Navigation – Plan du site

Le roman au XIXe siècle ou la littérature-livre

Alain Vaillant et Éric Terouanne
p. 15-34

Résumés

La Comédie humaine a popularisé l'image d'un univers littéraire perverti par le commerce et les fausses valeurs du journalisme, ainsi que les anathèmes dont Balzac l'a accompagnée. De fait, au-delà du développement conjoncturel de la presse sous la Monarchie de Juillet, le XIXe siècle connaît une mutation considérable, qui touche à la nature même de la littérature. Au modèle, hérité de l'Antiquité, qui, directement ou indirectement, faisait dépendre la création littéraire d'un art du bien dire, se substitue un nouveau paradigme, qui place désormais en son centre le texte, donné à lire au public du livre. Ce passage de la " littérature-discours " à la " littérature-livre " (ou de la littérature médiatrice à la littérature médiatisée) enlève à l'écrivain la maîtrise du temps et des rythmes de l'écriture. Il a aussi des conséquences proprement esthétiques sur les modes d'expression littéraire, dont la plus spectaculaire est la substitution du roman à la poésie comme genre de référence, avec toutes les implications formelles et culturelles que l'on devine : la deuxième partie de l'article est consacrée à l'étude de ce transfert et d'autres phénomènes connexes, qui est livrée à partir des données statistiques de la bibliométrie littéraire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Vaillant et Éric Terouanne, « Le roman au XIXe siècle ou la littérature-livre », Revue d'histoire du XIXe siècle, 19 | 1999, 15-34.

Référence électronique

Alain Vaillant et Éric Terouanne, « Le roman au XIXe siècle ou la littérature-livre », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 19 | 1999, mis en ligne le 26 août 2008, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/153 ; DOI : 10.4000/rh19.153

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page