Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard Porter, The Absent-Minded Imperialists: What the British Really Thought about Empire, Oxford, Oxford University Press, 2004, 475 p. ISBN : 0-19-820854-5. 25 livres sterling.

Pierre Singaravelou
p. 165-214

Texte intégral

  • 1 . Edward Said, Orientalism,New York, Vintage Books, 1978. John MacKenzie, Propaganda and Empire : t (...)

1Aujourd’hui, la Grande-Bretagne semble avoir parfaitement conscience de son passé de puissance impériale. Nul n’est plus censé ignorer que l’expansion s’est appuyée sur une « culture impériale » qui a fortement influencé ce que les Britanniques de la Métropole ont pensé, fait et ressenti. Une école historiographique, à la suite d’Edward Said et de John MacKenzie 1, s’est consacrée à l’étude de l’histoire culturelle de « l’impérialisme » en étudiant la dimension coloniale du cricket, de l’homosexualité, de la science géographique, du thé ou du zoo. Depuis vingt ans, tous les aspects de l’histoire culturelle ont été explorés par cette New Imperial History d’inspiration post-coloniale.

  • 2 . John Seeley, The Expansion of England, London, Macmillan, 1883.

2Et au moment où les études post-coloniales, à l’origine subversives, deviennent dominantes dans les universités anglophones et s’assoupissent parfois dans la répétition, Bernard Porter choisit de jeter opportunément un pavé d’histoire sociale dans l’océan de l’historiographie post-coloniale en interrogeant l’adhésion présumée massive des Britanniques à l’Empire : les Britanniques furent-ils véritablement impérialistes? Les chercheurs se contentant jusqu’ici de dévoiler les traces de l’Empire dans la culture métropolitaine sans en mesurer l’impact social et culturel, l’auteur pose la difficile question de la réception. Lorsque les études post-coloniales considèrent que la propagande coloniale fut convaincante parce que massive, Porter interprète au contraire le flot continu de propagande comme la preuve de son inefficacité. De même, il se demande si le fait de boire une bière de India Pale Ale suffit à faire penser au sous-continent indien. Face à « l’impérialisme » des études littéraires qui ont tendance à voir de l’Empire partout, Bernard Porter plaide en faveur d’un retour aux sources de l’histoire qui doit mettre au jour l’indifférence des Britanniques à l’égard de leurs colonies, une inadvertance (absence of mind) soulignée dès 1883 par l’historien John Seeley 2. Porter prend ainsi un risque peu couru par les historiens : il cherche à minimiser l’importance de son objet d’étude, quoiqu’il semble plus difficile de décrire l’évanescence d’un phénomène que son omniprésence.

  • 3 . Richard Symonds, Oxford and the Empire : the Last Lost Cause?,Oxford, Oxford University Press, Cl (...)

3Bernard Porter tente donc de resituer le fait impérial dans l’histoire socioculturelle britannique pour en mesurer l’importance. Il n’existe pas une seule et même culture nationale et il faut selon lui prendre en considération la complexité de la société britannique, divisée par des clivages religieux, politiques, régionaux et sociaux. Ainsi les classes supérieures se sentaient-elles naturellement concernées par le service ultramarin, principe totalement ignoré des classes laborieuses. Jusqu’en 1880, peu de gens possèdent une expérience directe de l’outre-mer et même au moment de l’apogée de l’Empire, la plupart des Britanniques étaient, selon Porter, ignorants des affaires coloniales, ne sachant pas localiser Ceylan ou le Nigeria. Certes, nous pourrions objecter la question suivante : les Britanniques pouvaient-ils plus aisément situer les métropoles anglaises? Rien n’est moins sûr. L’auteur démontre que les élites elles-mêmes ne s’intéressent que distraitement à l’Empire : seuls 2 à 5% des élèves des public schools se destinaient à la carrière coloniale. Il omet néanmoins de citer les travaux de Richard Symonds 3, qui auraient permis de nuancer son propos. Symonds a montré l’importance de l’Empire pour les élites formées par les grands colleges d’Oxford et de Cambridge : entre 1874 et 1914, 27% des étudiants de Balliol College à Oxford et 22% de ceux de Corpus à Cambridge ont effectué une partie de leur carrière dans les colonies. Bernard Porter étudie les débats parlementaires : en 1860, par exemple, 10% d’entre eux seulement sont dédiés aux questions coloniales. Il examine attentivement les productions culturelles en tout genre (publications administratives, romans, œuvres musicales, manuels scolaires) : les références à l’Empire sont rares dans les journaux et accessoires dans la littérature. Il effectue le même constat sur la place de l’Empire dans le paysage urbain : sur les 80 statues érigées à Londres avant 1880, cinq seulement incarnent des figures impériales. La plupart des manuels d’histoire ignorent complètement l’Empire et ne mentionnent même pas l’Inde : l’un des rares manuels à évoquer le commerce colonial décrit la Compagnie des Indes orientales comme « une bande de voleurs »! Bernard Porter en conclut que l’Empire a surtout eu des répercussions indirectes sur la société britannique – à l’instar du sucre colonial, qui a gâté les dents des Anglais.

