Navigation – Plan du site
Lectures

Arthur Burns et Joanna Innes (eds), Rethinking the Age of Reform: Britain 1780-1850, Cambridge, Past and Present Publications, 2003, 346 p. ISBN : 0-521-82394-3. 45,99 livres sterling.

Benoît Agnès
p. 165-214

Texte intégral

1L’ouvrage se présente d’emblée comme une mise au point et un renouvellement sur un moment essentiel de l’histoire britannique contemporaine. « L’âge de la Réforme » correspond à une période imprécise, qui comprend au moins le premier XIXe siècle, et qui se caractérise par un faisceau ou une série d’appels au changement raisonné et par un ensemble de mesures réformatrices, en réponse à certains dysfonctionnements politiques, financiers et institutionnels. Cette époque a pour protagonistes des personnalités comme Lord John Russell ou Earl Grey, et a pour pivot le tournant des années 1830, avec l’émancipation des catholiques (1829) et la réforme parlementaire (Reform Bill puis Reform Act, 1832). L’historiographie classique est dominée par l’ouvrage éponyme de E.W. Woodward publié il y a plus de quarante ans (The Âge of Reform, 1962). Celui-ci y insistait largement sur les suites du Reform Act dans une perspective centrée sur l’histoire institutionnelle et politique. Les éditeurs et les auteurs de ce recueil adoptent un point de vue différent : ils envisagent « la Réforme comme aspiration ». L’apport du livre est à cet égard considérable : il correspond à une mise à jour des problématiques et de l’historiographie sur les aspects classiques de la question de la Réforme, à une mise au jour de perspectives nouvelles sur le sujet, et à une remise en cause des cloisonnements historiographiques.

2L’introduction, développée et instructive, appuyée sur une bibliographie étoffée et à jour, fournit un panorama de la question et une mise au point éclairante des problématiques qui lui sont liées. Les éditeurs y affirment leur programme : coordonner l’étude des différents genres d’aspiration à la « Réforme » des années 1780, quand le mot devient un slogan politique, aux années 1830 et 1840, au cours desquelles sont adoptées de nombreuses mesures entraînant des changements sociaux et culturels essentiels. Ils placent le centre de gravité du mouvement autour des années 1820 et 1830, et s’emploient à construire un récit d’ensemble. Ils s’attachent pour ce faire, rejetant certes tout nominalisme, à porter une attention soutenue aux usages contemporains de la terminologie de la « Réforme ». Comme celle-ci constitue un terme clé, changeant, controversé, incarnant autant d’aspirations qu’il cristallise de craintes, il importe d’en observer les significations et les usages contemporains. Ils entendent par ailleurs, en menant de front l’examen des deux principaux volets de la réforme – institutionnelle, morale –, soulever le problème de leurs rapports et de leurs interactions. Ils souhaitent ainsi contribuer à l’histoire de mouvements réformistes fort divers, mais proches en termes de langage, de pensée et d’acteurs.

3La contribution de Joanna Innes établit les usages et les changements des associations et des connotations au sein du champ lexical de la « Réforme » jusqu’en 1830 et au-delà. Les chapitres suivants se concentrent sur l’aspect institutionnel. Philip Harling traite de la réforme budgétaire et administrative après 1815. Michael Lobban se penche sur la pratique et la notion de réforme du droit. Arthur Burns entreprend de revisiter la réforme de l’Église en Angleterre. Ian A. Burney aborde les appels à la réforme des institutions médicales. Tous ces éclairages ont pour trait commun de mettre en avant des manières nouvelles d’envisager ces mouvements réformateurs : à travers leurs principaux fers de lance, certes, mais aussi en soulignant aussi la diversité parfois paradoxale de leurs appuis; en traçant des lignes de convergence entre des mouvements différents et parfois éloignés, par l’étude précise des langages; par une attention soutenue aux résistances opposées à ces mouvements, à leurs composantes et à leurs motifs.

4Les quatre chapitres suivants explorent des terrains méconnus de la réforme dans les domaines moraux et artistiques. David Turley aborde ainsi le mouvement antiesclavagiste sous un angle novateur, comme un « phénomène double » qui implique à la fois « la mobilisation sur place » et « le changement institutionnel, moral et commercial dans les colonies ». Kathryn Gleadle s’attache, elle, à la question de l’engagement des femmes dans la vie politique réformatrice des années 1840 en suggérant des pistes stimulantes : ainsi de la complexification des liens entre l’assignation d’une identité domestique et l’engagement dans le domaine public. Cependant, l’analyse aurait sans doute gagné à une mise en évidence plus précise, notamment, du lien entre l’adoption dans la sphère domestique de principes réformistes en matière sanitaire et hygiénique, et la politisation des femmes de ce courant. Dans les arts, Jennifer L. Hall-Witt brosse le tableau d’un opéra qui cristallise en des temps de réforme tous les vices attribués à l’aristocratie au pouvoir. Katherine Newey, entre visions parlementaires et théâtrales du changement, tente avec succès de remettre à l’honneur la dimension politique de la production dramaturgique de ce temps. Holger Hoock, pour son analyse des tentatives de réforme des institutions artistiques nationales, considère lui aussi le champ culturel comme un sismographe sensible des variations dans la tectonique de la vie politique.

5Enfin, trois contributions ouvrent les horizons géographiques de la réforme britannique. Avec le cas des mouvements autonomes, concurrents et complémentaires qui ont émergé en Irlande même, Jennifer Ridden invite à repenser cette réforme en considérant moins son unité que sa diversité. Miles Taylor investit avec bonheur les considérations impériales qui pèsent sur les débats autour du Reform Bill. Enfin, Jonathan Sperber fait preuve d’une audace à saluer lorsqu’il tente de comparer à grands traits les buts, les moteurs, les procédés et les résultats de la réforme en Grande-Bretagne et en Europe continentale. Son entreprise gagnerait du reste à être poursuivie pour saisir avec finesse, à des échelles similaires, les différences évidentes autant que les analogies qui ne sauraient manquer d’apparaître entre des nations dont les « cultures politiques » perdent à être l’objet de pétitions de principe ou d’une ossification forcée.

6Aussi doit-on savoir gré à cette collection d’essais, dont les extensions thématiques, problématiques et géographiques sont autant de renouvellements historiographiques, de livrer avec un bel ensemble moins des récits constitués que des pistes sûres pour des études à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Agnès, « Arthur Burns et Joanna Innes (eds), Rethinking the Age of Reform: Britain 1780-1850, Cambridge, Past and Present Publications, 2003, 346 p. ISBN : 0-521-82394-3. 45,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, 165-214.

Référence électronique

Benoît Agnès, « Arthur Burns et Joanna Innes (eds), Rethinking the Age of Reform: Britain 1780-1850, Cambridge, Past and Present Publications, 2003, 346 p. ISBN : 0-521-82394-3. 45,99 livres sterling. », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 34 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rh19.revues.org/1522

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page