Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Françoise Briegel et Michel Porret [dir.], Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxe siècle. Actes du colloque de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice tenu à Genève du 6 au 8 juin 2002, Droz, Genève, 2006, 395 p. ISBN : 2-600-01033-5. 50 francs suisses.
Claire Dolan [dir.], Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle. Actes du Colloque tenu à Québec du 15 au 17 septembre 2004, Presses universitaires de Laval, Canada, 2005, 828 p. ISBN : 2-7637-8268-X. 50 dollars canadiens.

Laurence Guignard
p. 161-208

Texte intégral

1La parution de deux imposants ouvrages collectifs consacrés à l’histoire de la justice dans une périodisation longue qui s’étend du Moyen Âge au xxesiècle montre le dynamisme actuel de ce champ.

  • 1 . Michel Porret [dir.], Beccaria et la culture juridique des Lumières. Actes du colloque européen d (...)

2Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxesiècle poursuit la série de colloques genevois (Le corps violenté ; Homo criminalis. Pratiques et doctrines médico-légales ; Beccaria et la culture juridique des Lumières 1) qui proposent une histoire sociale du crime et du système pénal particulièrement stimulante.

3La récidive désigne la réitération d’un crime, délit ou contravention après une première condamnation. Elle entraîne légalement l’aggravation de la peine encourue. Le projet collectif, auquel se sont soumis la plupart des auteurs, d’ancrer ce concept juridique dans le champ « de la doctrine, de la pratique et des représentations mentales » (Michel Porret) en fait un remarquable objet d’histoire. En effet, le processus de qualification des faits et les logiques de jugement sont soumis à des mécanismes sociaux et des systèmes de représentation complexes dont l’analyse éclaire des évolutions majeures de l’histoire de la justice.

4Les 21 communications de l’ouvrage constituent un ensemble passionnant de travaux portant sur des domaines suisse, belge, français et britannique, dont émergent des conclusions générales. La première partie consacrée aux doctrines et pratiques d’Ancien Régime montre que la logique de l’aggravation de la peine obéit alors à un autre critère que la simple réitération d’un fait. On trouve des récidivistes non accusés de récidive, certains subissent des peines adoucies, mais aussi, à l’inverse, des primo délinquants condamnés avec la circonstance aggravante de récidive. « Les causes du traitement (ou du non traitement de la récidive) sont à rechercher bien davantage dans les fluctuations du contrôle social que dans les belles catégories des juristes », concluent Benoît Garnot et Hervé Piant dans un article stimulant. Dans un contexte où les réputations et la mémoire collective constituent un système de contrôle social très fin, on peut difficilement attribuer à l’oubli ou aux faiblesses du système d’identification l’omission de la circonstance de récidive. L’argument paraît en effet largement instrumentalisé dans le but d’accroître en certains cas la répression. Les articles montrent que ce sont l’excès, la répétition, c’est-à-dire le comportement déviant d’un accusé réputé incorrigible et dangereux, qui sont stigmatisés (Xavier Rousseau, Françoise Briegel et Eric Wenzel, David Grander, Elisabeth Salvi).

5Les auteurs décrivent, en de fines évolutions, les figures sociales du danger que dessine le groupe des récidivistes : le larron, l’hérétique, le vagabond, le brigand sous l’Ancien Régime, puis plus tard le vagabond, la prostituée et l’alcoolique, l’assassin et enfin le criminel sexuel (Keith Soothil). Ils montrent que ces figures sont systématiquement associées à la marginalité sociale, ce qui explique la peur collective et donc la sévérité. Elles suscitent un régime de pénalité spécifique dont la visée éliminatrice est manifeste : peines afflictives et infamantes sous l’Ancien Régime, relégation au bagne à la fin du xixesiècle. Ces peines empêchent la réinsertion sociale et tendent à accentuer la dangerosité des groupes stigmatisés (Valérie Toureille, Pascal Bastien, Judith Rowbotham concernant les femmes).

6Au xixe siècle, la lutte contre la récidive devient une préoccupation majeure et la pierre d’achoppement d’une justice qui, à l’instar du Panopticon de Jeremy Bentham, se voudrait correctrice (Cyprian Blamires). Le développement des statistiques qui enregistrent le caractère criminogène de l’institution carcérale alimente les angoisses sociales. La récidive s’assimile progressivement à la menace d’une véritable « armée du crime » composée de criminels incorrigibles (Frédéric Chauvaud), tandis que c’est principalement, comme le montre Jean-Claude Farcy, la classe ouvrière qui est touchée par l’accroissement de la répression (Dee Cook le confirme pour le xixesiècle britannique).

7L’association récidive, danger et marginalité sociale se complique à la fin du siècle du mouvement de biologisation des comportements humains qui tend à naturaliser le phénomène criminel. Cette cristallisation culturelle complexe intensifie la focalisation des intérêts sur la question de la récidive. Elle favorise le déploiement de l’arsenal scientifique et administratif permettant l’identification (Nicolas Quinche) et débouche, en France, sur le vote de la loi de 1885 sur la relégation qui préconise la transportation au bagne de tous les récidivistes quel que soit le crime commis (Jean-François Tanguy). La loi de 1885, peu appliquée, apparaît comme le point d’orgue et l’acmé de cette histoire de la récidive avant que ne s’imposent de nouvelles méthodes que préfigure le cas de la jeunesse délinquante orientée dès 1912 vers le médico-social (Marie-Sylvie Dupont-Bouchat).

8Les quelques jalons que nous venons de poser montrent tout l’intérêt de ce beau recueil qui met en lumière la mission judiciaire de protection sociale et la lente focalisation des regards judiciaires vers l’individualité subjective des criminels dont nous sommes les héritiers.

