Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

André Gueslin, Mythologies de l’argent. Essai sur l’histoire des représentations de la richesse et de la pauvreté dans la France contemporaine (xixe-xxe siècles), Paris, Economica, 2007, 124 p. ISBN : 978-2-7178-5363. 19 euros.

Carole Christen-Lécuyer
p. 161-208

Texte intégral

1L’argent est un objet d’histoire à la mode : les derniers « Rendez-vous de l’Histoire » de Blois, en octobre 2006, étaient consacrés à « L’argent : en avoir ou pas » et un important colloque sur « Les Français et l’argent (du xixe siècle à nos jours) » a été organisé par les universités de Rouen et de Paris X-Nanterre les 29, 30 et 31 mars 2007. L’argent intéresse plus particulièrement les historiens contemporanéistes puisqu’il s’est progressivement imposé au cœur des sociétés contemporaines, des débuts du xixe siècle à nos jours. Le présent ouvrage d’André Gueslin, professeur en histoire contemporaine à l’université de Paris VII-Denis Diderot, témoigne de cette réflexion sur les rapports historiquement entretenus avec l’argent par différents acteurs et groupes sociaux, institutions et courants de pensée, en France. C’est un bref essai, non exhaustif, sur les « mythologies de l’argent » en France aux xixe et xxe siècles : il envisage les représentations, les perceptions qu’ont les contemporains sur l’argent, sur son acquisition et son accumulation, et sur certaines figures devenues mythiques car détentrices d’argent.

2À travers l’exemple de la famille Rothschild, l’auteur s’intéresse dans le premier chapitre, au passage d’une réalité familiale – l’enrichissement, à la fin du xviiie siècle et au xixe siècle, par l’exercice de fonctions bancaires et financières – à un véritable mythe résumé par l’expression « riche comme Rothschild » et qui s’épanouit à la fin du xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle. L’objet du deuxième chapitre est de revisiter « la légende noire de l’usure juive dans l’Alsace du xixe siècle ». Dans le troisième chapitre, André Gueslin s’intéresse au grand mythe de l’entre-deux-guerres lié à l’argent : celui des deux cents familles. Ces dernières sont mentionnées par l’opinion publique et en particulier par les forces de gauche – lors du Cartel des Gauches en 1924-1926 puis sous le Front Populaire – pour évoquer le groupe des plus gros actionnaires de la Banque de France qui orienterait la politique financière de la France. L’existence d’un antisémitisme économique et la recherche de boucs émissaires participent à la construction de ces « mythologies de l’argent ». À partir d’une brève présentation du mouvement des Caisses d’épargne qui apparaît en France en 1818 et qui s’épanouit sous la monarchie de Juillet, une rapide analyse de la célèbre expression de François Guizot, « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne », est faite dans le quatrième chapitre. André Gueslin décèle dans l’origine de cette institution et dans la formule de Guizot qui en découle deux mythes : celui des intérêts composés et celui du projet ouvriériste. Dans le cinquième chapitre, l’auteur décrit la querelle assez virulente qui, en 1906 et en 1907, a opposé deux publicistes français (Eugène Letailleur et Alexis Rostand) – masqués sous les surnoms mythiques de Lysis et Testis – sur la fonction des banques dans l’économie française. Pour André Gueslin, nombre d’arguments et de contre-arguments utilisés dans cette controverse s’apparentent à des mythes (l’épargne française serait aux mains du capitalisme international). Comme le montre l’auteur dans le sixième chapitre, le vieux fantasme de la fortune du pauvre est érigé en mythe social et en mythe politique au xixe siècle par quelques contemporains. L’éventuelle fausse pauvreté débusquée par le personnel des sociétés charitables argumenterait en faveur d’une politique de non-intervention de l’État. L’éloge de la pauvreté fait par Charles Péguy est présenté dans le septième et dernier chapitre. Il témoigne de la méfiance chez certains contemporains de la mentalité acquisitive du capitalisme naissant, des « bourgeois » acquéreurs. Il oppose l’argent vil, acquis facilement, à l’argent honorable, durement gagné.

3Dans cet ouvrage, André Gueslin a revisité les mythes générés par la question de l’argent au cours de ces deux derniers siècles, mythes qui dépendent d’une morale évolutive fabriquée par la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Christen-Lécuyer, « André Gueslin, Mythologies de l’argent. Essai sur l’histoire des représentations de la richesse et de la pauvreté dans la France contemporaine (xixe-xxe siècles), Paris, Economica, 2007, 124 p. ISBN : 978-2-7178-5363. 19 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Carole Christen-Lécuyer, « André Gueslin, Mythologies de l’argent. Essai sur l’histoire des représentations de la richesse et de la pauvreté dans la France contemporaine (xixe-xxe siècles), Paris, Economica, 2007, 124 p. ISBN : 978-2-7178-5363. 19 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 03 janvier 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/1822

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page