Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom. Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2005, 335 pages, ISBN : 978-0271026800. 65 dollars.

Nicole Edelman
p. 161-208

Texte intégral

1Rebecca Rogers, après bien d’autres travaux sur l’éducation des jeunes filles depuis son étude des demoiselles de la légion d’honneur au xixe siècle, s’attache dans cet ouvrage à la manière dont l’éducation a su forger une identité sociale et individuelle des femmes de la bourgeoisie française, les formant pour la vie privée mais aussi sociale. Elle pose en effet l’hypothèse que la salle de classe remplace peu à peu le salon comme lieu d’influence des femmes, même si de multiples discours, dont le médical n’est pas le moindre, suggèrent que les femmes n’ont besoin que d’un minimum de connaissances intellectuelles pour être de bonnes bourgeoises, mères et épouses. À ce titre – et Rebecca Rogers souligne que sa première formation d’historienne s’est effectuée aux États-Unis – From the Salon to the Schoolroom défend aussi l’idée d’un modèle français d’éducation des filles. Pour ce faire, l’historienne s’attache à l’exploration des premières décennies du xixe siècle peu étudiées encore en France, et s’appuie sur des sources privées et publiques, laïques et chrétiennes, de France et de deux de ses colonies : Algérie et Sénégal. Elle s’adosse également à des programmes d’éducation d’institutions religieuses et laïques, à des plans d’instruction, aux indications de lectures, aux rapports d’inspection, à des correspondances et des journaux intimes et à divers ouvrages publiés. Son livre a pour ambition de montrer une complexité et une hétérogénéité de l’éducation des filles plus grandes que ne le disent généralement l’historiographie comme les représentations traditionnelles : l’école, même congréganiste, aurait ainsi parfois permis de mener des jeunes filles vers une critique du modèle domestique. Si George Sand ou Daniel Stern ont en effet contribué à façonner l’image d’une femme élevée au couvent dans la bigoterie, Rebecca Rogers montre qu’il existe aussi une formation secondaire des filles qui leur ouvre une voie vers l’émancipation avant même l’ouverture des lycées obtenue par le vote de la loi Camille Sée de 1880, dont les directives de programmes ne modifient d’ailleurs pas fondamentalement les anciens objectifs de l’éducation des filles.

2L’ouvrage se divise en trois grandes parties. La première analyse les efforts de reconstruction d’une éducation féminine lors des premières décennies du xixe siècle (1800-1830), en nuançant l’idée largement reçue d’une politique résolument conservatrice en matière de formation des filles grâce à l’analyse de sources rarement étudiées. Le second volet s’attache aux années 1830-1870, considérées comme le moment du triomphe d’une « femme au foyer » totalement destinée à la sphère domestique. C’est aussi la période, on le sait, où des congréganistes ouvrent des milliers d’écoles de filles, créant de véritables réseaux scolaires féminins au cœur des villes et comportant des internats. La nouvelle profession d’enseignante commence alors à sérieusement se construire, profilant l’émergence d’une nouvelle identité professionnelle pour les femmes. Le livre insiste sur le rôle que jouèrent ces femmes professeurs, y compris certaines religieuses, dans les modifications du regard sur la raison et les capacités intellectuelles féminines. Rebecca Rogers nuance d’ailleurs les oppositions entre enseignantes religieuses et laïques et souligne les multiples aspects possibles de l’instruction donnée. Enfin, la dernière partie de l’ouvrage élargit le propos à la question politique que pose l’éducation des filles en France et par-delà ses frontières. En effet, Rebecca Rogers prend des exemples d’enseignement en Algérie et au Sénégal où c’est alors la question d’un modèle national qui émerge avec bien des questions épineuses : quelle place l’enseignement doit-il donner à la jeune fille… blanche… noire… ? Quelle éventuelle mixité ? L’historienne montre que des femmes françaises, les religieuses en particulier, ont eu une influence culturelle importante dans ces espaces colonisés. Les sœurs de Saint-Joseph de Cluny ont ainsi très fortement dominé l’espace éducatif blanc et noir du Sénégal. Aux États-Unis, auxquels Rebecca Rogers s’attache, c’est la French Education qui est mise en exergue avec d’ailleurs bien des paradoxes dans son importation.

3L’ouvrage de Rebecca Rogers revisite donc bien des éléments déjà mis au jour par d’autres historien.ne.s depuis le premier ouvrage de Françoise Mayeur sur L’enseignement des jeunes filles sous la Troisième République publié en 1977. Cependant, par le choix de sa chronologie et par les sources étudiées, il rectifie ou nuance certaines idées reçues. De descriptions en réflexions, il soutient l’idée d’un possible apport positif de l’enseignement donné aux filles de la bourgeoise, levier pour une émancipation. Ainsi, même si au début du xxe siècle la plupart des hommes et bien des femmes continuent de penser que ni le génie ni même l’intelligence créative pas plus qu’une profession intellectuelle ne sont accessibles aux femmes, quelques-unes cependant s’insurgent contre cette croyance. Et From the Salon to the Schoolroom nous convainc que cette attitude doit quelque chose à l’éducation et à celles qui en ont fait profession.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom. Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2005, 335 pages, ISBN : 978-0271026800. 65 dollars. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom. Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2005, 335 pages, ISBN : 978-0271026800. 65 dollars. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 03 janvier 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1832

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page