Navigation – Plan du site
Lectures

Miles Taylor, Ernest Jones. Chartism, and the Romance of Politics 1819-1869, Oxford, Oxford University Press, 2003, 277p. ISBN: 0-19-820729-8. 62 livres sterling (relié).

Fabrice Bensimon
p. 165-214

Texte intégral

  • 1 . Bertrand Simonet, Ernest Jones : Chartisme et socialisme, thèse de doctorat en études anglophones (...)

1Ernest Jones (1819-1869) ne comptait jusqu’à présent pas de biographie extensive, et le dernier ouvrage à son sujet, Ernest Jones, Chartist, de John Saville, remontait à 1952. Le hasard, si l’on peut dire, a voulu que deux chercheurs entreprennent, indépendamment l’un de l’autre, et dans des optiques différentes, de retracer sa vie : Bertrand Simonet, dans une thèse non publiée 1, et Miles Taylor dans cet ouvrage extrêmement documenté.

2Né à Berlin en 1819 et élevé en Allemagne dans une famille aristocratique, Jones vint vivre en Angleterre en 1838. Il fut alors un publiciste aux marges de la scène littéraire londonienne, passablement désargenté après la mort de son père et des mésaventures financières. En 1846, il rallia le mouvement chartiste qui, depuis déjà six ans, mobilisait des milliers de militants en une vaste campagne pour le suffrage universel, notamment au travers de pétitions à succès. C’est alors qu’il se lia à ses compatriotes Marx et Engels, qui étaient de sa génération, et dont il ne perdit jamais l’amitié. Jones venait au chartisme comme poète, mais il en devint un dirigeant influent, un orateur charismatique et un journaliste prolifique. C’est la période la mieux documentée de sa vie. Il fut étroitement associé à la direction du plus grand journal chartiste, le Northern Star, dirigé à Manchester par Feargus O’Connor. Vivant de son travail d’avocat et de ses conférences, Jones devint en quelque sorte le représentant officieux des travailleurs de Halifax. En 1848, Jones était un des hommes-clés du mouvement pendant les semaines qui précédèrent le grand rassemblement londonien du 10 avril, quand la troisième et dernière pétition de la Charte du peuple fut présentée au Parlement. Alors que O’Connor cherchait à éviter l’affrontement annoncé avec les forces de l’ordre, Jones était un chartiste « de la force physique », c’est-à-dire partisan de l’usage de la violence si celle-ci était nécessaire. Après le 10 avril, il poursuivit l’agitation, jusqu’à son arrestation en juin.

3Les deux années qu’il passa en prison (1848-50), alors que prévalait le système du « silence » mis au point par les utilitaristes victoriens et en vertu duquel, pour que les prisonniers ne se transmettent pas leurs tendances criminelles, toute communication, verbale, faciale ou gestuelle, était proscrite, le marquèrent profondément. Quand il fut libéré, en 1850, le climat politique avait changé; nombre de militants du chartisme s’en étaient éloignés, et c’étaient maintenant le socialisme chrétien et le trade-unionisme qui avaient le vent en poupe. Jones restait alors fidèle à un chartisme désormais marqué par le socialisme continental (« la Charte et quelque chose de plus »), ce qui devait faire dire à Marx qu’il était « le seul Anglais éduqué… entièrement de notre côté ». Au cours des années 1850, Jones dirigea ainsi successivement plusieurs périodiques radicaux; il se lia aux cercles de quarante-huitards réfugiés à Londres. Il fut brièvement le président du Comité International qui précéda l’Association internationale des travailleurs.

4Mais au tournant des années 1860, après dix ans de journalisme obscur et peu lucratif, de nouveau insolvable et même en faillite personnelle, Jones franchit le Rubicon qui séparait le chartisme du libéralisme, pour n’en plus jamais revenir. À bien des égards, il épousait les évolutions politiques de cette période. Désormais surtout avocat au barreau de Manchester, il défendait des voleurs de boucles d’oreilles ou de pantalons, de tabac ou de charbon, des prostituées et des bigames, des organisateurs de combats de chien et des tenanciers de maisons closes, et aussi les Fenians irlandais qui furent pendus en 1867. Jones se voulait l’avocat du peuple. En 1865, il s’engagea pleinement dans la vaste campagne pour une extension du suffrage menée jusqu’à ce que le Parlement accordât le droit de vote aux ouvriers qualifiés, en 1867. Jones échoua sous les couleurs du libéralisme à Manchester aux élections parlementaires de 1868, puis gagna lors d’un nouveau scrutin en janvier 1869, quelques jours avant de mourir. Un cortège mené par des rescapés du massacre de Peterloo (1819), et composé de plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux notables de Manchester, suivit son cercueil, porté par des vétérans du chartisme.

5L’ouvrage érudit et fascinant de Miles Taylor plonge le lecteur dans les arcanes de la vie politique de la Grande-Bretagne du milieu de l’époque victorienne, en particulier de ses cercles radicaux. De ce tableau, émerge un Jones complexe, aux traits peut-être parfois noircis, moins héroïque qu’auparavant, souvent opportuniste voire malhonnête, et mû plus par l’intérêt personnel que par les causes auxquelles il adhérait. Cette interprétation a été controversée outre-Manche, où Jones figure en bonne place dans l’historiographie socialiste. La principale originalité du livre de Taylor est la place importante qu’il accorde à l’œuvre littéraire de Jones et à la construction romantique que lui-même fit, de son vivant, de sa propre biographie. La littérature, et notamment la poésie, occupaient alors une place importante dans la presse ouvrière et radicale. Miles Taylor a reconstitué et étudié l’ensemble de la production littéraire de Jones, jusqu’ici négligée par ses biographes : des romans, des nouvelles et surtout des dizaines de poèmes publiés dans les journaux, chartistes notamment, et en opus séparés. Taylor montre qu’on ne peut séparer cette vie littéraire de la place occupée par Jones dans l’espace public, une place dont Ernest Jones donna lui-même une clé essentielle : « Dès qu’il est sur la scène de la vie publique, l’homme le plus honnête devient un acteur, pas par manque de sincérité, mais par amour de l’estime des autres. »

Haut de page

Notes

1 . Bertrand Simonet, Ernest Jones : Chartisme et socialisme, thèse de doctorat en études anglophones, sous la direction de Maurice Chrétien, Université Lyon 2, 2003. Voir la position de thèse de Bertrand Simonet dans la Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 26-27, 2003, p. 447-452.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Miles Taylor, Ernest Jones. Chartism, and the Romance of Politics 1819-1869, Oxford, Oxford University Press, 2003, 277p. ISBN: 0-19-820729-8. 62 livres sterling (relié). », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Miles Taylor, Ernest Jones. Chartism, and the Romance of Politics 1819-1869, Oxford, Oxford University Press, 2003, 277p. ISBN: 0-19-820729-8. 62 livres sterling (relié). », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rh19.revues.org/1562

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page