. 240.

13 Charles ALEXANDRE, Souvenirs sur Lamartine, Paris, G. Charpentier éditeur, 1884, p. 304.

14 À l’exception de Dismier, qui a pu s’enfuir. Arch, nat., BB30 396, rapport d’ensemble du procureur général de Dijon, 2 février 1852 et Arch. dép. de la Côte-d’Or, U IV E 5.

15 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 39, rapports du commissaire de police, 29 septembre et 4 décembre 1851 ; arch. dép. de la Côte-d’Or, U IV E 5, rapport du procureur de la Rép. de Mâcon, 18 janvier 1852.

16 Arch, nat., BB30 377, rapport du procureur général de Dijon, 9 juin 1851.

17 Ibidem.

18 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 39, rapport du sous-préfet de Chalon, 27 octobre 1851.

19 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, rapport du sous-préfet de Chalon, 3 décembre 1851 à 10 heures du soir.

20 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 40, lettre d’Hippolyte Chagot au sous-préfet d’Autun, 4 décembre 1851.

21 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, interrogatoires de Joseph Fléty, journalier, et de Jean-Baptiste Gauthier, carrier, commission mixte de Saône-et-Loire.

22 Le nombre des individus arrêtés n’est, bien sûr, pas directement proportionnel à celui des insurgés : beaucoup, qui n’ont fait que suivre, n’ont pas été inquiétés ; les autorités locales ont fait preuve d’une sévérité inégale ; enfin des républicains connus ont été sanctionnés alors qu’ils n’avaient pas pris part aux insurrections.

23 Qui sera condamné par la commission mixte à la déportation en Algérie. Les autres leaders démocrates maçonnais ne sont pas maçons.

24 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 43, rapport du préfet de Saône-et-Loire, 19 août 1852.

25 Arch. dép. Saône-et-Loire, 51 M 39, 10 janvier 1851.

26 Par exemple la liste des membres de celle de Cluny est remise au commissaire de police le 1er novembre 1851 ; Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte.

27 Ibidem, décision incluse dans les statuts.

28 Arch, nat., BB18 1488, rapport d’ensemble du 31 mars 1851, pp. 33-50 ; M. Dessal, « Le complot de Lyon et la résistance au coup d’État dans les départements du Sud-Est », 1848, 1951, pp. 83-96.

29 Arch, nat., BB30 396, rapport d’ensemble du 2 février 1852.

30 Le seul « aveu » explicite que nous ayons rencontré est celui de Jean Borde, manouvrier à Poisson, en Charo- lais : Just Pézerat, fils d’un ancien constituant, et son ami Emery Burtin lui auraient proposé, peu avant le 2 décembre, d’adhérer à une société secrète et de prêter serment ; il dit avoir refusé (Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte). Les dossiers personnels des victimes de la Commission (Arch, nat., BB30 400) font souvent mention de l’appartenance supposée à une société secrète, mais en ajoutant presque toujours que les preuves manquent.

31 Arch. dép. Côte-d’Or, U IV E 5, rapport du procureur de la République de Mâcon, 18 janvier 1852.

32 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte.

33 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte, rapport du maire de Burnand, 8 décembre 1851. Deux hommes de Burnand (commune de 368 habitants) seront traduits devant la commision mixte, auxquels il faut ajouter deux habitants de Saint-Martin-de-la-Croix, hameau de Burnand très proche de Saint-Gengoux.

34 Rapport d’ensemble du procureur général.

35 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte, procès-verbal d’interrogatoire.

36 Arch. dép. Saône-et-Loire, série U, commission mixte, rapport du premier suppléant de la justice de paix, 8 décembre 1851.

37 Alain CORBIN, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880, Paris, Éditions Marcel Rivière, 1975, tome 2, p. 839.

38 Rapport cité.

39 Arch, nat., BB18 1488, cour de Dijon, lettres à Sinaï-Combet, de Chalon, 14 et 20 mai 1850, saisies au domicile de celui-ci le 11 janvier 1851.

40 La Feuille du village, mai 1851.

41 Arch, nat., F7 6771, rapport du préfet de Saône-et-Loire, 29 décembre 1828 ; voir d’autres rapports dans le même sens : Arch, nat., FI c III, Saône-et-Loire 8, 2 mars 1818 et 3 février 1819.

42 Peter MAC PHEE, The seed-time of the Republic : society and politics in the Pyrénées-Orientales, 1846-1852, traduction française Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, Perpignan, Éditions de l’Olivier, 1995, 509 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lévêque, « Décembre 1851 : faibles réactions en pays « rouge ». Le cas de la Saône-et-Loire », Revue d'histoire du XIXe siècle, 22 | 2001, 65-75.

Référence électronique

Pierre Lévêque, « Décembre 1851 : faibles réactions en pays « rouge ». Le cas de la Saône-et-Loire », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 22 | 2001, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://rh19.revues.org/248 ; DOI : 10.4000/rh19.248

Haut de page

Auteur

Pierre Lévêque

Professeur honoraire d'histoire contemporaine à l'Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page