9L’objectif du second ouvrage, Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle, était de saisir l’institution judiciaire à travers l’activité de ceux que le cahier des charges du colloque nomme les « intermédiaires de justice ». Cette catégorie clairement définie dans la remarquable introduction de Claire Dolan suscite d’emblée l’intérêt. Le terme désigne « tous ceux qui permettent l’exercice de la justice sans avoir pour fonction de juger » et qui mettent en contact, d’une manière ou d’une autre, juges et justiciables. La notion est, au terme de l’entreprise, mise en question par les auteurs qui reconnaissent son caractère trop général au regard d’activités judiciaires très diversifiées. Néanmoins, tenter de « donner un visage à la justice », visage variable au gré des différents acteurs, constitue une entreprise louable. Elle montre l’exercice concret d’une justice dont le personnel subalterne, souvent fort déprécié, est généralement laissé dans l’ombre, largement écrasé par les instances prestigieuses que sont le législateur et les magistrats.

10Le résultat du projet est un ensemble passionnant de plus de 800 pages composé de 46 communications qu’il serait impossible de détailler ici. Retenons en quelques axes de réflexion.

11C’est d’abord une histoire de l’État et de sa progressive monopolisation des instances de régulation des conflits, de ses rapports complexes avec les communautés locales dans un long procès d’acculturation judiciaire et d’intégration du territoire. La grande originalité des travaux ici rassemblés est de saisir cette histoire au premier degré des représentants, ceux à qui incombe finalement la charge de s’imposer aux populations, non sans ambivalence et non sans résistance. La figure de la main forte (Robert Jacob) des policiers, gendarmes, bourreaux, est ici extrêmement parlante mais elle se combine avec des fonctions plus ambivalentes comme celles d’huissier, ou de garde forestier, qui prennent fréquemment quelques libertés avec l’autorité qu’ils représentent et dont ils détournent parfois les profits. La notion d’intermédiaire prend ici tout son sens tant ces acteurs permettent à l’État de s’imposer aux collectivités locales, de briser les solidarités parfois en les utilisant.

12L’analyse de ces catégories permet également d’aborder une « histoire économique de l’appareil d’État » (Robert Descimon). La survie économique de ces auxiliaires, qui appartiennent à une bourgeoisie de niveau très variable, dépend bien souvent de leur niveau d’activité et donc du niveau de litigiosité de l’espace considéré.

13La zone de contact entre société et justice s’intègre enfin à une histoire des professions et des identités professionnelles qui court tout au long du recueil. On voit la fonction judiciaire progressivement s’autonomiser pendant que s’affirment les identités professionnelles et la compétence des avocats ou des notaires. Le comparatisme permet de saisir combien chacun des participants s’intègre dans un système judiciaire et une culture spécifique, plus ou moins technicienne, plus ou moins théorique.

14La notion d’intermédiaire ne s’arrêtait pas là. Parce que la justice s’étend bien au-delà des cours de justice, on y a intégré les « auxiliaires de la justice », c’est-à-dire les instances de régulation sociale alternative à l’institution judiciaire proprement dite : « ceux dont le rôle n’est pas exclusivement judiciaire mais dont la justice ne peut se passer » (Claire Dolan). Là aussi, un monde bigarré, mal connu, entre en action : clergé, arbitres, consistoires, boyards compteurs de Roumanie et suppléants de paix, tout un jeu de médiation ou d’arbitrage infra judiciaire dont la connaissance éclaire considérablement le rapport des populations à la justice.

15Ces deux recueils donnent les moyens d’échapper à la vision abstraite de la justice qu’une conception trop exclusivement juridique tendrait à constituer, celle de lois s’appliquant immédiatement et immuablement à une réalité transparente, tout au mieux résistante. Ils rendent compte d’une réalité sociale toute autre : celle d’une institution judiciaire qui intervient dans un continuum d’instances de régulation sociale dont elle n’est qu’un élément.

Haut de page

Notes

1 . Michel Porret [dir.], Beccaria et la culture juridique des Lumières. Actes du colloque européen de Genève, 25-26 novembre 1994, Genève, Droz, 1997; Le corps violenté, du geste à la parole, études réunies et présentées par Michel Porret, Genève, Droz, 1998; Vincent Barras et Michel Porret [dir.], Homo criminalis. Pratique et doctrine médico-légale - Équinoxes, n° 22, automne 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Guignard, « Françoise Briegel et Michel Porret [dir.], Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxe siècle. Actes du colloque de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice tenu à Genève du 6 au 8 juin 2002, Droz, Genève, 2006, 395 p. ISBN : 2-600-01033-5. 50 francs suisses.
Claire Dolan [dir.], Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle. Actes du Colloque tenu à Québec du 15 au 17 septembre 2004, Presses universitaires de Laval, Canada, 2005, 828 p. ISBN : 2-7637-8268-X. 50 dollars canadiens. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Laurence Guignard, « Françoise Briegel et Michel Porret [dir.], Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxe siècle. Actes du colloque de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice tenu à Genève du 6 au 8 juin 2002, Droz, Genève, 2006, 395 p. ISBN : 2-600-01033-5. 50 francs suisses.
Claire Dolan [dir.], Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle. Actes du Colloque tenu à Québec du 15 au 17 septembre 2004, Presses universitaires de Laval, Canada, 2005, 828 p. ISBN : 2-7637-8268-X. 50 dollars canadiens. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 06 novembre 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rh19.revues.org/1782

Haut de page

Auteur

Laurence Guignard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page