Navigation – Plan du site
Lectures, comptes rendus

Claire Le Strat, Willy Pelletier [dir.], La canonisation libérale de Tocqueville, Paris, Éditions Syllepse, 2006, 288 p. ISBN : 2-84950-0666-6. 23 euros.

Yves Déloye
p. 161-208

Texte intégral

1Disons d’emblée que cet ouvrage d’histoire sociale des idées n’entend pas apporter son lot d’interprétations de la pensée d’un philosophe, Alexis Clérel de Tocqueville, dont les travaux ont fait l’objet ces dernières années d’une intense activité commémorative du fait de la conjonction du 200e anniversaire de sa naissance avec le 175e anniversaire de son voyage aux États-Unis. Le lecteur n’appendra donc rien sur le contenu de l’œuvre en question mais beaucoup plus sur les conditions sociales et politiques qui rendent possible cette geste commémorative qui renforce certainement « la canonisation libérale de Tocqueville ». Loin des exégèses lettrées qui font parler l’œuvre, les auteurs de ce livre ont pour objectif « les traitements que ces textes [ceux de Tocqueville] ont subis jusqu’à leur accession au rang de “classiques”, en fonction des histoires sociales engagées à les “faire parler” ; le nom des interprètes de “Tocqueville” valant comme signalement d’une espèce d’histoire sociale ; et “Tocqueville” devenant capital (en tous sens du terme) à mesure que s’affrontent en son nom plus “d’histoires sociales” qui, se l’appropriant, y trouvant refuge, se réapproprient une part de leur destin » (p. 90). Derrière ce style parfois lourd, on en conviendra, multipliant les guillemets comme autant de prise de distance avec les construits sociaux évoqués, l’analyse des auteurs se concentre sur la redécouverte de « Tocqueville » dans les années 1960 et dans les décennies suivantes. À juste titre, la figure de Raymond Aron et celles de ses héritiers occupent ici une place centrale. Parce que l’auteur de L’Opium des intellectuels occupe des positions singulières et souvent dominées dans l’espace académique et politique de l’époque, il va multiplier les rencontres et les reformulations de l’œuvre d’un auteur dans lequel il va progressivement investir une partie de ses capacités intellectuelles et institutionnelles. Refusant de simplifier cet investissement de sens et de pouvoir multiforme, le chapitre 2 de l’ouvrage suit de manière souvent fine les différentes voies par lesquelles l’auteur des Étapes de la pensée sociologique va faire de Tocqueville un sociologue et philosophe « libéral par excellence » (p. 93). Claire Le Strat et Willy Pelletier montrent bien toute l’importance de la problématique américaine dans cette stratégie d’importation qui favorise la redécouverte d’un auteur français en consacrant une lecture désormais anglo-saxonne de son œuvre. Ils établissent avec pertinence la rupture que consacrent les événements de 1968 et donc le caractère élastique de ce travail d’imposition de sens toujours renouvelé. Loin de penser « l’unité de l’œuvre », il s’agit donc ici de multiplier les notations (et les citations afférentes proposées sous forme d’encadrés dans le texte) qui permettent d’historiciser en permanence les interprétations qui font « l’œuvre » et sa circulation indissociablement intellectuelle et politique. On regrettera ici que ce travail de déconstruction n’ait pas permis de mobiliser des sources neuves (songeons, par exemple, à une étude fine des différentes « versions » de Tocqueville présentes dans les manuels ou cours multigraphiés des cursus académiques de sociologie ou de science politique de l’époque) et d’aller donc au-delà de la seule chronique d’un travail interprétatif. Une étude plus précise ici aurait également permis d’évoquer les autres possibles de ce travail d’interprétation, voire les concurrences interprétatives tout autant que les influences internationales trop peu présentes dans ce livre. De même, l’analyse des réseaux savants ou médiatiques qui ont contribué à cette « canonisation » est certes évoquée (notamment pages 228 et suivantes) mais laissera le lecteur sur sa faim. L’enjeu des auteurs était autre : le moment aronien sert de point de départ à une enquête plus générale sur les différentes formulations successives d’une « canonisation sans canon ». Le chapitre 3 de l’ouvrage est ainsi logiquement consacré aux « héritiers » d’Aron, c’est-à-dire, à tous ceux (de Pierre Birnbaum à Pierre Manent en passant par Lucien Jaume ou encore Raymond Boudon et François Bourricaud à la génération précédente) qui contribuèrent ensuite à vulgariser la redécouverte de « Tocqueville » en l’investissant souvent de préoccupations intellectuelles neuves, liées aux contextes et enjeux sociaux et politiques qui leurs sont propres ; liées aussi et peut-être surtout, dans l’esprit des auteurs, aux trajectoires biographiques des uns et des autres. Une attention particulière est aussi consacrée à la lecture que fera François Furet de « Tocqueville » et à la signification de la consécration « historique » de ce dernier (p. 204 et suivantes). Les lecteurs de la Revue d’histoire du xixe siècle y trouveront d’utiles informations pour nourrir de manière critique leur réflexion sur les usages de cet auteur devenu « classique » dans leur discipline. Proches de la Fondation Copernic, Claire Le Strat et Willy Pelletier ne cachent pas la difficulté de l’exercice scientifique auquel ils se sont attelés dans ce livre : expliciter les usages d’un auteur sans juger ceux qui s’autorisent de lui pour mieux exister. À la lecture de l’ouvrage, on mesure la difficulté de la tâche mais aussi son utilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Déloye, « Claire Le Strat, Willy Pelletier [dir.], La canonisation libérale de Tocqueville, Paris, Éditions Syllepse, 2006, 288 p. ISBN : 2-84950-0666-6. 23 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 35 | 2007, 161-208.

Référence électronique

Yves Déloye, « Claire Le Strat, Willy Pelletier [dir.], La canonisation libérale de Tocqueville, Paris, Éditions Syllepse, 2006, 288 p. ISBN : 2-84950-0666-6. 23 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 35 | 2007, mis en ligne le 03 janvier 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1702

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page