4Cela change dans les années 1880 dans un contexte de concurrence coloniale internationale (le Great Game en Asie et the Scramble for Africa). Disraeli et une minorité de propagandistes coloniaux parviennent alors – momentanément – à populariser l’idée impériale (création de la British Empire League, expositions, campagne pour l’adoption d’un Empire Day comme jour férié, etc.). Toutefois, selon Porter, ce discours impérial, la plupart du temps, participe d’autres types de discours plus fédérateurs tels le libéralisme, le patriotisme, le populisme, le capitalisme ou le christianisme qui, à un moment donné, ont tous encouragé et justifié l’expansion coloniale. De façon un peu réductrice, il considère que l’impérialisme, y compris à son apogée, a été instrumentalisé pour obtenir des résultats qui lui sont étrangers, comme des débouchés économiques ou l’introduction d’un jour férié.

5On pourra regretter que l’auteur, à l’instar des études post-coloniales dont il critique les travers, ait tendance à généraliser certains phénomènes : lorsqu’il considère que les classes populaires ignorent globalement les colonies, on peut a contrario imaginer que l’Empire occupe une place plus importante dans la vie de l’ouvrier du coton du Lancashire que dans celle du mineur de Newcastle. En outre, en dépit de son sous-titre, l’ouvrage de Porter se concentre uniquement sur les Anglais au détriment de l’analyse du rôle impérial pourtant fondamental des Écossais, des Gallois et des Irlandais, analyse qui aurait permis de nuancer ses conclusions sur l’inconsistance de la culture impériale. Au delà, une comparaison internationale aurait permis de relativiser sa thèse en montrant que la « culture impériale » est sans doute plus développée en Grande-Bretagne qu’en France.

6Pour autant, l’ouvrage de Bernard Porter présente l’immense mérite de souligner certaines dérives des études post-coloniales qui ont eu parfois tendance à réduire le fait colonial à la relation de domination entre deux entités essentialisées : les colonisateurs et les colonisés. « La Grande-Bretagne était composée d’impérialistes et de sujets, tout comme les colonies » : l’auteur fait ici une constatation salvatrice, notamment dans le contexte d’instrumentalisation politique et commerciale du passé colonial de la France et renvoie par là même dos à dos deux propos politiques apparemment opposés : celui des promoteurs de la loi du 23 février 2005 et celui des « Indigènes de la République ». Loin des parallèles douteux entre oppression coloniale et tensions post-coloniales, indigènes et immigrés, l’histoire sociale démontre que la colonisation est moins l’asservissement d’un peuple par un autre qu’un rapport de domination entre différents groupes sociaux. Après avoir beaucoup étudié les impérialistes et un petit peu analysé les anticolonialistes, les historiens, sur les pas de Porter, vont s’intéresser aux indifférents et aux ignorants. Et réciproquement, l’histoire sociale de l’Empire ne devra pas oublier le plus grand nombre : la masse des « colonisés » qui n’a jamais eu affaire à un administrateur européen et a vécu « à côté » du fait colonial. L’étude de ces « oubliés » de l’histoire impériale et des limites de la domination coloniale pourrait opportunément tempérer l’obsession coloniale non seulement des historiens nationalistes mais aussi de certains chercheurs post-coloniaux.

Haut de page

Notes

1 . Edward Said, Orientalism,New York, Vintage Books, 1978. John MacKenzie, Propaganda and Empire : the Manipulation of British Public Opinion, 1880-1960, Manchester, Manchester University Press, 1984.

2 . John Seeley, The Expansion of England, London, Macmillan, 1883.

3 . Richard Symonds, Oxford and the Empire : the Last Lost Cause?,Oxford, Oxford University Press, Clarendon Press, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Singaravelou, « Bernard Porter, The Absent-Minded Imperialists: What the British Really Thought about Empire, Oxford, Oxford University Press, 2004, 475 p. ISBN : 0-19-820854-5. 25 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Pierre Singaravelou, « Bernard Porter, The Absent-Minded Imperialists: What the British Really Thought about Empire, Oxford, Oxford University Press, 2004, 475 p. ISBN : 0-19-820854-5. 25 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rh19.revues.org/1592

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page