Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Noëlle Dauphin dir., George Sand, terroir et histoire. Actes du colloque de l’Université d’Orléans les 29 et 30 octobre 2004, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 300 p. ISBN : 2-7535-0256-0. 20 euros.

Deborah Gutermann
p. 161-208

Texte intégral

1L’ouvrage collectif George Sand, terroir et histoire est le fruit du colloque organisé en 2004 par l’université d’Orléans à l’occasion du bicentenaire de la naissance de la romancière. Ce dernier mettait à l’honneur la notion de « terroir ». C’est en effet au sein de son Berry natal que George Sand trouvait l’inspiration de ses romans champêtres longtemps décriés par la critique. Les analyses qui sont données à lire dans ce recueil opèrent une réévaluation de cette production romanesque. Ce faisant, ils la réinscrivent dans une perspective plus large : celle de l’Histoire, c’est-à-dire de l’engagement politique d’une intellectuelle républicaine et socialiste qui compte sur la scène nationale, mais aussi internationale. À la croisée du « terroir et de l’Histoire », d’autres aspects de la personnalité et de l’œuvre de George Sand sont ainsi mis en lumière. Ils soulignent la continuité de la cause qu’elle défend avec le plus de ferveur : celle de l’éducation du peuple.

2Ainsi, dans son article, Nadine Vivier montre que si l’école républicaine a longtemps vu dans les romans pastoraux de l’écrivaine un moyen d’exalter, à travers les vertus paysannes, les valeurs morales qui doivent animer les futurs citoyens, la simplification manichéenne dont ils ont été victimes ne doit ni masquer la complexité des personnages, ni le caractère militant de l’intrigue. Philippe Boutry, en revenant sur la condamnation de Mauprat par les autorités religieuses en 1841, rappelle que l’Église ne s’y était point trompée en mettant les œuvres de George Sand à l’Index aux côtés de celles de Balzac. La réception des œuvres de l’écrivaine à l’étranger est évoquée par Pamela Pilbeam et Elena Musiani, qui témoignent encore de la valeur subversive de ses romans, tant eu égard à la question des femmes qu’à celle du mariage.

3La réduction et l’édulcoration subies par les romans champêtres de George Sand ont également conduit à négliger leur valeur documentaire. Comme le note Daniel Bertrand, derrière les bons sentiments se déploie un répertoire fidèle des coutumes et des mœurs paysannes attestant des qualités d’enquêtrice de George Sand. Une George Sand « ethnographe », qui participe ainsi au large travail de collecte du folklore et de la culture populaire de son Berry.

4Mais le Berry n’est pas seulement terre d’inspiration et d’observation de la vie rurale. Pierre Remérand montre qu’il est aussi le lieu où s’exerce le pouvoir d’une propriétaire terrienne, tandis que d’autres contributions mettent l’accent sur le réseau de sociabilités républicaines et socialistes qui s’y constitue, avec des personnalités telles que Pierre Leroux ou Michel de Bourges. À l’image d’une campagne « inerte », « conservatrice », se substitue celle plus nuancée que construit Noëlle Dauphin au cours de son analyse de « l’esprit public dans l’Indre au début du xixe siècle », et dont témoignent les tentatives éditoriales de la « communauté de Boussac », telles que L’Éclaireur de l’Indre, journal socialiste né en 1844 du désir de « réveiller la province anesthésiée par la centralisation parisienne » (Claude Latta). Au niveau local, Stéphane Dupont revient sur l’activité de George Sand et évalue l’influence qu’elle exerce sur les désignations des commissaires du gouvernement provisoire dans le Cher en 1848, au moment même où, à l’échelle nationale, elle collabore à la rédaction du Bulletin de la République.

5À cette implication suscitée par l’élan révolutionnaire de 1848, succèdent la désillusion et le repli causés par le coup d’État qui sonne le glas de la Seconde République. Les premières critiques à l’égard du peuple, ce « Jacques » qui doit être éduqué, se font jour et culminent sous la Commune. Le soulèvement du peuple vanté en 1837 dans Mauprat, salué en février 1848, ne peut plus être idéalisé aux lendemains des journées de Juin. Julie Bertrand-Sabiani observe ainsi de quelle façon le regard de George Sand change entre 1837 et le Journal de 1851, passant de « l’utopie à l’Histoire », de l’idéalisation du peuple en révolution à la conviction que seule la réforme inspirée par la bourgeoisie peut conduire au progrès. Comme le montre Géraldi Leroy, cette idée est confirmée encore par l’épisode de la Commune, que la romancière critique de manière acerbe. Entre les deux, la parenthèse silencieuse du Second Empire, analysée par Éric Anceau, avec ses déceptions et une continuité : toujours cette conviction que la libération du peuple passe par l’éducation. Fidèle toute sa vie à ces principes, c’est à ce peuple que les « romans du terroir » sont dédiés. En donnant ainsi la parole aux paysans du Berry, George Sand a contribué à écrire une page de son histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Deborah Gutermann, « Noëlle Dauphin dir., George Sand, terroir et histoire. Actes du colloque de l’Université d’Orléans les 29 et 30 octobre 2004, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 300 p. ISBN : 2-7535-0256-0. 20 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Deborah Gutermann, « Noëlle Dauphin dir., George Sand, terroir et histoire. Actes du colloque de l’Université d’Orléans les 29 et 30 octobre 2004, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 300 p. ISBN : 2-7535-0256-0. 20 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 06 novembre 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/2002

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page