Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Dan Berindei – Roumanie

 
Derniers avant-postes de la révolution quarante-huitarde en Europe, les pays roumains furent compris d'une manière ou d'une autre dans le processus général. Si en Moldavie, un mouvement révolutionnaire ne put se manifester que quelques jours, étant brutalement réprimé par le prince Michel Sturdza, par contre en Transylvanie et en Valachie les processus révolutionnaires battirent leur plein pendant plus d'une année ou au moins — en Valachie — plus de trois mois. En plus, la révolution contribua à précipiter le parachèvement de la nation moderne roumaine et contribua à définir dans une forme finale le programme de constitution de l'État national dans le cadre d'une société moderne. Toujours en 1848, selon l'expression de Michelet, les Roumains réussirent à s'inscrire " dans le calendrier du monde " par leur implication dans le flux révolutionnaire continental.
Moment de faîte du processus de formation de l'État national unitaire et moderne, la révolution de 1848-1849 occupe une place de marque dans l'histoire de la Roumanie et on accorda par conséquent toute l'attention à son cent cinquantenaire. La Section des Sciences historiques et d'archéologie de l'Académie roumaine organisa un colloque international le 12 juin 1998, honoré par la présence du président de Roumanie, et auquel prirent part non seulement les meilleurs spécialistes roumains du problème, mais aussi des spécialistes étrangers. Les communications se trouvent sous presse dans les numéros 1-2 et 3-4 de 1998 de la Revue roumaine d'histoire. Des sessions furent par ailleurs organisées dans plusieurs villes du pays, les plus importantes se déroulant à Jassy et à Cluj-Napoca, cette dernière enregistrant la présence d'historiens venus de l'étranger, spécialement de l'Europe centrale.
Sous les auspices de l'Académie roumaine furent publiés, dans une nouvelle édition, les deux volumes parus en 1983 de madame Cornelia Bodea, membre de l'Académie, 1848 la români. O istorie în date si marturii (1848 chez les Roumains. Une histoire en données et témoignages) auxquels l'auteur ajouta un troisième tome, ayant le sous-titre Revolutia în viziunea contemporanilor (La révolution dans la vision des contemporains) ; ce dernier volume contient plus de 700 pages de sources, certaines inédites. Toujours sous les auspices de l'Académie roumaine a été publié le VIe volume de la série Documente privind revolutia de la 1848 în Tarile Române. C.Transilvania (Documents concernant la révolution de 1848 dans les Pays Roumains. La Transylvanie, Bucarest, Éditions de l'Académie roumaine, 1988, 624 p.) ; les documents qu'on y trouve, concernent la courte mais dense période du 5 au 16 juin 1848.
Dan Berindei, président de la Section des Sciences historiques et d'archéologie de l'Académie roumaine, a publié le volume La Révolution roumaine de 1848-1849. Son importance et ses programmes (Bucarest, Éditions encyclopédiques, 1998, 199 p.), où l'on peut trouver une ample étude introductive et le texte des programmes des révolutionnaires de Moldavie, de Transylvanie et de Valachie. Le livre a été publié en roumain, mais également dans une édition française.

Toujours en 1998 ont paru trois volumes ayant trait aux événements révolutionnaires de 1848-1849 qui se sont déroulés en Transylvanie. Il s'agit, tout d'abord, du livre du professeur Liviu Maior, 1848-1849. Români si unguri în revolutie (1848-1849 : Roumains et Hongrois dans la révolution, Bucarest, Éditions encyclopédiques, 1998, 411 p.), une très intéressante synthèse des événements mais aussi de l'évolution des rapports roumano-hongrois au cours de la révolution. À ce volume on doit ajouter la thèse de doctorat de monsieur Aurel Vaida, Revolutia de la 1848-1849 în Nordul Transilvaniei (La révolution de 1848-1849 dans le Nord de la Transylvanie), publiée à Bucarest (Éditions de l'Académie roumaine, 1998, 412 p.)
Se fondant surtout sur maintes sources inédites locales, l'auteur donne dans ce travail l'image de la terrible confrontation des deux révolutions — roumaine et hongroise — dans une zone de la Transylvanie où plus de cent villages furent brûlés ou détruits au cours des violentes luttes qui s'en suivirent. Le livre est important aussi parce qu'il décrit les moments qui ont marqué la fin des processus révolutionnaires en Transylvanie, occupée ou pour mieux dire conquise par les armées autrichienne et surtout russe.
Un troisième volume a été dû au professeur Mircea Pacurariu, membre correspondant de l'Académie roumaine ; il est intitulé Revolutia româneasca din Transilvania si Banat în anii 1848-1849. Contributia Bisericii (La révolution roumaine de Transylvanie et du Banat au cours des années 1848-1849. La contribution de l'Église, Sibiu, 1998, 236 p.) ; il s'agit d'une excellente synthèse de la révolution en Transylvanie et au Banat, où l'accent est mis sur la contribution et le rôle des deux Églises roumaines — orthodoxe et gréco-catholique — au processus révolutionnaire.

On doit encore signaler la parution d'un volume de documents, réalisé par Gelu Neamtu et Ioan Bolovan et leurs collaborateurs sous le titre Revolutia de la 1848 în Transylvania. Ancheta Kozma din Muntii Apusensi (La révolution de 1848 en Transylvanie. L'enquête Kozma dans les monts Apusensi, Cluj–Napoca, Édition de la Fondation culturelle roumaine, 1998, 246 p.). Il s'agit de l'enquête menée par une commission dirigée par le conseiller Kozma Pàl du 14 juin au 20 juillet 1848 quand avaient lieu les premiers incidents roumano-hongrois, afin d'analyser l'état d'esprit des habitants roumains de la région. Les interrogatoires de plus de trois cent témoins sont extrêmement intéressants car ils nous montrent les revendications des Roumains, leur hostilité à l'égard de l'" union " de la Transylvanie à la Hongrie, leur mécontentement face au nombre réduit des Roumains qui avaient accès aux fonctions publiques : ces revendications dévoilent aussi la force de tout l'imaginaire populaire.

Pour ce qui est des paysans de Valachie, Apostol Stan a publié un livre — Revolutia de la 1848 în Tara Romaneasca. Boieri si tarani (La révolution de 1848 en Valachie. Boyards et paysans, Bucarest, Éditions de la Fondation culturelle roumaine, 1998, 302 p.) où il fait le bilan du problème paysan pendant la révolution, analyse le programme agraire des révolutionnaires, présente les mouvements paysans et la participation des paysans à la révolution, ainsi que l'activité de la Commission de la propriété.
La parution au cours des mois à venir des numéros mentionnés de la Revue roumaine d'histoire mettra à la disposition des spécialistes des études importantes — rédigées en français et en anglais — sur le 1848 européen et roumain, dus à des spécialistes roumains et étrangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Roumanie », Revue d'histoire du XIXe siècle, 19 | 1999, 183-185.

Référence électronique

« Roumanie », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 19 | 1999, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 21 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/194

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page