Navigation – Plan du site

Anthropologie et progrès dans la philosophie de l'histoire d'Alphonse Esquiros. Le système des Fastes populaires

Loïc Rignol

Résumés

Alphonse Esquiros systématise, dans les Fastes populaires, 1851-1853, ses réflexions antérieures pour fonder une nouvelle philosophie de l'Histoire susceptible de rendre compte de la révolution de 1848. Démontrant la répétition de la Nature dans l'Histoire, il jette les bases d'une philosophie naturaliste du progrès humain. En effet, la dynamique du perfectionnement animant l'Univers, se déploie, en abrégé, dans les races humaines, monades déterminant, comme le démontrent les travaux de l'abbé Frère, le progrès nécessaire des sociétés. Il applique ce schéma à l'histoire nationale en recherchant dans les races l'origine et les secrets de l'Histoire de France. Il montre, en révisant le canevas historique proposé par les historiens bourgeois, le mouvement lent de libération des races asservies. La Révolution française émancipa la classe bourgeoise, de race romaine, mais perpétua à son profit le système de domination exercé sur la classe ouvrière, de sang gaulois. La Seconde République marque avec éclat sa volonté de libération, entamée depuis des siècles, par la dialectique des croisements. À partir de ces considérations historiographiques, la pensée d'Esquiros invite enfin à explorer l'ambition scientifique des doctrines socialistes de cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Rignol, « Anthropologie et progrès dans la philosophie de l'histoire d'Alphonse Esquiros. Le système des Fastes populaires », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 20/21 | 2000, mis en ligne le 20 juin 2005, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://rh19.revues.org/214 ; DOI : 10.4000/rh19.214

Haut de page

Auteur

Loïc Rignol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page