Navigation – Plan du site
Lectures

Neil Davie, Les visages de la criminalité : à la recherche d’une théorie scientifique du criminel type en Angleterre (1860-1914), Paris, Kimé, 2004, 250 p. ISBN : 2-84174-323-3. 25 euros.

Jean-Jacques Yvorel
p. 165-214

Texte intégral

1Si l’histoire de la criminologie française et des relations qu’elle entretient avec la criminologie italienne commence à être bien connue grâce notamment aux travaux de Martine Kaluszynski, de Marc Reneville, de Laurent Mucchielli, il n’en est pas de même de « l’école » britannique. Le livre de Neil Davie vient donc combler une lacune.

2Le premier chapitre sort des bornes chronologiques indiquées dans le titre puisque l’auteur expose les analyses de la criminalité en cours dans les années 1830-1860. Ces analyses, comme en France à la même époque, mettent en avant l’existence d’une classe dangereuse qui « vit parmi et pour ainsi dire se fond avec les classes laborieuses » comme l’écrit Thomas Plint en 1851. Dans un second chapitre (« Le bouillon de culture darwinien »), Neil Davie analyse le tournant des années 1850-1860. L’idée d’une innéité du comportement criminel, d’une fatalité héréditaire pesant sur le délinquant fait son chemin. Les écrits de Morel sur la dégénérescence traversent la Manche et surtout des auteurs comme Herber Spencer ou comme Henry Maudsley s’évertuent à transposer les découvertes de Darwin aux sociétés humaines.

  • 1 . Dans The Emergence of penal policy in Victorian and Edwardian England, Oxford, Clarendon Press, 1 (...)

3Après un rappel des théories de Lombroso et des débats qui animent le monde de la criminologie à la suite de la publication de L’Homme criminel en 1876 (chapitre 3), l’auteur étudie la réaction anglaise à la toute nouvelle anthropologie criminelle (chapitre 4). Il montre, à la suite de David Garland, que la criminologie britannique n’a pas rejeté le positivisme de l’école dite anthropologique en tant que tel (thèse défendue par Leon Radzinowicz et Roger Hood 1), mais qu’elle en a décliné une autre version. En fait le positivisme anglais combine dans des proportions variées et souvent remaniées déterminisme biologique et déterminisme social.

4Les facteurs explicatifs du crime des années 1870 à la guerre de 1914 sont donc extrêmement divers et des explications « hybrides », où se mélangent le biologique et le social, l’inné et l’acquis, sont souvent avancées. Les explications les plus contradictoires surgissent, parfois, sous la plume d’un même auteur. Cependant, une figure singulière de criminel, dont Neil Davie retrace la genèse (chapitre 5), s’impose dans les années 1890 : le délinquant congénitalement « imbécile ». Ce criminel quasi incorrigible, présente non seulement des symptômes psychiatriques cliniquement observables mais des stigmates physiques innés. Le criminel-né de Lombroso, écarté dans la plupart des discours au nom du pragmatisme britannique, n’est pas très loin.

5Ces explications innéistes prennent une nouvelle signification au contact de la pensée eugéniste (chapitre 6). Quelques spécialistes comme Francis Galton ou Karl Pearson répandent la vision apocalyptique d’un pays envahi par des petits malfaiteurs « imbéciles », récidivistes incorrigibles, tout à la fois sexuellement déviants et prolifiques. Si les propositions les plus radicales des eugénistes, notamment la stérilisation de tous les criminels d’habitude, sont restées lettre morte, ils n’en ont pas moins inspiré les autorités et l’administration pénale. La détection des criminels « imbéciles », essentiellement sur la base des stigmates visibles de leur dégénérescence, constitue, au-delà de la première guerre mondiale, un élément important de la politique pénale et de la gestion des peines.

6L’auteur, citant quelques travaux contemporains, rappelle pour conclure, que ces théories, « amalgame incongru d’hypothèses, de comparaisons, de généralisations et de conclusions illogiques », n’ont pas totalement disparu de la pensée criminologique.

Haut de page

Notes

1 . Dans The Emergence of penal policy in Victorian and Edwardian England, Oxford, Clarendon Press, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Yvorel, « Neil Davie, Les visages de la criminalité : à la recherche d’une théorie scientifique du criminel type en Angleterre (1860-1914), Paris, Kimé, 2004, 250 p. ISBN : 2-84174-323-3. 25 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Neil Davie, Les visages de la criminalité : à la recherche d’une théorie scientifique du criminel type en Angleterre (1860-1914), Paris, Kimé, 2004, 250 p. ISBN : 2-84174-323-3. 25 euros. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 31 mars 2017. URL : http://rh19.revues.org/1582

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page