Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Pierre Birnbaum, L’Aigle et la Synagogue. Napoléon, les Juifs et l’État, Paris, Fayard, 2007, 294 p. ISBN : 978-2-213-63211-7. 22 euros.

Nicolas Lyon-Caen
p. 161-208

Texte intégral

1Pierre Birnbaum prend pour objet les deux assemblées des juifs de l’Empire convoquées par Napoléon, celle des notables (de juillet 1806 à avril 1807), puis le Grand Sanhédrin (du 4 février au 9 mars 1807). Il s’attache également aux différentes mesures visant les juifs et le culte juif prises avant et après elles, le décret de mai 1806 portant convocation de l’assemblée et moratoire des créances détenues par les juifs, et celui de mars 1808 (surnommé décret infâme) confirmant ces mesures et restreignant en outre les libertés et déplacements d’une partie des juifs, auxquels est aussi refusée la possibilité du remplacement au service militaire. Elles sont insérées entre des analyses historiographiques traitant de la mémoire de ces assemblées. Pierre Birnbaum envisage entre autres l’image de la lutte perdue de Napoléon contre les juifs dans l’antisémitisme français et la place de l’événement à diverses étapes de l’histoire du judaïsme français. Immédiatement et diversement discuté au sein du monde juif, comme en témoignent certains contes brodés autour des conséquences du décret infâme, le Sanhédrin ne cesse d’alimenter la polémique. De ce survol un peu rapide se détache le commentaire de la réception de la thèse de Robert Anchel soutenue en 1928. Son travail consacré à Napoléon et les Juifs avait alors mis à jour l’essentiel des sources mais avait surtout fortement critiqué l’attitude de l’empereur. Albert Mathiez, son directeur, pourtant sensibilisé à cet objet au cours de sa vie scientifique, émit de fortes critiques à l’encontre du texte, précisément sur le traitement de Napoléon, s’autorisant même des attaques à l’encontre des origines juives de l’archiviste devenu sous sa plume le « vengeur » de « la race des persécutés ».

2Reprenant les analyses d’Anchel et citant abondamment ses sources, Pierre Birnbaum propose cependant une lecture assez neuve du déroulement du Sanhédrin. Le contexte religieux qu’il restitue est moins celui de la réorganisation des cultes de 1801-1802 que celui de l’affirmation, au lendemain du sacre, du caractère catholique du pouvoir et de son « prince chrétien » vers 1806-1808, – affirmation manifestée notamment par la création de la saint Napoléon le 15 août et l’élaboration du catéchisme impérial. Il pointe encore l’hostilité foncière évidente de Napoléon et de quelques proches envers les juifs, tout particulièrement le conseiller d’État Mathieu Molé, un des principaux interlocuteurs des assemblées, peut-être nourri par une image dévalorisante du juif comme oriental (mais les preuves directes manquent). Elle s’inscrit surtout dans le contexte intellectuel d’une polémique ouverte au début de 1806 par des écrits de Bonald et de Poujol dénonçant l’emprise de l’usure juive sur l’Alsace. De fait, du point de vue de Napoléon, la réunion est organisée pour remédier aux problèmes spécifiques posés par les juifs. Cette hostilité transpire des questionnaires soumis aux assemblées, ouvertement méprisants et remettant directement en cause la citoyenneté des Français juifs. Or, et c’est là la ligne de force du livre, Pierre Birnbaum souligne la résistance courageuse des notables et des rabbins qui réaffirment l’héritage de l’émancipation : ils sont déjà français et citoyens et personne ne peut revenir sur les acquis de l’émancipation dont témoigne leur participation à la conscription. L’acharnement d’une bonne partie d’entre eux les conduit donc à argumenter sur le plan du droit commun de la nation en même temps que s’élaborent aussi des réponses halakhiques articulées sur le principe dina de malkhuta dina (la loi du pays est la loi). L’approche permet ainsi de renouveler une analyse encore tributaire des débats opposant l’assimilation au particularisme, la trahison à la fidélité, et dénonçant la responsabilité du Sanhédrin dans la sclérose intellectuelle du judaïsme occidental. Pierre Birnbaum souligne réciproquement la non moins forte résistance de l’appareil d’État aux projets de l’empereur, appuyée sur des arguments tout à fait similaires. Les membres du conseil d’État n’hésitent pas, à une quasi-unanimité, – Beugnot et Regnaud de St-Jean d’Angely en tête –, à juger les mesures de l’empereur illégales et à exprimer leur indéfectible attachement aux principes universalistes de la Révolution. Revendiquant non seulement l’égalité civile entre tous les citoyens mais encore la liberté des cultes, ils refusent obstinément de distinguer des classes parmi les citoyens. À l’unisson, la plupart des préfets chargés de mettre en place les consistoires et les mesures restreignant les déplacements et activités des juifs n’hésitent pas de leur côté à plaider la cause de leurs administrés auprès du pouvoir.

3C’est à cette aune exigeante que Pierre Birnbaum exprime un constat désabusé sur le retour au langage du paternalisme dominateur de l’Ancien Régime pendant et après l’assemblée. Fleurissant dans les louanges flagorneuses décernées à Napoléon et aux Bourbon restaurés, il révèle pourtant probablement moins une lâcheté politique que les ambiguïtés inhérentes à la reconnaissance des identités collectives au sein du monde démocratique à la française. L’organisation des assemblées et le décorum typiquement impérial dont elles s’accompagnent exercent une indéniable séduction sur les participants, même les plus libéraux. C’est qu’elle met en valeur les juifs en tant que nation soudain portée à la lumière et « régénérée » sous l’aile de l’Aigle. La proximité au pouvoir voulue par la résurrection d’une institution immémoriale transforme les juifs en un corps doté d’une dignité et d’un rang dans l’État, une reconnaissance dans l’inégalité. L’évocation de la commémoration officielle du 190e anniversaire du Sanhédrin qui ouvre et clôt l’ouvrage traduit bien ce sentiment de partage, ressenti semble-t-il par Pierre Birnbaum, entre la douceur de l’inclusion communautaire et l’agacement du citoyen épris de laïcité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lyon-Caen, « Pierre Birnbaum, L’Aigle et la Synagogue. Napoléon, les Juifs et l’État, Paris, Fayard, 2007, 294 p. ISBN : 978-2-213-63211-7. 22 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Nicolas Lyon-Caen, « Pierre Birnbaum, L’Aigle et la Synagogue. Napoléon, les Juifs et l’État, Paris, Fayard, 2007, 294 p. ISBN : 978-2-213-63211-7. 22 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 03 janvier 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rh19.revues.org/1872

Haut de page

Auteur

Nicolas Lyon-Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page