Navigation – Plan du site

Le mot du président

Jean-Luc Mayaud

Texte intégral

1L'équipe animatrice de la Société d'histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle est au travail. L'assemblée générale statutaire du 20 mai dernier a permis de rendre compte des actions passées et de présenter au vote des membres présents les perspectives de développement et le programme de ses activités.
Notre association est d'abord un lieu de structuration de la recherche relative au XIXe siècle. L'atelier périodique consacré au temps de l'histoire et des historiens s'est régulièrement réuni pour entendre de solides communications qui ont été discutées et qui ont permis l'organisation, le samedi 23 septembre, aux Archives nationales, d'une journée d'étude dont il convient de se féliciter : son succès est indéniable. Que Sylvie Aprile, Michèle Riot-Sarcey et Jean-Claude Caron, ses principaux organisateurs, soient ici vivement remerciés de leur investissement désintéressé. Les actes de cette journée seront prochainement disponibles. Quant aux séances du séminaire, elles reprendront bientôt.
Autre objectif : il nous faut aussi continuer à préparer le colloque international qui se tiendra à Lyon en décembre 2001. " Comment meurt une République : autour du 2 décembre ", tel est le thème finalement retenu par le conseil scientifique du colloque et validé par le conseil d'administration. L'appel à communiquer, expédié à chaque membre de notre Société, est également publié dans cette livraison de la Revue d'histoire du XIXe siècle (voir infra, rubrique " Actualités ") : les propositions de communication doivent parvenir sans tarder à Laurent Clavier, qui a accepté d'assurer la charge du secrétariat de ce colloque.
Le rayonnement de la Société de 1848 passe également par ses publications. Les actes du colloque du cent cinquantenaire de 1848, organisé en 1998 à l'Assemblée nationale, sortiront, enfin, des presses des Éditions Créaphis au début du printemps prochain. Un tarif spécial sera proposé aux membres de notre association. La livraison de ce numéro double de la Revue d'histoire du XIXe siècle a, elle aussi, trop tardé. Remercions chaleureusement Nicole Edelman et Louis Hincker, qui ne sont pas responsables de ce retard. Il nous a fallu revoir quelque peu nos méthodes de travail. La réorganisation des tâches au sein l'équipe devrait permettre une meilleure efficacité, dans une coordination renforcée par la tenue de réunions mensuelles. Il n'est pas inutile, pour répondre aux légitimes récriminations de quelques-uns de nos lecteurs impatients, de rappeler que la totalité de l'équipe œuvre dans le cadre du plus strict bénévolat ; ajoutons que toutes les bonnes volontés sont acceptées... Si le comité de rédaction gère sans trop de peine le contenu éditorial de la revue, la mise en forme de chaque page demande une énergie considérable : en dépit d'un nombre d'abonnements juste satisfaisant et malgré l'aide apportée par la subvention du Centre national du livre (CNL), nous n'avons pas les moyens financiers de livrer autre chose que des pages " prêtes à clicher " à l'imprimeur ; aucun article ne peut être accepté par la rédaction s'il n'est pas accompagné de sa disquette informatique, sur laquelle plusieurs heures de travail sont encore nécessaires pour parvenir à un résultat que nous espérons point trop déshonorant. Nous envisageons une modification de la maquette de la revue et l'ouverture de nouvelles rubriques. Lien unique entre les historiens dix-neuviémistes, notre revue doit renforcer l'information scientifique dont elle est le vecteur. Nous proposerons ainsi une rubrique " Positions de thèse " qui donnera un résumé de chaque travail universitaire concernant le XIXe siècle : il va de soi que chacun d'entre nous est prié de solliciter les nouveaux docteurs pour qu'ils fassent parvenir à la rédaction la présentation de leur thèse.
Les thèmes des prochains numéros de la Revue d'histoire du XIXe siècle sont annoncés à la fin de la présente livraison. L'année 2001 verra la publication de deux volumes, consacrés respectivement à l'" Histoire économique du XIXe siècle " (responsable : Patrick Verley) et au " Coup d'État de 1851 " (responsable : Raymond Huard). Pour l'un des numéros de l'année 2002, réservé aux " Varia ", les auteurs éventuels sont priés de se faire connaître au plus tôt en envoyant titre et résumé de l'article envisagé.
Enfin, chacun a pu vérifier la qualité du site Internet de notre revue (http://www.revues.org/​rh19). C'est un jeune historien, Marin Dacos, qui en est l'auteur et l'animateur compétent et dévoué. Nous ne pouvons que le remercier vivement, et cela d'autant plus qu'il a pris du temps sur la préparation de sa thèse pour rédiger l'article publié dans ce numéro de la Revue d'histoire du XIXe siècle : il y présente les enjeux importants de la " Toile " pour l'édition scientifique. Grâce à lui, nous sommes présents dans les débats qui ne manqueront pas de se développer au sein de la communauté scientifique et dont nous rendrons compte à la fois dans la revue et sur notre site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Le mot du président », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 20/21 | 2000, mis en ligne le 04 septembre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/205

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Mayaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page